Clément III (antipape)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'antipape Clément III. Le pape du même nom est décrit dans son propre article.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clément.

Clément III (Guibert ou Wibert de Ravenne), né à Parme (Italie) vers 1023 - 1029 d'une famille liée aux comtes de Canossa, antipape de 1080 à 1100.

Biographie[modifier | modifier le code]

Clément III (au centre) avec l'empereur Henry IV, Codex Jenesis Bose q.6, daté de 1157

Guibert sert d'abord à la Cour germanique (v. 1054-1055), avant d'être désigné chancelier impérial d'Italie entre 1058 et 1063. En tant que représentant du parti impérial, Guibert soutient l'élection de l'antipape Honorius II en 1061. L'empereur Henry IV nomme ensuite Guibert évêque de Ravenne en 1072, malgré l'opposition du Pape Alexandre II, qui finira par accepter la situation en 1073, une fois que Guibert se soumet à son autorité. Peu de temps après l'élection de Hildebrand en tant que pape, sous le nom de Grégoire VII, Guibert est devenu l'un des leaders les plus remarqués de l'opposition aux réformes grégoriennes.

Après avoir assisté au Concile de Carême de Grégoire VII, Guibert refuse d'assister au suivant, bien qu'il ait promis de le faire. Un Concile d'évêques détrône Grégoire VII, ce qui engendre une série d'excommunications et de destitutions. En juin 1080, un Concile convoqué par Henry IV à Brixen destitue Grégoire VII à nouveau et Guibert est élu pape à sa place. Henry IV marche ensuite sur Rome, au début de l'année 1084. Grégoire est assiégé dans le château Saint-Ange, tandis que Guibert est de nouveau élu pape, sous le nom de Clément III, et intronisé le 24 mars 1084. Le nouveau pape couronne l'empereur Henry IV dans la Basilique Saint-Pierre, le 31 mars 1084. Grégoire VII est libéré par l'armée de son allié normand Robert Guiscard, et Henry IV et Clément sont expulsés de Rome. Cependant, les ravages causés par les Normands sont tels que Grégoire est chassé de la ville, et meurt en exil, à Salerne, en 1085.

La même année, plusieurs synodes, dirigés par un légat du pape, Eudes de Châtillon, (le futur Urbain II), condamnent les partisans de Henri IV et Clément III. Malgré cela, Clément continue à figurer comme antipape sous le bref pontificat de Victor III. Après la mort de ce dernier, en septembre 1087, les partisans de Clément III reprennent le contrôle de Rome. Eudes de Châtillon est élu pape en 1088 sous le nom de Urbain II, mais il ne peut entrer tout de suite dans la ville. Le pape effectue une tentative en 1089, et il est chassé par Henri IV. C'est seulement en 1093 qu'Urbain II regagne Rome, à la faveur des luttes entre Henri IV et ses fils.

L'aire d'influence de Guibert se limite désormais à Ravenne. À la mort de Urbain II, Guibert tente à nouveau de prendre Rome. Mais il est forcé d'abandonner et meurt le 8 septembre 1100 à Civita' Castellana.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Clément III », in Encyclopaedia Britannica 2007 Ultimate Reference Suite.
  • Geneviève Bühler-Thierry et Thomas Deswarte [dir.], Pouvoirs, Église et société. France, Bourgogne, Germanie (888-XIIe siècle), Paris, Sedes/CNED, coll. "Histoire", 299 p., 2008, Chapitre 1.4. "Les destinées politiques du royaume de Germanie (888 - v. 1110)".