Maison d'arrêt de Fresnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 45′ 49″ N 2° 19′ 19″ E / 48.76361, 2.32194

Vue de la Maison d'arrêt de Fresnes.

La prison de Fresnes est une maison d'arrêt située dans la banlieue sud de Paris, sur la commune de Fresnes. Elle fait l'objet d'un recensement à l'inventaire général du patrimoine culturel[1].

Avec Fleury-Mérogis et la prison de la Santé, c'est l’un des trois principaux établissements pénitentiaires de la région parisienne, et aussi l'un des plus importants de France. Bien que sa capacité soit de 1 444 places, 1 641 personnes y étaient détenues au 28 juin 2005. En 2010, le nombre de personnes incarcérées dans la maison d'arrêt s'élève à environ 2200 tandis que le nombre de places serait de 1700.

Histoire[modifier | modifier le code]

Médaille de l'inauguration des prisons de Fresnes-les-Rungis.

La prison fut construite de 1895 à 1898 par l'architecte Henri Poussin. Une médaille fut frappée à cette occasion par le graveur Oscar Roty[2]. L'architecture mise en place est innovante et fonctionnelle, elle sera connue sous le nom de plan « en pôle téléphonique ». Pour la première fois, les blocs cellulaires sont disposés perpendiculairement à un corridor central, qui dessert les autres blocs et les pièces communes. Elle servira de modèle pendant près d'un siècle à bien d'autres prisons en France comme les Baumettes à Marseille, ou aux États-Unis, comme Rikers Island à New York.

En 1978, l'administration décida d'y faire entreposer la guillotine, désirant faire de la prison le seul lieu habilité aux exécutions capitales en France. Cependant, la « veuve » y restera muette, les derniers détenus qui ont été transférés à Fresnes en vue de leur éventuelle exécution ayant tous été graciés ou ayant eu leur peine convertie suite à l'abolition de la peine de mort.

Prisonniers célèbres[modifier | modifier le code]

Comme toute prison importante, la prison de Fresnes a son lot de prisonniers célèbres.

Pendant l'Occupation, elle fut utilisée par les nazis pour emprisonner et torturer résistants et agents des services secrets britanniques. Louis Armand, Marc Sangnier, Michel Marius Simon y furent incarcérés et la résistante Bertie Albrecht s'y donna la mort. Les membres de l'Affiche rouge, Manouchian en tête, y furent détenus et torturés pendant plusieurs mois (fin 1943 - début 1944), jusqu'à leur exécution au Mont-Valérien.
Après le débarquement de Normandie, la Gestapo exécuta certains des prisonniers, comme Suzanne Spaak, une semaine avant la libération de Paris.

Lors de l'épuration qui suivit la Libération, ce furent cette fois des collaborateurs qui y furent incarcérés comme Jean Hérold-Paquis, Pierre Laval, exécuté en octobre 1945 dans les murs mêmes de la prison, l'écrivain Robert Brasillach, emprisonné jusqu'à son exécution en février 1945 et où il écrivit les Poèmes de Fresnes, et l'industriel Louis Renault, mort dans des circonstances douteuses. Jean Genet, détenu de droit commun, y écrit Le Condamné à mort en 1942 ; Sacha Guitry décrivit son propre séjour à Fresnes dans 60 jours de prison.

Durant la guerre d'Algérie, Fresnes vit incarcérés à la fois des membres :

Plus récemment, Paul Touvier et Loïk Le Floch-Prigent y ont été également incarcérés.

Évasions célèbres[modifier | modifier le code]

  • Cinq algeriens, membres du FLN font la belle à Fresnes le 28 juin 1961  : ils avaient scié un barreau de chacune des fenêtres de leurs deux cellules au quatrième étage de la deuxième division-la division politique, puis ils étaient partis en accrochant leurs draps en corde et en empruntant le chemin de ronde. À une heure les surveillants avaient constaté que les détenus étaient dans leurs cellules. Ces détenus d'ailleurs étaient fréquemment séparés les uns des autres et changés de cellule pour éviter ce genre de tentatives. À une heure tout était en ordre. À 1 h 30, un employé de l'administration pénitentiaire constatait la présence des draps en corde le long des murs de la deuxième division. Le dispositif d'alerte avec ses sirènes fut instantanément déclenché. Toutes les portes furent gardées, les allées balayées par des cordons de surveillance. Les gardiens de la paix opérèrent des rondes. Les chiens policiers furent lâchés, mais ils ne retrouvent aucune piste[réf. nécessaire].

Les Algériens qui ont ainsi fait la belle sont :

  • Trois en instance de jugement pour homicides volontaires ou tentatives d'homicide :
    • Saad Benguerrah
    • Mustapha Kerifi
    • Brahim Medani
  • Les deux autres déjà condamnés :

Mutinerie[modifier | modifier le code]

  • Le 9 mai 1985, 400 prisonniers de la maison d’arrêt et de l’hôpital pénitentiaire se retrouvent sur les toits. Pendant les affrontements avec la police, qui fait un usage massif de grenades lacrymogènes, un détenu se tue « en tombant de la toiture ».

La prison aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Vue de la Maison d'arrêt de Fresnes.
(Données pour l'année 2006)

Il y a trois principaux types d’établissements pénitentiaires en France (hors établissements de semi-liberté et centres de détention pour étrangers ou pour mineurs) : maisons d’arrêt, centres de détention et maisons centrales, ces deux derniers étant des établissements pour peine, c’est-à-dire des prisons pour personnes condamnées, à la différence des maisons d’arrêt censées n’accueillir que des personnes prévenues (en attente de jugement) et des personnes condamnées à des reliquats de peine inférieurs à 2 ans.

L’organisation actuelle de la maison d’arrêt de Fresnes est complexe. Elle est due, notamment, à son statut très particulier, voire unique, dans le parc carcéral français.

D’abord, Fresnes est le « bastion de la pénitentiaire », une prison qui fonctionne « comme à l’ancienne » et où les évolutions ont peu cours en raison de l'architecture difficilement modifiable (considérée comme patrimoine de la nation) et de la direction sécuritaire de l'établissement. Nombreux sont les personnels de surveillance qui y font un stage ou leurs premiers mois au service de l’État. Ce n’est pas un hasard si la Direction interrégionale des services pénitentiaires de Paris, chargée de la région Île-de-France, a son siège sur le domaine pénitentiaire de Fresnes, alors que les sièges institutionnels des services déconcentrés de l’État sont quasiment toujours installés dans la capitale. Fresnes a été préféré comme siège de la DRSPP à Fleury-Mérogis, pourtant la plus grande prison d'Europe, ou à la prison de la Santé, pourtant située à Paris.

Ensuite, c’est le second établissement de France par sa taille et le nombre de personnes incarcérées (2 300 hommes et une centaine de femmes en septembre 2007), après Fleury-Mérogis (maison d’arrêt de l’Essonne, la plus grande d’Europe avec environ 6 000 détenus).

Elle est par ailleurs surnommée dans la pénitentiaire « la gare de triage », en raison du grand nombre de détenus en attente d'affectation dans leurs établissements pour peine (principalement en 2e division : personnes condamnées en attente de transfert dans un centre de détention ou une centrale. Les périodes de transfert peuvent courir sur plusieurs années en raison de la surpopulation dans les établissements pour peine).

Enfin, malgré son statut de maison d’arrêt, les détenus qui y sont incarcérés sont dans des situations multiples qui sont loin de se limiter au seul statut de prévenu et que recouvrent, bien que de façon artificielle, les différents lieux d’incarcération.

La politique d’inflation sécuritaire et de « prison compulsive »[3], très marquée en France ces dernières années, est l'une des causes de la surpopulation carcérale et de la détérioration des conditions de vie dans les maisons d’arrêts européennes en général et françaises en particulier (densité carcérale nationale en 2006 : 117 détenus pour 100 places mais 129 % dans les seules maisons d’arrêt). Parmi les entrants, 12 % sont sans domicile fixe, 54 % sans travail, 76 % célibataires.

En outre, la fermeture progressive de la maison d'arrêt de la Santé (Paris) entraîne une augmentation des détenus transférés, générant un accroissement des tensions en détention en 2006, les détenus de la Santé n’étant pas du tout habitués à la discipline de Fresnes.

Ainsi, la maison d'arrêt de Fresnes est divisée en plusieurs bâtiments, eux-mêmes subdivisés en différents lieux d'incarcération.

Le Grand quartier (GQ) des hommes ou maison d’arrêt des hommes (MAH)[modifier | modifier le code]

C'est le bâtiment principal du domaine pénitentiaire.

La maison d’arrêt des hommes est divisée en 3 divisions transversales, elles-mêmes réparties en aile Nord et en aile Sud le long d'un grand couloir central (dont le parquet est classé aux monuments historiques). Les divisions sont étanches entre elles afin, notamment, de permettre d’incarcérer des personnes mises en cause dans une même affaire sans qu’elles aient la possibilité de communiquer entre elles.

Il y avait en 2006 environ 500 à 600 détenus par division selon les périodes. En septembre 2007, environ 2 300 personnes étaient détenues à Fresnes, impliquant une hausse substantielle des effectifs dans chaque division. On peut définir les grandes lignes de la répartition des 3 divisions ainsi, sans que ces catégories soient absolument définies du fait de la multiplicité des statuts des détenus :

  • la 1re division nord accueille principalement les détenus qui travaillent en ateliers, ainsi que le quartier arrivant.
  • la 1re division sud accueille principalement les détenus en mandat de dépôt correctionnel et le QI (au fond du rez-de-chaussée)
  • la 2e division accueille principalement les détenus qui viennent du CNE (cf. plus bas) et ceux qui sont en attente de transfert vers d’autres maisons d'arrêt ou établissements pour peine
  • la 3e division accueille principalement des détenus inscrits au centre scolaire (souvent jeunes), les détenus étrangers et les détenus transsexuels[réf. nécessaire] (premier étage sud)

On peut ajouter quelques autres lieux qui sont partie intégrante de la détention à la MAH de Fresnes :

  • Le quartier disciplinaire (QD), plus connu sous le nom de mitard, où sont placés pour un temps déterminé les détenus n'ayant pas respecté le règlement intérieur.
  • Le quartier d'isolement (QI), destiné aux détenus ayant un statut particulier (cas psychiatriques, détenus particulièrement surveillés (DPS), détenus médiatisés, fonctionnaires du Ministère de la justice, de l'intérieur ou de la défense…).
  • Les ateliers de travail sont répartis dans les cours de promenade de chacune des divisions. Le travail en atelier est effectué, à Fresnes, pour des entreprises privées (parfois très célèbres) et non pour les besoins de la détention (qui emploie d'autres détenus comme coiffeurs, cuisiniers, bibliothécaires…).
  • Le Centre scolaire de 3e division qui accueille des détenus qui ont repris une activité universitaire par le biais de cours au Centre ou d'études par correspondance.
  • Les salles d’ateliers, au minimum deux par divisions, sont généralement deux cellules de 9 m² dont on a brisé le mur de séparation et qui servent aux activités socio-éducatives, culturelles, religieuses.
  • Les bibliothèques : une bibliothèque centrale en 1e division et une bibliothèque annexe dans chaque division gérée par une bibliothécaire employée par le SPIP (service pénitentiaire d'insertion et de probation).
  • La chapelle, située au bout de la détention, autrefois utilisée exclusivement comme lieu de culte et aujourd'hui mise à disposition pour les activités culturelles, les spectacles et les fêtes religieuses. Capacité de 300 places[4].

Le Centre national d'évaluation (CNE)[modifier | modifier le code]

Appelé jusqu'en 2010 « centre national d'observation » (CNO), situé au-delà de la 1re division, c’est un établissement où sont « observés » pendant six semaines des détenus considérés comme difficiles et condamnés le plus souvent à de lourdes peines (reliquat de 10 ans minimum)[5] afin de les orienter vers des établissements pour peines correspondant à leurs profils. Ces longues peines sont ensuite affectées, en attente de transfert, en 2e Division où ils peuvent rester deux ans en attente et dont l’effectif total peut être de 100 détenus.

Le paradoxe de la Maison d’arrêt de Fresnes (prévenus et courtes peines) est qu’elle est aussi d'une certaine façon la plus grande centrale de France (longues peines), ce qui explique l’aspect sécuritaire de la détention. Le CNE est isolé du reste de la détention, et il se trouve au bout de la 1re division au Grand quartier. Certains détenus attendent leur transfert pendant des mois, voire des années, dans un environnement (la 2e division) où sont également incarcérés des prévenus, ce qui a conduit à des dépôts de plainte de la part de détenus.

Il a désormais une mission supplémentaire : accueillir des détenus pour une évaluation de leur dangerosité dans le cadre du dispositif de rétention de sûreté.

La Maison d’arrêt des femmes (MAF)[modifier | modifier le code]

Située au bout de l'allée du domaine pénitentiaire, c'est un bâtiment distinct de la MAH. On y dénombre 80 détenues en moyenne en 2006 et une centaine en 2007. Le nombre relativement peu élevé des femmes incarcérées permet aux détenues de trouver assez facilement du travail en cellule ou en atelier. Nombreuses sont les détenues de nationalité étrangère impliquées dans le transport de produits stupéfiants. Une autre particularité réside dans la présence d'une importante communauté de Basques[réf. nécessaire]. Enfin, les hommes surveillants ne sont pas habilités à travailler à la MAF. Seuls les chefs de détention sont des hommes, mais le personnel chargé des tâches pratiques de détention est exclusivement féminin. À l'inverse, le personnel de surveillance chargé de la maison d'arrêt des hommes est aussi bien masculin que féminin.

L’établissement public de santé national de Fresnes (EPSNF)[modifier | modifier le code]

Autrefois appelé établissement pénitentiaire de santé national, c’est le premier bâtiment que l’on rencontre lorsqu'on entre sur le domaine de Fresnes. Son fonctionnement est autonome, totalement indépendant de celui de la maison d’arrêt. Il y a environ 80 détenus (turn-over très rapide) à l’EPSNF. Les conditions de détention sont meilleures et la surveillance s’y exerce plus souplement.

Le service médico-psychologique régional (SMPR)[modifier | modifier le code]

Le SMPR dispose d'un bâtiment accolé à la maison d'arrêt pour hommes. Il assure un suivi des personnes relevant de soins psychiatriques. Sur une base volontaire, il dispense des soins spécifiques aux auteurs d'infractions sexuelles.

Le SMPR dispose aussi de services spécialisés dans le traitement des toxicomanies et dans l'hospitalisation des personnes présentant des troubles psychiatriques graves et qui refusent les soins en détention.

Les surveillants sont affectés au SMPR sur une base volontaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bourquin J (1969). Étude sur 55 adolescentes incarcérées au quartier des mineures de la prison de Fresnes.
  • Henri Calet, Les murs de Fresnes, Paris, éd. des Quatre-Vents,‎ 1945, 109 p., rééd. V. Hamy, 1993, 125 p. (ISBN 2-87858-048-6)
    Étude des graffitis laissés sur les murs par les détenus emprisonnés par l'occupant nazi, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale
  • Carlier C, Prade C & Renneville M (2010) histoire des prisons de Paris, de la prise de la Bastille à l’ouverture de Fresnes.
  • Christian Carlier, Juliette Spire et Françoise Wasserman (préf. Michelle Perrot), Fresnes, la prison : Les établissements pénitentiaires de Fresnes : 1895-1990, Fresnes, éd. Écomusée de Fresnes,‎ 1990, 151 p. (ISBN 978-2-903379-22-3)
    Publié à l'occasion d'une exposition à l'Écomusée de Fresnes
  • Christian Carlier, Histoire de Fresnes, prison moderne : De la genèse aux premières années, Paris, éd. Syros, coll. « Histoire de »,‎ 1998, 270 p. (ISBN 978-2-84146-641-2)
  • Chemla JP (1978) De l'utilisation de certains psychotropes à la prison de Fresnes et des motivations qui conduisent à leur consommation (Thèse de Doctorat).
  • Chevandier C (2012). Leçons à Fresnes, leçons de Fresnes. Un enseignement universitaire en prison. Dialectique carcérale, Paris: L’Harmattan.
  • Chevandier C (2012) Leçons à Fresnes, leçons de Fresnes. Dialectique carcérale: Quand la prison s'ouvre et résiste au changement, 149.
  • Christian, C., Juliette, S., & Françoise, W. (1991). Fresnes la prison, les établissements pénitentiaires de Fresnes, 1895-1900. Fresnes, Ecomusee de Fresnes.
  • Golovine P (2004) Un psychologue en prison: entre logique psychiatrique et logique judiciaire. Psychotropes, 10(3), 187-197 (résumé).
  • Albertine Sarrazin fut incarcérée à Fresnes, et publia Journal de Fresnes.
  • Gaulier, M., & Esneault, M. T. (2002). Odeurs prisonnières [récit inédit d'une thérapie par les odeurs à l'Hôpital Pénitentiaire de Fresnes; un autre regard sur la prison]. Ed. Quintessence.
  • Catherine Herszberg, Fresnes, histoires de fous, Paris, éd. du Seuil,‎ 2006, 184 p. (ISBN 978-2-02-086379-7)
  • Lemoine D (2001) Identité et VIH : Analyse des influences de la prison sur l’identité de détenus séropositifs. Une approche ethnologique et d’anthropologie sociale. Rev Esp Sanid Penit, 3, 14-21.
  • Migliorino R (2007) Les urgences médicales à la prison de fresnes. Revue de l'infirmière, (129), 30-31.
  • Christiane de Beaurepaire, Non-lieu : Un psychiatre en prison, Paris, éd. Fayard,‎ 2009, 364 p. (ISBN 978-2-213-63367-1)
    Récit de quinze ans passés à Fresnes en tant que psychiatre
  • Kergoyan J (1986) Carte sanitaire d'une population carcérale : étude de 500 détenus de la prison de Fresnes (Thèse de Doctorat).
  • Prudhomme, J., Verger, P., & Rotily, M. (2003). Fresnes-Mortalité des sortants. Étude rétrospective de la mortalité des sortants de la maison d’arrêt de Fresnes Second volet de l’évaluation des unités pour sortants (UPS). OFDT, Paris (résumé).
  • Remy, A. J., Benhaim, S., Khemissa, F., & Heran, B. (2001). Hépatite C et prisons : Résultats d'une enquête sur 85 centres pénitentiaires français ; gastroetérologie clinique et biologique , 25, A67-A67 (résumé).
  • Trévisan C (2005) Ce qu'ont dit les murs de Fresnes. Le Temps des médias, (1), 90-100 (résumé).
  • Vergez-Chaignon B (2006) Vichy en prison : Les épurés à Fresnes après la Libération. Editions Gallimard.
  • Vimont JC (2004) Images ambiguës d'un navire immobile : la prison de Fresnes des épures. Sociétés & représentations, (2), 217-231.
  • Vincent I, Bocquentin M & Taburet AM (1999) Analyse de la consommation en médicaments à l'UCSA de la maison d'arrêt de Fresnes. Journal de pharmacie clinique, 18(OCT), 85-87.

Liens[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]