Rue de la Commune (Montréal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 29′ 36″ N 73° 33′ 15″ O / 45.493285, -73.554198 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue de la Commune.

Rue de la Commune

Orientation Est/Ouest[1]
Débutant Rue Peel
Finissant Rue Saint-Hubert
Longueur 2,3 km
Désignation 1970
Autrefois Rue des Commissaires
Attrait Pointe-à-Callière, musée d'archéologie et d'histoire de Montréal
Vieux-Port de Montréal
Belvédère du Chemin-Qui-Marche

La rue de la Commune est une rue d'orientation nord-sud, puis est-ouest au sud du Vieux-Montréal.

Il s'agit d'une rue très fréquentée par les montréalais et les touristes puisqu'elle y longe le musée de Musée Pointe-à-Callière ainsi que les aménagements du Vieux-Port de Montréal. De plus, le parcours sinueux de la rue actuelle rend bien compte du cours original du fleuve Saint-Laurent à cet endroit et les bâtiments serrés qui la bordent constituent un ensemble unique d'architecture commerciale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mot Commune est inscrit sur la bande de terre longeant le fleuve Saint-Laurent. En octobre 1651, le gouverneur de Montréal, Paul Chomedey de Maisonneuve, concède à Jean de Saint-Père un espace où faire paître en commun les animaux. Cette "commune" est une bande de terre, large d'un arpent et de 40 arpents de long, sur le bord du fleuve.

Sur cette rive, l'usage trace un sentier qui sert bien sûr de voie de communication mais aussi d'espace pour remorquer les bateaux et voiliers. La nature du sentier, devenu rue, change avec la construction de bâtiments sur la rive, comme les élévateurs à grain à partir de 1879. Le réaménagement du port et sa transformation en parc public en 1992, ont redonné une vue au fleuve perdue depuis une centaine d'années.

Le 22 juin 1970, la rue (qui s'appelait rue des Commissaires) prend le nom de rue de la Commune, afin de rappeler les débuts de la colonie.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Au Québec, par convention, on entend par orientation est/ouest ce qui est parallèle au fleuve Saint-Laurent, même si, en réalité, le fleuve coule du sud-ouest vers le nord-est.

Sources[modifier | modifier le code]