Boulevard René-Lévesque (Montréal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boulevard René-Lévesque.

45° 30′ 33″ N 73° 33′ 41″ O / 45.509097, -73.561318

Boulevard René-Lévesque

Orientation Est-ouest[1]
Débutant Avenue Atwater
Finissant Rue Notre-Dame
Longueur 5,2 km
Désignation 1987
Autrefois Grand chemin de la Haute-Folie
Boulevard Dorchester
Attrait Basilique Saint-Patrick
Cathédrale Marie-Reine-du-Monde
Place Ville-Marie

Le boulevard René-Lévesque (anciennement appelé boulevard Dorchester) est une voie d'orientation nord-est / sud-ouest de Montréal. La circulation y est importante et on y trouve plusieurs immeubles de bureaux.

La Maison du Père, au 550 Est

Blank.jpg

La Tour CGI (à gauche) face au Crystal de la Montagne sur le boulevard René-Lévesque
Coin du boulevard René-Lévesque et de la rue Peel
Le boulevard René-Lévesque au coin de la rue Saint-Marc

Historique du nom[modifier | modifier le code]

Historiquement nommé au départ le Grand chemin de la Haute-Folie[2], cette voie fut par la suite appelée rue Dorchester, du nom de l'ancien gouverneur britannique Guy Carleton, premier baron Dorchester. La rue Dorcherster devient le boulevard Dorchester en 1955 puis le nom de ce boulevard fut à nouveau modifié en 1987 suite au décès de l’ancien premier ministre du Québec, René Lévesque, fondateur et premier chef du Parti québécois. Par la suite, on entendait fréquemment l’ancien nom de la rue (Dorchester), ce qui a créé une certaine ambiguïté. Cet ambiguïté semble beaucoup moins présente aujourd'hui.

Histoire du développement du boulevard[modifier | modifier le code]

Boulevard René-Lévesque au centre-ville, proche des tours SunLife et Banque Royale du Canada

Le boulevard constitue l'une des artères majeures de la ville. Son élargissement en 1954-55[3] nécessite la démolition de nombreuses villas qui le bordent de part et d'autre. La maison Shaugnessy (devenue le Centre canadien d'architecture) et les maisons Thomas Judah (1980, boulevard René-Lévesque Ouest) et Masson (2080, boulevard René-Lévesque Ouest) à proximité, témoignent de cette époque révolue où cette voie était une artère résidentielle recherchée.

Cet élargissement fut demandé par le promoteur immobilier planifiant la construction de la Place Ville-Marie. Ce geste urbain a permis la venue de plusieurs édifices en hauteur surtout au centre-ville. C’est sans contredit le boulevard des gratte-ciel car c’est sur cette artère que l’on trouve les plus grands édifices de Montréal et du Québec.

Une portion de la rue se trouvant dans la ville de Westmount retient le nom officiel de boulevard Dorchester. Lors de la mort de l’ancien premier ministre (René Lévesque), certains, particulièrement dans les milieux anglophones, ont critiqué la précipitation avec laquelle les autorités ont procédé au changement de nom. D’autant plus que le nom de ce premier ministre indépendantiste, fondateur du Parti québécois ne leur paraissait pas adéquat pour un boulevard hébergeant les principales places d’affaires montréalaises, la plupart anglophones.

À noter qu'il existe aussi une rue René-Lévesque dans l'arrondissement Rivière-des-Prairies/Pointe-aux-Trembles dans l'est de Montréal. Celle-ci se connecte dans la ville de Montréal-Est. Toutefois, la ville de Montréal-Est garda le nom rue Dorchester.

Principales adresses[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Au Québec, par convention, on entend par orientation est/ouest ce qui est parallèle au fleuve Saint-Laurent, même si, en réalité, le fleuve coule du sud-ouest vers le nord-est.
  2. (fr) Abrégé de l'Étude de caractérisation de l'arrondissement historique et naturel du Mont-Royal, Commission des biens culturels du Québec, 2006
  3. Site de la Ville de Montréal