Excision

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Excision (homonymie).

Une excision est, dans son sens le plus général, l'ablation d'une partie de tissu biologique. Mais le terme excision est plus communément utilisé pour désigner l'ablation du capuchon clitoridien voire du clitoris en entier.

L'excision du clitoris, qui est une mutilation génitale féminine (MGF), implique l’ablation de la partie externe prépondérante du clitoris (clitoridectomie) et de son capuchon. Elle est parfois accompagnée de l'ablation des petites lèvres et de la suture des grandes lèvres. Cette mutilation est illégale dans la plupart des pays du monde[1]. De nombreuses organisations militent pour son abolition mondiale. L'excision présente plusieurs variantes qui diffèrent par l’étendue de l’ablation et les pratiques annexes.

Les 3 différents types d'excision comparés à l'anatomie féminine normale.

Étendue géographique du phénomène[modifier | modifier le code]

Fgm map.svg

Géographiquement, la pratique se rencontre dans de nombreuses parties du monde. Elle est la plus courante en Afrique subsaharienne et dans quelques régions du Proche-Orient (Égypte) et de l’Asie du Sud-Est (Indonésie et Malaisie). (Voir cette liste non exhaustive.) Dans les pays occidentaux, ces pratiques se retrouvent dans les communautés issues de ces pays[2]. Selon les pays, la proportion de femmes excisées varie de façon importante, allant de 1,4 % au Cameroun à 96 % en Guinée au début des années 2000[3].

On considère qu’environ 100 à 140 millions de femmes[4] ont subi une excision (principalement en Afrique). Environ 2 millions de fillettes sont susceptibles de subir une telle mutilation tous les ans. Selon une étude de l'INED, 50 000 femmes ont subi des mutilations sexuelles et vivent actuellement en France[4].

Une définition extensive de l'excision[modifier | modifier le code]

Cette large aire de répartition explique sans doute aussi une large gamme de pratiques qui relèvent toutes de l’excision. En effet, au-delà de l’ablation totale des organes génitaux externes, on rencontre également :

  • une ablation du clitoris seul (en fait, l’extrémité du clitoris ou du capuchon clitoridien, le clitoris faisant environ dix cm de longueur), nommée clitoridectomie ;
  • l'excision, qui consiste à enlever partiellement ou totalement le clitoris et, souvent, les petites lèvres
  • des ablations partielles
  • la forme de mutilation génitale féminine la plus extrême qui soit, nommée infibulation ou circoncision pharaonique. Elle consiste à l’ablation totale du clitoris, des petites lèvres et des grandes lèvres à l’entrée du vagin. De plus, l’entrée de ce dernier est cousue jusqu’à ce qu’il ne reste qu’une fine ouverture servant aux écoulements menstruels (le plus souvent, pour préserver la virginité d’une petite fille ; l’opération est alors ensuite complétée à l’adolescence par une excision véritable ou peut être renversée par un parent ou le mari lors du mariage)
  • des pratiques chirurgicales visant à la création de tissus cicatriciels, le grattage de l’orifice vaginal ou l’incision du vagin
  • l’introduction de substances corrosives ou abrasives dans le but de provoquer un resserrement du vagin
  • l’introcision (pratiquée par les aborigènes Pitta-Patta d’Australie et les Conibos, branche des indiens Panos, au Pérou) qui consiste à élargir l’orifice vaginal avec une lame en pierre.

Une pratique traditionnelle[modifier | modifier le code]

Les pratiques d'excision sont considérées comme traditionnelles dans la mesure où elles se sont installées dans un contexte animiste ou pharaonique (c’est-à-dire bien avant l'arrivée des grandes religions monothéistes dans ces contrées). L'excision fait souvent office de rite de passage et de reconnaissance de la petite fille dans sa société.

L’excision est actuellement défendue[réf. souhaitée] au nom de :

  • la préservation de la virginité (considérée comme un idéal féminin au mariage) ;
  • l’amélioration du plaisir sexuel masculin (par le rétrécissement du vagin ou de l’orifice vaginal) ;
  • l'interdiction de l'accès à l'orgasme des femmes (considéré comme malsain par les partisans de l’excision) ;
  • raisons hygiéniques ;
  • raisons esthétiques ;
  • patrimoine culturel ou traditionnel (initiation à l’état de femme, peur que le clitoris n'empoisonne l'homme ou l'enfant à la naissance…).

Dans de nombreux cas, on observe que les mères participent activement aux mutilations de leur(s) fille(s) dans le but d’améliorer leurs chances de faire un « bon » mariage.

Le clitoris est souvent considéré comme une imperfection de la création divine, un résidu masculin devant être ôté pour que la femme soit finie. De la même manière la circoncision ou ablation du prépuce est censée enlever à l'homme la partie féminine restante. La psychanalyste Marie Bonaparte a écrit[5] : « Les hommes se sentent menacés par ce qui aurait une apparence phallique chez la femme, c'est pourquoi ils insistent pour que le clitoris soit enlevé ». Elle est caractérisée comme « la relation d'appropriation qui veut que chaque femme soit la propriété d'un homme » par Thomas Sankara dans sa campagne contre l'excision [6]

Mutilations sexuelles et religions[modifier | modifier le code]

Des communautés chrétiennes au Ghana ou au Togo, du sud du Nigeria, du Burkina Faso, du Kenya et de l'Afrique de l'est, en général, pratiquent les mutilations sexuelles ainsi que des communautés musulmanes et la communauté juive des Falashas.

Les sources religieuses juives et chrétiennes ne font pas mention de cette pratique. D'autres communautés comme les dawoodi bohras, une communauté chiite ismaélienne, venue d'Égypte et maintenant installée dans l'ouest de l'Inde, continuent de la pratiquer. Quelques femmes s'élèvent pour la combattre [7], comme Tasleem[8], une femme bohra de 40 ans qui a envoyé le 14 octobre 2011 au chef religieux de la communauté le syedna Mohammed Burhanuddin un rasoir et une photo d'une petite fille en train de pleurer et a lancé une pétition en ligne[9].

En Égypte plus de 90 % des Égyptiennes en âge d’avoir des enfants ont subi une excision (en 2008)[10],

S'il est vrai que l'excision n'est pas mentionnée explicitement dans le Coran, on retrouve l'excision (khifâd) est recommandé pour les filles dans le rite musulman malékite et la circoncision (khitân) est une pratique obligatoire pour les enfants mâles.

Opposition et répression[modifier | modifier le code]

L’excision est considérée comme une mutilation grave et injuste dans les pays occidentaux, mais aussi par des organisations internationales telles que l’ONU, l’OMS et l’Unicef. Dans la plupart des pays occidentaux, elle est poursuivie et punie comme un crime grave. Il subsiste quelques régions du monde, notamment dans certains pays d'Afrique, où cette pratique reste tolérée au nom de la tradition. Toutefois, suite aux scandales internationaux que cette pratique génère, ces États ont tendance à la réprimer davantage.

Le 26 novembre 2012, l’Assemblée générale des Nations unies, a adopté sa première résolution pour bannir les pratiques de mutilations génitales féminines dans le monde. Plus de 110 pays, dont une cinquantaine en Afrique, ont soutenu conjointement ce texte qui demande aux États membres de "compléter les mesures punitives par des activités d'éducation et d'information"[11],[12].

Raisons de l'opposition[modifier | modifier le code]

Les opposants à l’excision en appellent au respect de l'être humain. En effet, l'excision est une atteinte à l’intégrité physique et morale de la victime de cette pratique. La plupart des opposants sont particulièrement sensibles :

  • à la mainmise du groupe social sur la sexualité des individus ;
  • à la perte du plaisir sexuel chez la femme ;
  • aux risques encourus par la petite fille lors d’excisions dans des conditions d’hygiène parfois insuffisantes (pouvant aller jusqu’à la mort suite à une infection), ainsi qu'à la douleur liée à l'opération, souvent faite sans anesthésie ;
  • aux risques augmentés en matière de maladies sexuellement transmissibles, de susceptibilité augmentée aux affections plus ou moins graves comme les kystes, les abcès, les infections de l’urètre, rétention urinaire, etc. ;
  • aux complications, soit directes soit indirectes, que cela entraîne lors de la miction, des règles, des relations sexuelles ;
  • aux risques de mortalité accrus lors d'un accouchement ;
  • au handicap sexuel ainsi imposé (plaisir sexuel fortement limité ou impossible, relations sexuelles douloureuses) ;
  • perturbation de l'identité féminine, de la représentation de sa sexualité par la femme excisée (associée à une expérience sexuelle dégradée)
  • et à la liberté de conscience et de choix qu'il ne faudrait pas oublier au profit des démonstrations médico-sociales.

Le chirurgien Pierre Foldes, qui a mis au point une technique chirurgicale de reconstruction décrit l'excision comme « un crime multiple fait de viol collectif, d’inceste, de mutilations et d’ignorance[13]. »

Les moyens de lutte[modifier | modifier le code]

En raison de son caractère culturel et traditionnel, l'excision ne peut pas seulement se voir opposer le droit. En effet, la complicité des familles et des proches rend cette lutte législative sans effet direct. Cette approche n'est possible qu'une fois les mentalités éclairées.

De fait, de nombreux pays africains s’efforcent de faire disparaître cette coutume en employant des moyens plus participatifs :

  • au Burkina Faso, le gouvernement utilise simultanément ses moyens d’information, de sensibilisation et la condamnation judiciaire pour lutter contre ces pratiques[14] ;
  • au Cameroun, où ce n'est qu'en 1987 que le Comité interafricain de lutte contre les pratiques traditionnelles affectant la santé de la femme et des enfants (CI-AF) a pu cartographier les populations pratiquant l'excision, les moyens de lutte utilisés passent aussi bien par l'information, l'instruction, les mesures législatives comme les initiatives économiques, à savoir : redonner une activité aux anciennes exciseuses ;
  • au Sénégal, à la suite d’un programme d’éducation non-formel basé sur les droits humains dispensé par l’ONG Tostan, des groupes de communautés initient de manière collective des Déclarations Publiques pour la promotion des droits humains, la santé des femmes et des filles, l’abandon de l’excision et des mariages précoces/forcés. Ainsi, selon l’ONG Tostan, 3307 communautés sénégalaises ont participé à ce type de déclarations depuis 1997[15].

Défense de l'excision[modifier | modifier le code]

Certains intellectuels, notamment américains, défendent l'excision au nom du relativisme culturel et de la liberté de culte et remettent en cause la gravité de ses conséquences sur la santé et la sexualité des femmes. La lutte contre l'excision est décrite comme une forme de colonialisme[16]. Les principaux anthropologues qui remettent en cause la lutte contre l'excision sont Richard Shweder, Janice Boddy, Carla Obermeyer, Ellen Gruenbaum et Fuambai Ahmadu, auxquels se joignent certains féministes africains. L'un des arguments les plus forts de ceux qui défendent l'excision explique qu'elle serait l'équivalent d'opérations de chirurgie esthétique pratiquées en Occident, comme la pose d'implants mammaires ou la rhinoplastie[17]. Les militants contre l'excision mettent en avant, eux, que l'excision est la plupart du temps réalisée de manière forcée, sans le consentement de celle à qui les organes génitaux appartiennent.

Aspects légaux[modifier | modifier le code]

L'excision est illégale dans la plupart des pays du monde[1]. La plupart des pays démocratiques interdisent formellement l’excision au nom du respect des Droits de l'homme, du respect de la personne humaine et de la protection de l’enfance. Ainsi, un peu partout en Europe, des coupables d’excision sont régulièrement envoyés en prison par les tribunaux.

En France[modifier | modifier le code]

En France, la clitoridectomie a été préconisée à la fin du XIXe siècle par des médecins comme Thésée Pouillet (1849-1923), Pierre Garnier (1819–1901) ou Paul Broca (1824-1880) pour lutter contre l'onanisme. Cette ablation pouvant éventuellement s'opérer par cautérisation au fer rouge, comme le conseille le DrJules Guérin (1801-1886) en 1882[18].

Aujourd'hui l’excision constitue une atteinte à la personne. Elle entre dans le cadre des violences ayant entraîné une mutilation permanente, délit passible de dix ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende dans le cas général. Lorsque la victime est mineure de 15 ans, cela devient un crime passible de 15 ans de réclusion criminelle, 20 ans si le coupable est un ascendant légitime (Art 222-9 et 222-10 du Code pénal). Une interdiction du territoire d’une durée de cinq ans peut également être prononcée (Art. 222-47 du Code pénal).

Cependant, souvent l'excision est pratiquée lors d'un retour au pays et donc hors du territoire national. La législation française fait cependant obligation aux soignants de dénoncer toutes agressions sexuelles sur mineur. Les médecins sont tenus au signalement des cas (même potentiels) de mutilations génitales féminines, même si ces dernières sont ou devraient être effectuées hors du territoire français.

En Angleterre[modifier | modifier le code]

Selon un rapport de la commission parlementaire daté de 2014, 170 000 femmes sont susceptibles d'avoir subi l'excision tandis que 65 000 filles de moins de 13 ans en sont menacées, et ce, malgré une loi de 1985 l'interdisant. Ces mutilations sont essentiellement pratiquées par les populations immigrantes de la corne de l'Afrique. Ce rapport souligne l'échec des politiques dans la lutte contre les mutilations génitales et souligne que « le souci déplacé de respecter les sensibilités culturelles au détriment des droits de l'enfant est l'une des principales raisons » de cet échec[19].

Pays où l'excision se pratique traditionnellement[modifier | modifier le code]

En Afrique, on recense 28 pays où les mutilations sexuelles féminines sont pratiquées. La proportion de femmes excisées varie selon les pays. Trois groupes peuvent être distingués (chiffres au début des années 2000)[3]:

Selon l’UNICEF, 13 pays africains disposent de lois réprimant les mutilations sexuelles féminines et autres types de violences faites aux femmes.

Bénin[modifier | modifier le code]

Cette pratique est interdite dans ce pays et est sanctionnée[20]. Cette loi prévoit en effet amendes, emprisonnement et travaux forcés sur tout auteur ou complice de la pratique de l'excision surtout quand la victime est mineure et encore plus quand un décès survient.

Burkina Faso[modifier | modifier le code]

Au Burkina Faso[21], une loi interdisant les mutilations génitales féminines (MGF) a été promulguée en 1996, pour entrer en vigueur en février 1997. Auparavant, il existait déjà un décret présidentiel établissant un Comité national contre l'excision et prévoyant des amendes à l'encontre des personnes reconnues coupables d'excision sur des fillettes ou des femmes. La loi de 1996 a renforcé la répression. Depuis, plusieurs exciseuses ont été condamnées à des peines d'emprisonnement[14].

Côte d'Ivoire[modifier | modifier le code]

En Côte d'Ivoire[21], une loi promulguée le 18 décembre 1998 prévoit que toute atteinte à l'intégrité des organes génitaux d'une femme, par voie de mutilation totale ou partielle, excision, désensibilisation ou toute autre pratique, si elle s'avère sanitairement néfaste, est passible d'une peine d'emprisonnement de un à cinq ans, et d'une forte amende (de 360 000 à deux millions de francs CFA). La peine est portée de cinq à vingt ans d'emprisonnement si la victime meurt des suites de son opération. Par ailleurs, si la procédure est effectuée par un médecin, il risque jusqu'à cinq ans d'interdiction de pratique professionnelle.

Djibouti[modifier | modifier le code]

À Djibouti[21], les MGF ont été interdites par la révision du Code pénal du pays, entrée en vigueur en avril 1995. L'article 333 du Code pénal prévoit, pour les personnes reconnues coupables de ces pratiques, une peine d'emprisonnement de cinq ans et une amende de un million de francs de Djibouti.

Égypte[modifier | modifier le code]

En Égypte[21], en décembre 1997, la Cour de cassation égyptienne a rendu un arrêt en faveur d'une interdiction gouvernementale des MGF, dans lequel il est stipulé que les contrevenants s'exposent à des sanctions criminelles et administratives. Il existe en outre un décret ministériel qui interdit ces pratiques. Malgré ces lois et décrets, les MGF se perpétuent encore en très grande majorité dans ce pays, même si certains comme Abou Shawareb en juillet 2005, ont décidé d'eux-mêmes de mettre fin à ces pratiques. Le Code pénal prévoit aussi des cas de « blessure » et de « traumatisme intentionnel ayant entraîné la mort », qui peuvent éventuellement être juridiquement applicables. On a relevé dans la presse au moins treize cas de personnes poursuivies sur la base des termes du Code pénal, notamment des médecins, des sages femmes et des barbiers, accusés d'avoir pratiqué des MGF ayant entraîné des hémorragies, des états de choc et des décès.

Ghana[modifier | modifier le code]

Au Ghana[21], en 1989, le chef du gouvernement du Ghana, le président Rawlings, s'est formellement prononcé contre les MGF et les autres types de pratiques traditionnelles néfastes. L'article 39 de la Constitution du Ghana contient en outre des éléments visant l'abolition des pratiques traditionnelles préjudiciables à la santé et au bien-être des personnes. Certains pensent que cette loi a, en fait, généré une migration des pratiques vers la clandestinité.

Guinée[modifier | modifier le code]

En Guinée[21], les MGF sont illégales selon l'article 265 du Code pénal. Elles sont punies par une peine de travaux forcés à perpétuité et, si elles entraînent le décès de la victime dans un délai de 40 jours, le contrevenant s'expose à la peine de mort. Aucun cas de MGF n'a toutefois, à ce jour, été porté devant les tribunaux. L'article 6 de la Constitution guinéenne, qui interdit les traitements cruels et inhumains, peut aussi être interprété dans le sens de l'inclusion de ces pratiques, si un cas venait à être porté devant la Cour Suprême. L'un des membres de la Cour Suprême de Guinée travaille actuellement en collaboration avec une ONG locale, en vue d'insérer dans la Constitution guinéenne une clause spécifique interdisant ces pratiques.

Indonésie[modifier | modifier le code]

En Indonésie[21], les autorités préparent actuellement un décret interdisant aux médecins et aux personnels paramédicaux toutes pratiques de MGF. Les MGF sont aujourd'hui encore très répandues en Indonésie. Azrul Azwar, le directeur général des affaires de santé du pays, a déclaré que « Toutes les structures de santé gouvernementales seront formées à relayer les informations concernant la décision d'interdiction et l'étendue du problème de la circoncision féminine.»[22].

Nigeria[modifier | modifier le code]

Au Nigeria[21], il n'existe aucune loi fédérale interdisant les pratiques de MGF. Les opposants à ces pratiques se réfèrent à la section 34(1)(a) de la Constitution de la République Fédérale du Nigeria de 1999, qui dispose qu'« aucun individu ne sera soumis à la torture ou à des traitements inhumains ou dégradants », pour en appeler à l'interdiction des pratiques de MGF sur tout le territoire. Un membre du parlement a élaboré un projet de législation en faveur de l'interdiction, mais ce projet n'est pas encore passé en commission.

Ouganda[modifier | modifier le code]

En Ouganda[21], il n'existe aucune loi réprimant les pratiques de MGF. En 1996, toutefois, un tribunal a statué en faveur de la prohibition de ces pratiques, sur la base des termes de la section 8 de la Charte des Enfants, promulguée cette même année, qui rend illégal le fait de soumettre un enfant à des pratiques sociales ou coutumières néfastes pour sa santé.

République centrafricaine[modifier | modifier le code]

En République centrafricaine[21], en 1996, le président a émis une ordonnance interdisant les MGF sur tout le territoire. Cette ordonnance a force de loi, et toute infraction à son égard est passible d'une peine d'emprisonnement allant de un mois à deux ans, et d'une amende de 5 100 à 100 000 francs centrafricains. Il ne semble toutefois pas que cette loi ait jamais été appliquée dans les faits.

Sénégal[modifier | modifier le code]

Au Sénégal[21], depuis une loi promulguée en janvier 1999, les pratiques de MGF sont illégales. Le président Diouf a fait un appel solennel en faveur de l'arrêt de ces pratiques et de la législation les interdisant. La loi modifie le Code pénal en faisant des MGF des actes criminels, réprimés par une sentence pouvant aller de un à cinq ans d'emprisonnement. Un porte-parole du RADDHO (Rassemblement africain pour la défense des droits de l'homme) a déclaré dans la presse : « L'adoption de la loi ne se suffit pas en elle-même, car il est désormais nécessaire de la faire appliquer rigoureusement pour que les femmes en bénéficient. » Quelques femmes se penchent sur la question[23].

Somalie[modifier | modifier le code]

En Somalie[21], il n'existe aucune loi nationale spécifique interdisant les MGF. Le Code pénal mis en place par le précédent gouvernement prévoit toutefois des clauses de « blessures », « blessures graves » et « blessures très graves », qui pourraient éventuellement être juridiquement applicables. En novembre 1999, le Parlement de l'administration du Puntland a approuvé à l'unanimité une législation rendant ces pratiques illégales. Il ne semble toutefois exister aucun cas de mise en application de cette loi.

Tanzanie[modifier | modifier le code]

En Tanzanie[21], la section 169A de la Circulaire spéciale sur les crimes sexuels de 1998 interdit les MGF. Ces pratiques sont punies de peines d'emprisonnement allant de cinq à quinze ans, et/ou d'une amende ne pouvant pas excéder 300 000 shillings tanzaniens. Cette législation a débouché sur quelques arrestations, mais qui ne semblent pas avoir, jusqu'à présent, abouti sur des poursuites pénales.

Togo[modifier | modifier le code]

Au Togo[21], le 30 octobre 1998, l'Assemblée Nationale a voté à l'unanimité une loi interdisant les pratiques de MGF. Les sentences prévues vont de peines d'emprisonnement de deux mois à dix ans, à des amendes de 100 000 à un million de francs CFA. Toute personne qui aurait connaissance de telles pratiques dans son entourage et qui n'en informerait pas les autorités, est passible d'une peine de un mois à un an d'emprisonnement, et d'une amende de 20 000 à 500 000 francs CFA.

L'éradication de l'excision : une lutte de longue haleine[modifier | modifier le code]

La lutte contre l’excision fait partie des grands programmes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’Unicef. Cette dernière a même fait du 8 février 2006 la « Journée internationale de tolérance zéro pour les mutilations génitales féminines ».

De nombreux traités internationaux évoquent également l'interdiction de l'excision et des mutilations sexuelles féminines en général, il s’agit notamment :

  • de la convention internationale sur les droits de l’enfant (CIDE) ;
  • de la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination envers les femmes (CEDEF) ;
  • de la charte africaine sur les droits et le bien-être de l’enfant ;
  • de la charte africaine sur les droits humains et ceux des populations ;
  • du protocole additionnel sur les droits des femmes dit protocole de Maputo.

En 2002, lors d’une Assemblée générale des Nations unies, la totalité des représentants se sont engagés à mettre fin aux mutilations sexuelles et à l’excision d’ici à 2010. Cette date est plutôt ambitieuse, malgré les récentes annonces (novembre 2005) faites en Afrique, où plusieurs exciseuses ont déposé leurs instruments (des lames et des couteaux, parfois rouillés).

Réparation chirurgicale[modifier | modifier le code]

Le chirurgien et urologue français Pierre Foldes et l’urologue Jean-Antoine Robein ont progressivement mis au point depuis le début des années 1980 une technique de réparation complète du clitoris, qui permet d’abord de supprimer la douleur latente laissée par la cicatrice. Elle résout également les problèmes obstétriques et urologiques causés par l’excision[24],[13]. En France, environ 3 000 femmes[25] ont bénéficié de cette opération sous anesthésie générale ; quatre autres chirurgiens, formés par Pierre Foldes, pratiquent cette opération en Égypte et au Sénégal. Cette technique est inscrite à la nomenclature des actes médicaux remboursés de la Sécurité sociale française depuis octobre 2004[26]. De plus cette situation est unique au monde [25].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Waris Dirie Fleur du désert (J'ai lu, 2001) top model ambassadrice de l'ONU contre les mutilations sexuelles traditionnelles
  • Ayaan Hirsi Ali Insoumise (Pocket no 13024). Alors députée à la chambre néerlandaise (somalienne d'origine et ayant, elle-même, subie une excision au cours de son enfance), Ayaan Hirsi Ali propose un système de contrôle pour rendre plus efficace la répression de cette pratique et l'aide aux victimes sur le sol néerlandais (cf. chapitre 12).
  • Khady Mutilée (Oh éditions)
  • Moka Pourquoi ? (L'école des loisirs) : un roman de littérature jeunesse, accessible dès 12 ans. Il raconte la vie d'une famille somalienne vivant en France. La fille aînée refuse l'excision de sa petite sœur, et se heurte aux traditions.
  • Nura Abdi Larmes De Sable (L'Archipel) Récit : histoire d'une fille qui a vécu l'excision à 4 ans.
  • Katoucha Niane Dans ma chair (Lafon) : L'un des premiers top models noirs raconte son excision subie à l'âge de 9 ans.
  • Marie-Noël Arras Entière ou La réparation de l'excision Préface du Docteur Pierre Foldes (éd. Chèvre-feuille étoilée - mars 2008)
  • Dominique Voinçon et Benoît Lange "Cicatrice" (Favre, 2004) : L'histoire romancée inspirée de faits authentiques dans un village du Burkina Faso raconte l'histoire d'un jeune Burkinabè dont la petite sœur va être excisée. Voilà ce jeune homme pris entre tradition et modernité.

Films[modifier | modifier le code]

Chansons[modifier | modifier le code]

Une compilation « Stop excision » est également sortie en 2003 sous le label « Sahel Initiative »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b DfES, Research Website
  2. L'excision sur le site droitsenfant.com
  3. a et b Armelle Andro et Marie Lesclingand, « Les mutilations sexuelles féminines : le point sur la situation en Afrique et en France », Population et Sociétés, numéro 438, Bulletin mensuel d’information de l’Institut national d’études démographiques,‎ Octobre 2007 (consulté le 20 février 2008)
  4. a et b Lire Andro et Marie Lesclingand, Population et sociétés nº438, octobre 2007 et Anne Chemin, « Excision : 50 000 femmes mutilées sexuellement vivent en France », dans Le Monde du 25-10-2007, mise en ligne le 24-10-2007, [lire en ligne]
  5. Marie Bonaparte, Notes sur l'excision - Revue française de psychanalyse XII, 1946.
  6. Thomas Sankara, discours du 8 mars 1987
  7. Article dans l'hebdomadaire indien Open, traduit dans Le Courrier International du 5 au 11 avril 2012 : http://www.openthemagazine.com/article/living/stealth-revolution
  8. Article dans Le Monde des Religions : http://www.lemondedesreligions.fr/entretiens/tasleem-jeune-musulmane-lance-une-petition-contre-l-excision-13-04-2012-2427_111.php
  9. la pétition en ligne : http://www.change.org/petitions/syedi-aaliqadr-mufaddal-bhaisaheb-saifuddin-stop-female-circumcision-ladkiyon-par-khatna
  10. http://observers.france24.com/fr/content/20120518-polemique-excision-egypte-religion-tradition-mutilation-genital-frere-musulman
  11. La lutte contre l'excision franchit un nouveau cap, RTS, 27 novembre 2012
  12. Assemblée générale du 26 novembre 2012
  13. a et b Les mutilations sexuelles, des violences faites aux femmes - Interview du Pierre Foldes, 20 juin 2011
  14. a et b Joëlle Stolz, Le Burkina Faso fait reculer l’excision, Le monde diplomatique, septembre 1998
  15. Site Internet de l'ONG Tostan: http://www.tostan.org/web/page/586/sectionid/547/parentid/585/pagelevel/3/interior.asp
  16. (en) Christine J. Walley, « Searching for 'Voices': Feminism, Anthropology, and the Global Over Female Genital Operations », Cultural anthropology: journal of the society for Cultural Anthropology, vol. 12, no 3,‎ 1997, p. 405-438
  17. (en) Carla Makhlouf Obermeyer, « Female Genital Surgeries: The Known, the Unknown, and the Unknowable », Medical Anthropology Quaterly, vol. 13, no 1,‎ mars 1999, p. 79-106
  18. Le docteur Démétrius Zambaco qui utilise ainsi le fer rouge en 1882, donne pour origine de cette initiative le conseil que lui donne le docteur Jules Guérin. Il écrit (Onanisme avec troubles nerveux..., L'Encéphale. Journal des maladies mentales et nerveuses, 1882, p. 267) :
    Pendant mon voyage à Londres, pour assister au Congrès médical international j'ai eu la chance de me rencontrer avec M. le Dr Jules Guérin. J'ai soumis à notre éminent confrère le cas désespérant de ces deux enfants et lui demandai son avis. M. le Dr J. Guérin m'a affirmé avoir guéri des jeunes filles affectées du vice de l'onanisme et lorsque tout traitement avait échoué, en brûlant le clitoris au fer rouge.
  19. L'excision, "scandale national" au Royaume-Uni
  20. Loi No. 2003-3 portant répression de la pratique des mutilations génitales féminines en République du Bénin
  21. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Informations du Département d'État des États-Unis d'Amérique.
  22. Dépêche CBCNews
  23. Rapport TOSTAN du 21 novembre 2005 et du 5 avril 2005
  24. Hubert Prolongeau, Victoire sur l’excision, Albin Michel, Paris, 2006
  25. a et b http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/06/14/reparer-les-femmes-excisees_1718738_1650684.html
  26. Rapport Femmes de l’immigration du 7 mars 2005, page 26/210 du .pdf, sur la page gouvernementale du HCEfh (Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes)