Alagnonnette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Allagnonette)
Aller à : navigation, rechercher
Alagnonnette
L'Alagnonnette à Massiac
L'Alagnonnette à Massiac
Caractéristiques
Longueur 20 km
Bassin 66,2 km2
Bassin collecteur la Loire
Débit moyen 0,58 m3/s (Massiac)
Cours
Confluence Alagnon
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France

L'Alagnonnette est un ruisseau français qui coule dans le département du Cantal. C'est un affluent de l'Alagnon en rive droite, donc un sous-affluent de la Loire par l'Alagnon et l'Allier.

toponymie[modifier | modifier le code]

Ce ruisseau porte aussi les noms d'Alagnolo et d'Alagnou'. À Massiac son nom traditionnel est l'Igoune. Ce nom vient de l'occitan Aïgouno qui signifie « la petite eau ».

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Alagnonnette naît sur le rebord nord des monts de la Margeride, sur le territoire de la commune de Lastic dans le Cantal. Son orientation générale va du sud vers le nord. Elle se jette dans l'Alagnon en rive droite sur le territoire de Massiac.

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Elle prend sa sources aux finages de Lastic et coule dans les communes de ...

toutes communes situées dans le département du Cantal.

Affluents[modifier | modifier le code]

L'alagnonnette compte 16 affluents référencés[1].

  • Ruisseau des Pradets
  • Ruisseau de Clavière
  • Ruisseau de la Crose
  • Ruisseau de Malavar
  • Ruisseau de Mardansou
  • Ruisseau de Sautemouche
  • Ravin de Lacombe
  • Ruisseau de Chalissard
  • Ruisseau de Chauvette
  • Ruisseau de Samiantel
  • Ravin de Sabatey
  • Ruisseau de Bardalanche
  • Ravin des Chanels
  • Ruisseau de Cérou
  • Ruisseau de Marange
  • Raza du Crousy

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Alagnonnette est une rivière assez peu régulière, à l'instar de la plupart des cours d'eau du massif central, et avant tout de l'Alagnon et de l'Allier. Son débit a été observé durant 39 ans (1970-2008), à Massiac, localité du département du Cantal située au niveau de son confluent avec l'Alagnon[2]. La surface ainsi étudiée est de 66,2 km2, soit la totalité du bassin versant de la rivière.

Le module de l'Alagnonnette à Massiac est de 0,580 m3⋅s-1.

La rivière présente des fluctuations saisonnières de débit bien marquées, comme très souvent dans le bassin de la Loire ainsi que dans le massif central. Les hautes eaux se déroulent en hiver et se caractérisent par des débits mensuels moyens allant de 0,823 à 0,997 m3⋅s-1, de décembre à mai inclus (avec un maximum assez net en février). En juin le débit diminue fortement (0,498 m3⋅s-1), ce qui mène rapidement aux basses eaux d'été qui ont lieu de juillet à septembre inclus, entraînant une baisse du débit mensuel moyen allant jusqu'à 0,090 m3 au mois d'août (90 litres par seconde). Mais ces moyennes mensuelles occultent des fluctuations bien plus prononcées selon les années ou sur de courtes périodes.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Massiac
(Données calculées sur 39 ans)

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 0,001 m3⋅s-1 (1 litre), en cas de période quinquennale sèche, ce qui est extrêmement sévère, le cours d'eau étant ainsi presque à sec.

Les crues peuvent être assez importantes, compte tenu de la petitesse du bassin versant, sans atteindre cependant les sommets que l'on retrouve dans la partie occidentale (armoricaine) du bassin ligérien (Hyrôme, Sèvre nantaise, etc.), ni les sommets cévenols. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 6 et 9,4 m3⋅s-1. Le QIX 10 est de 12 m3⋅s-1, le QIX 20 de 14 m3, tandis que le QIX 50 se monte à 17 m3⋅s-1.

Le débit instantané maximal enregistré à Massiac a été de 24,5 m3⋅s-1 le 4 décembre 2003, tandis que la valeur journalière maximale était de 16,9 m3⋅s-1 le même jour. Si l'on compare la première de ces valeurs à l'échelle des QIX de la rivière, cette crue était bien plus importante que la crue cinquantennale définie par le QIX 50, et donc tout à fait exceptionnelle.

L'Alagnonnette est une rivière modérément abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 271 millimètres annuellement, ce qui est inférieur à la moyenne d'ensemble de la France, ainsi qu'à la moyenne du bassin de l'Allier (326 millimètres au bec d'Allier). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint de ce fait 8,6 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]