Alexandre Tansman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alexandre Tansman

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Alexandre Tansman et sa première épouse, Anna Eleonora Brociner

Naissance 11 juin 1897
Łódź, Drapeau du Royaume du Congrès Royaume du Congrès
Décès 15 novembre 1986 (à 89 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur
Formation conservatoire de Łódź, conservatoire de Varsovie

Alexandre Tansman, né le 11 juin 1897 à Łódź (Pologne) et mort le 15 novembre 1986 à Paris, est un compositeur français d'origine polonaise. Il repose au cimetière de Saint-Mandé sud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre au conservatoire de Łódź, puis de Varsovie, où il remporte les trois premiers prix de composition en 1919. Installé à Paris, il est très joué dans les années 1920 et 1930. Il est l'ami des grands de son temps : Dufy, Stravinski, Chaplin. En 1927, il rejoint les États-Unis, où il crée son second concerto pour piano, dédicacé à Charlie Chaplin, sous la baguette de Serge Koussevitzky. Très cosmopolite et doué pour les langues, il entreprend un authentique tour du monde en 1932 et s'intéresse vivement tant à l'Extrême-Orient qu'au jazz. Il rencontre en particulier Gandhi. À l'instar de celle de son contemporain Ernst Křenek, sa carrière est nettement divisée par la Seconde Guerre mondiale.

De retour d'exil des États-Unis, il se fixe définitivement en France, où il est l'un des compositeurs les plus joués de l'École de Paris. Il y côtoie entre autres le Hongrois Tibor Harsányi, le Roumain Marcel Mihalovici et le Tchèque Bohuslav Martinů. En 1974, il tombe assez brutalement dans l'oubli, en raison peut-être de son langage musical, certes moderne et savant, mais aussi luxuriant, à une époque où apparaît le minimalisme.

En France, le philosophe français Vladimir Jankélévitch fut un admirateur et un ami fidèle de Tansman.

On le redécouvre depuis peu. Sa ville natale, Łódź, organise chaque année un prestigieux concours musical qui porte son nom.

Tansman est inhumé au cimetière Sud de Saint-Mandé. Après avoir été marié avec Anna Eleonor Brociner décédée peu après, il épousa en 1937 en secondes noces la pianiste Colette Cras, décédée en 1953, l'une des trois filles - avec Isaure et Monique - du contre-amiral et compositeur Jean Cras.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

On lui doit un vaste corpus d'opéras, d'oratorios, de symphonies et d'œuvres de musique de chambre, formant au total plusieurs centaines de partitions, parmi lesquelles on note :

  • 8 mélodies japonaises, pour voix et orchestre (1918)
  • Le jardin du paradis, ballet, (1922)
  • Légende, pour orchestre (1923)
  • Concerto pour piano et orchestre n° 1 (1925), dédié à Édouard Ganche
  • La nuit kurde, opéra (1927)
  • Concerto pour piano n° 2 (1927)
  • Rapsodie hébraïque, pour orchestre (1933)
  • Orchestration de la suite pour piano Scènes d'enfants de Federico Mompou (1936) ;
  • Rapsodie polonaise, pour orchestre (1940)
  • The Genesis, pour récitant et orchestre, écrit en collaboration avec Arnold Schönberg, Darius Milhaud, Igor Stravinski, Mario Castelnuovo-Tedesco, Ernst Toch, Nathaniel Shilkret, d'après la Genèse (1944)
  • Isaïe le prophète, pour chœur et orchestre (1950)
  • Cavatine, pour guitare (1951)
  • Le Serment, épisode lyrique en deux tableaux, sur un livret de Dominique Vincent, d'après La Grande Bretêche de Balzac (1953) - Création française à l'Opéra de Nice (1963) Dir. Jean Périsson, avec Denise Duval, Michel Sénéchal, Franck Schooten
  • Concerto pour orchestre (1954)
  • 4 mouvements symphoniques, pour orchestre (1956)
  • Sabbataï Zévi, le faux messie, opéra, (1957–8)
  • Psaumes, pour ténor solo, chœur et orchestre (1960–61)
  • Suite in modo polonico, pour guitare (1962)
  • Le Rossignol de Boboli, opéra créé à l'Opéra de Nice en 1965 sous la direction de Jean Périsson
  • Six études pour orchestre, création par l'Orchestre philharmonique de l'ORTF en 1965, dir. Jean Périsson
  • Hommage à Chopin, pour guitare (1966)
  • Stèle in memoriam Igor Stravinsky, pour orchestre (1972)
  • Les dix Commandements, pour orchestre (1978–9)
  • Hommage à Lech Walesa, pour guitare (1982)
  • Musiques de film : Poil de Carotte (1932), La Châtelaine du Liban (1934), Flesh and Fantasy (1942), Paris Underground (1945), Destiny (1945), Sister Kenny (1946), The Bargee (1964)
  • 9 symphonies (1917, 1926, Symphonie concertante (1931, 1939, 1942), In memoriam (1944), Lyrique (1944), Musique pour orchestre (1948, 1957–1958)
  • 8 quatuors à cordes (1917, 1922, 1925, 1935, 1940, 1944, 1947, 1956)
  • 7 novelettes pour piano
  • Sonatine, pour basson et piano
  • Suite, pour basson et piano

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]