Quedlinbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quedlinbourg
Quedlinburg
Blason de Quedlinbourg
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of Saxony-Anhalt (state).svg Saxe-Anhalt
Arrondissement
(Landkreis)
Harz
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
3
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Dr. Eberhard Brecht SPD
Code postal 06484
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
15 3 64 016
Indicatif téléphonique 03946
Immatriculation QLB
Démographie
Population 22 185 hab. (31 decembre 2006)
Densité 284 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 47′ 30″ N 11° 08′ 50″ E / 51.791667, 11.147222 ()51° 47′ 30″ Nord 11° 08′ 50″ Est / 51.791667, 11.147222 ()  
Altitude Min. 123 m – Max. 182 m
Superficie 7 815 ha = 78,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Quedlinbourg

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Quedlinbourg
Liens
Site web www.quedlinburg.de

Quedlinbourg ou Quedlimbourg, en allemand Quedlinburg, est une ville de Saxe-Anhalt en Allemagne. Elle était le chef-lieu de l'arrondissement de Quedlinbourg inclus en 2007 dans le nouvel arrondissement de Harz et se trouve au nord-est du massif du Harz. Population : 22 185 habitants en (2006), 23 220 en (2008).

Quedlinbourg est une ville très touristique et très fréquentée, porte d'entrée du secteur oriental du massif du Harz. La ville fut fondée au Xe siècle. Elle devint particulièrement prospère, ce qui attira l'attention des empereurs germaniques.

Les curiosités sont l'hôtel de ville du XIIIe siècle et l’église St. Servais. La collégiale, le château et la vieille ville appartiennent depuis 1994 au patrimoine mondial de l'UNESCO patrimoine mondial de l'humanité[1].

Quedlinbourg est nichée au pied d'un imposant piton rocheux sur lequel se dresse son château et son église abbatiale, avec des ruelles sinueuses bordées de maisons à colombages de tous les styles et de toutes les époques.

Vue générale de la ville

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville fut mentionnée pour la première fois en 922 dans une donation d'Henri l'Oiseleur. À la mort d'Henri, sa veuve sainte Mathilde de Ringelheim fonda l'abbaye de Quedlinbourg, une communauté de chanoinesses (Frauenstift) sur la colline du château, où les filles de la haute noblesse étaient éduquées. C'était une abbaye d'Empire.

Le complexe castral, agrandi par Othon le Grand en 936, constitua un palatinat sous les ottoniens. En 973, peu avant sa mort, Othon y convoqua une diète d'Empire. En 994, Othon III donna à la ville des droits municipaux.

La ville devint membre de la Hanse en 1426, et s'allia à l'évêché d'Halberstadt contre les prétentions de l'abbaye de Quedlinbourg. Mais en 1477, l'abbesse Hedwige de Saxe, aidée par ses frères les ducs Ernest et Albert, réussit à briser la résistance de la ville et à expulser les forces épiscopales : la ville dut quitter la ligue hanséatique et passer sous la protection de l'électorat de Saxe. Suite à la Réforme, la ville et l'abbaye se convertirent au luthéranisme en 1539.

En 1697, l'électeur Frédéric-Auguste Ier de Saxe vendit ses droits sur Quedlinbourg à l'électeur Frédéric III de Brandebourg pour 240 000 thalers, mais tout au long du XVIIIe siècle l'abbaye de Quedlinbourg contesta les prétentions prussiennes. Lors de la médiatisation allemande de 1802, l'abbaye fut sécularisée : Quedlinbourg et son territoire devinrent la principauté de Quedlinbourg qui fut incluse dans le royaume de Prusse. De 1807 à 1813, elle fit partie du royaume de Westphalie, puis de la Saxe prussienne à partir de 1815.

Un camp de prisonniers de guerre, abritant notamment des prisonniers français, fonctionna à Quedlinbourg pendant la Première Guerre mondiale[2].

Sous le Troisième Reich, les nazis transformèrent la collégiale et le château en un sanctuaire païen dédié à l'Allemagne nazie et la mémoire d'Henri l'Oiseleur, en qui Heinrich Himmler voyait « le plus allemand des chefs allemands ».

La vieille ville a été restaurée à partir de 1980.

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

Des festivités y sont organisées toute l’année :

  • à la Pentecôte : Kaiserfrühling avec un marché historique et une petite procession ;
  • de juin à septembre : saison des concerts en l’église collégiale Saint-Servais ;
  • en décembre : Advent in den Höfen» avec un grand marché de Noël.

Quedlinbourg a un théâtre, mais pas de cinéma ou de piscine, mais on peut aller à Halberstadt où on peut trouver un cinéma, une piscine couverte et un lac de baignade public, ou à Aschersleben où on peut visiter un zoo ou un planétarium, ou encore à Wernigerode où on peut patiner.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1900 1910 1919 1950 1990 1995 1998 1999 2000
23 378 27 233 28 190 35 426 27 967 25 844 24 776 24 559 24 114
2001 2002 2003 2004 2005 2006 - - -
23 901 23 620 23 216 22 842 22 607 22 185 - - -


Dans les années 60-70 Quedlinbourg a perdu plus de 7 000 habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Répartition des actifs (2005):

  • Secteur primaire: 2,0 %
  • Secteur secondaire: 19,9 %
  • Secteur tertiaire: 78,71 %

Des musées et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église collégiale St. Servais avec le trésor de la cathédrale (Domschatz) fait partie des édifices romans les plus significatifs d’Allemagne. À l'emplacement de l'église St. Servais primitive, fondée au IXe siècle, l'église actuelle en forme de croix latine, fut commencée en 1070 et consacrée en 1129.
  • Le Musée du colombage (Ständerbau) est l’une des plus vieilles maisons à colombages d'Allemagne. Elle a été construite en 1346/47 (d).
  • La Galerie de Lyonel Feininger expose les peintures du fameux Lyonel Feininger, venu rejoindre le Bauhaus en 1919, où il enseigna jusqu'à la fermeture de l'école par les nazis.
  • L’hôtel de ville avec le « Roland » a été mentionné la première fois en 1310, remarquable surtout par la salle de fête construite en 1901. Le « Roland », détruit en 1477 et reconstruit en 1869, est l’un des plus petits emblèmes pour droit mercantile, monétaire et douanier d'Allemagne

Informations pour les transports[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire, située à dix minutes à pied du centre-ville, relie Quedlinbourg à Magdebourg, Halle, Wernigerode et Halberstadt. La distance est. La gare routière est à proximité.

En voiture on peut prendre l’autoroute B6n pour arriver à Quedlinbourg. Prendre la sortie « Quedlinburg Ost ». À la gare centrale stationnent des taxis.

Il y a trois grands parkings dans le centre-ville qui sont payants.

  • Carl-Ritter-Place (distance du centre-ville: deux minutes à pied)
  • Marschlingerhof (distance du centre-ville: cinq minutes à pied)
  • « Fischteiche » (distance du centre-ville : dix minutes à pied)

Dans le centre-ville, les stationnements, qui sont payants, n’autorisent qu’une heure de parking.

Personnalités liées à Quedlinbourg[modifier | modifier le code]

Villes jumelées[modifier | modifier le code]

Les circuits dans la ville[modifier | modifier le code]

  • 1e circuit : Quedlinbourg – tour avec le veilleur de nuit
  • 2e circuit : rêve de jardin dans Quedlinbourg
  • 3e circuit : Sur les traces de « l’Ottoner »
  • 4e circuit : 1000 enjambées au Moyen Âge
  • 5e circuit : Quedlinbourg – ville de colombage

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Liste_du_patrimoine_mondial
  2. www.camp-de-quedlinburg.fr/