Nayemont-les-Fosses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nayemont-les-Fosses
Nayemont-les-Fosses
Nayemont au premier plan, Saint-Dié au second
Blason de Nayemont-les-Fosses
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Canton Saint-Dié-des-Vosges-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saint-Dié-des-Vosges
Maire
Mandat
Patrice Fève
2014-2020
Code postal 88100
Code commune 88320
Démographie
Gentilé Nayemontais, Nayemontaises
Population
municipale
814 hab. (2016 en diminution de 6,86 % par rapport à 2011)
Densité 91 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 17′ 51″ nord, 7° 00′ 25″ est
Altitude 500 m
Min. 345 m
Max. 890 m
Superficie 8,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nayemont-les-Fosses

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nayemont-les-Fosses
Liens
Site web nayemontlesfosses.free.fr

Nayemont-les-Fosses est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Nayemontais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au nord-est de Saint-Dié-des-Vosges dont elle est limitrophe, la commune occupe une partie de l'adret du massif de l'Ormont, jusqu'à la rive droite de la Fave. L'habitat s'y est dispersé au gré du relief, les principaux lieudits se nomment Brompont, les Basses Fosses, les Hautes Fosses...

Communes limitrophes de Nayemont-les-Fosses
Ban-de-Sapt La Petite-Fosse
Saint-Dié-des-Vosges Nayemont-les-Fosses Frapelle
Sainte-Marguerite Pair-et-Grandrupt Neuvillers-sur-Fave

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • Village
  • Basses-Fosses
  • Brompont
  • Dijon
  • Hautes-Fosses

Écarts[modifier | modifier le code]

  • Haut-de-la-Faîte
  • Marémeix

Histoire[modifier | modifier le code]

Néolithique 

Des découvertes archéologiques faites dans le secteur de Brompont sont datées du 4e millénaire, âge néolithique : 1 burin d'angle, 1 grattoir, 1 perçoir, des lamelles et une armature de flèche indiquent la présence humaine. Il s'agit peut-être de l'incursion de chasseurs, de passage d'explorateurs ou d'une première pénétration agro-pastorale.

L'introduction de l'araire, charrue primitive, tirée par des bœufs permet de s'attaquer à des terres lourdes, des espèces végétales résistantes s'accommodant à des conditions climatiques rudes sont cultivées.

Une exploitation rationnelle du cheptel domestique, notamment par l'utilisation systématique des produits laitiers autorise la conquête de zones où la culture reste difficile. Ainsi la civilisation agro-pastorale peut atteindre les flancs de la montagne vosgienne, donc notre canton. Les chemins, eux, escaladent les hauteurs en suivant les lignes de partage des eaux.

À cette époque, le passage des chasséens marque la Déodatie, il semble que l'arrondissement ait subi une occupation temporaire de cette population. La chasséen résulte du brassage de trois courants culturels du Danube, de la Méditerranée jusqu'à l'Orient et de l'Atlantique. L'âge du cuivre et du bronze furent discrets, l'âge du fer est celui de l'époque celte.

Ve – VIe siècle 

C'est la fin de la gaule romaine et la dissolution de l'autorité centrale. C'est une période très agitée par des guerres et des révoltes.

Vers 900 

Le château du Spitzemberg (commune de La Petite-Fosse), est édifié sur des ruines gallo-romaines.

De 915 à 950 

Comme les autres forteresses de la région, le château sert de refuge lors des invasions hongroises.

En 959 

Création du duché de Lorraine par l'empereur germanique Othon Ier, empereur romain germanique (936-973), duché dont la seigneurie du Spitzemberg fait partie. Le duché ne deviendra indépendant que fin 1400.

Au XIIe siècle 

La seigneurie appartient aux seigneurs de Paroye.

En 1243 

Le duc de Lorraine devient propriétaire du château. Le château est habité par un officier et une garnison. Ils sont chargés de la garde et de la défense notamment de Saint-Dié.

Le village d'Ayemont (Nayemont), Les Hautes-Fosses (ou Collognes), les Basse Fosses (ou Simonelles) font partie du domaine. Cognolles et Simonelles étant les patronymes des familles installées dans ces lieux.

En 1477 

La mort de Charles le Téméraire près de Nancy est attribuée à Claude Bausmont, châtelain et cellerier de Saint-Dié, seigneur en très faible part de sainte Marguerée[1].

En 1550 

Christine de Danemark, veuve du duc de Lorraine François Ier et mère du duc Charles III réside au château.

En 1560 

Christine de Danemark accorde aux habitants de la chatellerie de Spitzemberg le droit d'usage dans les bois de la Goutte d'Ayemont. À cette époque, Ayemont était le chef-lieu du doyenné de Spitzemberg - dont dépendaient Hautes Fosses et Basse Fosses - et appartenait au bailliage de Saint-Dié. Christine fit aménager des chemins forestiers pour ses promenades, l'un d'eux est encore appelé "Chemin de la Reine". La garde au château était une servitude à l'origine d'incidents avec le chapitre de Saint-Dié et avec Sainte-Marguerite. Il fut possible d'être dispensé du tour de guet en s'acquittant d'un impôt en nature, généralement seigle ou avoine.

Le village, qui n’a pas d’église, dépendait, comme aujourd’hui, de la paroisse de Sainte-Marguerite.

De 1790 à l’an X, Nayemont a fait partie du canton de Bertrimoutier.

Blason Blasonnement :
D'une montagne de sinople à deux coupeaux, chargée d'un pic d'or ondé d'azur en senestre à la pointe et d'un château d'argent donjonné, crénelé, maçonné et ouvert en dextre, au chef d'azur à trois étoiles d'or.
Commentaires : Le blason représente le massif de l’Ormont, le piton du Spitzemberg et, par sa fasce ondée, les nombreuses sources locales. Le château rappelle que Nayemont dépendait de la communauté de Spitzemberg. Les trois étoiles — signe d’argent — rappellent qu'un chariot d’or serait enfoui au col du Chariot[2],[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

En 2015, les finances communales était constituées ainsi[4] :

  • total des produits de fonctionnement : 513 000 , soit 573  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 345 000 , soit 385  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 35 000 , soit 39  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 254 000 , soit 284  par habitant ;
  • endettement : 0 , soit 0  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 23,62 % ;
  • taxe foncière sur le bâti : 11,41 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 26,28 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 18,79 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1953 mars 1971 René Bodaine (1897-1982) SE Agriculteur
mars 1971 mars 1989 Maurice Enaux (1921-2011) SE Transporteur
mars 1989 mars 2001 Claude Ohrel SE Cadre bancaire retraité
mars 2001 En cours
(au 18 février 2015)
Patrice Fève SE Comptable retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 814 habitants[Note 1], en diminution de 6,86 % par rapport à 2011 (Vosges : -2,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
293256306322486492493509538
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
540560614565550524515493506
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
538448422409415401341314395
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016 -
651844830825881889858814-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ancien observatoire-signal.
  • La roche d'Ormont (montagne) surplombe le village à une altitude de 807 mètres, les roches du Sapin-Sec d'où l'on découvre la vallée de la Meurthe à Saint-Dié. La photo insérée supra a été prise depuis la route forestière qui y mène.
  • Le monument aux morts inauguré le 1er juillet 1923[9].
La commune a été décorée le 24 août 1922 de la croix de guerre 1914-1918[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ce militaire est apparenté à la famille des seigneurs de Bauzemont, ce village haut perché près de Dompaire deviendra Bouzemont
  2. Description sur le site communal
  3. L'armorial de Nayemont-les-Fosses
  4. « Les comptes de la commune » [archive du ], sur alize2.finances.gouv.fr (consulté le 10 novembre 2016).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. Le monument aux morts
  10. Communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918