Henri Calet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Henri Calet, de son vrai nom Raymond-Théodore Barthelmess, est un écrivain français né le 3 mars 1904 à Paris et décédé le 14 juillet 1956 à Vence. Journaliste, il a collaboré, entre autres, à Combat.

Les romans de Calet mettent souvent en scène un Paris populaire de la première moitié du XXe siècle. Patrice Delbourg dit de lui[1]  : « C'est sans aucun doute l'émoi amoureux qui sert de fil conducteur à l'œuvre de Henri Calet. Et Paris comme accotement de prédilection. Le Paris de Charles-Louis Philippe, de Fargue, de Dabit. »

Ces dernières années révèlent un regain d'intérêt pour cet auteur, dont l'un des spécialistes est Jean-Pierre Baril.

Deux jours avant sa mort, Calet écrira dans son agenda ces mots émouvants : « C’est sur la peau de mon cœur que l’on trouverait des rides. Je suis déjà un peu parti, absent. Faites comme si je n’étais pas là. Ma voix ne porte plus très loin. Mourir sans savoir ce qu’est la mort, ni la vie. Il faut se quitter déjà ? Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes. » Ces deux dernières phrases furent citées par Raymond Devos comme « la parole du poète » dans son sketch « Le vent de la révolte » ; elles figurent aussi dans la chanson "La facture d'électricité" de Miossec qui avoue apprécier l'écrivain[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1935 : La Belle Lurette, Éditions Gallimard
  • 1937 : Le Mérinos, Éditions Gallimard
  • 1939 : Fièvre des Polders, Éditions Gallimard
  • 1945 : Les murs de Fresnes, Éditions des Quatre Vents
  • 1945 : Le Bouquet, Éditions Gallimard
  • 1947 : America, Éditions de Minuit
  • 1947 : Trente à quarante, Éditions de Minuit
  • 1947 : Rêver à la Suisse, Éditions de Flore
  • Le Tout sur le tout, éd. Gallimard, 1re édition, 1948 ; éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », Paris, 2003 (ISBN 2-07-022152-0)
  • 1950 : Monsieur Paul, Éditions Gallimard
  • 1950 : L’Italie à la paresseuse, Éditions Gallimard ; rééd. 2009, Le Dilettante
  • 1951 : Les grandes largeurs, Éditions Gallimard
  • 1952 : Un grand voyage, Éditions Gallimard
  • 1954 : Les Deux bouts, Éditions Gallimard
  • 1956 : Le Croquant indiscret, Éditions Grasset
  • 1956 : Contre l'oubli, Éditions Grasset
  • Peau d'ours, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », Paris, 1958 (ISBN 2-07-070453-X)
  • 1959 : Acteur et témoin, Mercure de France
  • De ma lucarne, chroniques, textes établis avec postface et notices par Michel P. Schmitt, éd. Gallimard, coll. « Les Inédits de Doucet », Paris, 2000 (ISBN 2-07-076036-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]