Panenthéisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le panenthéisme, (du grec Grec πᾶν (pân) « tout »; ἐν (en) « dans »; et θεός (theós) « Dieu »; « tout est en Dieu »)[1] est un terme forgé par le philosophe allemand Karl Christian Friedrich Krause (Vorlesungen über das System der Philosophie, 1828) pour désigner sa propre doctrine théologique qui entendait servir de médiation entre panthéisme et théisme, et qui fut par la suite utilisé pour désigner toute tentative analogue[2],[1].

Définition[modifier | modifier le code]

Le panenthéisme est un système de croyance qui postule que le divin existe et interpénètre toutes les parties de la nature, mais que, dans le même temps, il se déploie au-delà d'elle. On distingue le panenthéisme du panthéisme qui tient que le divin est tout entier dans l'univers, sans lui être ni extérieur, ni supérieur[3],[1].

Dans le panenthéisme, l'univers et le divin ne sont pas ontologiquement équivalents. Dieu n'est pas considéré comme le créateur ou la démiurge, mais plutôt comme la force éternelle qui anime l'univers, celui-ci n'étant rien d'autre que la partie manifeste de Dieu[1]. L'univers existe à l'intérieur même de Dieu qui, à son tour, est diffusé en chaque partie du cosmos ou se trouve en lui[1]. Tandis que le panthéisme affirme que « Tout est Dieu » et que Dieu possède la même portée ou les mêmes limites spatiales ou séquentielles que le cosmos, le panenthéisme va plus loin en déclarant que Dieu est plus grand que l'univers et que ce dernier est contenu en Lui[1], [3] comme dans le concept de Tsimtsoum. Dieu est à la fois l'inflence suprême qui agit sur l'univers, tout en étant le résultat de celui-ci[1]. Une bonne partie de la pensée hindoue est une expression de panenthéisme et de panthéisme[4],[5]. Le judaïsme hassidique relie l'idéal élitiste de renoncement ascétique à un panenthéisme transcendant paradoxal, par le biais de l'articulation intellectuelle entre les dimensions intérieures de la Kabbale et l'emphase populaire sur l'immanence panenthéiste de Dieu en toute chose et en tout acte de bonté.

Dans les Amériques (Amérindiens)[modifier | modifier le code]

Les peuples amérindiens d'Amérique du Nord, tels que les Cris, les Iroquois, les Hurons, les Navajos, etc. avaient et continuent d'avoir une conception largement panenthéiste de Dieu, considéré, à la fois, comme immanent à la Création et transcendant par rapport à elle[1]. Les auteurs amérindiens utilisèrent, pour traduire le mot Dieu, des expressions comme « le Grand Mystère » ou « L'Autre Sacré »[1]. L'une des exceptions pourrait être celle des Cherokis modernes qui semblent, d'une manière prédominante, monothéistes[6]. Cependant, dans les anciennes traditions cherokies, beaucoup soulignent des aspects à la fois panthéistes et panenthéistes, embrassant des traditions spirituelles diverses, sans exclusivité et sans contradiction, comme c'est la cas d'autres tribus d'Amérique La plupart des peuples amérindiens d'Amérique du Sud étaient largement panenthéistes, de même que l'étaient les anciens Asiatiques du Sud-Est ou les cultures africaines[1].

Si l'on en croit Charles C. Mann[7], seules les classes inférieures de la société aztèque étaient polythéistes. Les écrits des prêtres aztèques s'avèrent fortement panenthéistes et considèrent la mythologie commune comme une simplification symbolique, plus facile à saisir par les gens du commun. La métropole de Teotihuacán qui, en nahuatl, signifie « le lieu où les hommes deviennent des dieux » « n'était autre que l'endroit où le serpent apprenait miraculeusement à voler ; c'est-à-dire où l'individu atteignait la catégorie d'être céleste par l'élévation intérieure ». Cette cité « […] évoque le concept de la divinité humaine »[8]. Les aztèques avaient développé une école philosophique particulièrement importante, ayant produit beaucoup plus de textes que les Grecs eux-mêmes[7]. Le Teotl est le principe divin ou numineux fondamental régissant absolument tout l'univers[9],[10].

En Europe[modifier | modifier le code]

Le néoplatonisme[modifier | modifier le code]

On peut considérer que le néoplatonisme (IIIeVIe siècle av. J.-C. après J.C.) et sa théorie de l'émanation impliquent le panenthéisme[11]. Pour Plotin, l'hypostase suprême est l'Un dont dérive, par émanation, une deuxième hypostase qui est l'Esprit, dont dérive, par émanation, une troisième hypostase qui est l'Âme. De cette dernière, dérivent, en chute émanatiste, toutes les autres réalités du monde. Ces mêmes réalités, remontent ensuite, en sens contraire, les différents stades et se recomposent dans l'Un[11]. L'Un est donc la véritable entité stable et éternelle d'où sort la pluralité pour y retourner à nouveau[11]. Les dieux, également émanés de l'Un et destinés à y retourner, jouent le rôle de nonces, de messagers de l'Un aux hommes, par le biais de leurs oracles[11]. Porphyre (l'extenseur des Ennéades) et Jamblique développeront la pensée plotinienne selon des modalités moins philosophales et plus spécifiquement magico-religieuses[11]. Proclus, enfin, au Ve siècle, systématisera la pensée néoplatonicienne, distinguant dans le processus d’émanation les trois moments de la permanence, du processus, et du retour[11]. Bien plus tard encore, au XIIIeXIVe siècle av. J.-C., la mystique de Maître Eckhart sera impensable sans référence au néoplatonisme plotinien et plus encore à celui de Proclus[11].

Giordano Bruno[modifier | modifier le code]

La théologie de Giordano Bruno, religieux dominicain du XVIe siècle, peut être reliée soit à Platon, soit au néoplatonisme[12]. Surtout, elle peut être qualifiée de religion de « l’infini », car elle reprend l'héritage de Nicolas de Cues, en mettant l'accent sur le Dieu-Infini (macrocosme) dont l’homme est une image réduite (microcosme)[12]. Ce Dieu-Infini l'est en lui-même et en chacun de ses attributs. Il est à la fois l'Esprit universel, artisan de l'univers et l'Âme du monde, « idée-forme » du cosmos, qui le conforme, le vivifie et l'imprègne en chacune de ses parties[12]. Parallèlement, le cosmos lui-même est un organisme infini et éternel si l'on considère son ensemble, sa totalité ; mais chacune de ses parties, chacun des mondes qui le composent sont finis[12]. Dieu est principe et cause de toutes choses, dans la mesure où toutes choses sont distinguées de lui et située après lui, que ce soit du point de vue de la nature, de la durée ou de la dignité[12].

« Je dis que Dieu est tout infini, parce que tout en lui se trouve dans le monde en son entier et totalement dans chacune de ses parties, au contraire de l'infinité de l'univers, laquelle est totalement dans le tout, et non dans ces parties finies. » (L'infini, l'Univers et les Mondes)

« Une chose, si petite et si minuscule qu’on voudra, renferme en soi une partie de substance spirituelle (…); parce que l’esprit se trouve dans toutes les choses et qu’il n’est de minime corpuscule qui n’en contienne une certaine portion et qu’il n’en soit animé. » (Cause, Principe et Unité)

« Ce qu’on peut dire de chaque parcelle du grand Tout, atome, monade, peut se dire de l’univers comme totalité. Le monde en son cœur loge l’Âme du monde, l’Esprit. » (Cause, Principe et Unité).

Baruch Spinoza[modifier | modifier le code]

Baruch Spinoza, philosophe hollandais du XVIIe siècle, d'origine juive, a développé une philosophie de Dieu et de la Nature que l'on a pu qualifier de panenthéiste[13]. Selon lui, la seule substance qui existe (c'est-à-dire qui existe en soi et ne peut être conçue que par soi) et que l'on puisse concevoir, c'est Dieu, être absolument infini[14]. Les deux conséquences qu'en tire Spinoza sont les suivantes : 1) les deux modes d'être que sont la pensée ou l'étendue sont des attributs de Dieu ou des affections de ses attributs ; 2) tout ce qui est est en Dieu ; rien de de ce qui est ne peut être ni être pensé sans Dieu[14]. Ainsi il n'existe plus qu'un être dans l'univers et cet être est Dieu. Les êtres particuliers, les individus n'ont pas d'existence qui leur soit propre. Ils sont des manières d'être de la substance divine[14]. La substance divine est active ; d'elle découle une infinité de choses infiniment modifiées. Cette substance agit par la seule nécessité de la perfection de sa nature. C'est en cela que Dieu est libre ; il n'est contraint par rien d'extérieur à lui[14]. L'intelligence et la volonté que l'on attribuerait à Dieu ne peuvent que différer en tout point de l'intelligence et de la volonté humaine[14]. Dieu agit en toutes choses comme leur cause immanente et non transitoire. Dieu ou tous ses attributs sont éternels et immuables[14]. Enfin, Il s'agit de distinguer la nature naturante, c'est-à-dire Dieu considéré comme cause libre et la nature naturée, c'est-à-dire les choses qui sont en Dieu et ne peuvent être conçues sans lui. Ces choses ne sont pas contingentes ; elles ont été déterminées à exister et à agir d'une certaine manière, par la nécessité de la nature divine[14]. Il y a donc nécessité absolue dans la nature naturante et la nature naturée. Rien n'est contingent ni arbitraire, mais toutes choses sont produites avec la plus haute perfection, car Dieu, cause de toutes choses, est souverainement parfait[14].

Dans le cadre de la philosophie moderne[modifier | modifier le code]

Le philosophe allemand Karl Christian Friedrich Krause (Vorlesungen über das System der Philosophie, 1828), disciple original de Schelling[15], voulut fusionner la doctrine panthéiste de l'unité de substance et la doctrine théiste de la personnalité divine[15]. Selon lui, « les choses finies sont des étapes du processus divin, des vibrations de l'infinie Substance ; elles ont la vie et le mouvement dans le sein de la Réalité Absolue. Néanmoins l'Être Suprême est conscient de lui-même dans son auto-contemplation ; il est doué des attributs de la personnalité. »[15]. Les disciples de Krause tentèrent d'élever ce système à la hauteur d'une explication rationnelle du christianisme. Le krausisme eut des adhérents en Allemagne même, mais également en Espagne, avec Sanz del Rio, introducteur des idées du maître et en Belgique, avec Henri Ahrens et Guillaume Tiberghien, tous deux de l'Université libre de Bruxelles[15]. Paul Janet s'est également procl[16]amé panenthéiste, mais à sa manière propre et non plus selon le système de Krause : 1) Dieu est l'être des êtres, l'être en soi, mais il n'est pas une personne : il rend la personnalité possible ; il n'est pas personnel, il est suprapersonnel. 2) le fini est dans et par l'infini, mais il se maintient hors et face à l'infini, même s'il ne le fait pas au point de s'opposer à lui et de lui être égal[15].

Le mathématicien et philosophe anglais Alfred North Whitehead, également scientifique, mathématicien de renom, a élaboré dans la seconde partie de sa vie une vaste cosmologie, qu'il appelle lui-même « philosophie de l'organisme ». Dans son maître ouvrage « Process and Reality », il fonde sa cosmologie sur une vision de Dieu à la fois évolutive, panenthéiste (quoique Whitehead utilise le néologisme « superject » pour ne pas l'assimiler trop vite au sujet ou à la notion de personne). Whitehead est à l'origine de la théologie du Process. Le terme « panenthéisme » a été employé également par quelques philosophes et théologiens américains contemporains, disciples de Whitehead, pour indiquer leur vision « bipolaire » de la divinité : Dieu est l'être absolu relatif, nécessaire-contingent, infini-fini.

En effet, tout en ayant une essence immuable et en existant par nécessité intrinsèque, il ne se réalise qu'en référence avec le monde, tirant de sa vie impérissable les valeurs qui émergent du processus cosmique, dont il est lui-même l'artisan[2].

Confusion entre panthéisme et panenthéisme[modifier | modifier le code]

La philosophie des Lumières a longtemps confondu ces deux visions du divin, et aujourd'hui encore, bien des penseurs ''profanes'' sont incapables de différencier ces modes de conception, car ils ne se sont guère intéressés à la question. Comme cité plus haut, le panenthéisme suppose une force divine qui anime l'ensemble de l'univers, le panthéisme considérant l'univers comme le divin lui-même. En ce sens, le panthéisme n'est qu'un matérialisme avec une tentative de transcendance. Épicure pourrait être qualifié dans l'histoire de la philosophie occidentale de premier véritable panthéiste, puisqu'il associe les atomes et le vide comme seules choses éternelles[17]. Néanmoins, il affirme quand même sans hésiter l'évidence de l'existence des dieux, en précisant qu'ils se démarquent des dieux grecs classiques[18]. On peut en conclure dans les notes de l'auteur Pierre-Marie Morel que : '' le divin est incorruptible au sens où il est éternel ; or, ce qui est éternel ne commence ni ne cesse d'exister ; donc il existe nécessairement ; donc le divin existe.''[19] Épicure définit la notion de divin comme une conception mentale assimilé aux simulacres de notre pensée. Les Stoïciens sont, à tort, appelés panthéistes, justement parce qu'ils admettent que le divin est une énergie impalpable, qui, tout en régissant l'univers, s'en éloigne de par sa nature. En somme, bien des penseurs nommés panthéistes sont en réalités panenthéistes. Les panenthéistes occidentaux sont : Aristote, les Stoiciens, Maître Eckhart, Thomas d'Aquin. La philosophie aztèque est panenthéiste, comme les taoïstes, confucianistes, bouddhistes, certaines branches de l'hindouisme, le soufi Ibn Arabi, la conception mystique du mana chez les Océaniens. Et donc en conséquence, on a appelé panenthéistes des systèmes de pensée qui sont en réalité ''transthéistes''. La version anglophone de Wikipédia a un article sur le sujet, mais il serait bon d'en faire une traduction française, avec les bons concepts, et éviter ce genre d'erreurs typiques de la philosophie moderne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Peter C. Rogers, Ultimate Truth, Book 1, AutorHouse,‎ 2009 (ISBN 1438979681, lire en ligne)
  2. a et b Encyclopédie de la philosophie ISBN 2-253-13012-5
  3. a et b (en) Erwin Fahlbusch, Geoffrey William Bromiley, David B. Barrett, The Encyclopedia of Christianity pg. 21, Wm. B. Eerdmans Publishing,‎ 1999 (ISBN 0-8028-2416-1, lire en ligne)
  4. [1] Britannica - Pantheism and Panentheism in non-Western cultures
  5. Whiting, Robert. Religions for Today Stanley Thomes (Publishers) Ltd. P. VIII. ISBN 0-7487-0586-4.
  6. Peoples of the World: The Cherokee, site consulté le 2008-03-24.
  7. a et b (en) Charles C. Mann, 1491: nouvelles révélations sur les Amériques avant Christophe Colomb, Albin Michel,‎ 2007 (ISBN 9782226175922, lire en ligne)
  8. Laurette Séjourné, La Pensée des anciens Mexicains, Paris, F. Maspero, 1966.
  9. Miguel Léon-Portilla, La Pensée aztèque, Seuil; 2e éd édition, (avril 1 1985).
  10. Maffie, James. "Aztec Philosophy." Internet Encyclopedia of Philosophy. 2005.
  11. a, b, c, d, e, f et g Carlo Tamagnone, La philosophie et la théologie philosophale, p. 146-153, traduction de l'italien par Franco Virzo de l'essai publié en italien par Éditrice Clinamen, Florence [2].
  12. a, b, c, d et e Carlo Tamagnone, La philosophie et la théologie philosophale, p. 153-155, traduction de l'italien par Franco Virzo de l'essai publié en italien par Éditrice Clinamen, Florence [3].
  13. Jean-Claude Piguet, Le dieu de Spinoza, Labor et Fides, 1987
  14. a, b, c, d, e, f, g et h E.-Albert-Fraysse, L'idée de Dieu dans Spinoza, thèse soutenue devant la faculté de théologie protestante de Montauban, Imprimerie A. Chauvin et fils, Toulouse, 1870, p. 24-46.
  15. a, b, c, d et e Maurice De Wulf, « Quelques formes contemporaines du panthéisme », In: Revue néo-scolastique, 4° année, no 16, 1897. p. 375-385.
  16. Ibid. p. 148-149.
  17. Lettres, maximes et autres textes,Épicure, traduit par Pierre-Marie Morel, Éditions Flammarion (7 septembre 2011). p. 63
  18. Ibid.p. 98.
  19. Ibid. p. 148-149.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]