Samatan (Gers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Samatan.
Samatan
Buste de François de Belleforest.
Buste de François de Belleforest.
Blason de Samatan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Auch
Canton Val de Save
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes du Savès
Maire
Mandat
Hervé Lefebvre
2014-2020
Code postal 32130
Code commune 32410
Démographie
Gentilé Samatanais, Samatanaises
Population
municipale
2 377 hab. (2014en augmentation de 3.48 % par rapport à 2009)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 29′ 37″ nord, 0° 55′ 54″ est
Altitude 165 m (min. : 155 m) (max. : 252 m)
Superficie 33,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Samatan

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Samatan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Samatan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Samatan
Liens
Site web Site officiel

Samatan (Samatan en gascon) est une commune française située dans le département du Gers et la région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Samatanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Samatan située à 36 km au sud-est d'Auch elle fait partie du Pays du Savès et du pays Portes de Gascogne sur la Save (Inondations de 1977 en Gascogne), affluent de la rive gauche de la Garonne.

L’altitude varie de 320 m dans les coteaux du sud-ouest à 140 m au nord. Des collines, par temps clair, donnent une vue sur les Pyrénées, avec dans l’axe de la vallée, les pics de l’Arbizon et du Midi de Bigorre. Le paysage harmonieux et varié, verdoyant, calme et tranquille, est parsemé de petits bois, bouquets d’arbres et fermes isolées, au milieu du damier des cultures.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Samatan
Bézéril Noilhan Labastide-Savès
Saint-Soulan Samatan Pompiac
Nizas
Montamat Lombez Puylausic Monblanc
Sauvimont

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Samatan a conservé peu de chose de son passé. C'est un ancien village castral, fief des comtes de Comminges, dont le château a totalement disparu. Jusqu'à la Révolution, Samatan fut une châtellenie du comté de Comminges.

Samatan a été ravagée par le Prince Noir en 1355 lors de la guerre de Cent Ans et les rescapés allèrent alors grossir la population de Lombez, distant d'à peine 1 km et qui avait été épargné par le Prince Noir pour une raison mystérieuse (mais certainement car c'était un évêché, contrairement à Samatan, ville commerçante).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Hervé Lefebvre DVG Professeur de faculté
mars 2008 mars 2014 Pierre Chaze[1]    
juin 1995 mars 2008 René Daubriac PS Vice-président du conseil général
198? juin 1995 Yves Chaze PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 377 habitants, en augmentation de 3,48 % par rapport à 2009 (Gers : 1,81 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 400 1 641 1 850 1 882 1 930 2 232 2 225 2 255 2 203
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 135 2 378 2 348 2 463 2 477 2 363 2 369 2 259 2 252
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 182 2 085 1 881 1 929 1 807 1 836 1 847 1 888 1 910
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 -
1 934 1 840 1 831 1 716 1 832 2 130 2 350 2 377 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[6] 1975[6] 1982[6] 1990[6] 1999[6] 2006[7] 2009[8] 2013[9]
Rang de la commune dans le département 11 12 11 13 12 11 11 11
Nombre de communes du département 466 462 462 462 463 463 463 463

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Marchés
  • Marché au foie gras : les lundis, d'avril à octobre ;
  • Foire agricole le troisième week-end de mars.
Festivités
  • Vide-grenier le troisième week-end de mars ;
  • Soirées gourmandes : 2 soirs en juillet et 2 soirs en août avec repas de rue, animations musicales, etc. ;
  • Festival de Théâtre la troisième semaine de juillet : théâtre de rues, stages, etc. ;
  • Samafrica : festival africain qui se déroule le deuxième week-end de septembre ;
  • Le foie gras en son palais : dernier week-end de novembre : démonstrations, repas de galas, etc.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le , la ville accueille le départ de la 15e étape du Tour de France 2012, qui a pour arrivée la ville de Pau.

Économie[modifier | modifier le code]

La plus grande partie de la population active se livre à l’agriculture, céréales traditionnelles : blé, orge, maïs, oléagineux ; élevage important : vaches, veaux, porcs, poules, dindes, canards et oies dont les confits et foies gras sont aussi renommés.

L'activité est aussi tournée sur le tourisme vert. Samatan offre une zone de loisir de 17 hectares, aménagée en bordure d'un lac de 9 hectares possédant des plages de sable fin. Le plan d'eau est situé à la sortie de Samatan, sur la route de Lombez.

Samatan est la « capitale de l'or rose » dite aussi la « Mecque du foie gras ». En effet, du 1er octobre jusqu'à fin avril, se tient tous les lundis, le marché au gras. Plus qu'un marché, il s'agit en fait d'une foire, d'une fête bruyante et colorée. Les étalages se mesurent en kilomètres et les ventes de foie par tonnes (jusqu'à 3 tonnes), d'où le nom donné à Samatan de « Mecque du foie gras ».

C'est le plus important marché du Gers et de France[réf. nécessaire].

La foire suit toujours le même rituel : les producteurs se pressent aux portes des halles et attendent fébrilement 8 heures, heure à laquelle on procède à l'installation des foies et du pesage. A 10 heures, les portent s'ouvrent pour les acheteurs. A 11 h 45, ouverture du marché des oies et des canards pleins avec leur foies.

Toutes ces transactions donnent lieu à des accords de vente et des marchandages obéissant à des lois de marché particulières.

Il existe d'autres marchés au gras importants dans le Gers : à Seissan, le vendredi matin avec les mêmes horaires ; à Gimont, le dimanche matin de novembre à avril à partir de 10 heures.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La place principale est fort agréable[réf. nécessaire]. Jolie façade de l'hôtel de ville et belle fontaine en brique ornée de terres cuites datant de 1850.
  • Le château de Latour est situé à 3 km au nord - nord-est de Samatan par la D 632.

La tradition attribue à un membre de la famille Pellegrin, gouverneur de Samatan,la reconstruction du château dans les années 1697. Acquis par la famille Belloc, membres du parlement de Toulouse, il fut alors transformé dans le gout du style Louis XVI.

L'esplanade est précédée par deux pigeonniers jumeaux de type gascon, c'est-à-dire de plan carré sur des arcades, couronné par un toit pyramidal à quatre pentes égales avec des tuiles plates à forte déclivité dont le couronnement se compose d'épis en céramique. Les lucarnes d'envol sont orientées vers l'est et le sud, c'est-à-dire non exposées aux actions des vents et tournées vers le maximum d'ensoleillement. Elles sont pourvues d'ouvertures rondes de 10 à 12 centimètres de diamètre afin d'éviter l'accès aux oiseaux de proie. Les corniches en saillie font un barrage aux rongeurs.

La cour d'honneur du château est encadrée de deux ailes parallèles en rez-de-chaussée en équerre, postérieures au corps de logis aux extrémités duquel elles viennent se greffer. Celui-ci est double, à étage et attique. Il est flanqué de tourelles.

Au sud-est du bâtiment, les communs s'élèvent autour d'une cour en forme de U.

L'ensemble des constructions est en grandes briques, avec des élévations ponctuées de pilastres doriques, de corniches, de ressauts légers et, enfin, de larges baies. Les terres cuites sont de qualité. Les toitures sont très douces à tuiles creuses, la tuile plate à crochets n'apparait que dans la couverture des pavillons très aigus.

À l'intérieur du château, on peut admirer la grande cage d'escalier avec sa rampe en fer forgé réalisé par Bertin de Samatan en 1791 dans un style de transition entre le style rocaille et le style néo-classique. Les cheminées sont en stuc de style Louis XVI.

Belle chapelle à décor de pilastres ioniques et de panneaux en trompe-l'œil.

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au premier et au quatrième de gueules aux quatre otelles d'argent adossées et posées en sautoir, au deuxième et au troisième de gueules aux trois sceptres fleurdelisés d'or posés en pal et rangés en fasce ; le tout sommé d'un chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Samatan, d’hier à aujourd’hui, René Daubriac (maire de Samatan)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]