Sauveterre (Gers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sauveterre.
Sauveterre
La place Elie Rançon, avec l'église et la mairie.
La place Elie Rançon, avec l'église et la mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Auch
Canton Val de Save
Intercommunalité Communauté de communes du Savès
Maire
Mandat
Michel Zamuner
2014-2020
Code postal 32220
Code commune 32418
Démographie
Population
municipale
242 hab. (2014)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 27′ 27″ nord, 0° 51′ 29″ est
Altitude Min. 170 m – Max. 311 m
Superficie 16,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Sauveterre

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Sauveterre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sauveterre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sauveterre

Sauveterre (Sauvatèrra en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Sauveterre est une commune du Savès située à flanc ce coteau dans un paysage très vallonné. L'habitat est assez dispersé et on trouve environ une maison sur chaque colline. Sauveterre est à quelques kilomètres de Lombez et Samatan où se trouvent les commerces, un boulanger passe deux fois par semaine.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Au point le plus haut du village, une table d'orientation permet de situer les sommets des Pyrénées.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La place publique est entourée par la mairie, l'école et l'église de Saint-Amat, l'ancien presbytère, la scolaire. Jusqu'en septembre 1990, date de fermeture de l'école, cette place tenait lieu de cours de récréation. De la place publique, un chemin appelé dans le temps "la rue des Nobles", conduit au sommet du coteau, localement appelé le Tupet. Par temps clair, de ce cumulus situé à 280 mètres, qui domine la vallée de la Save, on peut admirer la chaine des Pyrénées. C'est en ce lieu, qu'à l'époque de la féodalité, était érigé un château fort dont les derniers vestiges, un pan de mur, ont été démolis il y a quelques années. Autrefois, ce terrain appartenait à la famille de Résséguier (voir chapelle attenante au cimetière).

Sauveterre, commune la plus importante du canton comptait 605 habitants (entre 1790 et 1793). Il y avait 3 cafés, 2 épiciers, 2 forgerons maréchaux-ferrants, 1 filature, 1 boulanger, 1 entrepreneur de battage. Sauveterre est une commune essentiellement agricole, vouée à la culture et à l'élevage[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Jean Magnoac[2]    
mars 2014 en cours Michel Zamuner DVG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 242 habitants, en augmentation de 5,68 % par rapport à 2009 (Gers : 1,81 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
725 810 781 833 902 881 907 878 873
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
874 851 731 709 724 697 686 657 605
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
581 606 489 477 449 432 396 400 364
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 -
326 283 264 219 229 233 234 242 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête patronale a lieu pour la Saint-Amat, le 26 novembre. Pour cette fête, un bœuf était jadis tué et débité sur place. Les bouilleurs de cru, des Ariégeois, venaient trois semaines environ, début novembre, pour distiller.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La production agricole est constituée de cultures de blé, de maïs et de tournesols, ainsi que d'élevage bovin.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Amat ;
  • La chapelle Saint-Christophe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]