Dudley Nichols

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nichols.

Dudley Nichols

Naissance 6 avril 1895
Wapakoneta, Ohio
États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 4 janvier 1960 (à 64 ans)
Hollywood, Californie
États-Unis
Profession Scénariste, réalisateur

Dudley Nichols né le 6 avril 1895 à Wapakoneta (Ohio) et mort le 4 janvier 1960 à Hollywood est un scénariste et réalisateur américain. Comme scénariste, il travailla avec les plus grands réalisateurs américains des années 1930 en 1940 : John Ford, Fritz Lang ou Howard Hawks.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après des débuts comme journaliste, Dudley Nichols commence sa carrière à Hollywood avec les débuts du parlant.

Il écrit son premier scénario, Hommes sans femmes (Men Without Women), en 1929 pour John Ford. Celui-ci apprécie beaucoup son travail et fait de Nichols son scénariste attitré jusqu'en 1947. Ford dit de lui en 1964  : « Nous étions très amis. Il adorait le cinéma. Il n'écrivait jamais de phrases ronflantes. Il écrivait un langage du quotidien, et réduisait les dialogues au minimum. C'était un homme merveilleux ». Il écrit pour Ford les scénarios de Born Reckless (1930), Seas Beneath (1931), Deux femmes (Pilgrimage) (1933), La Patrouille perdue (1934), Judge Priest (1934), Le Mouchard (1935), Steamboat Round the Bend (1935), Marie Stuart (1936), Révolte à Dublin (1936), The Hurricane (1937), La Chevauchée fantastique (1939), Les Hommes de la mer (1940) et Dieu est mort (The fugitive) en 1947, soit 14 films. Grâce à son travail avec Ford, il devient l'un des scénaristes les plus convoités d'Hollywood.

Il écrit pour Howard Hawks les scénarios de L'Impossible Monsieur Bébé (1938), d'Air Force en 1943 et de La Captive aux yeux clairs en 1952, pour Fritz Lang les scénarios de Chasse à l'homme (1941) et la Rue rouge (1945), pour Cecil B. DeMille le scénario des Croisades (1935), pour Charles Vidor celui de The Arizonian (1935), pour Leo McCarey, Les Cloches de Sainte-Marie en 1945, pour Henry Hathaway, L'Attaque de la malle-poste en 1951 et Prince Vaillant en 1954, pour Michael Curtiz, The Hangman en 1959, pour Anthony Mann, Du sang dans le désert en 1957 et pour George Cukor, La Diablesse en colants roses en 1960 qui est son dernier scénario.

Amoureux de littérature française et de cinéma européen, Nichols accueillit à Hollywood les réalisateurs français qui fuyaient l'avancée nazie en Europe. Il fut l'ami et le collaborateur de Jean Renoir et René Clair. Pour Renoir, il fit les scénarios de L'Étang tragique (1941) et de Vivre libre (This land is mine) en 1943, pour René Clair C'est arrivé demain en 1944 et Dix Petits Indiens en 1945.

Dudley Nichols, au sommet de sa gloire réalisa trois films : Governement Girl (1943), Sister Kenny (1946) et Le deuil sied à Électre en 1947.

Il fut président de la Screen Writers Guild de 1935 à 1936.

Il meurt au début de 1960 d'un cancer.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Bien qu'ayant scénarisé et dialogué quelques-uns des chefs d'œuvres des années 1930 et 1940, Le Mouchard, La Chevauchée fantastique, L'Impossible Monsieur Bébé, Chasse à l'homme, Les Cloches de Sainte-Marie) et prêté son talent à des univers aussi divers que le western, le film expressioniste, le film policier, le film d'aventure et la comédie, certains critiques comme Bertrand Tavernier voient en lui un scénariste « prétentieux et lourd » avec « un côté scolaire fortement démodé, une dramatisation sans grâce où les personnages et les idées s'opposent comme dans un prétoire ». Il suffit de revoir L'Impossible Monsieur Bébé pour se rendre compte combien cette critique peut paraître injuste. De plus, avec La Chevauchée fantastique, Nichols et Ford permirent au western d'être reconnu par la critique et les professionnels du cinéma comme un genre noble de cinéma et de le sortir des séries B auquel il était cantonné.

Il reçut en tous cas la reconnaissance de ses pairs, puisqu'il remporta l'Oscar du meilleur scénario pour Le Mouchard. Oscar qu'il refusa pour promouvoir son propre syndicat de scénaristes, le SWG.

Filmographie[modifier | modifier le code]

comme scénariste[modifier | modifier le code]

comme producteur[modifier | modifier le code]

comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]