Grammaire française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une grammaire descriptive célèbre en son temps.

La grammaire française est l'étude des règles régissant cette langue.

Il faut distinguer la grammaire descriptive de la grammaire normative (dite aussi prescriptive). La première se donne pour objectif de décrire et d'analyser les structures et particularités de la langue française d'un point de vue linguistique. La grammaire descriptive du français a de nos jours nettement profité du développement de la linguistique contemporaine, que ce soit dans le domaine de la grammaire du texte, de la pragmatique ou de la sémantique, renouvelant et affinant ainsi la compréhension des mécanismes du français.

La grammaire normative a, en revanche, pour objet les règles du parler « correct ». Il est en effet important aux yeux de beaucoup de bien connaître les règles de grammaire qui gouvernent ces changements pour s'exprimer correctement, tant oralement qu'à l'écrit. Cette grammaire n'a pas de fin scientifique, mais a seulement pour but de dire « comment il faut s'exprimer ».

Bien que la grammaire descriptive relève de la linguistique, il faut la distinguer de la linguistique générale qui a pour objet les phénomènes linguistiques présents dans différentes langues alors que la grammaire du français relève de la linguistique appliquée, c'est-à-dire de l'étude d'une langue particulière.

Sommaire

L'orthographe[modifier | modifier le code]

L'orthographe du nom varie en genre et en nombre ou encore cas en latin. Le verbe en fonction de son sujet.

Quelques règles d'accord :

  1. les noms féminins terminés en Té ou Tié : ils ne prennent pas de E sauf :
    • montées,
    • butée,
    • jetée,
    • dictée,
    • pattée,
    • portée,
    • + Les noms indiquant une contenance (pelletée, brouettée ) ;
  2. les noms féminins terminés en é : ils prennent tous un e sauf :
    • clé,
    • acné,
    • psyché ;
  3. on met un ç devant un a, o, u pour créer le son /s/ :
    • déçu,
    • balançoire,
    • français ;
  4. Tous et Tout : Tout s'accorde en genre et en nombre avec le déterminant qui le suit :
    • tout le temps, tout son élan, tout un travail, tout ce papier,
    • toute la journée, toute ma sympathie, toute une histoire, toute cette aventure,
    • tous les jours, tous leurs amis, tous des hommes, tous ces arbres,
    • toutes les fois, toutes ses voitures, toutes des vertes, toutes ces héroïnes ;
  5. Ces, Ses, C'est ou S'est :
    • on peut remplacer :
      • Ses : Les siens ( = possessifs )
      • Ces : Ceux-là et ceux-ci ou celles-là et celles-ci ( = démonstratif )
      • C'est : cela est
      • S'est : conjuguer à l'imparfait (il s'était) ;
  6. les mots en Oire/Oir :
    • les noms masculins se terminent souvent par Oir,
    • quelques-uns s'écrivent en Oire :
      • un interrogatoire
      • accessoires
      • territoire
      • réfectoire
      • auditoire
      • écritoire,
    • les noms féminins se terminent souvent par Oire ;
  7. les mots en Age sont masculins, sauf :
    • la plage, la page, l'(une)image, la cage, la rage, la nage.

Les parties du discours[modifier | modifier le code]

Par parties du discours, on entend l'ensemble des classes de mots qui composent une langue. Deux mots appartiennent à la même classe lorsqu'ils peuvent être remplacés l'un par l'autre dans une phrase sans que la phrase ne cesse d'être correcte. La grammaire française distingue neuf classes de mots, les noms, les pronoms, les adjectifs, les articles et les verbes, et quatre invariables : les adverbes, les prépositions, les conjonctions (de coordination et de subordination) et les interjections.

Les différentes classes de mots peuvent être étudiées sous l'aspect de leur morphologie (leurs variations ou flexions), de leur syntaxe et de leur sémantique.

Nom et groupe nominal[modifier | modifier le code]

Définition[modifier | modifier le code]

Un groupe nominal est un groupe de mots qui a pour noyau un nom, précédé en général d'un déterminant. Dans le groupe nominal, le nom transmet ses marques de genre et de nombre au déterminant et à l'adjectif (ex: une veste bleue). Il peut avoir les fonctions syntaxiques suivantes dans la phrase :

  • sujet (ex: Cette veste est bleue.) ;
  • COD (ex: J'ai acheté cette veste.) ;
  • attribut du sujet (ex: Cette veste est une contrefaçon.) ;
  • attribut du COD (ex: On appelle cela une veste) ;
  • complément circonstanciel (ex: Ce matin, j'ai acheté une veste.) ;
  • apposition (ex: Cet article, une veste, est très recherché.).

Groupe nominal minimal et groupe nominal étendu[modifier | modifier le code]

Le groupe nominal minimal est constitué d'un déterminant et d'un nom. ex: Une veste

Le groupe nominal étendu comporte des mots ou des groupes de mots autres que le déterminant et le nom. Ces mots et groupes de mots complètent le nom et constituent son expansion. Si l'on supprime cette expansion, la phrase garde un sens. L'expansion du nom peut être :

Pronom et groupe pronominal[modifier | modifier le code]

Le pronom est variable en genre (masculin ou féminin), en nombre (singulier ou pluriel), et parfois aussi en personne.

Il prend toujours la signification du nom ou de la phrase qu'il remplace (la référence). Cette fonction est exprimée par son nom: pronom signifiant ce qui est « pour », « mis à la place ») du nom.

Sa signification dépend aussi du contexte extralinguistique (quand le pronom est un déictique), ou du contexte textuel (selon que le pronom est un anaphorique ou un cataphorique). La signification du pronom cataphorique « celle-ci », par contre, dépend du contexte, soit du mot auquel elle se réfère.

Les particularités syntaxiques du pronom sont identiques à celles du nom, que le pronom peut remplacer dans la phrase.

Pronoms sujets Pronoms COD Pronoms COI Pronoms disjoints Pronoms réfléchis
1re personne du singulier je me me moi me / moi-même
2e personne du singulier tu te te toi te / toi-même
3e personne du singulier il / elle le / la lui lui / elle se / lui-même / elle-même / soi
1re personne du pluriel nous nous nous nous nous / nous-mêmes
2e personne du pluriel vous vous vous vous vous / vous-mêmes
3e personne du pluriel ils / elles les leur eux se / eux-mêmes / elles-mêmes

Pronoms personnels[modifier | modifier le code]

Définition[modifier | modifier le code]

Le pronom personnel est une catégorie de pronom servant à désigner les trois types de personne grammaticale. Il a deux rôles possibles dans la phrase : il peut avoir la valeur d'un pronom déictique ou celle d'un pronom représentant.

Pronoms personnels déictiques[modifier | modifier le code]

Le pronom personnel de première ou de deuxième personne sert à désigner une personne qui participe à l'acte d'énonciation. Il possède donc une valeur déictique.

ex: Regarde-moi quand je te parle. Moi et je désignent le locuteur, alors que te désigne le destinataire.

Pronoms personnels représentants[modifier | modifier le code]

Le pronom personnel de troisième personne sert à désigner des personnes ou des choses qui ont déjà été mentionnées ou qui vont l'être. Il a une valeur anaphorique ou cataphorique, il fait partie des pronoms représentants.

ex: Un homme est monté dans le bus. Il m'a beaucoup intrigué. Il remplace le groupe nominal un homme, il a donc une valeur anaphorique.

ex: Il m'a beaucoup intrigué, cet homme qui est monté dans le bus. Il annonce le groupe nominal cet homme, il a donc une valeur cataphorique.

Nous et vous peuvent avoir un rôle déictique ou associer un déictique et un représentant.

ex: Toi et moi, nous nous comprenons à demi-mots. Nous est ici l'équivalent de je + tu : il s'agit donc d'un représentant reprenant les déictiques désignant le locuteur et le destinataire.

Le pronom impersonnel il n'est ni déictique ni représentant. ex: Il pleut.

Le pronom sujet on a un sens indéfini, mais a tendance à remplacer le pronom nous dans le langage parlé.

ex: On dis que tout va mal. >> On signifie une ou un groupe de personnes indéfini.

ex: On va à la piscine. >> On signifie nous.

Pronoms personnels formels[modifier | modifier le code]

Le pronom vous peut remplacer tu dans un style formel. Il s'agit du vous de politesse.

ex: Je vous en prie.

Le pronom nous peut aussi remplacer je dans un style officiel lorsque le locuteur détient une autorité sur le destinataire.

Formes du pronom personnel[modifier | modifier le code]
Formes conjointes et disjointes[modifier | modifier le code]

La forme conjointe est la forme que prend le pronom lorsqu'il n'est pas séparé du verbe, si ce n'est par une autre forme un autre pronom de forme conjointe ou par l'adverbe de négation ne.

ex: Je regardai l'inconnu avec insistance.

ex: Je le regardai avec insistance.

ex: Je ne détournai pas mon regard.

La forme disjointe est la forme que prend le pronom lorsqu'il est séparé du verbe ou employé sans verbe. Il peut être :

  • séparé du verbe par une préposition ; ex: J'ai rêvé de toi.
  • en position détachée ; ex: Lui, c'est quelqu'un sur lequel on peut compter.
  • sujet mis en relief ; ex: Lui n'est pas arrivé en retard.
  • utilisé dans une apostrophe ; ex: Toi, approche !
  • placé après ne...que ; ex: Je n'ai vu que lui.
  • utilisé dans une réponse elliptique ; ex: - Qui est là ? - Moi.
  • employé avec une tournure de présentation ; ex: C'est lui que je veux voir.
  • coordonné à un nom, un groupe nominal ou à un autre pronom ; ex: Ton frère et moi sommes amis.
Pronoms réfléchis[modifier | modifier le code]

Aux troisièmes personnes du singulier et du pluriel, et aux formes disjointes, le pronom personnel prend une forme spécifique lorsqu'il est réfléchi, c'est-à-dire lorsqu'il représente le même référent que le sujet.

Forme conjointe Forme disjointe
1re personne me moi-même
2e personne te toi-même
3e personne se lui-même / soi (dans un sens général)
  1ère personne nous nous-même
  2e personne vous vous-même
  3e personne se eux-même

ex: Ils se sont rencontrés à la piscine.

ex: Ils se parle à lui-même.

Les pronoms réfléchis conjoints servent à construire les formes pronominales, réciproques ou pronominales passives.

  • Dans la construction réfléchie, le sujet exerce l'action sur lui-même. ex: Je me vois dans la glace.
  • Dans la construction réciproque, les différents sujets exercent leur action les uns sur les autres. ex: Nous nous écrivons régulièrement.
  • Le verbes en construction pronominale peuvent prendre une valeur passive. ex: Ces articles se vendent chers.

Pronoms adverbiaux[modifier | modifier le code]

Les formes en et y sont des pronoms remplaçant généralement une préposition. On parle alors de pronoms adverbiaux, car ils ont souvent, comme les adverbes, une fonction circonstancielle.

Le pronom y inclue le sens de la préposition à. Il peut avoir les fonctions de :

  • complément essentiel de lieu ; ex: Allons à la piscine ensemble. >> Allons-y ensemble.
  • complément circonstanciel de lieu ; ex: Ils ont rencontré des amis à la piscine. >> Ils y ont rencontré des amis.
  • complément d'objet indirect ; ex: Il ne pense pas assez à son bac. >> Il n'y pense pas assez.
  • complément de l'adjectif. ex: Il est favorable à certaines réformes. >> Il y est favorable.

Le pronom en remplace la préposition de. Ils peut avoir les fonctions de :

  • complément essentiel de lieu ; ex: Je viens de la piscine. >> J'en viens.
  • complément circonstanciel de lieu ; ex: J'ai rapporté des fruits du magasin. >> J'en ai rapporté des fruits.
  • complément d'objet indirect ; ex: Vous parliez des nouvelles réformes. >> Vous en parliez.
  • complément du nom ; ex: Je connais tous les recoins de la ville. >> J'en connais tous les recoins.
  • complément de l'adjectif ; ex: Il est fier de sa réussite. >> Il en est fier.
  • complément d'objet direct ; ex: Je t'ai déjà donné beaucoup d'argent. >> Je t'en ai déjà donné beaucoup.
  • attribut du sujetex: C'est de l'eau plate. >> C'en est.

Pronoms relatifs[modifier | modifier le code]

Définition[modifier | modifier le code]

Le pronom relatif a pour rôle de relier une proposition subordonnée relative à la proposition principale à laquelle elle est rattachée.

Lorsque la proposition subordonnée relative est adjective, le pronom relatif remplace un groupe de mots que l'on appelle son antécédent. L'antécédent est situé dans la proposition dont dépend la relative, le pronom a alors une valeur anaphorique.

ex: L'ordinateur que tu m'as donné n'est pas très performant.

Lorsque la relative est substantive, le pronom relatif n'a pas d'antécédent, il est nominal.

ex: Qui va à la chasse perd sa place.

Forme simple[modifier | modifier le code]

La forme simple du pronom relatif varie selon le caractère animé ou inanimé de l'antécédent.

Fonction Antécédent animé Antécédent inanimé
Sujet qui qui
COD que que
Complément prépositionnel dont, préposition + qui dont, où, préposition + quoi

ex: L'homme qui nous a salué est un ami. ex: C'est un ami avec qui j'ai longtemps voyagé.

Forme composée[modifier | modifier le code]

La forme composée du pronom relatif varie selon le genre et le nombre de son antécédent. Il peut se contracter avec les prépositions à et de.

Fonction Masculin singulier Masculin pluriel Féminin singulier Féminin pluriel
Sujet lequel lesquels laquelle lesquelles
Complément prépositionnel préposition + lequel préposition + lesquels préposition + laquelle préposition + lesquelles
Avec la préposition à auquel auxquels à laquelle auxquelles
Avec la préposition de duquel desquels de laquelle desquelles

ex: Cet homme nous a salués, lequel est un ami. ex: C'est un ami avec lequel j'ai longtemps voyagé.

Pronoms interrogatifs[modifier | modifier le code]

Un pronom interrogatif permet de demander l'identité de la personne ou de la chose concernée par le reste de la phrase. Les pronoms interrogatifs peuvent être simples, renforcés ou composés.

Forme simple[modifier | modifier le code]

Les formes simples des pronoms interrogatifs varient selon le caractère animé ou inanimé du référent, et la fonction du pronom.

Fonction Référent animé Référent inanimé
Sujet qui
COD qui que
Complément prépositionnel préposition + qui préposition + quoi

ex: Qui as-tu rencontré ? ex: Avec qui iras-tu à la piscine ?

Forme renforcée[modifier | modifier le code]

À chaque forme simple correspond une forme renforcée qui est une locution pronominale interrogative.

Fonction Référent animé Référent inanimé
Sujet qui est-ce qui qu'est-ce qui
COD qui est-ce que qu'est ce que
Complément prépositionnel préposition + qui est-ce que préposition + quoi est-ce que

ex: Qui-est-ce que tu as rencontré ? ex: Avec qui est-ce que tu iras à la piscine ?

Forme composée[modifier | modifier le code]

La forme composée varie selon le genre, le nombre et la fonction du référent, et peut se contracter avec les prépositions à et de. Elle a une valeur anaphorique, car elle reprend un groupe nominal.

Fonction Masculin singulier Masculin pluriel Féminin singulier Féminin pluriel
Sujet, COD lequel lesquels laquelle lesquelles
Complément prépositionnel préposition + lequel préposition + lesquels préposition + laquelle préposition + lesquelles
Avec la préposition à auquel auxquels à laquelle auxquelles
Avec la préposition de duquel desquels de laquelle desquelles

ex: J'ai acheté deux livres. Lequel veux-tu lire ? ex: Tu as beaucoup d'amis. Avec lequel iras-tu à la piscine ?

Pronoms possessifs[modifier | modifier le code]

Le pronom possessif remplace un groupe nominal introduit par un déterminant possessif. Il varie selon le genre, le nombre du possédé, et la personne du possesseur.

Personne et nombre Masculin singulier Masculin pluriel Féminin singulier Féminin pluriel
1re personne du singulier le mien les miens la mienne les miennes
2e personne du singulier le tien les tiens la tienne les tiennes
3e personne du singulier le sien les siens la sienne les siennes
1re personne du pluriel le nôtre les nôtres la nôtre les nôtres
2e personne du pluriel le vôtre les vôtres la vôtre les vôtres
3e personne du pluriel le leur les leurs la leur les leurs

ex: Ma voiture est en panne, mais la tienne roule encore.

ex: Prête moi ton stylo, j'ai oublié le mien.

Pronoms démonstratifs[modifier | modifier le code]

Formes Masculin singulier Masculin pluriel Neutre singulier Féminin singulier Féminin pluriel
Forme simple celui ceux ce celle celles
Forme composée celui-ci, celui-là ceux-ci, ceux-là ceci, cela, ça celle-ci, celle-là celles-ci, celles-là
Définition[modifier | modifier le code]

Le pronom démonstratif remplace un groupe nominal précédé d'un déterminant démonstratif. Il peut avoir une valeur déictique ; ex: Regardez donc celle-là ! , mais aussi de représentant, total : ex: Il écrit souvent à son frère. Celui-ci ne lui répond jamais. ; ou partiel : Ces livres sont très intéressants, je vous conseille celui-là.

Formes simples[modifier | modifier le code]

La forme simple d'un pronom démonstratif reprend un nom, mais pour le modifier et désigner un autre référent. C'est pourquoi elle est toujours accompagnée de :

  • une proposition relative ; ex: Ce fauteuil est confortable, mais celui que nous avions essayé hier l'était plus.
  • un complément du nom ; ex: Les plats de ce restaurants sont excellents, mais ceux d'ici sont meilleurs.
  • un participe ; ex: Ces peintures sont celles représentant des paysages. ; ex: Les exercices à faire sont ceux notés dans le livre.

Le pronom démonstratif simple ce est désigné comme neutre, car ils ne varie pas en genre ni en nombre, et se réfère uniquement à des inanimés. Il intervient exclusivement pour former des propositions subordonnées relatives. ex: Ce qu'il a dit m'a beaucoup énervé.

Formes composées[modifier | modifier le code]

La forme composée d'un pronom démonstratif n'est pas nécessairement modifiée par un autre référent. La particule localisatrice -ci renvoie à la forme la plus proche, alors que la particule -là renvoie à quelque chose de plus éloigné.

ex: Ces livres sont intéressants. Je vous conseille celui-ci.

ex: Ces dossiers sont urgents. Traitez ceux-là en priorité.

Les pronoms démonstratifs composés ceci, cela et ça sont désignés comme neutres, car ils ne varient pas en genre ni en nombre, et se réfèrent uniquement à des inanimés. Ils ont une valeur de représentant : ex: - Je t'ai apporté des livres. - Pose cela sur la table. ; ou de déictique : ex: C'est quoi, ça ?

Pronoms indéfinis[modifier | modifier le code]

Un pronom indéfini désigne un être animé ou inanimé dont on ne précise pas l'identité ou le nombre. Le pronom indéfini peut être nominal : ex: Chacun voit midi à sa porte. ; ou représentant : ex: Tous ses amis étaient venus. Il a offert un cadeau à chacun.

On peut classer les pronoms indéfinis en tenant compte de leur sens.

Sens Pronoms
la quantité nulle aucun, nul, pas un, personne, rien...
la quantité égale à un quelqu'un, quelque chose, n'importe qui, n'importe quoi...
la quantité imprécise certains, quelques-uns, d'aucuns, plusieurs, peu, beaucoup, la plupart...
la totalité tout, tous, chacun...
la similitude le même, la même, les mêmes...
la différence un autre, une autre, d'autres, l'autre, les autres...

Pronoms numéraux[modifier | modifier le code]

Le pronom numéral équivaut à un nom précédé d'un déterminant numéral. Il a la même forme que le déterminant numéral et peut être cardinal (deux) ou ordinal (le deuxième), mais a les fonctions d'un groupe nominal. Le pronom numéral est presque toujours représentant. ex: Nous avons examiné dix dossiers. Cinq ont été écartés.    

Le verbe[modifier | modifier le code]

Les particularités morphologiques du verbe en français : le verbe varie en personne (1re, 2e, 3e), en nombre (singulier ou pluriel), en temps (présent, futur, imparfait, passé composé, passé antérieur, plus-que-parfait, passé simple, futur antérieur, conditionnel présent, conditionnel passé), en mode (indicatif, subjonctif, infinitif, impératif, participe, gerondif) et en voix (passif, actif).

Les particularités sémantiques du verbe en français : il désigne un état (être, paraître, sembler, devenir, demeurer, rester et passer pour) ou une action (manger, boire, penser, etc.).

Les particularités syntaxiques du verbe en français : il est le nœud de la phrase. Sans lui, il n'y a pas de phrase. Il nécessite souvent des compléments (complément d’objet direct et/ou indirect). Les verbes d'état (être, demeurer, passer pour, sembler, etc.) ont la fonction de copule entre le sujet et l'attribut du sujet.

La grammaire nouvelle, cependant, apporte quelques changements à la terminologie et la définition de la classe du verbe. Abordé davantage dans sa dimension syntaxique que sémantique, le verbe est désormais enseigné comme occupant la fonction de prédicat, au même titre qu'un nom peut occuper la fonction sujet. Parmi les terminologies nouvelles, on remarquera également que le complément d'objet direct devient le complément direct du verbe, le complément d'objet indirect devient le complément indirect du verbe, et les verbes d'état sont maintenant désignés comme des verbes attributifs.

Pour les détails de la conjugaison des temps décrits ci-après, consulter : mode et temps.

Les temps[modifier | modifier le code]

Le temps permet, comme son nom l’indique, de situer l’action dans le temps. Certains temps sont absolus (présent, imparfait, passé simple, passé composé, futur) et d’autres relatifs (comme le passé antérieur, le plus-que-parfait, le futur antérieur), les premiers situant simplement le procès dans le temps alors que les seconds le situent en fonction d’autres temps.

Présent[modifier | modifier le code]

Le présent de l’indicatif a plusieurs usages mais il permet avant tout d'indiquer que l'action a lieu au moment ou lors d'un moment contemporain de celui où le locuteur parle.

Le présent de vérité générale, par contre, désigne une vérité valable de manière générale. On le retrouve par exemple dans des proverbes comme « qui vole un œuf vole un bœuf ».

Passé simple[modifier | modifier le code]

Le passé simple désigne une action sans rapport avec le moment présent et complètement achevée au moment où le locuteur parle. C'est un temps du récit qui a disparu de la langue parlée. Cependant, dans la narration écrite (romans, essais historiques, etc.), il reste couramment employé.

Imparfait[modifier | modifier le code]

Les quatre valeurs principales de l'imparfait sont les suivantes:

  1. L'imparfait de l'indicatif est apte à rendre compte d'un fait situé dans le passé. Il indique que l'évènement n'appartient plus / pas à l'actualité de l'énonciateur. L'imparfait présente le procès dans son déroulement, en cours d'accomplissement. « Il faisait » (imparfait) par exemple insiste sur le temps nécessaire pour réaliser une action par opposition à « il fit » (passé simple) désignant une action ponctuelle.
  2. L’imparfait descriptif
  3. L’imparfait historique
  4. L’imparfait de répétition (aspect itératif)
Passé composé de l'indicatif[modifier | modifier le code]

Le passé composé, comme son nom l'indique, est un temps composé de deux morceaux : le verbe avoir ou être (appelé verbe auxiliaire) conjugué au présent + le participe passé du verbe.

Ainsi, au présent, le verbe manger donne :

  • Je mange.

et au passé composé :

  • J'ai mangé (le verbe avoir conjugué au présent + le participe passé du verbe manger).

L'auxiliaire employé est généralement le verbe être lorsque le verbe que l'on veut conjuguer au passé composé est un verbe de mouvement.

Exemple : je suis allé, je suis parti, je suis tombé. Dans ce cas, on accorde le participe passé avec le sujet (Il est tombé, mais elle est tombée ).

Le passé composé s'emploie pour désigner un acte qui a eu lieu dans le passé et qui, dans le passé, a été fini (J'ai mangé puis je suis parti) alors que l'imparfait désigne une action qui a été commencée dans le passé mais qui a été interrompue (Je mangeais mais mon frère est arrivé à ce moment-là).

Passé antérieur[modifier | modifier le code]

Le passé antérieur se forme avec l'auxiliaire être ou avoir conjugué au passé simple, suivi d'un participe passé (c'est un temps composé).

Exemples :

  • passé simple : Il acheta des chaussures.
  • passé antérieur : Il eut acheté des chaussures.

Tout comme le passé simple, le passé antérieur s'utilise plutôt à l'écrit qu'à l'oral. Il sert à indiquer qu'une action s'est terminée au moment où une autre commençait contrairement au plus-que-parfait qui indique qu'il y a eu un certain temps entre les deux actions.

Exemples :

  • passé antérieur : Lorsqu'il eut acheté des chaussures, il essaya de trouver des bottes.
  • plus-que-parfait : Il avait déjà acheté des chaussures, lorsqu'il essaya de trouver des bottes.
Plus-que-parfait[modifier | modifier le code]

Le plus-que-parfait est un temps composé, presque comme le passé composé avec un verbe auxiliaire + le participe passé du verbe que l'on veut conjuguer. Mais l'auxiliaire n'est pas conjugué au présent ; il est à l'imparfait.

Ainsi, on obtient :

  • au présent : Je mange ;
  • au passé composé : J'ai mangé ;
  • au plus-que-parfait : J'avais mangé.

Il est utilisé pour marquer l'antériorité d'une action par rapport à une autre.

Exemple : j'avais compris avant qu'il ne me le dise, que quelque chose s'était produit.

Futur[modifier | modifier le code]

La grammaire française contemporaine connaît trois types de futurs : le futur simple, le futur immédiat et le futur antérieur, qui, comme son nom le laisse entendre, peut s'appliquer à des actions passées.

Le futur simple[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Futur simple.
  • quand le verbe est du premier ou du second groupe, on reprend le verbe à l'infinitif présent en ajoutant les terminaisons suivantes : -ai, -as, -a, ons, -ez, -ont.
  • quand le verbe est un verbe régulier du troisième groupe :
    • quand il se termine en ir : procéder comme avec les premier et second groupes (exceptions : courir, mourir, venir, tenir et leurs dérivés, les verbes en oir) ;
    • dans les autres cas : reprendre la troisième personne de l'indicatif présent et utiliser les terminaisons : -rai, -ras, -ra, rons, -rez, -ront (exception : aller).
Le futur immédiat[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Futur immédiat.

Se construit avec le verbe aller conjugué au présent de l'indicatif en auxiliaire et suivi du verbe principal à l'infinitif. Exprime une action dans un futur proche ou considéré comme une intention certaine :

  • Je vais y aller.
  • Je vais aller au bal ce soir.
Le futur antérieur[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Futur antérieur.

C'est un temps composé avec l'auxiliaire être ou avoir conjugué au futur simple suivi du verbe au participe passé.

Conditionnel présent[modifier | modifier le code]

Le conditionnel présent est le futur du passé. Il sert surtout à former le résultat d'une condition en étant juxtaposé à cette condition écrite à l'imparfait et commençant par un si. Exemple : S'il mangeait moins, il serait en meilleure santé. Toutefois, il sert aussi à remplacer le futur dans une pensée ou un discours rapporté indirect dans une narration au passé. Exemple : Il pensait, alors, qu'il deviendrait Président.

Conditionnel passé[modifier | modifier le code]

Le conditionnel passé peut servir de futur du passé antérieur. Il sert alors à former le résultat d'une condition en étant juxtaposé à cette condition écrite au plus-que-parfait et commençant par un si. Exemple : S'il avait mangé moins, il aurait été en meilleure santé. Il peut aussi servir de futur antérieur du passé. Il sert alors à remplacer le futur antérieur dans une pensé ou un discours rapporté indirect dans une narration au passé. Exemple : Il pensait, alors, qu'il serait devenu Président lorsqu'il mourrait.

Les modes[modifier | modifier le code]

Le mode est un aspect de la forme du verbe indiquant le degré de réalité donné par le locuteur (celui qui parle) à la proposition qu'il fait.

La Grammaire française permet six modes, deux réels (l'indicatif et l'infinitif) et quatre irréels (le subjonctif. le conditionnel, l'impératif et le participe) qui permettent d'exprimer des fictions, des suppositions, des ordres, etc.

Tous les langages artificiels, tels que les mathématiques, font des propositions selon un mode réel (le plus souvent équivalent de l'infinitif), même s'ils distinguent les hypothèses des axiomes et possèdent des opérateurs indiquant des conditions. L'opposition logique disjonctive entre le vrai et le faux est différente de l'opposition modale entre réalité et fictions.

  • L'indicatif
    • Au mode indicatif, ce qui est dit est proposé comme étant un fait réel ou considéré comme tel.
    • Exemples :
      • Paul va dans la cuisine.
      • Je sais que Paul va dans la cuisine.
      • Paul venait de la cuisine.
  • Le subjonctif
    • Au mode subjonctif, ce qui est dit est proposé comme étant une fiction dont la nature est indiquée par le verbe de la proposition principale : un vœu, une supposition, un ordre, etc.
    • En effet, le mode subjonctif ne s'emploie que dans des phrases comportant deux propositions subordonnées l'une à l'autre par une conjonction : une proposition appelée principale (dont le verbe est en général à l'indicatif) et une proposition dite subordonnée dont le verbe est au subjonctif :
    • Exemple :
      • Je veux que Paul aille dans la cuisine.
      • Supposons que Paul aille dans la cuisine.
    • La proposition principale peut être sous-entendue.
      • Exemple :(...)Qu'il aille dans la cuisine.
  • L'impératif
    • Au mode impératif, ce qui est dit est proposé comme une fiction dont la nature est un souhait, une volonté ou un ordre exprimé par celui qui parle.
    • Exemple : Va dans la cuisine !
    • L'impératif n'est qu'une forme particulière et abrégée du mode subjonctif dans les cas où, d'une part la proposition principale qui exprime la volition est sous-entendue, d'autre part cette volition est celle du locuteur, d'autre part enfin le discours s'adresse au sujet de la proposition subordonnée qui apparaît alors comme la proposition principale.
    • Exemple : Je veux (je souhaite, j'aimerais) que tu ailles dans la cuisine. est équivalent à :
      • Va dans la cuisine !
  • Le conditionnel
    • Au mode conditionnel, ce qui est dit est proposé comme étant soit réel, soit irréel selon qu'une condition exprimée ou sous-entendue est considérée comme vraie ou fausse.
    • Certains grammairiens actuels[1] rejettent l'idée que le conditionnel soit un mode.

Les deux derniers modes, appelés aussi semi-verbaux parce que le verbe n'est plus vraiment un verbe, sont employés lorsque deux propositions sont composées entre elles sans que leurs verbes aient des sujets distincts. La proposition subordonnée est alors réduite à son verbe qui prend la place d'un nom ou d'un adjectif ayant une fonction dans la proposition principale.

Lorsque le premier verbe est un verbe auxiliaire, c'est-à-dire exclusivement les verbes avoir ou être, le second verbe est au mode participe.

  • Exemple : Les enfants sont allés dans la cuisine.

Lorsque le premier verbe est un autre verbe, le second verbe est au mode infinitif. Comme le premier verbe est très souvent un verbe semi-auxiliaire (vouloir, devoir, pouvoir, etc.), ou un verbe d'état (paraître, sembler, devenir, demeurer, rester), on considère que l'infinitif est, comme le subjonctif, un mode irréel.

  • Exemples :
    • Les enfants veulent aller dans la cuisine. est la contraction de :
    • Les enfants veulent que eux aillent dans la cuisine.
  • L'infinitif
    • Au mode infinitif, le verbe est assimilé à un nom qui cesse d'avoir le même sujet que le premier verbe pour jouer la fonction de complément d'objet direct de celui-ci dans la première proposition.
    • Exemples : Les enfants veulent (eux) aller dans la cuisine.
      • Les enfants pensent à partir dans la cuisine.
    • Bien que substantivé, le verbe au mode infinitif reste invariable et continue à exprimer la réalité d'une action avec des compléments, ici un complément circonstanciel de lieu.
  • Le participe
    • Au mode participe, le verbe est assimilé à un adjectif et joue la fonction d'attribut du sujet dans la première proposition.

L'adverbe[modifier | modifier le code]

L'adverbe est un mot invariable dont la fonction est de modifier le sens du verbe, de l'adjectif ou d'un autre adverbe auquel il se rapporte.

Exemples :

  • Le professeur parle lentement. (modifie un verbe)
  • Le professeur parle bien lentement. (modifie l'adverbe)
  • Il est très gentil. (modifie un adjectif)

Classes d'adverbes[modifier | modifier le code]

On classe les adverbes selon le sens qu'ils modifient :

  • Adverbes de manière : bien, mal, ensemble, constamment, convenablement, aisément, etc.
  • Adverbes de temps : aujourd'hui, tôt, longtemps, quelquefois, souvent, toujours, etc.
  • Adverbes de lieu : devant, derrière, où, près, loin, dehors, ici, là, etc.
  • Adverbes de quantité : beaucoup, trop, aussi, assez, tout, très, moins, etc.
  • Adverbes d'affirmation et de doute : oui, si, naturellement, probablement, peut-être, etc.
  • Adverbes de négation : non, ne...pas, ne...aucunement, ne...pas du tout, ne...jamais, etc.
  • Adverbes d'interrogation : combien, comment, où, pourquoi, quand, etc.
  • Locutions adverbiales : en attendant, petit à petit, de temps en temps, à la longue, à peu près, à propos, en même temps, quelque part, par hasard, bien sûr, tout de suite, sans doute, à moitié, etc.

Morphologie[modifier | modifier le code]

En général, les adverbes se forment en ajoutant le suffixe -ment au féminin de l'adjectif.

Exemple :

  • heureux, heureuse→ heureusement
  • vif, vive→ vivement
  • naturel, naturelle→ naturellement

Cas particuliers :

  1. Quelquefois le e du féminin se change en é.
    • Exemple :
      • profond, profonde→ profondément
      • aveugle, aveugle→ aveuglément
      • précis, précise→ précisément
  2. Pour ceux qui finissent en -é, -i, -u, le suffixe -ment s’ajoute au masculin.
    • Exemple :
      • vrai→ vraiment
      • aisé→ aisément
      • résolu→ résolument
  3. Ceux qui finissent en -ant ou -ent ont pour suffixe -amment ou -emment. Les deux terminaisons se prononcent de la même façon.
    • Exemple :
      • savant→ savamment, prudent→ prudemment

Place de l'adverbe[modifier | modifier le code]

  1. Lorsqu'un adverbe modifie un adjectif ou un autre adverbe, il précède ce mot.
    • Exemples :
      • Vous êtes mal habillée. (devant un adjectif)
      • Il va probablement mieux. (devant un adverbe)
  2. Lorsqu'un adverbe modifie un verbe, il se place derrière lui :
    1. S'il modifie un verbe à un temps simple, il se place après lui.
      • Exemples :
        • Je le crois généralement.
        • Parlez-moi franchement.
        • Il n'était jamais à l'heure.
    2. S'il modifie un verbe à un temps composé, l'adverbe se place entre l'auxiliaire et le participe passé quand il est court ou courant (toujours, souvent, déjà, etc.) :
      • Exemples :
        • Vous avez mal jugé la situation.
        • J'ai presque fini.
        • Avez-vous déjà pris votre décision ?
  3. Si l'adverbe est long (comme beaucoup d'adverbes en -ment) peu courant, on le place après le participe passé.
    • Exemples :
      • Il vous a parlé gentiment.
      • Elle a agi généreusement.
  4. Les adverbes de temps et de lieu se placent au commencement de la phrase, après le participe passé ou à la fin de la phrase.
    • Exemples :
      • Aujourd'hui, j'ai des courses à faire.
      • Je l'ai rencontré là-bas.
      • Je n'ai pas fait grand-chose hier.
      • Tu t'es levé tard ce matin.

Adverbes de cause ou de conséquence[modifier | modifier le code]

Les adverbes d’intensité introduisent un rapport de conséquence.

Exemple : Il est si malade qu’il ne peut pas se lever.

L'article[modifier | modifier le code]

L'article est un déterminant. Il existe deux types d'article en français : l'article défini et l'article indéfini.

L'article défini[modifier | modifier le code]

Le est l'article défini masculin singulier, la l'article défini féminin singulier, les est l'article défini pluriel masculin et féminin.

L'article indéfini[modifier | modifier le code]

Un est l'article indéfini masculin singulier, une l'article indéfini féminin singulier, des est l'article indéfini pluriel masculin et féminin et du l'article partitif masculin (l'article partitif féminin se réalise par la paire de la).

Les conjonctions[modifier | modifier le code]

Sont énumérées ci-dessous quelques conjonctions de subordination.

  • Cause : comme, parce que, puisque, étant donné que, vu que, sous prétexte que (indicatif)
  • But : afin que, de façon à ce que, de manière que, pour que (subjonctif)
  • But négatif (lorsqu'il s'agit d'éviter une certaine conséquence) de peur que, de crainte que (subjonctif)
  • Comparaison : comme, de même que, ainsi que, plus/moins que (indicatif)
  • Concession : quoique, quoi que, bien que (subjonctif)
  • Restriction : même si (indicatif), encore que, en admettant que (subjonctif)
  • Restriction alternative : tandis que, alors que (indicatif)
  • Condition : si, même si (indicatif), au cas où (conditionnel), à condition que, pourvu que, à supposer que (subjonctif)
  • Condition négative : à moins que (subjonctif), sauf si, faute de quoi (indicatif)
  • Simultanéité : au moment où, en même temps que, pendant que, tandis que, alors que, lorsque, quand (indicatif)
  • Antériorité : avant que, jusqu'à ce que, en attendant que (subjonctif)
  • Postériorité : après que, dès que, aussitôt que, une fois que (indicatif)
  • Proportion : à mesure que, chaque fois que, toutes les fois que (indicatif)
  • Conséquence : à tel point que, si bien que, au point que, de sorte que, de façon que, si/tellement/tant... que (indicatif)

Les conjonctions de coordination[modifier | modifier le code]

Les conjonctions "mais", "ou", "et", "donc"[2], "or", "ni", "car" sont dites de coordination car elles introduisent une proposition indépendante coordonnée.

Types de phrases[modifier | modifier le code]

Chaque phrase :

  • relie un sujet et un prédicat, c'est-à-dire quelque chose qui est à propos du sujet ;
  • relève d'un type fondamental, qui indique le point de vue du locuteur sur ce qu'il dit.

Il existe quatre types de phrases :

  • la phrase déclarative, où le locuteur affirme son propos ;
  • la phrase interrogative, où le locuteur pose une question ;
  • la phrase injonctive, où le locuteur donne un ordre ;
  • la phrase exclamative.

La phrase déclarative[modifier | modifier le code]

La phrase interrogative[modifier | modifier le code]

Définition[modifier | modifier le code]

En linguistique, l'interrogation est un acte de langage par laquelle l'émetteur d'un énoncé adresse au destinataire (réel ou fictif) de celui-ci une demande d'information portant sur son contenu. Une phrase interrogative est couramment appelée « question ».

La phrase interrogative française présente quatre caractéristiques :

  • elle se termine par un point d'interrogation ;
  • elle présente souvent un sujet inversé, c'est-à-dire placé après le verbe  ;
  • elle comporte fréquemment un mot interrogatif (pronom, déterminant ou adverbe) ;
  • elle possède, à l'oral, une intonation ascendante.

Types d'interrogations[modifier | modifier le code]

En français, il existe deux types d'interrogations :

  • l'interrogation totale, qui concerne la phrase entière et appelle une réponse par oui ou par non (ex: - Est-il malade ? - Oui, il est malade.) ;
  • l'interrogation partielle, qui porte sur un élément de la phrase et appelle une réponse plus précise. Elle comporte toujours un mot interrogatif (ex: - Qui est-ce ? - C'est un ami.).
Interrogation totale[modifier | modifier le code]
  • L'interrogation totale se caractérise par l'inversion du sujet. Le sujet est placé après le verbe, on parle d'inversion simple (ex: As-tu rencontré quelqu'un ?).
  • Lorsque le sujet est un groupe nominal ou un pronom autre que ce ou un pronom personnel, ce sujet est placé avant le verbe et est repris par un pronom personnel de 3e personne. On parle alors d'inversion complexe (ex: Luc a-t-il rencontré quelqu'un ?).
  • La locution adverbiale est-ce que est souvent utilisée pour rétablir l'ordre sujet-verbe (ex: Est-ce que tu as rencontré quelqu'un ?).
Interrogation partielle[modifier | modifier le code]
  • L'interrogation partielle se caractérise souvent par l'inversion du sujet (ex: Où est-il parti ?).
  • L'inversion peut être complexe (ex: Où Luc est-il parti ?).
  • Les locutions pronominales qui est-ce qui, qu'est-ce qui, etc. et les locutions adverbiales où est-ce que, quand est-ce que, etc. permettent de rétablir l'ordre sujet-verbe (ex: Où est-ce qu'il est parti ?).

Mots interrogatifs[modifier | modifier le code]

Pronoms interrogatifs[modifier | modifier le code]

Un pronom interrogatif permet de demander l'identité de la personne ou de la chose concernée par le reste de la phrase. Les pronoms interrogatifs peuvent être simples, renforcés ou composés.

Forme simple[modifier | modifier le code]

Les formes simples des pronoms interrogatifs varient selon le caractère animé ou inanimé du référent, et la fonction du pronom.

Fonction Référent animé Référent inanimé
Sujet qui
COD qui que
Complément prépositionnel préposition + qui préposition + quoi

ex: Qui as-tu rencontré ? ex: Avec qui iras-tu à la piscine ?

Forme renforcée[modifier | modifier le code]

À chaque forme simple correspond une forme renforcée qui est une locution pronominale interrogative.

Fonction Référent animé Référent inanimé
Sujet qui est-ce qui qu'est-ce qui
COD qui est-ce que qu'est ce que
Complément prépositionnel préposition + qui est-ce que préposition + quoi est-ce que

ex: Qui-est-ce que tu as rencontré ? ex: Avec qui est-ce que tu iras à la piscine ?

Forme composée[modifier | modifier le code]

La forme composée varie selon le genre, le nombre et la fonction du référent, et peut se contracter avec les prépositions à et de. Elle a une valeur anaphorique, car elle reprend un groupe nominal.

Fonction Masculin singulier Masculin pluriel Féminin singulier Féminin pluriel
Sujet, COD lequel lesquels laquelle lesquelles
Complément prépositionnel préposition + lequel préposition + lesquels préposition + laquelle préposition + lesquelles
Avec la préposition à auquel auxquels à laquelle auxquelles
Avec la préposition de duquel desquels de laquelle desquelles

ex: J'ai acheté deux livres. Lequel veux-tu lire ? ex: Tu as beaucoup d'amis. Avec lequel iras-tu à la piscine ?

Déterminants interrogatifs[modifier | modifier le code]

Le déterminant interrogatif quel est variable en genre et en nombre, contrairement à combien de.

ex: Quel livre as-tu lu ?

ex: Combien de livres as-tu lus ?

Adverbes interrogatifs[modifier | modifier le code]

Les adverbes interrogatifs où, quand, comment, combien et pourquoi sont utilisés lorsque l'interrogation porte sur les circonstances. Les adverbes interrogatifs possèdent aussi des formes renforcées où est-ce que, quand est-ce que, etc.

ex: Où vas-tu ?

ex: Où est-ce que tu vas ?

La phrase injonctive[modifier | modifier le code]

La phrase exclamative[modifier | modifier le code]

Formes de phrases[modifier | modifier le code]

La négation[modifier | modifier le code]

En linguistique, la négation est une opération consistant à désigner comme fausse une proposition préalablement exprimée ou non ; elle s’oppose à l’affirmation. Elle est le plus souvent exprimée par des adverbes de négation (ex: ne...pas, ne...que, etc. ).

Types de négations[modifier | modifier le code]

En français, il existe trois types de négations :

  • la négation totale qui porte sur la phrase entière, et qui indique que la totalité de la phrase est fausse (ex: Il ne fait pas beau.) ;
  • la négation partielle, qui porte uniquement sur une partie de la phrase (ex: Je ne vois aucun nuage.) ;
  • la négation restrictive, qui a le sens de l'adverbe seulement et aboutit à une idée positive (ex: Il ne fait que pleuvoir.).
La négation totale[modifier | modifier le code]

La négation totale est exprimée par les adverbes corrélatifs ne...pas :

ex: Il ne fait pas beau.

La négation partielle[modifier | modifier le code]

La négation partielle est exprimée par l'adverbe ne et par des mots négatifs spécifiques qui lui sont associés :

  • des pronoms indéfinis (ex: personne, rien, etc.) ;
  • des déterminants indéfinis (ex: aucun, etc.) ;
  • des adverbes (ex: jamais, plus, etc.).
La négation restrictive[modifier | modifier le code]

Elle est exprimée par les adverbes corrélatifs ne...que (ex: Il ne fait que pleuvoir.).

Mots négatifs[modifier | modifier le code]

Dans la phrase négative, la négation est en général exprimée par une corrélation. Le premier élément est l'adverbe ne, le second élément étant un adverbe (ex: pas, que, etc.), un pronom (ex: rien, personne, etc.), ou un déterminant (ex: aucun, etc.).

Cette corrélation encadre le verbe et certains de ses compléments (ex: Je ne te le dirai pas.). A la forme composée, c'est l'auxiliaire qui est encadré par les corrélatifs.

Quand l'interrogation partielle porte sur le sujet, les mots négatifs sont placés avant l'adverbe ne (ex: Rien n'a été fait pour pallier cela.).

Les adverbes négatifs (ex: ne...pas, ne...plus, ne...jamais, etc.) sont placés devant l'infinitif, il n'y a pas corrélation (ex: Il a tout fait pour ne jamais aller à l'école.).

Le passif[modifier | modifier le code]

On distingue habituellement deux voix pour le verbe, la voix active et la voix passive. La voix passive se caractérise par une forme composée particulière, qui associe l'auxiliaire être et le participe passé. L'auxiliaire est au même temps et au même mode que la forme conjuguée du verbe actif (ex: J'ai lu ce livre. >> Ce livre a été lu par moi.).

La phrase passive[modifier | modifier le code]

La phrase passive est obtenue par transformation de la phrase active correspondante. Dans la phrase passive :

  • le verbe se met à la voix passive ;
  • le sujet de la phrase active est changé en complément d'agent ;
  • le COD de la phrase active est changé en sujet.

Le complément d'agent[modifier | modifier le code]

Le complément d'agent correspond, dans la phrase passive, au sujet de la phrase active. Il prend la forme d'un groupe prépositionnel introduit par la préposition par. Il fait partie du groupe verbal.

ex: Ce colis a été intercepté par la douane.

La forme impersonnelle[modifier | modifier le code]

La forme impersonnelle est la construction d'un verbe dans laquelle le sujet est le pronom impersonnel il. Ce pronom possède deux caractéristiques :

  • il ne renvoie à rien de précis (ni une personne, ni une chose) ;
  • il ne peut pas être remplacé par un autre mot ou groupe de mots.

Les verbes impersonnels sont employés uniquement avec le sujet impersonnel il. Il s'agit principalement :

  • de verbes ou de locutions verbales désignant des phénomènes météorologiques (ex: Il pleut, il fait frais, etc.) ;
  • des verbes et locutions verbales falloir, être question de, etc.
  • des verbes être et avoir dans il est (pour indiquer l'heure) et il y a. Ces expressions constituent des présentatifs.

L'emphase[modifier | modifier le code]

Le terme d'emphase désigne les procédés de mise en relief d'un élément de la phrase. On distingue l'extraction et la dislocation.

L'extraction[modifier | modifier le code]

L'extraction met en relief un élément de la phrase grâce à un présentatif (ex: Je vais à la piscine. >> C'est à la piscine que je vais.). L'extraction peut mettre en relief :

  • le sujet (ex: Mon ami viendra demain soir. >> C'est mon ami qui viendra demain soir.) ;
  • le COD (ex: J'ai mangé de la tourte. >> C'est de la tourte que j'ai mangé.) ;
  • le COI (ex: J'ai écrit au directeur. >> C'est au directeur que j'ai écrit.) ;
  • un complément circonstanciel (ex: J'ai mangé à la cantine. >> C'est à la cantine que je mange.) ;
  • le complément essentiel de lieu (ex: Je vais à la piscine. >> C'est à la piscine que je vais.).

La dislocation[modifier | modifier le code]

La dislocation détache un élément et le reprend par un pronom personnel, adverbial ou démonstratif (ex: Je vais à la piscine. >> Moi, je vais à la piscine.). La dislocation peut porter sur :

  • le sujet (ex: Je vais à la piscine. >> Moi, je vais à la piscine.) ;
  • le COD (ex: Je mange ce gâteau. >> Ce gâteau, je le mange.) ;
  • le COI (ex: J'ai répondu à mon ami. >> Je lui ai répondu, à mon ami.) ;`
  • l'attribut (ex: Cette maison est vaste. >> Vaste, cette maison l'est !) ;
  • le complément essentiel de lieu (ex: Je vais à la piscine. >> A la piscine, j'y vais.).

La phrase complexe[modifier | modifier le code]

Une phrase complexe est une phrase comportant au moins deux propositions. Une proposition peut être :

  • juxtaposée ;
  • coordonnée ;
  • subordonnée.

Propositions juxtaposées[modifier | modifier le code]

On dit que des propositions sont juxtaposées lorsqu'elles sont séparées par une virgule, un point-virgule ou deux points. On peut juxtaposer des propositions indépendantes ou subordonnées qui ont la même fonction dans la phrase.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Dans la langue française, certains mots sont variables, suivant le contexte.

Les mots variables, en français, sont :

Les mots des autres catégories sont (presque) toujours invariables :

Morphologie de l'article[modifier | modifier le code]

La déclinaison de l'article défini[modifier | modifier le code]

Masculin
Singulier
Féminin
Singulier
Voyelle ou H Muet
Singulier
Pluriel
Nominatif ou Accusatif le la l' les
Génitif du de la de l' des
Datif au à la à l' aux

La déclinaison de l'article indéfini[modifier | modifier le code]

Masculin
Singulier
Féminin
Singulier
Pluriel
Nominatif ou Accusatif un une des
Génitif d'un d'une des
Datif à un à une à des

Morphologie du pronom[modifier | modifier le code]

Morphologie du verbe[modifier | modifier le code]

Grammairiens de la langue française[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Maurice Grevisse et André Goosse,Le bon usage, 12eédition, 1986, p.1299, § 859, renvoi 9.
  2. Selon le TLFI (le Trésor de la Langue Française Informatisé) : « donc » est, en fonction de son emploi dans la phrase, soit une conjonction, soit un adverbe, soit une particule de coordination.