Intonation prosodique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Intonation.

Musicalité de la langue due à la hauteur et à l'intensité des voyelles, l'intonation prosodique structure le discours (elle marque l'interrogation, l'exclamation, par exemple) et peut indiquer l'état d'esprit du locuteur, mais n'affecte pas le sens des mots, contrairement aux tons des langues tonales.

Toutes les langues, tonales ou non, connaissent des jeux subtils d'intonations, pouvant varier selon les dialectes[1]. L'intonation est donc une caractéristique paralinguistique non distinctive qui concerne l'ensemble de l'énoncé ; ce n'est pas une unité discrète.

Ainsi en français par exemple (et en règle générale)[2] :

  • l'intonation interrogative est marquée par une montée de la voix sur la dernière syllabe.
  • l'intonation énonciative est marquée par un ton descendant, terminant la phrase ; elle se combine souvent avec une intonation interrogative dans la première partie, si la phrase comprend plusieurs groupes de mots.
  • l'intonation impérative s'exprime par une courbe descendante plus accentuée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ainsi les dialectes de Norvège du Nord sont souvent décrits comme « chantants » par les locuteurs norvégiens d'autres régions du pays.
  2. Jean Dubois & al., Dictionnaire de Linguistique, Larousse, 1991 (ISBN 2-03-340308-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]