Oxyde de calcium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oxyde de calcium
Oxyde de calcium
Identification
No CAS 1305-78-8
No EINECS 215-138-9
No E E529
Apparence poudre cristalline, hygroscopique, blanche[1].
Propriétés chimiques
Formule brute CaO  [Isomères]
Masse molaire[2] 56,077 ± 0,004 g/mol
Ca 71,47 %, O 28,53 %,
Propriétés physiques
fusion 2 570 °C[1]
ébullition 2 850 °C[1]
Solubilité 1,65 g·l-1 (eau à 20 °C)
Réagit violemment avec l'eau
Masse volumique 3,33,4 g·cm-3[1]
Propriétés électroniques
1re énergie d'ionisation 6,66 ± 0,18 eV (gaz)[3]
Cristallographie
Système cristallin cubique
Symbole de Pearson cF8\, [4]
Classe cristalline ou groupe d’espace Fm3m (n°225) [4]
Strukturbericht B1[4]
Structure type NaCl[4]
Paramètres de maille a = 4,8108 Å
Précautions
Directive 67/548/EEC[5]
Corrosif
C



Transport
-
   1910   
NFPA 704

Symbole NFPA 704

SIMDUT[6]
E : Matière corrosive
E,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'oxyde de calcium, communément appelé « chaux vive », est un produit obtenu par calcination du calcaire à 825 °C.

On dit que CaO est de la chaux vive car elle réagit violemment avec l'eau, en produisant de la chaleur, selon la réaction :

CaO + H2O → Ca(OH)2

On obtient la chaux dite « éteinte » (elle ne réagit plus avec l'eau). La chaux est un enduit de choix, car, par carbonatation à l'air libre (grâce au CO2 atmosphérique) :

Ca(OH)2 + CO2 → CaCO3 + H2O

elle devient du carbonate de calcium (CaCO3), ou calcaire, retrouvant sa solidité initiale. Ainsi, la chaux éteinte enduite sur les murs crée une couche de calcaire (généralement colorée rouge, orange ou encore jaune).

La chaux vive est irritante pour la peau, car elle réagit avec l'eau présente sur la peau et produit de la chaux éteinte, qui est très basique (pKa = 12,6 pour le couple Ca2 + 2 H2O/Ca(OH)2).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d OXYDE DE CALCIUM, fiche de sécurité du Programme International sur la Sécurité des Substances Chimiques, consultée le 9 mai 2009
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. (en) David R. Lide, Handbook of chemistry and physics, Boca Raton, CRC,‎ 2008, 89e éd., 2736 p. (ISBN 978-1-4200-6679-1), p. 10-205
  4. a, b, c et d « The NaCl (B1) Structure », sur http://cst-www.nrl.navy.mil/ (consulté en 17 décembre 2009)
  5. Entrée de « Calcium oxide » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 4 juillet 2009 (JavaScript nécessaire)
  6. « Oxyde de calcium » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009