Saint-Florentin (Yonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Florentin.
Saint-Florentin
Hôtel-de-Ville de Saint-Florentin.
Hôtel-de-Ville de Saint-Florentin.
Blason de Saint-Florentin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Arrondissement Arrondissement d'Auxerre
Canton Canton de Saint-Florentin
(chef-lieu)
Intercommunalité CC du Florentinois
Maire
Mandat
Yves Delot
2014-2020
Code postal 89600
Code commune 89345
Démographie
Population
municipale
4 693 hab. (2011)
Densité 164 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 00′ 09″ N 3° 43′ 33″ E / 48.0025, 3.725848° 00′ 09″ Nord 3° 43′ 33″ Est / 48.0025, 3.7258  
Altitude Min. 89 m – Max. 192 m
Superficie 28,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Florentin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Florentin

Saint-Florentin est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne.

Ses habitants sont appelés les Florentinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est baignée par l'Armance et l'Armançon et par le canal de Bourgogne sur lequel est établi un des cinq ports de plaisance du département de l'Yonne.

Topographie et géologie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la N77 à mi-chemin entre Auxerre et Troyes et la Gare de Saint-Florentin - Vergigny sur la ligne ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles. Des Transport express régional toutes les heures avec le cadencement.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Champlost Venizy, Turny Neuvy-Sautour Rose des vents
Brienon-sur-Armançon N Beugnon
Germigny
O    Saint-Florentin    E
S
Mont-Saint-Sulpice Vergigny Chéu

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le bourg aurait pris le nom de Saint-Florentin lorsque Godelime, comtesse de Chartres et Lémisse, comtesse du Perche, les sœurs du comte de l'époque, rapportèrent en 833, au retour d'un pèlerinage, les reliques de saint Florentin, saint martyrisé par les Vandales du chef Crocus en 406.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint Florentin était un poste gallo-romain appelé Castrodunum. Au carrefour de voies romaines, Jules César aurait planté sa tente à La Trecey (dont le nom viendrait d'Atrium caesaris) et la ville d'Avrolles est bâtie au pied de l'ancien oppidum d'Eburobriga dont on voit encore l'un des remparts.

Le Temple de Flore (Templum florae), devenu ensuite Castrum florentinum, forma une bourgade qui prit d'abord le nom de Château-Florentin, sans doute après la construction d'une forteresse par Gondebaud, Puis vers le XIIe siècle son nom actuel.

Ville forteresse à la limite de plusieurs provinces, elle fut souvent convoitée, tantôt par les uns, tantôt par les autres : par les Wisigoths, par les Francs, et les Burgondes en 511, par les Francs de Neustrie (notamment lors de la célèbre bataille du Champlandry, entre les armées de Brunehilde et de Frédégonde en 587), par les Normands (siège de 886), par les Champenois qui l'annexèrent en 936 et l'érigèrent en comté, par les Anglais (pendant la guerre de Cent Ans en 1356), à nouveau par les Bourguignons qui la détruisirent complètement en 1359 et l'annexèrent en 1420, par les Huguenots au cours des guerres de religion en 1562, et encore pendant la guerre de Trente Ans par un lieutenant du Saint-Empire Romain Germanique, etc., jusqu'au bombardement de 1944.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La ville de Saint-Florentin dispose d'un château situé en hauteur. Elle est détenue par le comte de Troyes [1]. Il fixe en ville dès le début du XIe siècle un prévôt chargé d'administrer ses domaines et de rendre la justice ; et un vicomte qui semble succéder à un très vieux lignage remontant aux Carolingiens. Les vassaux comtaux de la contrée doivent le service au château de la ville, tels le comte de Joigny (pour son comté) et le vicomte de Joigny.

Depuis la seconde moitié du XIIe siècle, la ville est protégée au Nord et au Nord-Ouest par deux cadets de féodaux importants : un fils du sire de Trainel à Venisy, et un fils du comte de Bar-sur-Seine à Champlost. Au Nord-Est, le sire d'Ervy domine le bassin de l'Armance. Le vicomte pour sa part dispose de Villers-Vineux. La vicomté sera vendue à la Couronne au début du XIVe siècle. Le comte est présent encore plus au loin à Chablis qu'il tient en pariage avec l'abbaye Saint-Martin de Tours.

Une agitation se produit localement quand Erard de Brienne, sire de Venisy, tente de s'emparer de la couronne comtale de Champagne avec l'appui de sa parentèle.

La ville profite de la prospérité générale du comté à l'époque des foires de Champagne. Elle se situe à mi-chemin entre Troyes (ville majeure de foire) et Auxerre (ville majeure du commerce du vin en France).

La guerre de Cent Ans[modifier | modifier le code]

Une fois le comté de Champagne intégré à la Couronne de France, Saint-Florentin est à plusieurs reprises "engagé" auprès de favoris du moment, ou d'individus dont il faut s'assurer le concours. Des individus, tels les des Portes, parviennent à quitter la ville et à s'illustrer auprès des services centraux de l'Etat.

Au début du XVIe siècle, des Thierriat et des Chubrier quittent la ville pour aller s'établir à Auxerre et s'insérer dans le patriciat de cette cité. Pour autant, la ville dépend du bailliage de Troyes, suivant en cela son statut féodal.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Pendant la Révolution, Saint-Florentin fut un des lieux les plus dynamiques de la Théophilantropie, une religion qui succéda au culte de la raison et de l'Être suprême entre 1798 et 1801. Pendant la Convention, les républicains anti-cléricaux débaptisèrent Saint-Florentin et l'appelèrent Mont-Armance (du 8 germinal an II -28 mars 1794- jusqu'au 6 ventôse an III -24 février 1795-).

Le comte de Saint-Florentin, ministre, procure divers avantages à sa ville. Ils s'avèreront décisifs lors de la réorganisation de la carte administrative en 1790.

Et paradoxe, si elle fait partie du département de l'Yonne depuis 1790 et de la région Bourgogne, ses armoiries portent les armes de Champagne et de Navarre depuis 1234.

Elle fut chef-lieu du district de Saint-Florentin de 1790 à 1795. Cette désignation a gravement indisposé la ville de Brienon-l'Archevêque, qui se posait en rivale. Le gouvernement a mâté cette opposition en faisant stationner longtemps des gendarmes à Brienon. au domicile des élus.

Restauration[modifier | modifier le code]

Interrompu pendant la période révolutionnaire, les travaux de creusement du canal de Bourgogne aboutissent tardivement sous la Restauration.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La rencontre dite de Saint-Florentin, le 1er décembre 1941 entre le maréchal Pétain et le maréchal Goering, représentant du Reich s'est déroulé dans le train spécial du Reichsmarschall, en gare de Saint-Florentin-Vergigny, sur la commune voisine de Vergigny.

Haltes de célébrités[modifier | modifier le code]

Jeanne d'Arc y a probablement fait halte en 1429 en se dirigeant vers Reims pour le sacre de Charles VII, l'écrivain Stendhal (Henri Beyle) y a dîné le 30 août 1811, le maréchal Pétain y a rencontré, à la gare, le maréchal Goering le 1er décembre 1941.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis 1952
Période Identité Étiquette Qualité
1952 1971 Louis Dubost    
1971 1974 Robert Gourmand RI  
1974 1984 Jean-Paul Lefèvre    
1985 1989 Henri Montandon    
1989 2001 Jean Lancray UDF  
mars 2001 novembre 2004 Gérard Magne UDF puis UMP  
2005 mars 2008 Josette Chaboz UMP  
mars 2008 en cours Yves Delot[2] UMP  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Zeltingen-Rachtig (Allemagne) depuis 1966

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 693 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 723 2 503 2 315 2 286 2 442 2 277 2 407 2 515 2 567
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 305 2 589 2 515 2 644 2 482 2 479 2 693 3 071 2 721
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 661 2 556 2 426 2 598 2 884 2 837 2 897 2 928 3 390
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
3 852 5 358 7 000 6 757 6 433 5 748 5 076 4 693 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Remarque : Depuis le 1.1.1971, la commune de Saint-Florentin inclut l'ancienne commune d'Avrolles.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un collège au XVIIIe siècle. Pouillot, prêtre orignaire de Brienon, qui le dirige, se réfugie dans la clandestinité dans la forêt d'Othe pour sauver sa vie menacée par les républicains. Le collège est fermé.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La ville de Saint Florentin possède des équipements sportifs de hautes qualités, avec une piste d'athlétisme en tartan de 400 mètres avec 6 couloirs, permettant l'accueil de manifestations sportives nationales comme les Pointes d'or (championnat de France benjamin et minime). Par ailleurs, un nouveau dojo a vu le jour en 2010, ce nouvel outil va permettre aux adeptes de sports de combat d'assouvir leur passion dans un écrin exceptionnel qui allie environnement et sport de compétition. Enfin, Saint Florentin possède une piscine tournesol de 4 couloirs sur 25 mètres, un stade municipal accueillant football, pétanque et rugby, et un gymnase profitant essentiellement aux scolaires et associations telles que le tennis ou le futsal.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Saint-Florentin.
  • La fontaine aux dragons a été réédifiée en 1979 sur le modèle de celle démolie en 1859. D'inspiration gothique et Renaissance, elle est remarquable par la finesse de ses sculptures et la beauté de ses statues dont Saint-Florentin, Sainte Barbe, Saint Martin et Sainte Béate, des saints vénérés dans la région florentinoise.
  • Le canton possède un musée: le Musée en Florentinois. C'est le dernier musée cantonal de l'Yonne, qui présente une collection encyclopédique très variée allant de la préhistoire à aujourd'hui. Citons par exemple la copie conforme en plâtre de la Vénus de Milo offerte au musée dans les années 1870, par le Louvre dans un souci d'éducation.
  • Le pont-canal permettant au canal de Bourgogne d'enjamber l'Armance. Cet aqueduc en pierre à cinq arches, construit en 1776, est situé tout près du port de plaisance de Saint-Florentin au niveau de l’écluse 108.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Camille Hermilin. Histoire de Saint-Florentin. BSSY.
  2. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 1er janvier 2014.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  5. [1].