Rue Drummond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Drummond (homonymie).

45° 29′ 57″ N 73° 34′ 31″ O / 45.499068, -73.575152

Rue Drummond

Orientation Nord-sud[1]
Débutant Avenue du Docteur-Penfield
Finissant Rue de La Gauchetière
Longueur 1,2 km
Désignation 1842
Attrait Centre Bell

La rue Drummond est une rue commerciale d'axe nord-ouest / sud-est située au centre-ville de Montréal. Elle relie l'Avenue du Docteur-Penfield à la rue de La Gauchetière. On y retrouve de nombreux commerces, librairies, bars et restaurants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Crée en 1842, la rue tient son nom de Jane Drummond (1816-1907), épouse de l'industriel montréalais John Redpath (1796-1869)[2].

La rue Drummond et le centre Bell (à l'arrière)
Bal mondain au Victoria Skating Rink, sur la rue Drummond en 1865

En 1862, la patinoire Victoria ouvrait ses portes sur la rue Drummond. Cette patinoire est surtout connue pour avoir accueilli le premier match de hockey codifié, le 3 mars 1875[3]et pour la première fois de la publicité pour le match est faite[4]. La patinoire Victoria (mieux connue sous le nom de Victoria Skating Rink) fut le théâtre de nombreuses autres activités (Carnaval d'hiver de Montréal, bals mondain, expositions, concerts, etc.).

Le premier match de hockey moderne se joua donc sur la rue Drummond. Aujourd'hui, le Centre Bell, au coin de la rue Drummond et de la rue de la Gauchetière, est l'amphithéâtre des Canadiens de Montréal.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au Québec, par convention, on entend par orientation est/ouest ce qui est parallèle au fleuve Saint-Laurent, même si, en réalité, le fleuve coule du sud-ouest vers le nord-est.
  2. Ville de Montréal, Les rues de Montréal, Répertoire historique. Éditions du Méridien. 1995, p. 151
  3. « International hockey timeline », sur IIHF.com (consulté le 8 février 2009)
  4. L. Bonneau et T. Hafsi, Sam Pollock et le Canadien de Montréal, Presses de l’Université du Québec, Québec, 1996, p. 21.