Kelowna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kelowna
Kelowna
Vue de Kelowna et du lac Okanagan.
Vue de Kelowna et du lac Okanagan.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Flag of British Columbia.svg Colombie-Britannique
Comté ou équivalent District régional de Central Okanagan
Statut municipal cité (city)
Maire Walter Gray
Démographie
Population 117 312 hab. (2011)
Densité 415 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 53′ 17″ N 119° 29′ 44″ O / 49.888028, -119.49541749° 53′ 17″ Nord 119° 29′ 44″ Ouest / 49.888028, -119.495417  
Altitude Min. 340 m – Max. 344 m
Superficie 28 300 ha = 283 km2
Divers
Langue(s) Anglais, Français
Fuseau horaire UTC-8
Indicatif +1-250
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Colombie-Britannique

Voir la carte administrative de Colombie-Britannique
City locator 14.svg
Kelowna

Géolocalisation sur la carte : Colombie-Britannique

Voir la carte topographique de Colombie-Britannique
City locator 14.svg
Kelowna
Liens
Site web www.kelowna.ca

Kelowna[1] est une cité (city) située au cœur de la vallée de l'Okanagan, au sud de la province de Colombie-Britannique au Canada, sur le rivage est du lac Okanagan.

Population[modifier | modifier le code]

Selon de recensement de 2006, Kelowna compte 105 621[2] habitants. La région métropolitaine compte 162 555[3] habitants. Il s'agit du troisième centre en importance dans la province, après Vancouver et Victoria. Le taux de croissance de la population de 1996 à 2001 était de 8,2 %, comparativement à 4,9 % pour l'ensemble de la Colombie-Britannique. La devise de la cité est: « Fruitful in Unity », que l'on peut traduire par « Fructueuse dans l'unité ».

Origine ethnique[modifier | modifier le code]

Anglais 20 665 20 %
Écossais 16 275 16 %
Allemand 13 170 13 %
Canadien 12 410 12 %
Irlandais 12 265 12 %
Français 7 455 7 %
Ukrainien 4 485 4 %
Hollandais 2 905 3 %
Polonais 2 815 3 %
Norvégien 2 765 3 %
Suédois 2 380 2 %
Russe 2 045 2 %
Italien 1 865 2 %
Autochtone 1 695 2 %
Gallois 1 390 1 %

Source [2]:

Géographie[modifier | modifier le code]

Kelowna est située sur la rive est du lac Okanagan, acote de Justin Smithman, en plein cœur de la vallée du même nom. Kelowna est située à 400 kilomètres à l'est de Vancouver, 600 kilomètres à l'ouest de Calgary et 150 kilomètres au nord de la frontière entre le Canada et les États-Unis d'Amérique.

Climat[modifier | modifier le code]

Données climatiques moyennes de 1971 à 2000 (station météo de Kelowna)
Grandeur mesurée Janv Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Température (°C) moyenne -3,8 -1,1 3,6 8,2 12,6 16,3 19,1 18,7 13,6 7,2 1,4 -2,9 7,7
min. moyenne -7,4 -5,5 -2,4 0,8 5 8,6 10,5 10,2 5,7 0,9 -2,7 -6,4 1,5
max. moyenne -0,2 3,3 9,6 15,4 20 23,9 27,6 27,3 21,5 13,4 5,4 0,6 14
Précipitations Pluie (mm) 7,8 9,6 16,9 25,6 39 40,7 36,9 33,6 32,7 25 21,3 9,1 298
Neige (cm) 29,2 15,7 5,2 0,7 0 0 0 0 0 0,5 14,8 35,7 101,8

Source : Archives climatiques nationales du Canada (Environnement Canada)

Historique[modifier | modifier le code]

Les Oblats, des religieux français, y établissent une mission en 1859. Ce sont eux qui vont planter, quelques années plus tard, les premiers arbres fruitiers. En 1905, la cité est constituée. Elle compte 600 habitants. Kelowna devient vite un centre régional important. L'industrie forestière s'y installe. Les vergers se multiplient. Kelowna devient par ailleurs un centre de mise en marché et de distribution pour les récoltes de la région. Les vignobles font plus tard leur apparition. En mai 1914, le SS Sicamous, un bateau long de 200 pieds, commence à transporter des passagers sur le lac Okanagan, de Penticton au sud jusqu'à Vernon au nord. En 1925, le chemin de fer arrive à Kelowna. La municipalité franchit le cap des 5 000 habitants en 1941. Elle en compte 13 000 en 1961. Un pont flottant est construit en 1958 pour relier les deux rives du lac Okanagan. Cela facilite d'autant plus le transport des récoltes. En 1963, le collège Okanagan commence à offrir des cours à la population locale.


Un important feu de forêts, en 2003, entraîne l'évacuation de 30 000 habitants de Kelowna. 200 maisons sont détruites. Kelowna fête son centenaire en mai 2005. La même année, la construction d'un nouveau pont pour relier les deux rives du lac Okanagan a débuté.

En novembre 2005 se tient le sommet de Kelowna, qui réunit dix-huit dirigeants représentant les provinces et territoires du Canada ainsi que les représentants de cinq nations amérindiennes, dans le but de conclure une entente historique de reconnaissance et de coopération mutuelle. Ce sommet aboutit à la signature de l'Accord de Kelowna avec 5 nations amérindiennes, abandonné l'année suivante par le gouvernement canadien.

En juillet 2009, des feux de forêt détruisent plusieurs bâtiments dans des zones résidentielles situées le long du lac Okanagan à l'ouest de Kelowna. Environ 300 hectares de terrain sont ravagés par les flammes et 17 000 personnes sont évacuées[4].

Toponyme[modifier | modifier le code]

Le nom « Kelowna » est emprunté à la langue amérindienne colville-okanagan et signifie « grizzli femelle ». Il a été choisi en 1892 par John Coryell, qui prospecta la région pour les propriétaires du lieu, les frères Lequime. Ce nom serait une référence au surnom « kemxtús » (anglicisé en Kimache Touche et signifiant « face d'ours noir ») que les indiens avaient donné à Auguste Gillard, un robuste pionnier français au visage hirsute, qui avait préempté une parcelle en 1862, en le voyant sortir tel un ours de son « keewilly », une hutte traditionnelle indienne a moitié enterrée[1].

Les indiens Okanagan appelaient le lieu « Nor-kwa-stin » (« pierre noire dure ») en référence au silex qu'ils utilisaient pour aiguiser leurs pointes de flèche. Les commerçants de fourrures l'appelaient « L'Anse-au-sable » à cause du rivage sablonneux du lac.

Économie[modifier | modifier le code]

Les fruiticulteurs foisonnent. On y cultive la pomme, la pêche, la poire, la cerise et la prune, entre autres. Le produit des vignobles de la région est vendu partout dans le monde. Depuis 2005, le premier cru amérindien est produit par la communauté autochtone Osoyoos.

L'industrie forestière emploie de nombreux ouvriers locaux, mais le secteur des services compte maintenant plus d'employés. Cependant, le gouvernement provincial tire un revenu très important des taxes et impôts auxquels les compagnies forestières doivent se plier.

Le tourisme gagne aussi en importance. Les touristes sont attirés par le beau temps (près de 2 000 heures d'ensoleillement par année) ainsi que le monstre légendaire Ogopogo, un gigantesque serpent qui vivrait au fond du lac Okanagan. Ils y viennent aussi pour les sports nautiques en été, le ski alpin en hiver. Le Wakefest est un spectacle qui attire des milliers de gens chaque année, ainsi que de nombreux compétiteurs, certains de calibre international.

Pour accueillir les touristes et les gens d'affaires, il y a l'aéroport international de Kelowna. Pour la première fois, en 2005, l'aéroport aura accueilli plus d'un million de passagers. Cela en fait le dix ou onzième plus achalandé du Canada. Il est aussi connu comme l'aéroport ayant la plus importante croissance au pays. Les vols internationaux se font généralement entre Seattle et Kelowna. Depuis 2006, Air Transat a établi un service vers Las Vegas et le Mexique

Les touristes viennent aussi pour les régates. L'événement, la principale attraction estivale, se tient depuis 1906. Kelowna fait partie du Regional District of Central Okanagan.

Médias[modifier | modifier le code]

  • La cité donna son nom à une nation extra-terrestre fictive figurant dans la série Stargate SG-1. La série télévisée étant tournée non loin de là, à Vancouver, les scénaristes empruntèrent le nom de la municipalité pour représenter une nation extra-terrestre présente dans la cinquième saison de la série.

Média[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]


Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Lake Country Rose des vents
N
O    kelowna    E
S
Westbank

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Référence sur le toponyme Kelowna dans la base de données officielle BCGNIS (BC Geographical Names) sur le site GeoBC du Integrated Land Management Bureau de Colombie-Britannique
  2. a et b Statistique Canada : Recensement 2006 : Kelowna
  3. Région métropolitaine de recensement
  4. (en) Canadian wildfires force thousands to flee homes, 19 juillet 2009, article consultable sur le site de Reuters Canada