Maurice Grevisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maurice Grevisse

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Maurice Grevisse

Naissance 7 octobre 1895
Rulles
Décès 4 juillet 1980 (à 84 ans)
La Louvière
Nationalité Belge
Pays de résidence Belgique
Profession grammairien

Compléments

auteur du Bon Usage

Maurice Grevisse (Rulles 7 octobre 1895La Louvière, 4 juillet 1980) est un grammairien belge francophone.

Le nom « Grevisse » ne prend pas d'accent, mais il est couramment prononcé [gʁevis][1]. Familièrement, « le Grevisse » désigne son ouvrage Le Bon Usage.

Biographie[modifier | modifier le code]

Par tradition familiale, Maurice Grevisse est pressenti pour reprendre la forge paternelle. Mais très vite, il affirme sa volonté de devenir instituteur. Il entre à l'école normale de Carlsbourg, où il reçoit son diplôme d'instituteur en 1915. Il s'inscrit ensuite à l'école normale de Malonne et devient régent littéraire. Il occupe ensuite un poste de professeur de français à l'École des Pupilles de l'armée de Marneffe. Durant cette période, il apprend seul le latin et le grec. Tout en poursuivant sa carrière, il suit des cours de philologie classique à l'Université de Liège. En 1925, il reçoit le titre de « docteur en philologie classique ». Il devient en 1927 professeur à l'École royale des cadets à Namur.

Instituteur, puis professeur, il se rend compte que les grammaires existantes ne répondent pas au besoin de son enseignement, il reprend ses annotations en un nouveau concept qu'il intitule Le Bon Usage.

De nombreux éditeurs de renom refusent son manuscrit, c'est finalement un modeste éditeur de Gembloux qui le publie en 1936. La maison Duculot était lancée, et le succès de l'ouvrage ne s'est jamais démenti même pendant la Seconde Guerre mondiale. André Gide citera Le Bon Usage comme la meilleure grammaire de langue française à son époque. Le lexicographe Paul Robert émettra un autre avis superlatif en 1980 : Le Bon Usage est « la meilleure grammaire de la langue française »[2].

Plusieurs distinctions viendront ponctuer une carrière admirable, comme le prix De Keyn de l’Académie royale de Belgique en 1939 et la médaille d’or de l’Académie française en 1946. Maurice Grevisse a été nommé officier de la Légion d'honneur en 1971. De 1967 à sa mort en 1980, il a siégé au Conseil international de la langue française. L'Institut Jules Destrée à la suite d'un vote émis par des personnalités politiques et académiques l'a classé parmi les « Cent Wallons » du siècle.

Maurice Grevisse disparaît le 4 juillet 1980 après avoir confié les rênes du Bon Usage à son gendre, André Goosse.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Maurice Grevisse lui-même évoque un accent « moitié ouvert, moitié fermé ». Voir http://www.ina.fr/video/CPB08008704/maurice-grevisse-video.html.
  2. Paul Robert, « Préface de la 11e édition », Le Bon Usage (Paris-Gembloux : Duculot, 1980), vii.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Bon Usage.

Outre le Bon Usage, Maurice Grevisse a publié plusieurs ouvrages scolaires ou utilitaires traitant de difficultés :

  • Précis de grammaire française (1939) (aussi connu sous le titre Le petit Grevisse)
  • Exercices sur la grammaire française (1942)
  • Cours de dictées (1944)
  • Le Français correct (1973)
  • Savoir accorder le participe passé (1975)
  • Quelle préposition ? (1977)
  • La force de l'orthographe (1982)
  • Nouvelle grammaire française (1982)

On mentionnera spécialement les Problèmes de langage (1961-1970) où il réunit les chroniques littéraires publiées dans le journal La Libre Belgique. Avec une plume alerte et ce grand souci d'exactitude concernant les faits de langue qu'on lui (re)connaît, Maurice Grevisse, libéré de l'expression guindée qui s'impose à tout rédacteur de grammaire de référence, ne manque pas, à l'occasion, de renvoyer les puristes à leurs chères études en conjuguant avec élégance humour, finesse et sérieux. De même, en 1961, s'affirmait-il déjà comme un partisan résolu de la féminisation des noms de métiers, quelque 40 ans avant que l'Académie française ne la combattît ardemment.

Liens externes[modifier | modifier le code]