The Legend of Zelda: Majora's Mask

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
The Legend of Zelda
Majora's Mask
image

Éditeur Nintendo
Développeur Nintendo EAD
Concepteur Eiji Aonuma, Yoshiaki Koizumi (directeurs)
Shigeru Miyamoto (producteur)[1]
Musique Kōji Kondō
Toru Minegishi

Début du projet 1998
Date de sortie Icons-flag-jp.png 27 avril 2000
Icons-flag-us.png 26 octobre 2000
Icons-flag-eu.png 17 novembre 2000
Genre Action-aventure
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Nintendo 64
GameCube
Wii (console virtuelle)
Média Cartouche (Nintendo 64)
Mini-DVD (GameCube)
Téléchargement (console virtuelle)
Langue Multilingue
Contrôle Manette

Évaluation ELSPA : 11-14
ESRB : E ?
PEGI : 12+

The Legend of Zelda: Majora's Mask (ゼルダの伝説 ムジュラの仮面, Zeruda no Densetsu: Mujūra no kamen?, litt. La Légende de Zelda : Le Masque de Majora), est un jeu vidéo d'action-aventure développé par Nintendo EAD sous la direction d'Eiji Aonuma et de Yoshiaki Koizumi. Le jeu est édité par Nintendo en 2000 sur la console Nintendo 64.

Sixième opus de la série des The Legend of Zelda, Majora's Mask fait directement suite à The Legend of Zelda: Ocarina of Time sorti en 1998. Il reprend un gameplay et des graphismes similaires à son prédécesseur mais présente une atmosphère plus oppressante et onirique. Le jeu propose un gameplay basé sur un continuel retour dans le temps pour fuir une catastrophe qui serait fatale à l'humanité, et sur l'utilisation de masques magiques qui confèrent des pouvoirs spéciaux à leurs porteurs.

Le jeu est l'un des rares sur la console à requérir l'utilisation de l'Expansion Pak, un accessoire vendu séparément permettant d'augmenter la taille de la mémoire de la console. Majora's Mask rencontre un bon accueil et se vend à 3,3 millions d'exemplaires dans le monde[2]. Le jeu est réédité sur GameCube en 2003, notamment en bonus à l'édition spéciale du pack Gamecube Mariokart, puis sur la console virtuelle de la Wii en 2009.

Trame[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

Dans ce jeu, Link, le héros de la saga, quitte le monde d'Hyrule et se retrouve dans Termina. Cet univers est constitué d'une ville (Bourg Clocher, au centre, où le joueur commence sa quête), d'une montagne enneigée, d'une vallée désertique et hantée, d'un marais et d'une baie. On y trouve aussi un ranch.

Ce monde connaît avant la venue de Link de grands problèmes, souvent causés par l'ennemi de Link : le masque de Majora.

Cet univers est peuplé par des personnes qui demandent de résoudre leurs problèmes, ce qui amène à résoudre des quêtes annexes présentant un intérêt pour l'avancement de la quête. Certaines de ces personnes sont aussi liées à l'intrigue principale, et c'est en les aidant, parfois après leur mort, que les donjons deviennent accessibles.

Personnages[modifier | modifier le code]

On retrouve certains personnages déjà présents dans Ocarina of Time, mais sous un autre nom, et bien sûr de nouveaux personnages font leur apparition :

  • Link, le jeune héros qui a sauvé Hyrule. Sa mission est bien entendu de sauver Termina.
  • Taya, la fée. Complice de Skull Kid au début, elle se retrouve obligée bien malgré elle d'accompagner Link durant l'aventure. Bien que très arrogante et cassante, elle est toujours de très bon conseil (tout comme Navi qu'elle remplace). Mais elle révèle au fil de l'aventure une grande sensibilité.
  • Tael, le frère de Taya. La seule fée masculine rencontrée dans un Zelda, il reste avec Skull Kid pendant toute l'aventure mais est complètement perdu sans sa sœur. Cette fée est de couleur violette, alors que sa sœur est blanche / jaune comme toutes les autres fées rencontrées dans les aventures de Zelda (sans parler des fées de couleur dans les temples des boss).
  • Skull Kid, enfant perdu du Bois-Perdu, qui a volé le masque de Majora, et qui depuis est possédé par ce dernier. Link le rencontre brièvement dans Ocarina of Time et lui vend un masque.
  • Le marchand de masques, déjà présent dans Ocarina of Time. Il demande à Link de lui ramener le masque de Majora que Skull Kid lui a dérobé. C'est une personne très lunatique.
  • Les différents peuples :
    • Les Mojos : Ils n'étaient pas présents en tant que peuple dans Ocarina of Time. Ce sont des hommes-plantes vivant dans les forêts et à proximité des marais. Ils aiment faire du commerce et sont de vrais charlatans. Ils peuvent se déplacer grâce aux fleurs Mojo, qui leur permettent de voler sur une certaine distance. Leur palais se situe au sud de Termina, dans les marécages du Bois-Cascade. Ils sont gouvernés par le Roi Mojo, qui est très influencé par les caprices de sa fille la Princesse.
    • Les Gorons : On retrouve ces hommes-rochers dans les montagnes du nord, au sud du Pic des Neiges. Ils sont dirigés par l'Ancien Goron et son jeune fils. Leur sport préféré est la Course des Gorons.
    • Les Zoras : Ces êtres mi-hommes mi-poissons habitent la Grande Baie, à l'ouest de Termina. Ils sont très friands des spectacles des Indigo-Go, des musiciens Zora.
    • Les Gerudos : Peuple pirate composé uniquement de femmes ; elles vivent recluses dans leur forteresse, au niveau de la Grande Baie.
    • Les Garos : C'est un peuple de ninjas envoyé pour espionner Ikana. Ils sont tous morts mais Link pourra rencontrer leurs fantômes à Ikana grâce à la Cagoule Garo gagnée lors d'une course avec Epona contre les frères Gorman, sur la Route du Lait.
    • Les Ikanas : Ils constituent le peuple maintenant éteint d'Ikana, à l'est de Termina. Link les rencontrera sous forme de squelettes qui apparaissent dans le cimetière d'Ikana. Leur Roi se trouve dans le Château Ikana, maintenant en ruines.
    • Les Terminiens : On les trouve surtout à Bourg-Clocher, ville située au centre de Termina, et dans une moindre mesure au Ranch Romani, et sur la Route du Lait.

Beaucoup de personnages existaient déjà physiquement dans la version précédente de la Nintendo 64. Par exemple, le vendeur du Troc en Trop (qui se gratte tout le temps) était le gérant du lac où Link pêchait.

Les masques étaient déjà présents dans Ocarina of Time, mais ne représentaient qu'une quête secondaire. Désormais, ils apparaissent au premier plan dans Majora's Mask, certains masques de Ocarina of Time ont été enlevés dans Majora's Mask. Il y en a 24 au total.

Cinq masques qui permettent de se transformer :

  • Masque Mojo : Il permet de se transformer en peste Mojo. Il contient l'âme du fils du majordome Mojo, on le voit au tout début du jeu, c'est l'arbre grimaçant que nous fait remarquer Taya.
  • Masque Goron : Il permet de se transformer en Goron. Il contient l'âme du héros Goron Darmani.
  • Masque Zora : Il permet de se transformer en Zora. Il contient l'âme de Mikau, le guitariste du groupe Zora « Les Indigo-Go ».
  • Masque du Géant : Il permet de se transformer en Link Géant. Il ne fonctionne nulle part sauf face à Skorn.
  • Masque de la Puissance des Fées : Il permet de se transformer en un dieu vengeur du nom d'Oni Link (aussi appelé Kishin, le dieu de la violence et du chaos). Ce masque fonctionne cependant uniquement face aux Boss.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire se situe directement à la suite de celle de Ocarina of Time. Après une longue et périlleuse bataille contre l'infâme Ganondorf, Link décide de se lancer dans une quête personnelle, au bout de laquelle il trouvera un véritable ami. Ce concept d'amitié reviens sans cesse au cours du jeu, et est d'ailleurs la clef qui permet à Link d'obtenir le masque ultime auprès des enfants masqués autour de l'arbre lunaire (ces enfants sont très curieux, et se demandent ce que signifie le sens du mot « amitié »). Alors qu'il parcourt la forêt avec sa jument Epona, il est attaqué par Skull Kid, un enfant de la forêt, qui porte un étrange masque. Aidé par deux fées, Taya et son frère Tael. Epona effrayée fait tomber Link qui tombe évanoui. Skull Kid, profitant que Link soit inconscient, subtilise l'Ocarina du Temps de Link ainsi que sa jument, Epona. Link décide de se lancer à sa poursuite. Malheureusement, Skull Kid lance une malédiction sur Link qui est devenu une peste Mojo, il devra alors continuer à poursuivre Skull Kid avec Taya la fée qu'il a abandonnée sur le chemin. Avec elle, Link va vivre une aventure où il se retrouve dans un monde bizarre et inconnu, remarquant que la lune se rapproche de plus en plus va devoir sauver Termina et devra aider des gens en seulement 72 heures. Grâce à l'ocarina du Temps, Link pourra revivre autant de fois qu'il le veut ces 72 heures et arrêter Skull Kid et sauver Termina de la lune.

Son but dans cet opus est de réunir les quatre géants, situés à quatre endroits différents de Termina (au Nord au marais, au Sud à la montagne, à l'Est dans l'océan et à l'Ouest au canyon) pour réussir à stopper la chute de la Lune.

Pour sauver les quatre géants, Link doit aller dans quatre temples.

  • Le premier temple se trouve au marais, il se nomme le temple de Bois-Cascade.
  • Le second temple se trouve à la montagne, il se nomme le temple du Pic des Neiges.
  • Le troisième temple se trouve à l'océan, il se nomme le temple de la Grande Baie.
  • Le dernier temple se trouve au canyon, il se nomme le temple de la Forteresse de Pierre. Ce temple a la particularité de pouvoir se retourner.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Majora's Mask reprend les graphismes de son prédécesseur Ocarina of Time, légèrement améliorés grâce à l'Expansion Pak. Le système de jeu est identique. On y retrouve de nombreux éléments déjà présents dans Ocarina of Time.

Des nouveautés ont fait leur apparition, comme l'horloge en bas de l'écran qui indique l'heure et le jour. Il y a aussi le Journal des Bombers, qui contient des missions à réaliser, de nouveaux objets comme la Boîte à Images. La grande nouveauté du jeu, ce sont les masques (voir le sous-chapitre correspondant).

Link peut utiliser des objets qu'il ne pouvait utiliser étant enfant dans Ocarina of Time, comme l'arc ou le grappin. Il peut aussi chevaucher Epona.

Le titre du jeu signifie « Le Masque de Majora ». Ce masque possède des pouvoirs très mystérieux. Il a été dérobé par un lutin appelé Skull Kid au vendeur de masques du jeu. Depuis il sème le trouble sur le pays.

Comme dans Link's Awakening, le but n'est pas de sauver la princesse Zelda. Ici, on la retrouve uniquement dans un souvenir de Link lorsqu'elle lui donne l'ocarina du Temps.

Développement[modifier | modifier le code]

Le jeu est produit et supervisé par le créateur de la série, Shigeru Miyamoto. Le projet est dirigé par Eiji Aonuma et Yoshiaki Koizumi[1].

Avant de s'appeler définitivement Majora's Mask, cet épisode a eu pour titres aux prémices de son développement Zelda Gaiden puis The Mask of Mujura.

Lors des premières captures d'écran publiées dans la presse spécialisée, Link est apparu avec des équipements différents de la version finale comme l'épée Kokiri, le bouclier Mojo, le grappin ou l'arc des Fées d’Ocarina of Time. De même pour ses 3 autres formes où étaient assignés au bouton B des noix Mojo pour Link Mojo, la Masse des Titans pour Link Goron et le boomerang pour Link Zora.

Musique[modifier | modifier le code]

Kōji Kondō, le compositeur

La musique a été composée par Kōji Kondō, déjà auteur des musiques des précédents Zelda et de nombreuses musiques de jeux Nintendo (Super Mario, Donkey Kong…).

De nombreuses musiques étaient déjà présentes dans Ocarina of Time, comme la musique des Bois Perdus, ou les thèmes à l'Ocarina (chant du Temps, chant des Tempêtes). Il y a bien sûr des musiques inédites, notamment le thème de la Plaine Termina qui est un remix du thème original de Zelda.

Au Japon, deux albums reprenant les musiques du jeu ont été édités.

The Legend of Zelda: Majora's Mask Original Soundtrack, sorti le 23 juin 2000. Cette bande-originale compte 2 CD comportant 112 morceaux tirés du jeu.

The Legend of Zelda: Majora's Mask Orchestrations : sorti le 21 octobre 2000. Ce disque contient 10 morceaux tirés du jeu, mais en version orchestrale (joués par un orchestre). Cependant, l'orchestre n'est pas symphonique. Ici, la qualité instrumentale est purement synthétique, ce qui confère à l'album un supplément de nostalgie et de plaisir pour les joueurs habituel de jeux vidéo mais laissera dubitatifs les autres auditeurs. Certaines musiques font référence à des morceaux classique. Ainsi le début de la musique développant le thème du palais Deku est un décalque transformé de "O Fortuna" de Carmina Burana (Orff), et une autre piste reprend le temps d'un passage une composition de Tchaïkovski pour le ballet Sleeping Beauty. Le parti pris par cet album en font sa sympathique qualité et même sa truculence. La version hongkongaise contient une piste bonus.

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Nintendo 64 Console virtuelle
Allgame 4,5 / 5[3] Non noté[4]
Famitsu 37 / 40[5]
Gamekult 8 / 10[6] 9,5 / 10[7]
Gamespot 8,3 / 10[8]
IGN 9,9 / 10[9] 9,5 / 10[10]
Jeuxvideo.com 19 / 20[11] 19 / 20[12]
GameRankings 91,92 %[13]
Metacritic 95 / 100[14] Non noté[15]
MobyGames 91 / 100[16] Non noté[16]

Postérité[modifier | modifier le code]

Édition limitée[modifier | modifier le code]

Un coffret en édition limitée à 1 000 exemplaires est sorti en 2000 comprenant le jeu Majora's Mask plus des produits dérivés[17],[18].

Réédition sur GameCube[modifier | modifier le code]

Le jeu a été réédité sur GameCube à la fin 2003. Le jeu était présent sur un disque bonus comportant les deux premiers jeux Zelda sur NES, Ocarina of Time plus une démo de 20 minutes du jeu The Wind Waker ainsi qu'une rétrospective des jeux Zelda, de la NES à la GameCube et un reportage vidéo sur The Wind Waker. À noter que la version GameCube ralentit par endroits et possède des musiques saccadées.

Manga[modifier | modifier le code]

Un manga a été édité au Japon peu de temps après le jeu. Le scénario du manga diffère quelque peu de celui du jeu. Ce même manga est sorti fin 2009 en France, aux éditions Soleil. La traduction comporte quelques erreurs, notamment le nom de « Rhork » (la chimère mécanique) transformé en « Goht » (nom américain).

Le scénario du manga 

Le masque de Majora aurait été fabriqué à partir de l'armure d'un monstre légendaire et maléfique nommé Majora. Cette créature serait morte d'épuisement après avoir été condamnée à danser sans fin. D'après une légende très ancienne, quiconque possédera cette armure obtiendra un pouvoir incommensurable. Tous ceux qui l'ont approché n'en sont pas revenus.

Une ancienne tribu aurait utilisé ce masque pour des rituels de magie noire, mais bientôt ce masque démoniaque répandit malheur et souffrance, à tel point que la tribu finit par disparaître.

Le masque resta ainsi dans l'ombre, jusqu'à l'arrivée du marchand de masques, qui réussit à l'obtenir. Malheureusement, le masque lui fut dérobé dans les Bois Perdus par Skull Kid. Le garçon des bois, possédé par le masque, fut attiré vers Termina, où il commença à semer le désordre. Il trompa ses anciens amis, les quatre géants, en les enfermant dans les masques de divinités diaboliques qui furent enfermés à leur tour dans des temples situés aux quatre points cardinaux. Le plus gros problème venait bien entendu de la Lune, que Skull Kid détourna de son orbite, afin que celle-ci vienne s'écraser sur Bourg-Clocher, la capitale de Termina. Mais c'était sans compter sur Link, qui, avec les pouvoirs du masque de Puissance des Fées, réussit à détruire Majora et sauva Termina. La Lune fut aussi détruite.

Les chapitres 
  1. Chapitre 1 : Le masque maléfique de Skull Kid : C'est le prologue de l'histoire. Link, juste après sa victoire sur Ganondorf, part faire un tour dans les bois pour retrouver Navi sa fée et est attaqué par Skull Kid, qui lui vole sa jument Epona et l'emmène dans un autre monde.
  2. Chapitre 2 : Link la Peste Mojo : Link est transformé en Peste Mojo par Skull Kid. Aidé par Taya, Link découvre ce monde étrange qu'est Termina et se lance à la poursuite de Skull Kid.
  3. Chapitre 3 : Le vendeur de masques : Link récupère l'ocarina du Temps et retourne dans le passé. Il retrouve sa forme humaine, obtient le masque Mojo et tombe sur le marchand de masques, qui lui demande de retrouver pour lui le masque de Majora.
  4. Chapitre 4 : Les marais du sud et Odolwa : Arrivé dans les marais du sud, Link est empoisonné par les eaux contaminées. Sauvé par des singes, ceux-ci lui demandent de sauver la fille du Roi Mojo, qui a été enlevée. Le ravisseur n'est autre qu'Odolwa, que Link devra battre pour sauver la princesse.
  5. Chapitre 5 : Les monstres du Pic des Neiges : Link se dirige vers le Pic des Neiges et tombe sur la dépouille de Darmani, un héros Goron tué par Rhork, le monstre mécanique du temple. Link délivre Darmani grâce au chant de l'Apaisement et reçoit de lui le masque Goron ainsi que la mission d'éliminer Rhork et d'apprendre une berceuse à un enfant Goron.
  6. Chapitre 6 : La Grande Baie : Arrivé sur la plage de l'ouest, Link rencontre Mikau, le guitariste des Indigo-go, agonisant sur la plage. Celui-ci a été attaqué par les pirates Gerudo qui voulaient voler un œuf Zora. Grâce au masque Zora, Link devra aller combattre le terrible Gyorg au cœur du Temple de la Grande Baie, et accomplir le dernier souhait de Mikau.
  7. Chapitre 7 : Anju et Kafei ! : Link se rend à la Forteresse de Pierre, où il affronte le terrible Skorn. Il apprend ensuite que les Quatre Géants sont les protecteurs de Termina. Puis il fait la connaissance de Kafei, un jeune homme transformé en enfant par Skull Kid. Celui-ci décide de donner un coup de main à Link.
  8. Chapitre 8 : Arrêtez la lune !!! : Le carnaval du Temps va bientôt commencer et la lune se rapproche de plus en plus ! Link et Kafei retrouvent Skull Kid, qui se moque copieusement de Kafei. Mais Anju, la femme que Kafei devait épouser, arrive et avoue aimer Kafei tel qu'il est. Cela ennuie Skull Kid, d'autant plus que les Quatre Géants arrivent pour stopper la lune.
  9. Chapitre 9 : Link, le dieu vengeur : On apprend pourquoi Skull Kid a volé le masque de Majora (il était triste car les Géants lui ont tourné le dos). Le masque de Majora abandonne Skull Kid et part sur la Lune, suivi par Link, bien décidé à l'éliminer. Grâce au masque du dieu vengeur, Link devient un guerrier surpuissant et parvient à éliminer Majora. Link décide aussi de détruire le masque, afin que personne ne puisse s'en resservir. S'ensuit le mariage d'Anju et Kafei, et la réconciliation entre Skull Kid et les quatre géants. Link enfourche Epona et retourne vers Hyrule, à la recherche de Navi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Game Credits for The Legend of Zelda: Majora's Mask, sur mobygames.com.
  2. The Legend of Zelda: Majoras Mask sur VG Chartz.
  3. (en) « The Legend of Zelda: Majora's Mask », sur http://www.allgame.com/, Allgame (consulté le 19 novembre 2011)
  4. (en) « The Legend of Zelda: Majora's Mask [Virtual Console »], sur http://www.allgame.com/, Allgame (consulté le 19 novembre 2011)
  5. (en) IGN Staff, « The Legend of Zelda: Majora's Mask Reviewed! », sur http://uk.ign64.ign.com/, IGN,‎ 20 avril 2000 (consulté le 19 novembre 2011)
  6. (fr) « The Legend of Zelda : Majora's Mask », sur http://www.gamekult.com/, Gamekult (consulté le 19 novembre 2011)
  7. (fr) « The Legend of Zelda : Majora's Mask », sur http://www.gamekult.com/, Gamekult (consulté le 19 novembre 2011)
  8. (en) « The Legend of Zelda: Majora's Mask », sur http://www.gamespot.com/, Gamespot (consulté le 19 novembre 2011)
  9. (en) Fran Mirabella III, « Legend of Zelda: Majora's Mask », sur http://uk.ign64.ign.com/, IGN,‎ 25 octobre 2000 (consulté le 19 novembre 2011)
  10. (en) Lucas M. Thomas, « The Legend of Zelda: Majora's Mask Review », sur http://uk.ign64.ign.com/, IGN,‎ 19 mai 2009 (consulté le 19 novembre 2011)
  11. (fr) Romendil, « The Legend of Zelda : Majora's Mask », sur http://www.jeuxvideo.com/, Jeuxvideo.com,‎ 20 novembre 2000 (consulté le 19 novembre 2011)
  12. (fr) Romendil, « The Legend of Zelda : Majora's Mask », sur http://www.jeuxvideo.com/, Jeuxvideo.com,‎ 1er janvier 2010 (consulté le 19 novembre 2011)
  13. (en) « The Legend of Zelda: Majora's Mask », sur http://www.gamerankings.com/, GameRankings (consulté le 19 novembre 2011)
  14. (en) « The Legend of Zelda: Majora's Mask », sur http://www.metacritic.com/, Metacritic (consulté le 19 novembre 2011)
  15. (en) « The Legend of Zelda: Majora's Mask », sur http://www.metacritic.com/, Metacritic (consulté le 19 novembre 2011)
  16. a et b (en) « The Legend of Zelda: Majora's Mask », sur http://www.mobygames.com/, MobyGames (consulté le 19 novembre 2011)
  17. (fr) « Le Coffret Collector Majora's Mask », sur http://www.zelda-gc.com/ (consulté le 10 décembre 2011)
  18. (en) « Zelda: Majora's Mask Limited Edition Adventure Set », sur http://www.zeldacollectorsmuseum.com/,‎ 5 octobre 2009 (consulté le 10 décembre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]