La Promenade au phare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Promenade au phare
Auteur Virginia Woolf
Genre Roman
Version originale
Titre original To the Lighthouse
Éditeur original Hogarth Press
Langue originale Anglais
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original Londres
Date de parution originale 1927
Version française
Traducteur Maurice Lanoire
Lieu de parution Paris
Éditeur Éditions Stock
Date de parution 1929
Nombre de pages 244

La Promenade au phare[1](To the Lighthouse) est un roman britannique de Virginia Woolf paru en mai 1927.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le récit, libre et polyphonique, se concentre sur la famille Ramsay, et sur leurs visites à l'île de Skye en Écosse entre 1910 et 1920.

La Promenade au phare suit et développe la tradition de romanciers modernistes comme Marcel Proust et James Joyce dans laquelle l'intrigue est secondaire à l'introspection philosophique. L'écriture peut être sinueuse et difficile à suivre. Le roman contient peu de dialogues et quasiment pas d'action. Il est surtout composé de pensées et d'observations des personnages principaux. Parmi ceux-ci se détachent Mrs. Ramsay, archétype de la mère de famille attachée aux valeurs traditionnelles, et Lily Briscoe, figure de l'artiste qui se distingue par sa recherche d'indépendance.

Thèmes majeurs[modifier | modifier le code]

La complexité de l'expérience[modifier | modifier le code]

De longs passages du roman ne se concentrent pas sur l'objet observé mais plutôt sur le regard du protagoniste, décrivant par là le rapport qu'entretient l'observateur avec le monde qui l'entoure [2]. D'après son journal intime, Woolf passait beaucoup de temps à s'écouter penser afin d'étudier de quelle manière les mots et les émotions lui venaient à l'esprit en réaction à ce qu'elle percevait[3].

La fuite du temps[modifier | modifier le code]

Le roman rappelle l'importance des émotions ressenties durant l'enfance et souligne la fragilité des relations adultes. Un des nombreux thèmes du récit est l'universalité de l'éphémère et le désir impossible d'arrêter le temps.

Narration et mise en perspective[modifier | modifier le code]

Le roman n'a de narrateur extérieur que dans sa seconde partie. Tout le reste de l'intrigue se déroule en suivant le fil des pensées de chaque personnage. Cette absence de narrateur extérieur implique qu'aucune lecture de l'œuvre n'est imposée d'emblée et que le lecteur doit se forger sa propre opinion au fur et à mesure du développement des personnages dont les pensées sont moralement ambiguës.

Alors que dans sa première partie, le roman se concentre sur la description de la relation du personnage aux événements et aux objets extérieurs, sa seconde partie, qui n'est liée à aucun personnage, présente les événements différemment. Woolf y décrit les événements du point de vue d'un narrateur situé hors de l'action, qui n'est lié à aucun des personnages, de manière à ce que les événements soient perçus comme ancrés dans le temps. Ainsi, la narration apparaît floue et distordue, exemple de ce que Woolf appelait "la vie telle qu'elle est quand on n'y prend pas part"[4],[5].

Allusions à des lieux réels[modifier | modifier le code]

Leslie Stephen, père de l'écrivain et modèle supposé du personnage de M. Ramsay, prit en location Talland House à St Ives en 1882, peu après la naissance de Virginia ; Talland House servit de résidence secondaire à la famille pendant les dix étés qui suivirent. Le lieu décrit dans l'histoire principale de La Promenade au phare — l'île de Skye et la maison qui s'y trouve — est à l'image de Talland House. De nombreux détails de la baie de St Ives sont présents dans l'histoire, notamment les jardins menant à la mer, la mer elle-même et le phare de Godrevy (Godrevy Lighthouse (en))[6].

Bien que, dans le roman, la famille Ramsay réussisse à retourner dans la maison après la guerre, la famille Stephen avait à ce moment-là abandonné la maison. Après la guerre, Virginia Woolf et sa sœur Vanessa rendirent visite au nouveau propriétaire de Talland House et, bien après la mort de ses parents, Woolf refera une nouvelle fois le voyage[6].

Publication[modifier | modifier le code]

Après avoir fini l'écriture du brouillon de son livre, de loin son plus autobiographique, Woolf en parlait comme de son roman le plus abouti et son mari Leonard voyait en lui un chef-d'œuvre, "entièrement nouveau... un poème psychologique". Ils le firent imprimer par leur maison d'édition la Hogarth Press, basée à Londres, en 1927. La première édition fut tirée à 3 000 exemplaires. Le livre se vendit mieux que tous les autres romans de l'écrivain et la recette permit au couple d'acheter une voiture.

Éditions[modifier | modifier le code]

Édition originale en anglais
  • To the Lighthouse, Londres, Hogarth Press, 1925
Éditions françaises
  • La Promenade au phare, (traduction de Maurice Lanoire), Paris, Stock, 1929
  • Voyage au phare, (traduction de Magali Merle), dans Romans et nouvelles, Paris, LGF, « Le Livre de poche. La Pochothèque », 1993
  • Vers le phare, (traduction de Françoise Pellan)[7], Paris, Gallimard, « Folio classique » no 2816, 1996
  • Au phare, (traduction Anne Wicke), Paris, Stock, « La Cosmopolite », 2009

Adaptation[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Aussi traduit sous les titres Vers le phare, Voyage au phare, ou encore, Au phare
  2. Davies p13
  3. Davies p40
  4. Woolf, V. 'The Cinema"
  5. Raitt pp88-90, quote referencing (en) Virginia Woolf, Collected Essays II, London, Hogarth,‎ 1966, « The Cinema », pp267-272
  6. a et b Davies p1
  7. Cette traduction sera révisée pour sa publication dans Virginia Woolf, Œuvres romanesques complètes II, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2012.

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Stevie Davies, Virginia Woolf To the Lighthouse, Great Britain, Penguin Books,‎ 1989, 1e éd., poche (ISBN 978-0-14-077177-0)
  • (en) Suzanne Raitt, Virginia Woolf's To the Lighthouse, New York, Harvester Wheatsheaf,‎ 1990, poche (ISBN 978-0-7450-0823-3)
  • (en) Susan Dick et Virginia Woolf, To the Lighthouse: The Original Holograph Draft, Toronto, Londo, University of Toronto Press,‎ 1983, « Appendix A »

Liens externes[modifier | modifier le code]