Château des ducs de Bar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château des ducs de Bar
Image illustrative de l'article Château des ducs de Bar
Le château, de nuit
Nom local Château Ducal
Période ou style XVIe siècle
Type Château
Début construction Xe siècle
Fin construction XVIe siècle
Propriétaire initial Comtes de Bar puis Ducs de Lorraine
Destination initiale château fort, palais d'habitation
Propriétaire actuel Mairie
Destination actuelle Musée Barrois
Protection  Inscrit MH (1981)
Site web www.barleduc.fr/rubrique.aspx?CategoryID=46&Niveau=2
Coordonnées 48° 46′ 18″ N 5° 09′ 22″ E / 48.7717, 5.156248° 46′ 18″ Nord 5° 09′ 22″ Est / 48.7717, 5.1562  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Duché de Lorraine
Région Lorraine
Département Meuse
Commune Bar-le-Duc

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château des ducs de Bar

Le château des ducs de Bar est un château situé à Bar-le-Duc (Meuse) et dominant la vallée de l'Ornain et la ville basse. Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 23 avril 1981[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Au Xe siècle, Frédéric, duc de Haute-Lorraine décide de construire un château fort pour protéger ses terres. Il choisit un éperon rocheux dominant la vallée de l'Omain, entouré de deux ravins et ouvrant sur un plateau (l'actuelle ville haute de Bar le Duc). Au XIIe siècle, les ducs de Bar décident de s'établir à Bar plutôt qu'à Mousson. Ils font réaliser des travaux sur le château. L'éperon est alors entouré d'une double enceinte qui abrite outre le château, une collégiale et différents bâtiments. Elle héberge une garnison, un arsenal et tout pour pouvoir soutenir un siège.

Au XVe siècle, le château s'embellit et devient une résidence richement meublée. Le duc René II (1473-1528) contribue largement à cet embellissement. Une salle de réception, la Grande galerie, est construite sur le flanc nord-est et la première ligne de défense du château devient un jardin à l'italienne.

Mais à partir du XVIIe siècle, les ducs de Bar et de Lorraine délaissent Bar-le-Duc et le château est quelque peu laissé à l'abandon. En 1649, il est ravagé par un incendie. Plusieurs fois occupé par les troupes royales françaises, il est détruit sur ordre de Louis XIV qui veut ainsi punir la politique anti-française du Charles IV de Lorraine. Seule la tour de l'horloge, du fait de son utilité pour la population est conservée en partie.

À la Révolution, la collégiale Sainte-Maxe est détruite.

Du château ducal, il ne reste que le bâtiment qui abritait la Cour des comptes ducale. Ce bâtiment date de René II qui l'avait fait construire pour abriter le trésor des Chartes de Lorraine et de Bar. En 1523, une salle d'audience fut rajoutée par le duc Antoine, que Charles III fit compléter d'un corps central et de deux ailes. Ce bâtiment abrite désormais le musée Barrois.

Devant une vaste esplanade, ancien site de la collégiale, offre une vue sur la ville basse, le collège Gilles-de-Trèves et des vestiges des anciennes fortifications du château.

Le Musée Barrois[modifier | modifier le code]

En 1841 est installé le premier musée dans l'Hôtel de Florainville. En 1881 est créée, sous l’impulsion de Claude Bonabelle, une section meusienne de la société géographique de l'Est. La municipalité décide en 1883 de créer un musée de géographie et d’ethnographie au collège Gilles de Trèves. Le musée est transféré à l'Hôtel de Ville en 1913. En 1966, la société lègue les objets à la ville qui aura la charge de les intégrer aux collections du Musée Barrois. Le Musée Barrois sera inauguré en 1974, dans le bâtiment Renaissance du château des Ducs de Bar.

Salles[modifier | modifier le code]

Antique[modifier | modifier le code]

Il présente des objets provenant du site antique de Nasium ainsi que de la nécropole de Gondrecourt.

Sculptures lorraines[modifier | modifier le code]

Il présente aussi des sculptures lorraines de la fin du XIIIe au XVIIe siècle.

Peintures[modifier | modifier le code]

Il y a aussi des peintures des écoles flamande, italienne et française. Le tableau de Jan Peter van Bredael: Bataille gagnée contre les Turcs a été donné par Théodore Oudet qui fut un grand donateur du musée barrois.

Collections ethnologiques[modifier | modifier le code]

Elles proviennent tant d’Asie, que d’Afrique, d’Océanie et d’Amazonie.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Panneau d'information sur site.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. « Notice no PA00106461 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Le blason était d'azur au chevron d'or, deux roses d'argent en chef et une molette d'or en pointe.
  4. décrite par H. Dannreuther: La cheminée du doyen Guyot au Musée de Bar-le-Duc, in La socièté des gens de lettre, sciences et arts de Bar-le-Duc, 1909

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :