George Santayana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

George Santayana est un écrivain et philosophe américain[1], né à Madrid le 16 décembre 1863 et décédé le 26 septembre 1952, à Rome.

George Santayana

Sa vie[modifier | modifier le code]

Jorge Agustín Nicolás Ruiz de Santayana y Borrás, ce philosophe s'installe à Boston en 1872, et se baptise lui-même du prénom de George pour « américaniser sa signature ». Il étudie aux côtés de William James à l'université de Harvard, y devient professeur de philosophie jusqu'à ce qu'il reçoive un héritage assez confortable pour lui permettre de prendre sa retraite en 1912. Il erre pendant quelques années entre Paris et Oxford, avant de s'installer à Rome en 1925. Il a écrit 18 volumes philosophiques, ainsi que nombre de recueils de poèmes, un roman intitulé Le dernier puritain, devenu best-seller en 1935 - et une autobiographie (Persons and Places), que le critique Edmund Wilson n'hésitait pas à placer au niveau des Mémoires du poète Yeats et d'À la recherche du temps perdu. George Santayana est une des figures emblématiques de la philosophie classique américaine.

Sa philosophie[modifier | modifier le code]

Son réalisme critique, pragmatiste et naturaliste le distingue du néoréalisme qui dominait la philosophie américaine de son temps. Santayana est dualiste et son réalisme critique est un scepticisme radical. Son dualisme oppose les choses matérielles aux « règnes de l'être » qui « ne font pas partie du cosmos » mais « ne sont que des genres de catégories de choses ». Ces catégories sont muettes sur les choses. Elles ne sont que des idées que le philosophe se fait d'elles. La métaphysique, la religion, la science « sont de grandes allégories que l'action interprète ». Même la croyance en l'existence de quoi que ce soit n'est pas prouvée. Il ne s'agit que d'une croyance, un besoin vital irrationnel. Santayana est le plus européen des philosophes américains [réf. nécessaire].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

De Santayana[modifier | modifier le code]

Sur Santayana[modifier | modifier le code]

  • La pensée de George Santayana de Jacques Duron, éd. Nizet, 1950
  • (en) A philosophical novelist, George Santayana and The last puritan de Henry Tompkins Kirby-Smith, éd. SIU Press, 1997, ISBN 0809321130, ISBN 978-0-8093-2113-1, texte partiellement en ligne [13]
  • (en) Santayana, an examination of his philosophy de Timothy L. S. Sprigge, éd. Routledge, 1995, ISBN 0-415-11751-8, ISBN 978-0-415-11751-7, texte partiellement en ligne [14]
  • (en) George Santayana, a biography de John McCormick, éd. Transaction Publishers, 2003, ISBN 0765805030, ISBN 978-0-7658-0503-4, texte partiellement en ligne [15]
  • (en) Santayana, pragmatism, and the spirtitual life de Henry S. Levinson, éd. UNC Press, 1992, ISBN 0-8078-2031-8, ISBN 978-0-8078-2031-5, texte partiellement en ligne [16]
  • (en) Thinking in the ruins, Wittgenstein and Santayana on contingency de Michael P. Hodges et John Lachs, éd. Vanderbilt University Press, 2000, ISBN 0826513417, ISBN 978-0-8265-1341-0, texte partiellement en ligne [17]
  • (es) George Santayana, una poética de lo imposible de Carlos M. Moreno et Rafael Argullol, éd. s.n., 1986.
  • (es) Celebrar el mundo, introducción al pensar nómada de George Santayana de José Beltrán Llavador, éd. Universitat de València, 2002, ISBN 84-370-5378-1, ISBN 978-84-370-5378-3, texte partiellement en ligne [18]
  • (es) George Santayana, o, La ironía de la materia de Ignacio Izuzquiza, éd. Anthropos Editorial, 1989, ISBN 84-7658-180-7, ISBN 978-84-7658-180-3, texte partiellement en ligne [19]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopaedia Universalis

Liens externes[modifier | modifier le code]