Jean-Baptiste van Loo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Van Loo.

Jean-Baptiste van Loo (Aix-en-Provence, 11 janvier 1684id., 19 décembre 1745) est un peintre français né et élevé dans une dynastie de peintres d'origine néerlandaise. Auteur de nombreux portraits, tableaux d'histoire et de cinq plafonds, il voyage en Italie et en Angleterre. Il est le frère de Charles André van Loo, dit Carle van Loo, qui est aussi son disciple. Au nombre de ses disciples, on compte Michel-François Dandré-Bardon. Jean-Baptiste van Loo rentre à Aix les dernières années de sa vie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pendant sa jeunesse à Aix, Grasse, Majorque et Nice, il est initié à la peinture par son père, Louis-Abraham van Loo, fils de Jacob van Loo. A Toulon en 1706-1707, il étudie les sculptures de Pierre Puget à l'arsenal[1]. Il commence à peindre quelques portraits et s'y marie à Marguerite Le Brun, fils d'un avocat toulonnais[1]. Lors de l'invasion de la ville par le duc de Savoie en 1707, van Loo émigre vers sa ville natale, où il peint deux plafonds au pavillon de Lenfant, qui représentent L'assemblée des dieux et Apollon et les arts, et travaille pour plusieurs églises[2]. L'amitié de Lenfant lui vaut d'être invité, sans doute en présence de son jeune frère Carle[3], à la cour de Monaco où il exécute plusieurs portraits de la famille d'Antoine Grimaldi.

Louise Hippolyte Grimaldi with a view overlooking Monaco, huile sur toile, 1712, marché de l'art.

Il part en 1712 s'établir en Italie, à Gênes puis Turin en 1713, où il fait la connaissance du prince de Carignan, gendre de Victor-Amédée de Savoie, qui va devenir son protecteur et qui l'envoie à Rome de 1714 à 1718[1]. A l'écart de l'Académie de France, Van Loo y fréquente les cours de Benedetto Luti à la Villa Medici, copie l'Antique et laisse une Flagellation à l'église de Santa Maria in monticelli.

Le Triomphe de Galatée, huile sur toile, 1720, Hermitage.

Après la fuite de Carignan à Paris, il décide de rentrer en France et s'arrête en 1719 à Turin, où il peint deux plafonds au château de Rivoli[2]. De retour à Paris en 1720, la banqueroute de Law provoque sa ruine financière, l'obligeant à passer une longue période à peindre des portraits[2]. van Loo exécute aussi des scènes mythologiques et religieuses, un may pour Saint-Germain-des-Prés et le plafond de la salle des machines du Palais-Royal, pour le Régent. Agréé en 1722, il est finalement reçu à l'Académie le 23 février 1731 avec Diane et Endymion (Louvre). Parmi ses nombreux travaux historiques, il participe à la restauration de la galerie François-Ier, à Fontainebleau[4]. En 1735, il décide de quitter Paris pour retourner en Provence. Mais, au bout d'un an, ayant appris que son fils, Louis-Michel van Loo est nommé à la place du premier peintre du roi d'Espagne, il retourne à Paris, puis passe plusieurs années à Londres entre 1738 et 1742, où il jouit d'une réputation exceptionnelle. Son retour en France est motivé par des raisons de santé[4].
En octobre 1742, après être rentré à Paris, il part pour Aix dans l'espoir d'y retrouver une meilleure santé. Il restera dans sa ville natale jusqu'à sa mort, le 19 décembre 1745, peignant de nombreux portraits[2]. Il installe notamment un atelier au pavillon de Vendôme, dont il est un temps le propriétaire. Il s'éteint dans sa ville natale le 19 décembre 1745. On dit qu'il est mort le pinceau à la main[5].

Descendants[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Famille van Loo.

Jean-Baptiste van Loo a eu de sa femme Marguerite Le Brun six enfant, dont trois peintres :

Lieux d'exposition[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Les Bourbons », chrisagde.free.fr.
  2. a, b, c et d Notice des tableaux exposés dans les galeries du Musée impérial du Louvre, Frédéric Villot, musée du Louvre, 3e partie, 1858, p. 203, 204.
  3. a, b et c La Peinture en Provence, A. Alauzen, éd. Jeanne-Laffitte, Marseille, 1989, p.97-99.
  4. a et b Portraits & autoportraits d'artistes au XVIIIe siècle, Philippe Renard, La Renaissance du livre, 2003, Tournai (Belgique), p. 180.
  5. Dictionnaire historique des peintres de toutes les écoles depuis l'origine de la peinture jusqu'à nos jours, Adolphe Siret, 2e, Paris, 1866, p. 541.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  • La Peinture en Provence, A. Alauzen, éd. Jeanne-Laffitte, Marseille, 1989, p. 97-99.