Mode (grammaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mode.

Le mode (du latin modus, manière) est un trait grammatical qui dénote la manière dont le verbe exprime le fait, qu'il soit état ou action (la terminologie linguistique emploie la dénomination de procès). Le plus souvent associé au verbe, ce trait ne lui est cependant pas exclusif. Les modes verbaux représentent la manière dont l'action exprimée par le verbe est conçue et présentée. L'action peut être mise en doute, affirmée comme réelle ou éventuelle. Ils se combinent à la sémantique des verbes et par là créent les aspects. Enfin, ils entraînent morphologiquement des désinences verbales (les conjugaisons).

En français[modifier | modifier le code]

Dans la langue française, on distingue traditionnellement sept modes dont quatre sont qualifiés de personnels et trois d'impersonnels.

Modes personnels[modifier | modifier le code]

Les modes personnels sont :

  • L'indicatif, qui énonce un fait considéré comme passé dans une phrase déclarative, ou un fait qui reste à vérifier, dans une phrase interrogative et d'actions secondaire ou encore descriptif.
Exemple  :

Il vient ; il mange. (énoncé déclaratif, fait déclaré réel dans le présent).
Est-ce qu'il vient ? (énoncé interrogatif, fait à vérifier).

  • L'impératif, qui énonce un ordre (injonction), une prière, un souhait, une exhortation, une défense, une invitation ou un encouragement. Il ne comporte que deux personnes (2e du singulier, 1re et 2e du pluriel).
Exemple  :

Viens ! Mange !

  • Le subjonctif, qui traduit un mouvement de l'âme (une pensée, un sentiment ou un désir), envisagé mais non encore réalisé (DOVE : doute, obligation, volonté, émotion).
Exemple  :

Je ne suis pas sûr qu'il vienne / qu'il mange.

  • Le conditionnel, qui permet d'évoquer un fait éventuel, plus ou moins probable, dépendant d'une condition à remplir, d'une supposition (hasard) ou d'une concession hypothétique, souvent introduites par si, que, etc.
Exemple  :

Si je le pouvais, je viendrais / je mangerais.

Toutefois, le statut de mode du conditionnel est désormais contesté, on assimile plutôt ses temps à des temps de l'indicatif (pour le conditionnel présent et passé 1re forme) ou du subjonctif (passé 2e forme).[réf. nécessaire]

Modes impersonnels[modifier | modifier le code]

Les modes impersonnels sont :

  • L'infinitif, qui a une valeur tantôt nominale (surtout au temps présent), tantôt verbale (temps présent et passé).
Exemple  :
    • L'infinitif présent, pouvant avoir valeur de conditionnelle de présent : se taire, c'est consentir, ou très rarement de passé : Après manger, elle est adorable.
    • L'infinitif passé, qui exprime l'antériorité : Elle est persuadée de t'avoir convaincu.
    • L'infinitif futur, limité aux cas d'utilisation dans une périphrase de devoir + inf., pour indiquer un futur : …un ami que je savais devoir partir.
  • Le participe qui est, comme l'infinitif, une forme nominale du verbe, participant à la fois du verbe (exprimant l'action) et de l'adjectif (qualifiant un nom).
    • le participe présent, souvent devenu un adjectif verbal qualifiant un nom (comme épithète ou comme attribut). Il traduit alors une manière d'être plutôt qu'une action. Dans les autres cas, il a une valeur principalement verbale, possédant un sujet et admettant des compléments d'objets ou circonstanciels.
      Quand il sert de forme adjectivale au verbe, il se décline en deux temps (et, intrinsèquement, deux aspects et deux voix) mais ne s'accordant pas en genre ni nombre quand il est au présent, mais quand il est considéré comme un adjectif verbal (les deux formes sont parfois homographes : une matière adhérant au plafond = une matière adhérente, mais une matière recouvrant les murs = une manière recouvrante.
    • Le participe passé, quant à lui, est le plus souvent passif et dénote l'aspect perfectif et achevé du procès. Il peut s'accorder en genre et en nombre, selon des règles relativement complexes (mangé, elle a mangé, elle est mangée). Le participe passé est la forme secondaire de tout temps composé : son emploi est donc très fréquent.
  • Le gérondif est utilisé pour indiquer la simultanéité d'un fait qui a lieu dans le cadre d'un autre fait : sourire (tout) en dormant, mais aussi pour exprimer la manière ou le moyen : Il a appris le métier en observant, ou encore pour exprimer la cause ou l'origine : En voyant sa blessure, il comprit la gravité de l'accident. Elle est liée à l'aspect progressif intrinsèque du participe présent, le plus souvent actif (courant ~ en courant).

Dans d'autres langues[modifier | modifier le code]