Gabarret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gabarret
Début de la voie verte du Marsan et de l'Armagnacau niveau de l'ancienne gare de Gabarret.
Début de la voie verte du Marsan et de l'Armagnac
au niveau de l'ancienne gare de Gabarret.
Blason de Gabarret
Héraldique
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Arrondissement de Mont-de-Marsan
Canton Canton de Gabarret
Intercommunalité Communauté de communes du Gabardan
Maire
Mandat
Stéphane Barlaud
2014-2020
Code postal 40310
Code commune 40102
Démographie
Gentilé Gabardan
Population
municipale
1 323 hab. (2012)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 59′ 15″ N 0° 00′ 41″ E / 43.9875, 0.011443° 59′ 15″ Nord 0° 00′ 41″ Est / 43.9875, 0.0114  
Altitude Min. 135 m – Max. 178 m
Superficie 16,90 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Gabarret

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Gabarret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gabarret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gabarret
Liens
Site web http://www.mairie-gabarret.fr

Gabarret est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département des Landes (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située en Armagnac sur les routes (route nationale 656 et route nationale 524) entre Cazaubon et Nérac et sur l'itinéraire à Grand Gabarit.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Estampon, affluent droit de la Douze, traverse les terres de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Gabarret connut un triste sort en 1569 lorsqu'elle fut ravagée par des protestants. Gabarret n'a ensuite pratiquement rien gardé de son ancienne église et de son monastère. Seule la maison du Gabardan résista à ces troubles.
  • Gabarret a enfin eu un château néo-classique, celui d'Estoua[1], construit en 1890 mais qui n'a jamais été habité pendant les 125 ans qui suivirent. Deux frères jumeaux de la Maison Dubarry de la Salle, famille toulousaine de juristes, l'ont commandé à un architecte célèbre à l'époque, René Sergent. On lui doit en effet deux grands hôtels londoniens, le Claridge et le Savoy. Ses deux commanditaires disparaissant à Verdun (1915) n'en profiteront pas. Il est abandonné jusqu'en 1990, date à laquelle il est démonté dans le but de laisser passer une route sur son terrain ; elle aussi ne verra ensuite jamais le jour. Stocké en pièces détachées, l'ensemble représente un ensemble de 800 tonnes, soit 700 m3 de pierres de Cireuille de qualité exceptionnelle, toutes les pièces étant numérotées et posées sur 423 palettes stockées en Gironde. Malgré sa très belle qualité, le tout n'a pas trouvé preneur le 12 décembre 2014 aux enchères à Bruxelles. L'explication est simple ; il y a, rien qu'en France, 700 châteaux à vendre encore debout sur leurs terres, alors que celui-ci, désormais en kit, nécessite d'être reconstruit. La solution serait que la baisse de l'Euro au début 2015, par rapport au dollar ou à d'autres monnaies, puisse éventuellement changer la donne et redonner vie à cette belle bâtisse [2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à deux lions affrontés soutenus d'un lion léopardé, tous trois de sable lampassés de gueules[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1998 2001 André Poras PS Conseiller général
mars 2001 2008 Raymond Filhol PS  
mars 2008 2014 Jean-Jacques Dulin UMP  
mars 2014 en cours Stéphane Barlaud DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 323 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 085 605 623 837 854 822 886 903 970
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 105 1 146 1 334 1 270 1 258 1 219 1 234 1 205 1 285
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 293 1 324 1 331 1 228 1 259 1 308 1 302 1 372 1 331
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
1 330 1 463 1 403 1 381 1 335 1 296 1 208 1 303 1 323
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

77 odonymes recensés à Gabarret
au 5 janvier 2014
Allée Avenue Bld Chemin Clos Impasse Passage Place Quai Rd-point Route Rue Square Villa Autres Total
0 7 [N 1] 2 [N 2] 23 0 7 0 3 [N 3] 0 0 6 22 0 0 7 [N 4] 77
Notes « N »
  1. Dont l'avenue du 21-Avril-1944.
  2. Boulevard Lapègue et boulevard Saint-Martin.
  3. Place de l'Église, place de la Fontaine et place de la Mairie.
  4. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]