Montmorency-Beaufort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaufort.
Montmorency-Beaufort
la Mairie
la Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Aube
Arrondissement Arrondissement de Bar-sur-Aube
Canton Canton de Chavanges
Intercommunalité Communauté de communes du Chavengeois
Maire
Mandat
Michel Burr
2014-2020
Code postal 10330
Code commune 10253
Démographie
Population
municipale
121 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 14″ N 4° 33′ 49″ E / 48.4872, 4.5636 ()48° 29′ 14″ Nord 4° 33′ 49″ Est / 48.4872, 4.5636 ()  
Superficie 9,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Montmorency-Beaufort

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Montmorency-Beaufort

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montmorency-Beaufort

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montmorency-Beaufort

Montmorency-Beaufort est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné dès l'époque carolingienne sous le nom de Beaufort.

La seigneurie de Beaufort fut achetée en 1270 par Blanche d'Artois, épouse du comte Henri III de Champagne. Elle se remaria en 1276 avec Edmond d'Angleterre, comte de Lancastre, et lui apporta la seigneurie en dot.

Devenu possession des comtes de Lancastre, Beaufort va constituer pendant toute la guerre de Cent Ans, un verrou anglais au cœur de la Champagne. Jean de Gand, duc de Lancastre donna le nom de Beaufort aux quatre bâtards qu'il eut de Catherine Swinford, fondant ainsi la Maison de Beaufort, qui joua un rôle important durant la guerre des Deux-Roses.

Son château-fort, puissamment fortifié, dominait la plaine de Brienne et était réputé imprenable, et c'est par trahison que Charles V réussit à s'emparer du château en 1369.

Donnée à Philippe II le Hardi, duc de Bourgogne, la seigneurie passa aux Armagnac, mais revint à la couronne de France lorsque Jacques d'Armagnac fut condamné à mort par Louis XI en 1477.

Louis XII donna le comté de Beaufort en 1504 à Gaston de Foix, et sa descendante, la duchesse de Guise, le vendit à Gabrielle d'Estrée. Le comté fut alors réunit à la baronnie de Jaucourt et érigés en duché-pairie en faveur de César de Vendôme, fils naturel de Gabrielle d'Estrée et d'Henri IV.

Son petit-fils, le Grand Vendôme, vendit le duché de Beaufort en 1688 au duc Charles de Montmorency pour 460 000 livres. Un an après, en 1689, la famille de Montmorency renomma le « duché de Beaufort » en « duché de Montmorency », car l'ancien « duché de Montmorency » venait d'être lui-même renommé en « duché d'Enghien ».

À partir de cette époque, Beaufort est appelé « Montmorency » : ce n'est qu'en 1919 où le village prit son nom actuel de « Montmorency Beaufort ».

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’or à la croix de gueules cantonnée au 1) d’une gerbe de blé de sinople, au 2) de trois broyes d’azur rangées en pal, au 3) d’une tour du même ouverte du champ, au 4) d’une barre ondée d’azur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 M. Michel Burr
mars 2001 mars 2008 M. Pierre Lhuillier
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 121 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
455 462 471 471 489 457 465 424 450
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
400 383 360 361 360 340 331 322 312
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
265 261 249 211 227 203 194 190 189
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
176 167 128 114 111 121 124 123 121
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de l'Assomption, Monument classé.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :