Jean Hérold-Paquis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Herold.

Jean Auguste Hérold, dit Hérold-Paquis, né à Arches (Vosges) le 4 février 1912 et fusillé au fort de Châtillon (dans l'actuelle commune de Fontenay-aux-Roses) le 11 octobre 1945, est un journaliste radiophonique français, connu pour ses chroniques pro-allemandes sur Radio Paris sous le régime de Vichy.

Sa carrière[modifier | modifier le code]

Journaliste français de droite, puis, rapidement, d'extrême droite, il commence à avoir un début de notoriété, après des débuts décevants, comme chroniqueur radiophonique dans le grand quotidien catholique Choisir. En 1937, il devient célèbre en s'engageant aux côtés des Nationalistes pendant la guerre d'Espagne. D'avril 1938 à mars 1939 il assure les émissions en langue française à Radio-Saragosse, dans le camp franquiste. Il fonde également l'Association des amis de Radio-Saragosse, qui compte jusqu'à 18 000 membres. En 1939, il a l'occasion de rencontrer le maréchal Pétain, nommé ambassadeur de France en Espagne, accrédité auprès du général Franco.

Après la défaite de 1940, il prétend avoir choisi la collaboration avec l'occupant par anglophobie, après l'attaque d'une escadre française par les Anglais à Mers el Kébir. Il fut un sympathisant pro-allemand et des idées du national-socialisme, membre du Parti populaire français de Jacques Doriot et du comité d'honneur, réuni lors de la création de la section française de la Waffen-SS.

Il s'est surtout fait connaître pendant l'Occupation, à partir du 4 janvier 1942, avec sa chronique militaire de Radio Paris, tenue après le journal de vingt heures, dans laquelle il acclamait les succès de l'Axe et ridiculisait l'action des Alliés, avec ce célèbre leitmotiv : « L'Angleterre, comme Carthage, sera détruite ! ». Il incarne, en résumé, l'état d'esprit du « Paris collaborationniste », très critique à l'égard du régime de Vichy, jugé « trop mou » dans sa politique de collaboration.

En aout 1944, il fuit Paris et se réfugie en Allemagne. Il y poursuit ses chroniques à l'antenne de Radio Patrie qui émettait depuis le territoire allemand, mais, selon Céline, ne vint jamais à Sigmaringen.

Quand l'Allemagne est envahie et ses armées écrasées, il tente de fuir en Suisse. Ayant cédé au frère du ministre Abel Bonnard sa place dans l'avion emmenant Pierre Laval en Espagne, il est finalement arrêté le 8 juillet 1945 et incarcéré à la prison de Fresnes. Il est jugé et condamné à mort le 17 septembre 1945. L'accusation ne produit aucun témoin, se contentant de faire écouter à la cour les enregistrements des chroniques de l'accusé. Ce dernier se déclare heureux de la victoire alliée et affirme s'être trompé à l'époque des faits. Il est fusillé au Fort de Châtillon le 11 octobre 1945. Il écrivit en prison un livre de souvenirs, publié après sa mort sous le titre Des Illusions… Désillusions ! qui reste un des meilleurs témoignages sur l'atmosphère délétère des derniers jours de la collaboration parisienne.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Coups durs, reportage romancé, Nancy, Imprimerie Marie-Louis Albertus, [1931]
  • Paroles en l'air ? (Radio-journal de Paris), Paris, Les Documents contemporains, [1943] (brochure)
  • L'Angleterre comme Carthage, recueil éditorial du 14 février 1943 au 18 mars 1944, préface de Xavier de Magallon, Paris, Éditions du Centre d'études de l'Agence Inter-France, 1944.
  • Poèmes inédits, Paris, Cahiers de la Vérité, 1948.
  • Des Illusions... Désillusions ! Mémoires 15 août 1944 - 15 août 1945, Paris, Bourgoin éditeur, 1948.
  • Mémoires, préface de Xavier de Magallon, Paris, Déterna, « Documents pour l'histoire », 2003. (Comprend: L'Angleterre comme Carthage et Des illusions, désillusions : 15 août 1944 - 15 août 1945.
    • Voir aussi : Les Procès de la Radio (Paul Ferdonnet et Jean Hérold-Paquis), compte rendu sténographique, Paris, Albin Michel, 1947.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascal Ory, Les Collaborateurs, éd. du Seuil, « Points »-histoire, 1980
  • Roger Maudhuy, Les Grands procès de la Collaboration, Lucien Souny, 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]