Kawaii

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kawai (homonymie).
Boeing 747 de la compagnie All Nippon Airways décoré dans un style kawaii avec des personnages Pokémon

Kawaii (可愛い?, ou plus souvent かわいい), prononcé kaw̜aii, est un adjectif japonais signifiant approximativement « mignon », « adorable ». Il peut être utilisé pour décrire animaux et personnes, y compris des adultes. Parfois utilisé pour décrire une jolie femme, on lui préfère kakkō ii (« bon style ») pour les hommes. Kawaii peut également être utilisé pour décrire des personnes ayant une personnalité « mignonne »[1].

En chinois mandarin, d'où ce mot est emprunté, le terme 可愛 (hanyu pinyin : kě'ài) signifie littéralement « aimable, adorable » – de « pouvoir » et ài « aimer ».

L'esthétique kawaii peut paraître, à l'extérieur du Japon, intrigante, car elle est utilisée dans des situations où elle peut sembler incongrue, donnant l'impression d'une frivolité ou d'un manque de sérieux, comme dans les publications gouvernementales, les annonces des services publics, de l'armée ou des compagnies aériennes.

Les produits autour de personnages kawaii, la kawaii culture[2], sont extrêmement populaires au Japon mais également en Chine[3], à Singapour, à Taïwan et en Corée du Sud. Les deux plus grands fabricants de ces produits sont Sanrio (fabricant des produits Hello Kitty, emblème pour l'étranger de la mouvance kawaii) et San-X. Ils sont aussi populaires auprès des enfants qu'auprès des adultes, en particulier les femmes adultes.

Kawaii est parfois considéré comme l'expression d'un mouvement de jeunisme, touchant d'abord les femmes. Certains[Qui ?] pensent également qu'il contribue à l'acceptation des produits de type lolicon, apparenté à la pédophilie dans certaines cultures occidentales[réf. nécessaire].

Dans les mangas et anime, les personnages kawaii ont toujours de grands yeux et fréquemment un petit nez et une petite bouche. La couleur rose, des expressions du visage enfantines et une collection d'accessoires peuvent parfaire le personnage.

Omniprésence[modifier | modifier le code]

Le kawaii peut être trouvé un peu partout au Japon, du petit commerce de rue aux grandes compagnies, du gouvernement à la mairie. De nombreuses entreprises, petites et grandes, utilisent des mascottes kawaii pour présenter leurs produits et services au public.

Quelques exemples :

  • Pikachu, un personnage des Pokémon orne les flancs de trois avions des All Nippon Airways ;
  • Asahi Bank utilise Miffy, un personnage d'une série hollandaise de livres imagés pour enfants sur certaines de ses cartes ATM ;
  • Monkichi, un singe mascotte mignon, orne les emballages d'une marque de préservatifs ;
  • chacune des quarante-sept préfectures possède sa mascotte kawaii ;
  • la poste japonaise utilise Yū-Pack, une boîte à lettre stylisée.

Kawaii renforce aussi la mode qui consiste à s'habiller avec des vêtements trop petits pour accentuer le côté enfantin de la personne qui les porte. Souvent de couleur pastel, ils sont accompagnés de sacs ou de petits accessoires avec des personnages de dessins animés.

Dans les modes[modifier | modifier le code]

Sac kawaii

Kawaii peut également être utilisé pour la mode. Par exemple, une mode caractérisée par des vêtements qui semblent conçus pour des enfants, typiquement en utilisant assez librement des manchettes, de la dentelle, des tons roses ou plus généralement pastels… Les accessoires incluent fréquemment des jouets ou des sacs ornés de représentations de personnages de cartoons. Cependant, la mode n'est pas la seule concernée. Cette tendance est également représentée par la posture corporelle, les attitudes physiques. Beaucoup se tiennent comme des enfants (pied tournés en dedans - l'un vers l'autre -, tête légèrement baissée…)

Dans les jeux vidéo[modifier | modifier le code]

La culture kawaii est largement véhiculée par les jeux vidéo. Provenant à l'origine de personnages kawaii de manga ou d'anime, de nombreux personnages proviennent aujourd'hui du jeu vidéo, et l'on constate l'apparition de produits dérivés.

Quelques exemples :

  • Pikmin sont des personnages apparus sur Game Cube en 2001. Ils reprennent toutes les caractéristiques du kawaii ;
  • LocoRoco sont des personnages apparus sur PlayStation Portable en 2006. Ce sont de petites boules molles et colorées qui doivent être guidées de niveau en niveau alors qu'elles chantonnent.

Nintendo, par sa place historique dans le secteur du jeu familial, a fait du kawaii un véritable argument de vente. Néanmoins, ses concurrents, notamment Sony, semblent vouloir rattraper leur retard[réf. nécessaire].

Dans la cuisine[modifier | modifier le code]

Kimonos Crêpes du livre Cuisine Kawaï de Lucie Béluga

La cuisine kawaii se caractérise par la représentation des plats de façon mignonne, petite et très colorée. C’est une notion qui apparait avec l’avènement du bentō charaben (キャラ弁, kyaraben?), diminutif de « character bentō », souvent agrémentée de décorations (飾り切り, kazari-giri?) en forme de personnages kawaii. On trouve ainsi de nombreux accessoires spécialisés tels que des moules à œufs permettant de représenter facilement des oursons, lapins ou autres. Les ustensiles et les plats de service de cette cuisine sont eux-mêmes souvent kawaii.

Une écriture enfantine[modifier | modifier le code]

L'« écriture anormale des adolescentes » est une forme d'écriture kawaii populaire auprès des adolescentes japonaises. Yamane Kazuma a forgé ce terme durant son étude sur l'écriture entre 1984 et 1986.

Selon Sharon Kinsella, un chercheur de l'université de Cambridge, le besoin de kawaii et cette obsession du « mignon » a commencé au Japon aux alentours de 1970 au moment où la manie d'arrondir les lettres, d'embellir les notes afin d'obtenir une écriture quasi enfantine a commencé à se répandre parmi les adolescentes japonaises. Cette typographie était également appelée « écriture de chaton » ou « fausse écriture enfantine », jusqu'à ce qu'au milieu des années 1980, 55 % des filles de douze à dix-huit ans l'utilisaient[réf. nécessaire].

Auparavant, l'écriture japonaise était verticale, utilisant des traits dont l'épaisseur variait sur la longueur (typiquement, un bout fin, un bout épais). Le nouveau style était écrit latéralement, de préférence avec un crayon mécanique pour produire des traits très fins et réguliers. Cette écriture utilisait des caractères extrêmement stylisés, arrondis, avec des caractères latins, des katakanas et des petits dessins tels que des cœurs, des étoiles ou des visages (smileys par exemple) insérés de façon aléatoire dans le texte. Les caractères étaient difficiles à lire et l'écriture très reconnaissable.

Nuance[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Kawaii est utilisé pour désigner des choses petites, rondes. De fait, elle est plutôt utilisée pour désigner les bébés. Kawaii est aussi utilisé dans les cas où des personnes âgées agissent de façon infantile ou lorsque des adultes montrent des signes d'innocence ou autre traits propres à l'enfance. Il est aussi employé pour désigner un personnage animé de style mignon.

Dans les autres cultures[modifier | modifier le code]

L'origine du mot vient du magazine CUTiE qui l'a inventé[4]. Kawaii est devenu un mot courant dans certaines langues, mais généralement utilisé par des jeunes et des adeptes de cultures asiatiques, de manga et d'anime. Aux États-Unis, le mot commence à se trouver dans des cercles moins asianisants.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Erika Geers, Glen McCabe et Hiromi Fumoto, Making Out in Japanese: Revised Edition, Tuttle Publishing,‎ 2003, p. 69
  2. (en) Nanette Gottlieb et Mark J. McLelland, Japanese cybercultures, Routledge,‎ 2003, p. 51-58
  3. (en) China Perspectives, French Centre for Research on Contemporary China, p. 55
  4. Cally Blackman (trad. Hélène Tordo), 100 ans de mode [« 100 years of fashion »], Paris, La Martinière,‎ avril 2013, 399 p. (ISBN 978-2-7324-5710-9, résumé), p. 302
  • (en) Hiroshi Nittono, Michiko Fukushima, Akihiro Yano et Hiroki Moriya, « The Power of Kawaii: Viewing Cute Images Promotes a Careful Behavior and Narrows Attentional Focus », PLOS One, vol. 7, no 9,‎ 2012, e46362 (lien DOI?, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]