Anaphore (grammaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anaphore.

En grammaire, une anaphore (du grec ἀναφορά, reprise, rapport) est un mot ou un syntagme qui, dans un énoncé, assure une reprise sémantique d'un précédent segment appelé antécédent. L'anaphore est un procédé fondamental qui participe à la cohérence d'un texte.

Rôle de l'anaphore[modifier | modifier le code]

Évitement d'une répétition[modifier | modifier le code]

L'anaphore peut éviter une répétition lexicale :

Jean n'avait pas de stylo : je lui ai prêté le mien.
Le pronom possessif « le mien » est une anaphore dont l'antécédent est le nom « stylo ». Sans l'anaphore, la phrase serait moins élégante : « Jean n'avait pas de stylo : je lui ai prêté mon stylo. »

Dissipation d'une équivoque[modifier | modifier le code]

Selon le contexte, le choix de telle ou telle anaphore, pourra dissiper une éventuelle équivoque, ou bien, tout au contraire, produire une phrase susceptible de revêtir plusieurs interprétations — une amphibologie :

Mon voisin a adopté un gros chien. Il n'est pas très sympathique.
Le pronom personnel « Il » est une anaphore. Mais quel est son antécédent ? Est-ce « voisin», ou bien est-ce le « gros chien », qui « n'est pas très sympathique » ?
Mon voisin a adopté un gros chien. Cet animal n'est pas très sympathique.
Le syntagme nominal « Cet animal » est également une anaphore, mais, dans ce cas, un doute moindre plane sur l'identité de son antécédent : cette construction rend plus vraisemblable que ce soit « le gros chien » qui « n'est pas très sympathique » — sans toutefois écarter un éventuel effet humoristique du locuteur.
Mon voisin a adopté un gros chien. Ce dernier n'est pas très sympathique.
Le syntagme nominal « Ce dernier » est également une anaphore, qui ne laisse cette fois plus d'ambigüité.

Catégories concernées par l'anaphore[modifier | modifier le code]

Les principales catégories pouvant jouer le rôle d'une anaphore sont le nom, le pronom et l'adverbe. Pour plus de détails, consulter l'article Représentation textuelle.

J'ai adopté un petit chien : cet animal est très affectueux.
L'anaphore « cet animal » (reprenant « un petit chien ») est un nom.
Jean n'avait pas de stylo : je lui ai prêté le mien.
L'anaphore « le mien » (reprenant « stylo ») est un pronom.
Ils ont acheté une bergerie dans les Corbières. , ils sont sûrs d'être tranquilles.
L'anaphore «  » (reprenant « une bergerie dans les Corbières ») est un adverbe.

Remarques[modifier | modifier le code]

  1. Il existe donc, entre l'antécédent et l'anaphore, une relation de représentation textuelle (ou phrastique), l'anaphore étant l'élément représentant, et l'antécédent, l'élément représenté. Lorsque dans une telle relation, l'ordre d'apparition de ces deux éléments est inversé, le représentant prend alors le nom de cataphore, et le représenté, celui de conséquent.
  2. Il ne faut pas confondre l'anaphore grammaticale avec l'anaphore en rhétorique.

Sujets connexes[modifier | modifier le code]