Repassage des seins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le repassage des seins est une pratique traditionnelle répandue notamment au Cameroun (où près d'un quart des femmes l'auraient subi[1]) visant à freiner le développement de la poitrine des jeunes filles par un « massage » réalisé avec des objets chauffés (pierre à écraser, pilon, spatule, etc.) ou non (pétrole, herbes, serre-seins, etc.). Cette pratique, moins médiatisée que l'excision (d'autant qu'elle n'engage généralement que la mère et la fille), n'en constitue pas moins un traumatisme psychologique et physique pour certaines de celles qui en ont été victimes ; il favoriserait, entre autres, le développement du cancer du sein[2].

La fonction prétendue du repassage des seins n'a rien de religieux, il vise à retarder le passage à l'adolescence des jeunes filles afin que les garçons ne soient pas attirés par elles, qu'elles n'aient pas une sexualité précoce et qu'elles soient sérieuses dans leurs études.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Habibou Bangré, « Cameroun : une campagne contre le « repassage » des seins », afrik.com, 6 juin 2006.
  2. Jean-David Mihamlé, « Croisade contre "le repassage des seins" au Cameroun », BBC Afrique, 28 juin 2006.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]