François Ier de Nevers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François I de Clèves (François Clouet)

François Ier de Clèves[1] (1516-1562), comte (1521) puis duc de Nevers (1539) est un personnage important de la cour des rois François Ier et Henri II de France. Il fait partie des chefs de guerre qui commandent l'armée royale durant les dernières guerres d'Italie. Il fut gouverneur de la ville de Châlons qu'il défendit contre Charles Quint.

Également comte de Rethel, il est le fils de Charles II de Clèves († 1521), comte de Nevers et de Marie d'Albret (1491 † 1549), comtesse de Rethel, fille de Charlotte de Bourgogne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il se marie le 10 janvier 1538 avec Marguerite de Bourbon-Vendôme (1516-1559)[2], fille de Charles IV de Bourbon et de Françoise d'Alençon et sœur aînée d'Antoine de Bourbon (et donc une tante du futur Henri IV). François 1er de Clèves devenait alors le « frère » à la mode du XVIe siècle, d'Antoine de Bourbon, futur roi de Navarre. Il participa à la répression de la Conjuration d'Amboise, mais acheva sa vie dans la foi calviniste[réf. nécessaire]. Il décéda en février 1562, à Nevers.

Leurs enfants sont :

Devenu veuf, il épouse en 1560 la cousine germaine de sa défunte épouse Marie de Bourbon duchesse d'Estouteville, née au château de La Fère dans l'Aisne, elle-même veuve de Jean de Bourbon, duc de Soissons et d'Enghien. Ils n'ont pas de descendance.

Titres, droits[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • Droit de justice sur la seigneurie de Viry, au finage de Cervon, qu'il vendit en 1545, à Charles du Pontot[3].


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il est le personnage qui sert de base au "Prince de Clèves" dans le roman La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette. La Princesse est un personnage fictif car elle est déjà mariée encore vivante à la mort du Roi Henri II de France et survit à son mari. Aucune des deux épouses de François ne peut correspondre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Brantôme, op. cit., t.4 (1868, page 377) ; cf également la généalogie des Bourbon-Vendôme dans E.Saulnier, Le rôle politique du cardinal de Bourbon (Charles IX), 1523-1590, Paris, H. Champion, 1912, p. 257-258 ; B.N.F., Mss Fr 5121, f°60v°-65, 2 octobre 1560, lettres de François II, roi de France, contenant les dispositions de mariage du duc de Nevers et de Marie de Bourbon, fille de François de Bourbon, Comte de Saint Pol et d’Adrienne d’Estouteville.
  2. Concernant la duchesse de Nevers Marguerite de Bourbon - Wikipédia reprend une erreur qui est reproduite d'ouvrage en ouvrage par les généalogistes depuis l'œuvre du Père Anselme. La date de décès de l'épouse de François est 1559 et non 1589. Voir Christophe Levantal, Une coquille de trois cents ans : la date de décès de Marguerite de Bourbon, duchesse de Nivernais, tante de Henri IV dans études bourboniennes, no 3, septembre 1997. Mais aussi; Dans Archives de Nevers, 1842 (p. 265), on l'a fait mourir le 20 octobre 1559.Dans le Bulletin de la Société de l'histoire du protestantisme français tome 18 (p. 128), on parle également de son décès en 1559 comme étant le point de départ de la mise en tutelle de ses enfants. Voir également Louis Paris, Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II, tirées du portefeuille de Sébastien de l'Aubespine, évêque de Limoges, Paris, imprimerie royale, « Collection de documents inédits sur l’histoire de France », 1841, p. 585, note 1.
  3. Abbé Jacques-François Baudiau, Le Morvand, Nevers, 1865; 3e éd.Guénégaud, Paris, 1965; 3 vol., t.II, p. 144.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]