Andrés Segovia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Andrés Segovia en 1963 par Erling Mandelmann

Andrés Torres Segovia, marqués de Salobreña (né le 21 février 1893 à Linares, Espagne – mort le 2 juin 1987 à Madrid[1]) est un guitariste classique espagnol. Segovia déclarait qu'il avait « sauvé la guitare des mains du flamenco bohémien »[réf. nécessaire], et mis en place un répertoire classique pour lui donner sa place dans les salles de concert. Il faut préciser qu'il parlait là du mauvais flamenco, car dans le film de Christopher Nupen, Segovia at los olivos (1967), il déclare : « Le vrai flamenco, la vraie tradition du flamenco est magnifique, magnifique ! ».

Virtuose de la guitare, en reconnaissance de ses apports à la musique et aux arts, Segovia fut anobli le 24 juin 1981 par le roi d'Espagne Juan Carlos qui l'éleva au rang de premier marquis de Salobreña. Son nom devint formellement El señor don Andrés Torres Segovia, marqués de Salobreña (« Le Plus Illustre Seigneur Marquis de Salobreña »). On lui accorda également le blason suivant : en campo de azur sobre ondas de azur y plata, unas rocas de su color, sumadas de una torre donjonada de oro, aclarada de azur (« d'azur à une mer d'azur et d'argent, au rocher du même sommée d'une tour donjonée d'or ouverte du champ »).

Biographie[modifier | modifier le code]

Les premiers contacts de Segovia avec la guitare eurent lieu aux environs de 1897 à l'âge de 4 ans seulement. Son oncle devait fréquemment lui chanter des chansons en faisant semblant de jouer sur une guitare imaginaire. Ceci incita Segovia à se lancer dans une quête pour élever la guitare au même niveau de reconnaissance que le piano et le violon. En particulier, il voulait qu'elle soit jouée et étudiée dans chaque pays et université du monde, et transmettre son amour de la guitare aux générations futures. Son premier véritable contact avec la guitare vint d'un joueur de flamenco, dont il considérait la technique comme effroyable.

Adolescent, Segovia déménagea à Grenade, où il étudia la guitare (certains pensent qu'il étudia avec Miguel Llobet) et fut absorbé par l'atmosphère d'au-delà de l'Alhambra (Un vestige Maure surplombant la ville qu'il considéra comme son éveil spirituel).

La première fois que Segovia se produisit en public fut en Espagne, à l'âge de seize ans, et quelques années plus tard, il fit son premier concert professionnel à Madrid, exécutant des transcriptions pour guitare de Francisco Tárrega, et quelques œuvres de Johann Sebastian Bach, qu'il avait transcrites et arrangées lui-même. Bien qu'il ait toujours été découragé par sa famille, et méprisé par de nombreux élèves de Tárrega, il a toujours continué de persévérer dans la poursuite de ses études de guitare.

La technique de Segovia diffère de celle de Tárrega et ses adeptes, tels que Emilio Pujol. Comme le grand guitariste Miguel Llobet (qui a peut-être été son professeur durant une courte période), Segovia grattait les cordes avec une combinaison des ongles et de la pulpe des doigts, produisant un son plus puissant que ses contemporains. Avec cette technique, il était possible de créer une plus grande gamme de timbres, qu'en utilisant seulement la pulpe ou seulement les ongles. Historiquement, les guitaristes classiques ont débattu de laquelle des techniques était la meilleure. Alors que de nos jours la plupart des guitaristes jouent en combinant la pulpe et les ongles, quelques-uns préfèrent le timbre plus tamisé des bouts du doigt. Quelques-uns fondent leur choix sur le type de lieu d'exécution. Les élèves de Tárrega étaient plus destinés à jouer dans de petites salles, plutôt que dans les grandes salles de concert auxquelles Segovia aspirait[réf. nécessaire].

Beaucoup d'anciens musiciens croyaient que l'interprétation de Segovia ne serait pas acceptée dans la communauté de la musique classique, car dans leur idée, la guitare ne pouvait être utilisée en musique classique. Cependant, l'excellence de la technique de Segovia et son toucher particulier étonnèrent le public. Dès lors, la guitare ne fut plus regardée comme un instrument strictement populaire, mais comme également appropriée à la musique classique.

Comme Segovia progressait dans sa carrière et se produisait pour de plus grandes assemblées, il trouva que les guitares existantes n'étaient pas adaptées aux concerts des grandes salles, car ne produisant pas assez de volume. Ceci incita Segovia à chercher des avancées technologiques permettant d'améliorer l'amplification naturelle de la guitare[réf. nécessaire].

Guitare d'Andrés Segovia (R.A.B.A.S.F., Madrid).

Travaillant de concert avec un luthier, Hermann Hauser Sr., il aida à concevoir ce qui est maintenant connu comme la guitare classique, qui comportait un meilleur bois et de meilleures cordes. La forme de la guitare évolua également pour améliorer son acoustique. Cette nouvelle guitare pouvait produire des notes plus puissantes que les précédents modèles en usage en Espagne et dans d'autres parties du monde, bien que toujours basé sur le modèle de base conçu par Antonio de Torres Jurado près de cinquante ans avant la naissance de Segovia.

Après le début de la tournée de Segovia aux États-Unis en 1928, le compositeur brésilien Heitor Villa-Lobos composa ses renommées Douze Études et les dédia au Maestro. Ceci prouva l'existence d'une amitié durable car Ville-Lobos continua d'écrire pour Segovia. Il transcrivit aussi de nombreuses pièces classiques et fit revivre les pièces transcrites par des compositeurs comme Tárrega. Beaucoup de guitaristes dans les Amériques, avaient cependant déjà joué les mêmes œuvres avant la venue de Segovia.

En 1935, il donna une première de la Chaconne (de la Partita no 2) de Bach, une pièce difficile pour tout instrument. Il alla à Montevideo se produisant en concert en Amérique du Sud dans les années 1930 et le début des années 1940. Après la guerre, Segovia commença à enregistrer plus fréquemment et se produisit régulièrement en tournée en Europe et aux États-Unis, un programme qui devait se maintenir durant les trente années suivantes de sa vie.

En 1954, Joaquin Rodrigo composa Fantasía para un Gentilhombre à la demande de Segovia.

Segovia gagne en 1958 le Grammy Award du Best Classical Performance - Instrumentalist (Other Than Concerto-Scale Accompaniment) pour son album Segovia Golden Jubilee.

En reconnaissance de son énorme contribution culturelle, il a été élevé en 1981 au rang de Marques de Salobreña de la noblesse espagnole.

Andres Segovia continua de se produire jusqu'à ses vieux jours, vivant en demi-retraite durant ses 70 et 80 ans sur la Costa del Sol. Deux films ont été réalisés par Christopher Nupen sur sa vie et son travail - un lorsqu'il était âgé de 75 ans, "Segovia at los olivos" (1967), et l'autre à 84 ans, "The song of the guitar" (1976). Ils sont disponibles dans un DVD intitulé : "Andres Segovia in Portrait".

En 1986, Segovia reçut le Grammy Lifetime Achievement Award.

Lorsque Segovia voyageait en avion, il achetait tout le temps le siège à côté de lui pour sa guitare, ne voulant pas faire confiance aux bagagistes.

Segovia mourut à Madrid d'un infarctus du myocarde à l'âge de 94 ans, ayant réussi dans son ambition d'élever la guitare du rang d'instrument de danse folklorique bohémienne au rang d'instrument de concert.

Élèves[modifier | modifier le code]

Segovia eut de nombreux élèves tout au long de sa carrière, incluant de grands guitaristes tels que :

Références[modifier | modifier le code]

  1. The New Encyclopaedia Britannica: Micropædia : article « Andres Segovia », Encyclopaedia Britannica, inc, 1991

Liens externes[modifier | modifier le code]