Créativité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marina Bay Sands à Singapour.

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

La créativité décrit — de façon générale — la capacité d'un individu ou d'un groupe à imaginer ou construire et mettre en œuvre un concept neuf, un objet nouveau ou à découvrir une solution originale à un problème.

Elle peut être plus précisément définie comme « un processus psychologique ou psycho-sociologique par lequel un individu ou un groupe d'individus témoigne d'originalité dans la manière d'associer des choses, des idées, des situations et, par la publication du résultat concret de ce processus, change, modifie ou transforme la perception, l'usage ou la matérialité auprès d'un public donné. ». Elle croise notamment la créativité individuelle avec la sérendipité ; l'aptitude à utiliser des éléments trouvés alors qu'on cherchait autre chose.

Opérationnellement, la créativité d'un individu ou d'un groupe est sa capacité à imaginer et produire (généralement sur commande en un court laps de temps ou dans des délais donnés), une grande quantité de solutions, d'idées ou de concepts permettant de réaliser de façon efficace puis efficiente et plus ou moins inattendue un effet ou une action donnée.

La créativité s'évalue donc — en peinture comme en architecture, en design, en musique, en cinéma ou en mathématiques, dans l'industrie et les services, la médecine ou psychothérapie, l'humour, etc. — par les délais de réponse, la rapidité de production, la quantité de solutions, l'efficacité puis l'efficience et l'originalité (définie comme l'inverse de la banalité).

Les substantifs « créateur » et « créatif » et les adjectifs « créateur » et « créatif » doivent être considérés à part et ne pas être utilisés pour définir la créativité sous peine de définitions circulaires (voir Définition d'élément).

Origine du mot[modifier | modifier le code]

Le mot est un calque de l'américain « creativity », néologisme des années quarante, sans aucune connotation artistique. Le mot est apparu en français dans les années cinquante chez les psychologues humanistes (à la suite de la découverte par ceux-ci des publications des travaux d'Abraham Maslow et de Carl Rogers) puis les psychanalystes, puis les psychologues[1].

Adoption du mot en français[modifier | modifier le code]

Le mot était dans le Supplément (1970) du Grand Dictionnaire Analogique de Paul Robert.

Il a été adopté par l'Académie française au cours de sa première séance de l'année 1971 après une âpre discussion entre Louis Armand — qui avait préfacé L'imagination constructive d'Alex Osborn en 1959 et défendu alors le mot et la méthode du brainstorming — et André Chamson pour lequel le mot « créativité » était une notion creuse, une mode pseudo-intellectuelle qui se démoderait vite.

Dans cette acception première, il s'agissait d'imagination appliquée ou, pour reprendre le titre de la traduction française du livre d'Osborn, d'imagination constructive. Il était construit sur le modèle et le concept de « productivité » : c'était la capacité à créer des idées grâce à l'imagination[2].

Georges Rona, le traducteur, précisait alors, dans son avertissement, la distinction qu'il fallait faire d'après lui entre trois types d'imagination :

  • L'imagination appliquée : imagination appliquée à la solution de problèmes pratiques d'action ou d'amélioration pratique d'une idée ou d'un objet.
  • L'imagination constructive : imagination orientée vers des réalisations concrètes.
  • L'imagination créative : imagination orientée vers la création de quelque chose de nouveau[3].

C'est ce dernier type spécifique d'imagination créative— que Théodule Ribot appelait imagination créatrice — qui est devenu aujourd'hui synonyme de « créativité ».

Définitions[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, les définitions de la créativité sont très, très nombreuses. Chaque auteur à la sienne. Un livre[4] en donne une sélection des 101 meilleures, formulées par des experts. Comme elles sont la plupart contradictoires, les auteurs laissent le soin au lecteur de conclure…

Ce sont la plupart du temps des définitions subjectives dans la mesure où elles définissent la créativité en partant de trois ou quatre adjectifs qualificatifs : créatif, nouveau et original et utile, polysémiques et par définition subjectifs que les vocabulaires ou les encyclopédies telles que Wikipedia ne définissent pas.

Donnons en quelques-unes :

  • Henri Piéron, dans son Vocabulaire de Psychologie (PUF, 1954) en donnait alors la définition suivante :
« Fonction inventive, d’imagination créatrice, dissociées de l'intelligence, que l'on explore avec divers tests spéciaux (comme de trouver le plus de solutions possible à certains problèmes) et qui n'a avec les QI classiques que de faibles corrélations ».
« Capacité, pouvoir qu'a un individu de créer, c'est-à-dire d'imaginer et de réaliser quelque chose de nouveau, et en particulier, en socio-psychologie (appelée aujourd'hui : psychosociologie et/ou psychologie sociale, les limites sont parfois difficiles à préciser) capacité de découvrir une solution nouvelle, originale, à un problème donné.
  • Edward de Bono :
« De l'efficacité inattendue ».

Les trois grands sens du concept[modifier | modifier le code]

Une analyse de contenu de toutes les définitions recensées dégage trois grands sens :

  • Acte de créer quelque chose de nouveau,
  • Capacité à trouver des solutions originales,
  • Volonté de modifier ou de transformer le monde.

Acte de créer quelque chose de nouveau[modifier | modifier le code]

Le Rubik's Cube, casse-tête inventé en 1974. C'est un excellent exemple de problème — au sens scolaire du terme — à résoudre. Retrouver la solution du professeur
Trois diodes électroluminescentes. Une révolution technologique consacrée par le prix Millennium 2008.

Le sens commun la définit seulement comme l'acte de créer quelque chose de nouveau.

À la différence de beaucoup de phénomènes de la science, il n'y a pas une seule définition qui fasse autorité. À la différence de beaucoup de phénomènes en psychologie, il n'y a pas de technique standardisée de mesure.

  • La créativité est attribuée à des processus cognitifs, l'environnement social et la personnalité. Elle est associée au génie. Certains prétendent qu'elle peut être apprise par des techniques de créativité. Bien que souvent associée à l'art et à la littérature, c'est aussi une part essentielle dans l'innovation et l'invention très utile dans de nombreux métiers.
  • L'acte créatif peut être considéré comme le fruit d'une volonté de puiser quelques informations provenant de la mémoire (logique ou irrationnelle) et de les réorganiser d'une manière nouvelle, poussée par l'imagination, l'instinct, l'inspiration, les émotions fortes, voire l'usage de substances générant des endorphines ou tout autre moyen qui pousse le créateur en dehors des "sentiers battus", telle l'absinthe de Rimbaud en son temps. La lecture, comme de nombreuses autres activités demandant un effort d'imagination, peut être un stimulant de la créativité. De nombreuses qualités de l'enfance - telles que l'imagination, la spontanéité, la sensibilité - sont fréquemment associées aux conditions qui favorisent la créativité.
  • Approche pratique - Il n'y a toutefois véritable créativité que s'il y a mise en application pratique, la réalisation d'une œuvre. C'est seulement alors qu'on peut parler d'acte créatif et non de simple imagination. Hans Joas parle par contre de la 'créativité de l'agir'. L'expérience n'est pas collectible car elle appartient à l'espace de l'expérience individuelle et non de la connaissance partagée. Mais l'expérience ne pourrait-elle pas prétendre à la dimension de "réalisation". Afin de se dégager de cette dualité, des concepts tels que celui de l'expression ou de la création sont bien utiles. En effet, ils recouvrent à la fois l'action et le résultat de celle-ci, sans distinction.

Si le travail de "copie" peut exiger de la rigueur, du soin, le travail de "création" semble faire appel à des circuits neuronaux originaux (schémas heuristiques, croisement de plusieurs cultures, etc.) donnant naissance à quelque chose de totalement nouveau.

L'acte créatif, qualifié aussi d'œuvre de l'esprit, protégée par les lois sur la propriété intellectuelle, reste encore très mystérieux et trouble parfois les personnes créatrices elles-mêmes.

Capacité à trouver des solutions originales[modifier | modifier le code]

Dans une acception plus large dépassant la seule expression artistique, la créativité peut être considérée comme la capacité d'apporter ou de faire trouver des solutions originales aux problèmes d'adaptation auxquels chaque être humain est confronté. En ce sens, elle devient, en tant que telle, une méthode de résolution de problèmes, comme en négociation ou en médiation où l'inimaginable discussion « entre les parties peut ouvrir la voie à une solution qui semblait impossible… »

Selon la vision classique de la créativité fondée par Guilford (1956) sur le principe dichotomique divergence/convergence, la démarche créative commence par la reconnaissance d'un problème. À partir de là, un processus de divergence s'engage, et finalement se termine, par convergence, dans une nouvelle solution du problème.

Amabile, Lubart, MacKinnon, Ochse, Sternberg, dans la Psychologie de la créativité[5] de Todd Lubart « La créativité est la capacité à réaliser une production qui soit à la fois nouvelle et adaptée au contexte dans lequel elle se manifeste ». Dans cette définition : « nouvelle » se comprend comme originale et imprévue.

Volonté de modifier ou de transformer le monde[modifier | modifier le code]

Une analyse factorielle d'un corpus d'une centaine de définitions de la créativité fait apparaître un facteur général de créativité — l'équivalent du facteur général d'intelligence (en) de Charles Spearman— que nous appellerons facteur C et qui est une volonté ou une intention de modifier ou de transformer son environnement, le monde, la perception que les autres en ont, son propre monde intérieur, etc.

Cette analyse est confirmée empiriquement par la primauté donnée à la motivation dans la plupart des études faites sur le processus créatif. Voir en particulier celles de Teresa Amabile

La créativité, si cette analyse est exacte, n'est pas alors du ressort des sciences cognitives mais des sciences conatives. Voir : Les aspects conatifs de la créativité[6].

Les grands types de créativité[modifier | modifier le code]

Certains chercheurs pensent que la créativité est un concept hétérogène et qu'il y a des types de créativité.

Par exemple, on peut facilement distinguer les types suivants de créativité :

  • La créativité artistique
  • La créativité littéraire
  • La créativité architecturale
  • La créativité stratégique
  • La créativité scientifique
  • Etc.

La créativité artistique[modifier | modifier le code]

Exemples : Andreas Gurski

Jeff Koons Tulips

La créativité de désign[modifier | modifier le code]

Exemples : James Dyson

DysonAirblade
L'architecture typique en titane de Frank Gehry

La créativité architecturale[modifier | modifier le code]

Le Prix Pritzker qui fait l'unanimité nous fournit un corpus de travail idéal — quasi scientifique — pour analyser ce type de créativité. Exemples : Frank Gehry, Jean Nouvel

La Torre Agbar à Barcelone, une création de l'architecte Jean Nouvel, Prix Pritzker 2008

La créativité stratégique[modifier | modifier le code]

C'est, face à un adversaire intelligent, l'imagination d'une l'action inattendue qui le surprend et permet de gagner alors que le rapport de force ou la situation ne l'aurait pas permis, ou permet de le faire avec peu de pertes et rapidement (guerre-éclair). Quelques exemples :

Le cheval de Troie, une créativité stratégique que les Grecs appelaient stratagème
Une carte d'époque du siège de Québec. L'anse au Foulon est à gauche, au milieu
  • La prise de Québec par Wolfe. Un cas d'École de guerre. Après un siège de 3 mois, Wolfe imagine de prendre Montcalm à revers en débarquant de nuit par surprise à l'Anse au Foulon (en amont de Québec). William Howe avec 400 hommes culbute la centaine de miliciens inexpérimentés placés là par Montcalm qui ne s'attendait pas à être attaqué par là.

Cette manœuvre a inspiré McArthur pour la prise de Séoul en débarquant à Inchéon.

  • La prise d'Aqaba par Lawrence d'Arabie imaginant de passer par le Nefoud pour prendre la forteresse imprenable d'Aqaba.
  • Les parties de Bobby Fischer aux d'échecs.

C'est en général ce type de créativité que les business wargames tentent de susciter. Le cas le plus typique correspondant aux wargames sur carte de Stéphane Goria fondés à la fois sur l'analogie de la bataille et celle du jeu de plateau.

La créativité scientifique[modifier | modifier le code]

Abraham Moles, dès 1957, lui a consacré un livre : La création scientifique, Kistler, Genève.

Il faut très vite distinguer la créativité propre à la physique (Richard Feynman), de celle propre à la chimie et de celle spécifique à la médecine.

Beaucoup de sérendipité en chimie (aspartame) et en médecine (Viagra).

La créativité organisationnelle[modifier | modifier le code]

Isaac Getz, Créativité organisationnelle, Vuibert, 2002. (ISBN 2-71117-698-7) 9

La créativité sociale[modifier | modifier le code]

Christophe Mouchiroud de l'Université René Descartes-Paris 5 en a fait un objet de recherches autonome.

La créativité littéraire[modifier | modifier le code]

La psychanalyse, les sciences cognitives éclairent de plus en plus la thématique (voir références). Un livre sur le sujet est celui de Gabriel Veraldi, prix Fémina 1954, et de Brigitte Veraldi, docteur ès-lettres, Psychologie de la création Denoel, 1972.

La créativité pratique[modifier | modifier le code]

Le pont du Millénaire de Gateshead est un pont rotatif pour piétons et vélos

C'est celle qui permet à l'équipage d'Apollo 13 de s'en sortir avec le bricolage de la « mailbox » sous la direction d'Eugene Kranz.

La mail-box d'Apollo 13, un bricolage génial

C'est celle qui correspond à la résolution de problème pratique, mais avec un plus, la résolution créative de problème pratique. Elle correspond à la première définition donnée par Paul Torrance.

La créativité mathématique[modifier | modifier le code]

Une créativité abstraite, à base le plus souvent d’intuition.

Pour ne prendre que des mathématiciens récents ou des contemporains : Henri Poincaré, Jacques Hadamard, Srinivasa Ramanujan, Paul Erdős, Grigori Perelman, Wendelin Werner (très facilement accessible), etc.

Les techniques de créativité[modifier | modifier le code]

Processus créatif[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

La créativité est un processus mental impliquant la génération de nouvelles idées ou concepts, ou de nouvelles associations entre des idées et des concepts préexistants.

Les interviews (Voir le site Im-Boot) d'une centaine de professionnels et experts en créativité montrent que :

  • leurs processus créatifs ne sont pas ceux qui sont décrits dans les livres
  • Ils n'utilisent pas pour eux-mêmes les méthodes qu'ils commercialisent ou préconisent.

L'observation montre que les êtres humains n'ont pas la capacité d'imaginer quoi que ce soit d'étranger à leur univers. Par exemple, les personnages et paysages de science-fiction laissent apparaître des extraterrestres et des paysages lointains qui sont des humanoïdes ou des animaux enlaidis ou embellis, des paysages connus transformés. Tout n'est que transformation.

Il existe d'ailleurs un consensus des experts en créativité qui ont montré que la créativité "ex-nihilo" (à partir de rien) n'existe pas. La créativité fait toujours référence à au moins un élément connu. L'histoire des grandes découvertes et des œuvres d'art montre comment les créateurs ont utilisé l'existant à leur disposition pour créer quelque chose de nouveau. L'étude des grandes découverte set des œuvres d'art met aussi en évidence que tous les créateurs ont utilisé l'existant à disposition ainsi que le savoir disponible pour faire apparaître un élément nouveau de réalité et que la transformation qui en a résulté, repose toujours  sur des hypothèses travaillées les unes après les autres pour explorer les possibilités multiples de résultat et de chemin que laisse apparaître toute idée de départ.

La physique quantique nous dit aussi que notre monde est fait de possibles. Il y a donc une adéquation avec les éléments nouveaux possibles mis en lumière par le processus créatif.

Les lois de fonctionnement de la créativité reposent sur des mécanismes simples, efficaces et rigoureux comme tout ce que la nature a mis en place, communs à tous et utilisables par tous, pour faire face à la totalité du champ des créativités et pour explorer les possibles de façon sûre. L'exploration des possibles laisse apparaître, à chaque fois, plusieurs solutions possibles, voire un très grand nombre.

Le processus créatif doit être assez puissant pour explorer tous les possibles. Ces mécanismes simples et puissants sont nombreux dans la nature. Il existe de nombreux systèmes  complexes pouvant atteindre un nombre presque infini de possibilités  reposant sur une combinaison ou l'utilisation d'un très petit nombre d'éléments ou de symboles.Par exemple, la musique avec ses 7 notes, le calcul avec ses chiffres de 0 à 9, l'ADN avec ses 4 acides aminés, l'informatique avec un système binaire (0, 1,), l'écriture avec les lettres de l'alphabet.

Selon les sciences cognitives, toute action qu'on entreprend, y compris une réalisation créative, peut être ramenée à un dénominateur commun simple, à savoir : résoudre un problème. Car toute action est définie comme la nécessité de changer une situation A en une situation B. Nous utilisons une démarche intellectuelle de conception pour créer et inventer des solutions à des problèmes complexes dont le résultat n'est pas connu, ni la méthode pour y arriver. Pour créer, nous partons d'une idée (A), le plus souvent simple et banale, qui n'est pas une création, mais seulement une idée au stade d'idée, pour aller vers un résultat escompté (B), qui lui sera la création concrète.

Ce processus repose une démarche hypothético-déductive qui consiste à explorer des hypothèses successives dans le but d'arriver au résultat voulu, non connu dans le détail. Nous devons travailler chaque hypothèse successivement pour vérifier si elle permet d'atteindre le résultat souhaité. Le processus mental créatif qui sous-tend la créativité est une démarche scientifique, rigoureuse et simple, basée sur un raisonnement hypothético-déductif qui permet de faire face à l'exploration des possibles et à la variété presque infinie des créations possibles. Si ce processus créatif permet dans l'absolu de créer à l'infini puisque tout élément peut être remanié, nous sommes malgré tout, chacun notre propre limite à nos créations puisque la réalisation concrète d'une idée de départ repose aussi sur notre talent, notre habileté et notre savoir-faire. Nous avons en fait, chacun un style créatif et nous ne pouvons créer que ce que nous sommes capables de créer.

L'approche psychanalytique[modifier | modifier le code]

Ces processus mentaux ont été théorisé en psychanalyse. De nombreux psychanalystes ont mis en lumière l'économie psychique liée à l'acte créatif.

Didier Anzieu[modifier | modifier le code]

L'un des auteurs le plus connu est Didier Anzieu[7] qui a mis en évidence cinq phases du travail créateur :

  • Le saisissement créateur, phase qui peut survenir à la suite d'une crise personnelle,
  • La deuxième phase qui, pour le sujet, est une manière de lever un refoulement[8].
  • La troisième phase constitue le temps de la formalisation, l'artiste donne corps à l'œuvre, le code se matérialise.
  • La quatrième phase se rapproche de la dimension plus esthétique, liée à la composition
  • La dernière phase concerne en particulier la capacité de l'artiste à accepter le regard de l'autre, à baisser sa garde pour donner naissance à l'œuvre comme un objet différencié, pouvant être sujet à la critique.

Si ce type de lecture semble a priori, concerner en particulier la créativité artistique, il n'en reste pas moins que ces mécanismes psychiques peuvent se retrouver dans des situations quotidiennes dès qu'il s'agit d'entrer dans une démarche créative.

Donald Winnicott[modifier | modifier le code]

Pour Donald Winnicott, la notion de créativité peut être comprise comme un processus plus large qu'Anzieu. Il se rapporte à la vie et à l'être. C'est pourquoi il peut dire: « La créativité, c’est donc le « faire » qui dérive de « l’être ». Elle manifeste la vie du sujet. L’impulsion peut être en repos, mais si l’on emploie le mot « faire », c’est qu’il y a déjà créativité »[9]. Cette notion de « faire » implique que le sujet doit agir et non réagir à l’environnement. La créativité, au niveau de la vie quotidienne, est une action qui est consubstantielle à l’être. Le sentiment de soi est donc fondamental. C'est pourquoi le terme de « créativité » pourrait prêter à confusion. Car, ce processus ne renvoie pas nécessairement à la construction d’un objet extérieur. Mais il s’agit, à l’origine, d’un regard. Car l’enfant développe cette compétence particulière qui est celle de « voir toute chose d’un œil neuf, à être créateur de chaque détail de la vie »[10]. Pourtant, la créativité ne va pas de soi. Elle n’est pas nécessairement une action spontanée. Elle exige souvent une lutte. On pourrait dire que le bébé, pour Winnicott, doit se battre dès qu’il prend conscience de la réalité extérieure : « le principe de réalité est une sale histoire»[11]. En effet, la confrontation à la réalité peut amener le sujet dans deux extrêmes. a. La première attitude qu’il peut adopter est celle de la soumission : c’est l’antithèse de la créativité. b. L’autre manière d’agir est celle qui adopte une position omnipotente. Je veux donc avoir le pouvoir sur toute chose. Dans ce cas, on serait plus proche de la créativité, mais avec une forte prédominance destructive. Winnicott (1975), dans son article sur « La créativité et son origine » met bien en évidence l’impact du milieu sur le sujet. Il pourrait même parfois se laisser aller à un certain pessimisme. Si la créativité d’un sujet ne peut pas être anéantie, l’environnement peut, par contre, causer des dommages quasi irrémédiables : "Quand on lit des témoignages d’individus qui ont été réellement dominés dans leur foyer, ou qui ont passé toute leur existence dans des camps de concentration ou encore qui ont subi, leur vie durant, des persécutions politiques, on comprend très vite que seules quelques-unes de ces victimes parviennent à rester créatives et, bien entendu, ce sont celles qui souffrent"[12]. Winnicott aborde une réalité psychique qui n’est pas sans rappeler la résilience, puisqu’il « ne saurait vraisemblablement y avoir de destruction complète de la capacité de l’individu à vivre une vie créative »[13]. Quelle que soit la situation et aussi extrême soit-elle, le sujet peut toujours se construire une fausse personnalité qui donnera l’apparence d’une soumission absolue. Mais dans son for intérieur, une vie secrète se dissimulera que l'on pourrait apparenter à une pulsion créatrice. La souffrance par contre sera là. Elle sera l’expression d’un isolement, de l’impossibilité de relier cette force créatrice aux autres. D’un point de vue pédagogique, l’auteur nous met en garde. Chaque système peut donc favoriser ou tuer l’élan créateur du sujet.

La créativité artistique et ses clichés[modifier | modifier le code]

Il subsiste dans l'esprit du public un cliché illustrée par le tableau caricatural d'Honoré Daumier, par exemple. Celui de l'artiste incompris et affamé. C'était au XIXe siècle.

La créativité artistique, peinture d' Honoré Daumier, XIXe siècle

Le marché de l'art contemporain, les ventes de Sotheby's, Christie's, la Fiac nous apportent une preuve du contraire.

Faire de l'art à Seattle

Créativité et leadership[modifier | modifier le code]

Pour le psychologue américain contemporain Robert Sternberg, la créativité et leadership sont intimement liés. D'une part, la créativité est une forme de leadership et, d'autre part, une des trois composantes du leadership est la créativité[14].

Le leadership créatif[modifier | modifier le code]

La créativité constitue un défi important au sein des entreprises en matière de leadership. Le leadership créatif est nécessaire à l’innovation et à l’adaptation rapide de l’entreprise aux divers changements pouvant survenir dans un environnement concurrentiel et en pleine évolution. Le leadership créatif est donc utile aux leaders, aux équipes, et aux organisations. Labelle Sylvie, consciente de[15]ce fait, a mené une étude sur le sujet. Cette étude s'est basée sur les questions suivantes :

  1. Qu'est-ce que la créativité ?
  2. Les entreprises ont-elles besoin de créativité afin de survivre et de prospérer, spécialement dans les moments de changements intensifs ?
  3. Les hauts dirigeants jouent-ils un rôle significatif dans la détermination de la performance et du succès de l'entreprise, y compris le niveau de créativité ?
  4. Comment la créativité se développe-t-elle chez la personne ?
  5. Quels sont les facteurs clés de la créativité chez un leader organisationnel ?

Un modèle empirique, provenant de dix-neuf entrevues de chefs de file, a été élaboré. Le modèle empirique a été fait en deux parties :

  1. un modèle général du processus d'apprentissage de la créativité : selon ce modèle[16], "en chaque être humain existe, de façon minimale, une créativité latente ou qu’il existe des ressources qui vont permettre le développement de la créativité. Ces talents sont des traits de caractère et de personnalité, l’éducation reçue et les sources physiques, telles que les livres, les revues et la publicité."
  2. un modèle d'apprentissage de la créativité chez le leader organisationnel : ce modèle est bâti autour de deux axes. L’axe principal est un leader – leader créatif. L’autre axe est un intrant de ce dernier. On s’aperçoit que les "activités spécifiques de développement de la créativité" sont communes aux deux axes.

Résistance à la créativité[modifier | modifier le code]

Alors qu'il est de bon ton, parmi les cadres, les professionnels en général ou dans tout milieu où l'on collabore avec d'autres, de se déclarer favorable à la créativité, des études montrent qu'en pratique, les idées créatives sont souvent rejetées au profit de méthodes anciennes, « éprouvées ». En somme, quoi qu'on en dise, la préférence va généralement au conformisme et à l'uniformité[17]. Cette tendance a été confirmée par des tests à l'origine conçus pour évaluer le racisme. Alors que la plupart des gens affirment spontanément rejeter tout racisme, ces test révèlent souvent des pensées et attitudes racistes inconscientes. Il en va de même de la créativité, publiquement désirée mais en réalité accueillie avec méfiance.

La raison à cela est que les idées nouvelles bousculent la routine, l'ordre établi, et créent une certaine insécurité. Quand « on a toujours fait ainsi », chacun connaît son rôle et les processus sont familiers, voire automatiques. La nouveauté étant synonyme d'inconnu, elle éveille des craintes. Or, il s'avère que plus une personne se sent incertaine face à une proposition innovante, plus elle aura tendance à juger celle-ci négativement et moins elle sera en mesure de reconnaître son caractère créatif. Le risque étant inhérent à la créativité (la nouvelle idée est-elle réalisable ? comment ? est-elle pratique ?), les cadres préfèrent généralement perpétuer l'ancien (souvent mis en place par d'autres) plutôt que de faire face à l'échec d'une idée nouvelle[18].

Créativité et folie[modifier | modifier le code]

Certains auteurs comme J. Philippe Rushton, Philippe Brenot et Kay Redfield Jamison ont cherché à établir un lien entre création artistique et littéraire et folie. Cette créativité se rapprocherait ainsi de la psychose par le fait qu'elle met en jeu les mécanismes de déficit d'inhibition latente ou d'apophénie. Récemment, Elie Hantouche et Régis Blain ont mis en exergue le lien existant entre les alternances de l'humeur (la cyclothymie) et la créativité.

Ce rapprochement s'appuie aussi sur le fait qu'un certain nombre d'artistes (en fait statistiquement très peu) ont eu des problèmes psychiatriques à un moment ou un autre de leur existence :

Toutefois, en 2013, une étude scientifique prouve une relation non bijective entre la créativité et certaines formes de troubles bipolaires. En fait, les personnes présentant ces troubles sont surreprésentés statistiquement chez les personnes créatives, sans qu'il soit toutefois possible de savoir si la bipolarité contribue à la créativité ou bien si être créatif dans un monde globalement conservateur provoque des troubles bipolaires[19].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) S. Arieti, Creativity: the magic synthesis, Basic Books,‎ 1976
  • (en) Genrich S. Altshuller, Creativity as an exact science: The theory of the solution of inventive problems. New York: Gordon and Breach Science Publishers, 1984
  • Didier Anzieu, Le corps de l'œuvre: essai psychanalytique sur le travail créateur. Paris, Gallimard, 1988, 377 p.
  • H. Augé, Jeux pour parler. Jeux pour créer . CLE international, 1981
  • Guy Aznar, La créativité dans l’entreprise, Les Éditions d’organisation,‎ 1971
  • Guy Aznar, Idées : 100 techniques de créativité pour les produire et les gérer Les Éditions d’organisation, 2005
  • Guy Aznar, Stéphane Ely, La posture sensible dans le processus de création des idées. Édition Créa Université, 2010
  • (en) Guy Aznar, Stéphane Ely, The Sensitive Stance in the Production of Creative Ideas. Édition Créa Université, 2011
  • (en) Frank X. Barron, Creativity and personal freedom. Princeton, N.J., Van Nostrand, 1968
  • Alain Beaudot, La créativité à l'école. Paris, Presses Universitaires de France, Coll. L'Éducateur, 1969, 123 p.
  • Alain Beaudot, Éd.- La Créativité. Recherches américaines. Paris, Dunod, 1973, 288 p.
  • Alain Beaudot, Vers une pédagogie de la créativité, Éditions E.S.F., 1973, 125 p.
  • Pierre Bessis, Hubert Jaoui, Qu'est-ce que la créativité ? Dunod, Coll. La vie de l'entreprise, 1972, 116 p.
  • (en) M. Boden, The creative mind: myths and mechanisms. New York: Basic Books, 1992
  • Edward de Bono, La pensée latérale, Stock, 1972, 309 p.
  • Edward de Bono, Six chapeaux pour penser, Paris, InterEditions, 1987, 231 p.
  • Marcel Botton, 50 Fiches de créativité appliquée, Les Éditions d'Organisation, 1980, 131 p.
  • Philippe Brasseur, Soyons créatifs - 1001 jeux pour développer l'imagination des petits et des grands. Casterman, 2002, 132 p.
  • Centre culturel de Cerisy-la-Salle, Art et science : La créativité, Colloque du 11 au 16 septembre 1970, Union Générale d'Édition, Coll. 10/18, 1972, 312 p.
  • Charles Clarck, Brainstorming. Dunod, 1962, 232 p.
  • Claude Cossette, La créativité - une nouvelle façon d’entreprendre, Publications transcontinental Inc. Montréal, 1997
  • Sylvie Dallet, Georges Chapouthier et Émile Noël (dir.), La création - définitions et défis contemporains, Paris, L’Harmattan,‎ 2009, 243 p. (ISBN 978-2-296-10241-5)
  • Gaston de Courcy Jr., Comment gérer la créativité, Montréal, Éditions Agence D’ARC, 1992
  • Michel Demarest, Marc Druel, La créatique. Psycho-pédagogie de l'invention. Paris, Éditions Clé, 1970, 220 p.
  • Bernard Demory, La créativité en pratique, Chotard et Associé, 1974, 205 p.
  • Bernard Demory, La créativité en 50 questions, Paris, Chotard et Associés, 1976, 227 p.
  • Bernard Demory, La créativité en pratique et en action, Chotard et Associés, 1978, 285 p.
  • Bernard Demory, Alain Convert, Le jeu de la créativité, Paris, Chotard et Associés, 1974
  • Bernard Demory, La créativité en pratique et en action, Paris, Chotard et Associés Éditeurs, 1987
  • Bernard Demory, Créativité ? Créativité… Créativité !, Montréal, Éditions Agence D’ARC, et Paris, Les Presses du management, 1990
  • Bouillon Eveline, "Développer ses talents et sa créativité", 2012, Hachette
  • Rachel Desrosiers, La créativité verbale chez les enfants, Paris, Presses Universitaires de France, 1975, 240 p.
  • Jean-Marie Dru, Le saut créatif, Ces idées publicitaires qui valent des milliards. Paris, Jean-Claude Lattès, 1984, 289 p.
  • Michel Fustier, Pratique de la créativité, Les Éditions E.S.F., Librairies Techniques, 1982, 160 p.
  • Shakti Gawain, Techniques de visualisation créatrice. Paris, J'ai Lu, 1984, 188 pages.
  • (en) Jacob W. Getzels et Mihaly Csikszentmihalyi, The creative vision: a longitudinal study of problem finding in art, New York, Wiley, 1976
  • (en) Jacob W. Getzels et Philip W. Jackson, Creativity and intelligence; explorations with gifted students, London, New York, Wiley, 1962
  • (en) William J.J. Gordon, Synectics, The Development of Creative Capacity. Harper & Row, 1961, 180 p.
  • (en) Stéphane Goria, Information display from board wargame for marketing strategy identification, International Competitive Intelligence Conference: Delivering excellence in Competitive Intelligence thinking and practice in a challenging environment, Bad Nauheim (Allemagne), 2011
  • (en) J.P. Guilford, The Structure of Intellect, Psychological Bulletin, 53 (1956) 267-239.
  • W. Harman et H. Rheingold, Créativité transcendante. Boucherville, Mortagne, 1992
  • Elie Hantouche et Régis Blain, La cyclothymie pour le pire et pour le meilleur : bipolarité et créativité, Robert Laffont, 2008
  • (en) HF. Judson, The search for solutions. Baltimore: Johns Hopkins Univ. Press, 1987
  • Isabelle Jacob et Patrick Duhoux, Développer sa créativité, Paris, Éditions Retz, 2006
  • Hubert Jaoui, Clefs pour la créativité, Paris, Seghers, 1975, 238 p.
  • Hubert Jaoui, Manuel de créativité pratique. Paris, Épi, 1979, 342 p.
  • Hubert Jaoui, La créativité, mode d'emploi, E.S.F. Éditeur - Entreprise Moderne d'Édition - Librairies Techniques, 1990, 132 p.
  • Hubert Jaoui, Créatifs au quotidien, Outils et méthodes. Marseille, Hommes et Perspectives, 1991, 189 p.
  • Hubert Jaoui, La créativité - le trésor inconnu. Éditions Morisset, 1995, Paris
  • A. Kaufmann, Michel Fustier, A. Drevet, L'Inventique. Nouvelles méthodes de créativité. Paris, Entreprise Moderne d'Édition, 1970, 279 p.
  • (en) Sh. Kim, Essence of creativity: a guide to tackling difficult problems. Oxford: Oxford University Press, 1990
  • (en) Arthur Koestler, The act of creation, New York, Macmillan, réimprimé en 1989, London: Arkana, 1964
  • Pierre Kolp, Alain Lamme, Françoise Regnard, Jean-Marie Rens (ed.), 2009,(fr), Musique et créativité in Orphée Apprenti NS1. Bruxelles, Conseil de la Musique, 120 pages.
  • Michel Lafeuille, Un regard créatif, Paris, Chotard et Associés, 1990, 277 p.
  • Michèle Lambert, Être créatif au quotidien, Retz, 1991, 160 p.
  • Moncorger Jean Marc, Testez votre créativité, Testez Editions- Marco Pietteur, France, 2007.
  • Moncorger Jean Marc, en collaboration avec Gaubert Thierry, Créativité un nouveau regard, Editions L'Harmattan, Paris, 2013.
  • Moncorger Jean Marc, Thèse de doctorat : Modélisation du processus mental au cours de la créativité, Horizons University, Paris, 2003.
  • T. Lubart, C. Mouchiroud, S. Tordjman, Zenasni, Psychologie de la créativité. Paris: armand Colin, 2004
  • Abraham Moles, Roland Caude, Créativité et méthode d'innovation, Fayard-Mame, 1970, 218 p.
  • (en) Carol Ann Morizot, Just this side of madness: creativity and the drive to create. Houston, Tex., Harold House, 1978
  • Nicos Nicolaidis, Elsa Schmid-Kitsikis (dir.), Créativité et/ou Symptôme, Paris, Éditions Clancier-Guénaud, 1982, 233 p.
  • Alex Osborn, L'Imagination constructive, Principes et processus de la Pensée créative et du Brainstorming. Dunod, 1959, 337 p.
  • A. Paré, Créativité et pédagogie ouverte, Laval, 1977, NHP
  • (en) G. Polya, How to solve it. Princeton, NJ : Princeton University Press, 1957
  • Max Prieux, Nous sommes tous des génies… Comment développer sa créativité. Le Hameau, 1984, 124 p.
  • (en) Tony Proctor, Tje essence of management creativity, London, Prentice Hall, 1995, 222 p.
  • Gilbert Rapaille, La relation créatrice, Éditions Universitaires, 1973, 152 p.
  • Eugene Raudsepp, Êtes-vous créatif ? Cent tests pour mesurer et développer votre quotient créatif. Albin Michel, 1983, 217 p.
  • (en) J. Geoffrey Rawlinson, Creative thinging & brainstorming, Londres, Wildwood House, 1988, 129 p.
  • (en) RS. Root-Bernstein, Discovering. Harvard Univ. Press, 1989
  • (en) A. Rothenberg, The process of Janusian thinking in creativity. Arch Gen Psychiatry, 1971, 24:195-205
  • Françoise Rougeoreille-Lenoir, La créativité personnelle, Éditions Universitaires, 1973, 181 p.
  • Michel-Louis Rouquette, La créativité, P.U.F., 2e édition 1976, Coll. Que sais-je ? no 1528, 1973, 125p.
  • (en) W.R. Shea et A. Spadafora, Creativity in the arts and science. Canton, MA: Science History, 1990
  • (en) Joelynn Snyder-Ott, Women and creativity, Millbrae, Calif., Les Femmes Pub, 1978
  • Jean-Pierre Sol, Techniques et méthodes de créativité, Éditions Universitaires, 1974, 260 p.
  • (en) A. Storr, The dynamics of creation. New York: Ballantine, 1993
  • Jean-Louis Swiners, Jean-Michel Briet, L'Intelligence créative au-delà du brainstorming, Paris, Maxima, 2004, 206 p. (ISBN 2-84001-385-1)
  • (en) Calvin W. Taylor, Creativity : progress and potential, New York, McGraw-Hill Book Company, 1964, 241 p.
  • Louis Timbal-Duclaux, La créativité dans l'entreprise Éditions Retz, 1990, 190 p.
  • Armand Touati (dir.), Créativités, Conditions, processus, impacts. Marseille, Hommes et Perspectives, 1992, 143 p.
  • Beniamin Vasile, Dany Laferrière: l'autodidacte et Le processus de création, Paris, Harmattan, 2008, 285 p.
  • Florence Vidal, Savoir imaginer, Paris, Robert Laffont, 1977, 245 p.
  • Florence Vidal, L'instant créatif, Paris, Flammarion, 1984, 396 p.
  • Roger Von Oech, Créatif de choc !, Paris, First et Albin Michel, 1986, 249 p.
  • Roger Von Oech, Ne restez pas assis sur le meilleur de vous-même ! Boîte à outils de la créativité. Paris, InterÉditions, 1987
  • Olwen Wolfe, J'innove comme on respire, éditions du Palio, 2007
  • Jean-Claude Wydouw, Créativité, mode d'emploi, Paris, Les Éditions d'Organisation, 1997, 127 p.
  • Donald Winnicott, Conversations ordinaires. Paris : Gallimard, 1988
  • Donald Winnicott, Jeux et réalité. Paris : Gallimard, 1975

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Piéron, Vocabulaire de Psychologie (PUF, 1954)
  2. Georges Rona, dans l'avertissement de L'Imagination constructive, p. X
  3. Georges Rona, dans l'avertissement de L'Imagination constructive, p. IX-X
  4. y Andrei G. Aleinikov, Sharon Kackmeister et Ron Koenig, Creating Creativity: 101 Definitions (What Webster Never Told You, Alden B. Dow Creativity Center, 2000)
  5. Psychologie de la créativité
  6. « Les aspects conatifs de la créativité », in Todd Lubart, Psychologie de la créativité, Armand Colin, 2003, p. 31-45. ISBN 2-200-26284-1
  7. Anzieu, D. (1981). Le corps de l'œuvre, Paris: Gallimard.
  8. Chabert, C (1996). Didier Anzieu. Paris: PUF.
  9. Winnicott, D.W. (1988). Conversations ordinaires. Paris : Gallimard, p. 43.
  10. Ibid., p. 45.
  11. Ibid., p. 44.
  12. Winnicott, D.W. (1975). Jeux et réalité. Paris : Gallimard, p. 132.
  13. Ibid., p. 133.
  14. Voir le site de Robert Sternberg et le livre de Keith Simonton, Genius, Creativity et Leadership, Harvard Business Press, 2004
  15. http://proquest.umi.com/pqdweb?index=1&did=726358771&SrchMode=1&sid=19&Fmt=2&VInst=PROD&VType=PQD&RQT=309&VName=PQD&TS=1299176939&clientId=3345
  16. http://proquest.umi.com/pqdweb?index=1&sid=19&srchmode=1&vinst=PROD&fmt=6&startpage=-1&clientid=3345&vname=PQD&did=726358771&scaling=FULL&ts=1299176939&vtype=PQD&rqt=309&TS=1299177393&clientId=3345
  17. Staw 1995, cité dans Mueller et al., 2011
  18. Mueller et al. The Bias Against Creativity. Why People Desire but Reject Creative Ideas
  19. Kyaga S & al., Mental illness, suicide and bipolarity, journal of Psychiatric Research, 2013 Jan;47(1):83-90. doi: 10.1016/j.jpsychires.2012.09.010. Epub 2012 Oct 9.