Pic du Gar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la montagne image illustrant les Pyrénées
Cet article est une ébauche concernant la montagne et les Pyrénées.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Pic du Gar
Le pic du Gar vu depuis Marignac
Le pic du Gar vu depuis Marignac
Géographie
Altitude 1 785 m
Massif Pyrénées
Coordonnées 42° 57′ 02″ Nord 0° 41′ 55″ Est / 42.95056, 0.69861
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

(Voir situation sur carte : Haute-Garonne)
Pic du Gar

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Pic du Gar

Le pic du Gar est un sommet des Pyrénées françaises, dans le département de la Haute-Garonne, qui s'élève à 1 785 m d'altitude.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Gar viendrait de la racine Kʰar signifiant « rocher » ou « pierre », il s'agirait alors d'un toponyme pléonastique.

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Situé près de la commune de Saint-Béat, en Haut-Comminges, le pic du Gar est un sommet connu de la Haute-Garonne, malgré sa faible altitude mais grâce à sa situation avancée par rapport au massif pyrénéen (comme son voisin, le pic de Cagire), dominant la haute vallée de la Garonne au sortir du val d'Aran.

Le versant ouest, présentant une pente modérée couverte de pelouse, est situé sur la commune de Moncaup tandis que le versant oriental, plus escarpé, est sur Bezins-Garraux.

Son sommet secondaire, le pic Saillant (1 756 m), porte une croix. Ces deux sommets sont inversés sur les cartes IGN[1]. Cette ambiguïté existe sur les cadastres de Bezins-Garraux (actuel[2] comme sur celui de 1836[3]) où ce sommet est dénommé pic du Gars ou Saillent ou La Pique tandis que le sommet supérieur est simplement nommé pic Saillent.

Le pic Saillant constitue un quadripoint reliant les communes de Fronsac, Chaum, Moncaup et Bezins-Garraux[1]. Il surplombe une ligne de falaises calcaires, à la verticalité très prononcée, comportant plusieurs grandes voies équipées pour l'escalade.

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le poète José-Maria de Heredia[4] a célébré le Gar éclatant aux sept pointes calcaires : dans certains de ses poèmes, il évoque notamment quelques inscriptions antiques des Pyrénées. Le pic du Gar a été honoré comme lieu de culte de Gar, divinité des Garumni (les Garumni sont un peuple d'origine celtique mentionné par César dans le "De bello gallico") qui, selon Lizop, a probablement donné son nom à la "Gar-onne", autrement dit la rivière du dieu Gar. Au sommet et sur les flancs de la montagne, trois autels votifs inscrits et de nombreux autels votifs anépigraphes ont été trouvés dans les ruines et la maçonnerie de deux chapelles, antérieurement lieux de culte de l'époque gallo-romaine. Bien plus tard, le christianisme y a ajouté sa marque et instauré un pèlerinage à la croix plantée sur l'un de ses sommets.

Voies d'accès[modifier | modifier le code]

On peut y accéder par des chemins forestiers soit au-dessus de Saint-Pé-d'Ardet par la route du col des Ares, puis le col du Hô, soit depuis Bezins-Garraux au-dessus du village. La marche est aisée, il faut compter deux heures pour un promeneur en vacances.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Visualisation sur carte IGN, où les noms Gar et Saillant sont inversés sur Géoportail.
  2. Site de consultation du plan cadastral
  3. Conseil Départemental de la Haute-Garonne, « Archives départementales - Cadastre napoléonien », sur archives.haute-garonne.fr,‎ (consulté le 14 octobre 2015)
  4. José-Maria de Heredia, Les Trophées : « l'Exilée »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :