The Legend of Zelda: Tri Force Heroes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

The Legend of Zelda
Tri Force Heroes
Image illustrative de l'article The Legend of Zelda: Tri Force Heroes
Logo du jeu.

Éditeur Nintendo
Développeur Nintendo EPD
Grezzo
Concepteur Eiji Aonuma (producteur)
Hiromasa Shikata (directeur)
Musique Ryo Nagamatsu

Début du projet 2009[réf. nécessaire]
Date de sortie
JAP : 22 octobre 2015
AN : 23 octobre 2015
EUR : 23 octobre 2015
AUS : 24 octobre 2015
Genre Action-aventure
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme Nintendo 3DS
Média Cartouche
Langue Multilingue
Contrôle Boutons, écran tactile

Évaluation CERO : A ?
ESRB : E ?
PEGI : 7 ?

The Legend of Zelda: Tri Force Heroes (ゼルダの伝説 トライフォース3銃士, Zeruda no densetsu: Toraifōsu san-jūshi?, littéralement « La légende de Zelda : Les trois mousquetaires de la Triforce ») est un jeu vidéo d’action-aventure développé par Nintendo EPD et Grezzo et édité par Nintendo sur Nintendo 3DS, sorti le au Japon, le aux États-Unis, au Canada et en Europe et le en Australie. Il est le dix-huitième jeu de la série.

Trame[modifier | modifier le code]

Le jeu se déroule dans le royaume d'Estoffe, dans lequel la mode a une grande importance. À la suite d'un maléfice jeté par Sister Lady, la princesse Mousseline se retrouve vêtue d'une tenue dépourvue de classe, lui entraînant un sentiment de honte. Son père le roi Frisette a alors lancé un recrutement de héros pour lever la malédiction, afin de réunir les trois héros Totem de la légende.

Le jeu se passe plusieurs années après les événements de A Link Between Worlds. Le joueur incarne le même héros qui après plusieurs péripéties se retrouve dans ce royaume dans lequel il cache son identité en revêtant différentes tenues. L'origine des deux autres héros n'est pas connue[1].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

The Legend of Zelda: Tri Force Heroes est un jeu d'action-aventure en coopération dans lequel trois joueurs incarnent un Link et doivent unir leur force pour résoudre des énigmes et vaincre différents ennemis. Une des fonctionnalités majeures est la possibilité d'empiler les joueurs pour former un totem et atteindre des zones plus élevées. Les joueurs partagent une même barre de vie et de magie. Il est possible d'équiper les personnages de différentes tenues, créées par Madame la Couturière, permettant l'amélioration des différents objets ou attaques.

Le jeu est jouable en multijoueur local et en ligne. Bien qu'un chat vocal ne soit pas présent, il est possible de communiquer avec les autres joueurs grâce à des icônes pour signaler l'action commune à effectuer. Le jeu est également jouable à un joueur, les deux autres Link étant incarné par l'intelligence artificielle et contrôlables via l'écran tactile de la console, mais il n'existe pas de mode à deux joueurs. Un mode de jeu compétitif est présent[2].

Développement[modifier | modifier le code]

L'idée originale pour le développement du jeu date de 2009. À cette période, Hiromasa Shikata fait partie de l'équipe de développement de The Legend of Zelda: Spirit Tracks et éprouve l'envie de développer un jeu Zelda multijoueur en se basant sur un élément du système de jeu de celui-ci, dans lequel la princesse Zelda prend possession de spectres[3]. Contrairement aux précédents jeux Zelda multijoueur, le jeu ne permet pas de jouer à quatre joueurs, Shikata explique ce choix par le fait qu'il est plus simple de coopérer à trois joueurs qu'à quatre, deux groupes de deux pouvant alors de former[4]. Le jeu propose un style graphique proche de ceux de A Link Between Worlds et The Wind Waker.

Le jeu est dévoilé lors de l'E3 2015[5]. Il est commercialisé le en Europe et en Amérique du Nord[6]. Une démo du jeu proposant des sessions de jeu multijoueur uniquement à certains temps spécifiques est également proposée[7].

Contenu téléchargeable[modifier | modifier le code]

Un contenu téléchargeable est disponible à partir du et ajoute un nouveau monde de jeu, La Crypte, proposant 30 niveaux supplémentaires et de nouvelles tenues[8].

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
Famitsu (JP) 34 / 40[9]
Presse numérique
Média Note
Gamekult (FR) 5 / 10[10]
GameSpot (US) 5 / 10[11]
IGN (US) 8,5 / 10[12]
Jeuxvideo.com (FR) 16 / 20[13]
Agrégateurs de notes
Média Note
Metacritic 75 / 100[14]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Here's Where The Legend of Zelda: Tri Force Heroes Falls in the Timeline », sur nintendolife.com, (consulté le 24 octobre 2015).
  2. (en) Jason Schreier, « You Can't Play Zelda: Triforce Heroes With Only Two People », sur Kotaku, (consulté le 27 juin 2015).
  3. (en) Michael McWhertor, « The Legend of Zelda: Tri Force Heroes is a game of dress up, co-op and paper dolls », sur Polygon, (consulté le 27 juin 2015).
  4. « Zelda : Tri Force Heroes : Hiromasa Shikata explique pourquoi il n'y a que 3 joueurs au lieu de 4 », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 28 novembre 2015).
  5. Silent_Jay, « E3 2015 : The Legend of Zelda Tri Force Heroes se dévoile sur 3DS », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 27 juin 2015).
  6. (en) Sato, « The Legend of Zelda: Tri Force Heroes Will Launch In North America On October 23rd », sur siliconera.com, (consulté le 5 août 2015).
  7. (en) « Zelda: Tri Force Heroes Gets a Demo, But It's Pretty Limited », sur GameSpot, (consulté le 28 novembre 2015).
  8. « Nintendo Direct : Un DLC gratuit pour Zelda Triforce Heroes », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 28 novembre 2015).
  9. (en) Sal Romano, « Famitsu Review Scores: Issue 1402 », sur GameSpot, (consulté le 21 octobre 2015)
  10. boulapoire, « The Legend of Zelda: Tri Force Heroes », sur Gamekult, (consulté le 21 octobre 2015)
  11. (en) Mike Mahardy, « The Legend of Zelda: Tri Force Heroes Review », sur GameSpot, (consulté le 21 octobre 2015)
  12. (en) Jose Otero, « The Legend of Zelda: Tri Force Heroes Review », sur IGN, (consulté le 21 octobre 2015)
  13. Romendil, « Test The Legend of Zelda: Tri Force Heroes », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 21 octobre 2015)
  14. (en) « The Legend of Zelda: Tri Force Heroes », sur Metacritic (consulté le 21 octobre 2015)

Lien externe[modifier | modifier le code]