Arc-en-Barrois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barrois (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arc.
Arc-en-Barrois
Arc-en-Barrois vu des Eleux
Arc-en-Barrois vu des Eleux
Blason de Arc-en-Barrois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Haute-Marne
Arrondissement Chaumont
Canton Arc-en-Barrois
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Forêts
Maire
Mandat
Philippe Fréquelin
2014-2020
Code postal 52210
Code commune 52017
Démographie
Population
municipale
779 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 56′ 57″ N 5° 00′ 37″ E / 47.9491666667, 5.0102777777847° 56′ 57″ Nord 5° 00′ 37″ Est / 47.9491666667, 5.01027777778  
Altitude Min. 262 m – Max. 401 m
Superficie 50,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte administrative de Haute-Marne
City locator 14.svg
Arc-en-Barrois

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte topographique de Haute-Marne
City locator 14.svg
Arc-en-Barrois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arc-en-Barrois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arc-en-Barrois

Arc-en-Barrois est une commune française, située dans le département de la Haute-Marne en région Champagne-Ardenne.

Arc-en-Barrois est situé à 24 km de Chaumont (préfecture de la Haute-Marne), à 30 km de Langres et à 15 km de la sortie de l’A5 (sortie Chaumont-Semoutiers). Le village est une station verte de vacances, il possède le label « village fleuri » avec trois fleurs attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[1]

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village d’Arc-en-Barrois est situé dans la vallée de l’Aujon sur le plateau de Langres et le finage limitrophe de la Côte-d'Or. L’Aujon traverse Rochetaillée, Saint-Loup-sur-Aujon, Courcelles-sur-Aujon, Giey-sur-Aujon, Arc-en-Barrois et va en direction de Cour-l'Évêque pour se jeter dans l’Aube. Le long de l’Aujon, sur la rive gauche au bas d’Arc-en-Barrois, s’étend une contrée de terres labourables appelée les Éleux.

La forêt domaniale d’Arc-en-Barrois, partagée avec Aubepierre notamment, est une des plus étendues de France (environ 11000 hectares).

La forêt d'Arc-en-Barrois est considérée comme l’une des plus belles chasses au grand gibier de France (sangliers, cerfs et chevreuils).


Les seigneurs d'Arc-en-Barrois :

Jean de Châteauvillain, mort en 1313, marié avec Jeanne de Semur, née vers 1245, Dame de Semur-en-Brionnais

Histoire[modifier | modifier le code]

Portrait d’Adélaïde d’Orléans qui est à l’origine de la construction de l’actuel château (copie propriété du CMN)

Une importante voie romaine (de Langres à Sens et Orléans) passait à l’emplacement actuel d’Arc-en-Barrois. Une forteresse romaine, ou Arx, située sur la hauteur de Lamotte au-dessus d’Arc-en-Barrois servait à protéger la voie. À l’abri de cette forteresse, quelques fermiers groupèrent leurs habitations pour être protégés par la garnison et l’on bâtit à proximité un hospitium (refuge ou abri pour les voyageurs). Le site fut fortifié jusqu’au XIIIe siècle, puis abandonné lors de la construction d’un nouveau château plus bas, au bord de l’Aujon.

Le village a été un temps un marquisat du duché de Châteauvillain. Le château, occupé par les Bourguignons au XVe siècle a été remanié au XVIIe siècle. Il fut finalement détruit à la Révolution.

En 1629, le village connu un début d’épidémie de peste qui fut déclenché, dit-on, à l’occasion du passage de voyageurs qui logèrent dans une hôtellerie du village. Au XVIIe siècle, le village d’Arc-en-Barrois était fortifié et entouré de fossés alimentés par l’Aujon. Les fossés furent comblés sous le comte de Toulouse et les murs abattus au commencement de la Révolution.

Le domaine d’Arc-en-Barrois appartenait en 1622 à Nicolas de L'Hospital, duc de Vitry, il fut acheté en 1679 à son fils par le comte de Morstein qui le céda en 1693 à Louis Alexandre de Bourbon, comte de Toulouse. Son fils Louis Jean Marie de Bourbon, duc de Penthièvre hérita du domaine.

Passées les affres de la Révolution, le domaine fut restitué en 1814 à la fille du duc de Penthièvre, Louise Marie Adélaïde de Bourbon, qui avait épousé en 1769 Louis Philippe, duc d’Orléans. La fille de ces derniers, Adélaïde d'Orléans (sœur de Louis-Philippe Ier), en hérita et reconstruisit le château actuel à l’emplacement de l’ancien. Elle le légua par testament à son filleul le prince de Joinville.

Pendant la Première Guerre mondiale, le château est mis à la disposition des blessés du front de Verdun.

En 1972, Arc-en-Barrois fusionnait avec la commune d’Aubepierre, la séparation aura lieu dix ans plus tard en 1982.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Philippe Frequelin[2] UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 779 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 166 1 768 1 261 1 204 1 487 1 526 1 536 1 557 1 545
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 302 1 349 1 348 1 253 1 282 1 193 1 124 1 082 1 055
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
970 933 864 730 719 690 803 930 932
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
824 801 1 033 1 033 874 898 789 773 779
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Arc-en-Barrois

Les armes d'Arc-en-Barrois se blasonnent ainsi :

Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes ( D'azur à la fasce cousue de gueules chargée de trois fleurs de lys d'or, accompagnée en chef d'une couronne fermée et en pointe d'un arc couché à la flèche ajustée, le tout du même[5]). .

La couronne rappelle l’ancien statut de marquisat d’Arc-en-Barrois.

Le blason d’Arc-en-Barrois sur le site GeneaWiki.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château d'Arc-en-Barrois
Le château actuel est construit vers 1845 par la princesse Adélaïde d’Orléans, sœur cadette du roi des Français Louis-Philippe Ier. À la mort de celle-ci, en 1847, le château revient à son filleul le prince de Joinville. C’est aujourd’hui un domaine privé.
Maison Renaissance à Arc-en-Barrois
Maison Renaissance
Située derrière l’hôtel de ville, c’est une maison à ordres superposés construite en 1550. Elle est classée Monument historique.

Médiathèque le Relais

Médiathèque - Le Relais

Description

La Médiathèque d’Arc-en-Barrois s’étend sur 300m² et propose plusieurs espaces : enfants, adultes, audiovisuel, presse et informatique Elle offre à TOUS un accès à la culture grâce à de nombreux supports : livres, documentaires, périodiques, bandes-dessinées, mangas, CD, DVD, Internet.


Fonds documentaire

Prêts de plus de 3000 ouvrages Dépôt de 700 CD et 200 DVD de la Médiathèque départementale Acquisitions régulières de nouveautés Offre d’une dizaine de titres de périodiques Renouvellement du fonds tous les trois mois avec le passage du bibliobus et médiabus Animations et expositions régulières 2 quotidiens (le Journal de la Haute-Marne et La voix de la Haute-Marne) et des revues pour adultes et enfants. Informatique 5 postes permettent d’accéder à Internet, à des sélections de sites, à des outils bureautiques et de consulter notre catalogue.

Église Saint Martin.
Article détaillé : Église d'Arc-en-Barrois.
Glacière
La glacière a été construite en 1873 par le prince de Joinville. De forme ovoïdale, enterrée et d’une hauteur de 8,5 m, elle servait à stocker la glace prélevée sur l’étang du château.
Machine à vapeur
C’est également sous l’impulsion du prince de Joinville qu’une machine à vapeur est construite en 1896, servant au fonctionnement d’une ancienne scierie. Elle monte sur 3 étages, avec foyer, chaudière tubulaire de 9 m3, machine à vapeur 80 CV avec volant de 3,5 m. Elle fonctionne jusqu’en 1963. Elle est classée Monument historique depuis 1977.
Forêt d'Arc-en-Barrois
La forêt domaniale d’Arc-en-Barrois, partagée avec Aubepierre-sur-Aube notamment, est une des plus étendues de France avec ses 15 210 hectares. Elle est considérée comme le plus grand domaine de chasse au gros gibier de France.
Dolmens ferme de Sautreuil

Économie[modifier | modifier le code]

  • Le golf d’Arc-en-Barrois (9 trous, 1 putting green et 1 practice), intégré dans l’ancien parc du château et d’une longueur de 3 089 mètres, est tracé aux détours de l’Aujon dans la verdure.
  • La société Schurter (environ 55 salariés), créée en 1981, fabrique des fusibles et porte-fusibles, y compris pour satellites.
  • Exploitation forestière.
  • Cultures maraîchères.
  • Petits ateliers.
  • Maison de retraite publique.

Évènements[modifier | modifier le code]

Messe de la Saint Hubert à Arc-en-Barrois
  • La fête de la saint Hubert a lieu chaque année le dernier week-end de novembre avec de nombreuses animations; vente aux enchères d’objets d’art cynégétique, expositions, messe de la saint Hubert à l’église, concert de trompe de chasse, marché de la saint Hubert…


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Palmarès 2008 du 49e concours des villes et villages fleuris. Consulté le 22 septembre 2009.
  2. réélu en 2008
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. Banque du Blason