Laurent-Charles Maréchal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maréchal.

Laurent-Charles Maréchal

Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait à environ 35 ans. Musées de Metz

Naissance 27 janvier 1801
Metz
Décès 17 janvier 1887 (à 85 ans)
Bar-le-Duc
Nationalité Drapeau de la France France
Activités dessinateur, pastelliste, peintre verrier
Élèves Louis-Théodore Devilly
Mouvement artistique École de Metz

Laurent-Charles Maréchal (1801-1887) est un dessinateur, pastelliste et peintre verrier français du XIXe siècle. Il est connu pour ses vitraux peints. Mais il est surtout considéré comme le chef de file du mouvement pictural que Baudelaire avait qualifié d’École de Metz, au salon de 1845.

Biographie[modifier | modifier le code]

Collatéral sud, église Saint-Germain l'Auxerrois - Paris

Laurent-Charles Maréchal naît à Metz, en Moselle, le 27 janvier 1801. Intéressé par l'art, le jeune Laurent-Charles suit les cours de l’école municipale de dessin, de 1820 à 1825. Un autoportrait[1] de cette époque, nous montre un jeune homme sûr de lui et déterminé. Fasciné par l'Italie, Laurent-Charles Maréchal vouera une admiration sans limite à la peinture italienne, et l'Italie, qu'il considère comme la patrie des artistes[2].

Laurent-Charles Maréchal s’intéresse à des genres variés, allant des paysages aux grands tableaux d'histoire[3]. Mais la demande locale l'oriente bientôt vers la peinture sur vitrail, où il excelle dans le vitrail-tableau. En 1838, il ouvre à Metz un atelier de peinture sur verre avec son beau-frère Gugnon[2]. De 1838 à 1853, Laurent-Charles Maréchal a ses ateliers dans l’hôtel de Malte, sur la colline Sainte-Croix. Travaillant les arts appliqués, au contact d'une industrie en plein essor, Maréchal se distingue particulièrement dans l'art du vitrail. Laurent-Charles Maréchal place bientôt son ancien élève Louis-Théodore Devilly à la tête de son atelier de vitraux peints[4]. Travailleur infatigable, Maréchal ne donne son temps qu'à une poignée d'élèves véritablement doués et réellement volontaires[4].

En 1853, Laurent-Charles Maréchal installe au numéro 4 de la rue de Paris, dans le prolongement du pont des Morts, ses ateliers de maître verrier. Il perfectionne les techniques et la fabrication industrielle des vitraux, devenant l’un des peintres verriers les plus importants de France, dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Signe de sa réussite, Laurent-Charles Maréchal crée les vitraux de l'exposition universelle de 1855[3]. Avec Gugnon, son beau-frère, il crée les vitraux néo-gothiques de l'église Saint-Germain-l'Auxerrois à Paris. Parmi ses 12000 verrières, dont 4600 à figures, on lui doit la restauration des vitraux de la cathédrale Saint-Étienne de Metz, ou encore celle de la petite église Sainte-Brigide à Plappeville[5], qu'il connaissait pour s'être souvent promené du côté du Mont Saint-Quentin[2]. À côté des commandes publiques, il travaille aussi pour des particuliers, notamment le baron Haussmann ou Eugène Viollet-le-Duc[3].

Après la Guerre franco-allemande de 1870, Laurent-Charles Maréchal opte pour la France et quitte sa ville natale, rattachée à l'Empire allemand. Il s'installe alors à Bar-le-Duc, dans la Meuse, où il refonde son atelier sous la houlette de son cadet, le verrier Louis-Charles-Marie Champigneulle. Après une vie de labeur bien remplie, Laurent-Charles Maréchal décède le 17 janvier 1887, à Bar-le-Duc[6] son dernier refuge.

Laurent-Charles Maréchal est le père du peintre Charles-Raphaël Maréchal (1818-1886).

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Son œuvre est multiple. On connait de lui des dessins, des pastels, des cartons, mais aussi et surtout des vitraux, facilement identifiables[7]. Au cours de sa carrière, Laurent-Charles Maréchal a réalisé près de 57000 m2 de vitraux, pour plus de 1600 édifices[3].

Arts graphiques[modifier | modifier le code]

  • Les traces, ( dessin ), musée du Louvre, département des Arts graphiques, Paris[8].

Art du vitrail[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent-Charles Maréchal, L'artiste 1824, musée d'art et d'histoire de Metz.
  2. a, b et c Maréchal sur geneanet.org.
  3. a, b, c et d F.-Y. Le Moigne : Histoire de Metz, Privat, Toulouse, 1986, (pp. 330-332).
  4. a et b André Bellard: Laurent-Charles Maréchal, l’École de Metz, in Les cahiers lorrains, SHAL, Metz, 1959.
  5. Vitraux détruits par les bombardements américains en 1944.
  6. Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français publié par Jean Maitron, 1964
  7. Maréchal Charles Laurent sur culture.fr.
  8. Notice sur la base Joconde.

Sur les autres projets Wikimedia :