La Chapelle-Bayvel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Eure
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Eure.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chapelle.
La Chapelle-Bayvel
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Beuzeville
Intercommunalité Communauté de communes Lieuvin Pays d'Auge
Maire
Mandat
Jacques Duval
2014-2020
Code postal 27260
Code commune 27146
Démographie
Gentilé Chapellais
Population
municipale
399 hab. (2014)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 16′ 22″ nord, 0° 24′ 13″ est
Altitude Min. 69 m – Max. 163 m
Superficie 4,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
La Chapelle-Bayvel

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
La Chapelle-Bayvel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Bayvel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Bayvel

La Chapelle-Bayvel est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Chapelle-Bayvel est une commune située dans l'ouest du département de l'Eure et limitrophe de celui du Calvados. Selon l'atlas des paysages de Haute-Normandie, elle appartient à la région naturelle du Lieuvin[1]. Toutefois, l'Agreste, le service de la statistique et de la prospective du Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, la classe au sein du pays d'Auge (en tant que région agricole)[2].

Communes limitrophes de La Chapelle-Bayvel[3]
Martainville Martainville Vannecrocq
Le Bois-Hellain La Chapelle-Bayvel[3] Épaignes
Saint-Pierre-de-Cormeilles Cormeilles, Saint-Sylvestre-de-Cormeilles

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Douet Tourtelle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune signifie  : "La chapelle offerte par la famille Bayvel" [4]et fait référence à la chapelle Saint-Martin et à Guillaume Bayvel cité en 1190-1196. Cette paroisse était nommée par les prêtres Capella Baivel en 1203.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Ancienne voie romaine.
  • Le moulin de Bayvel était un moulin banal pour les vassaux du seigneur de la Chapelle. Le château fut incendié à la Révolution par les habitants du Bois-Hellain. Le dernier seigneur du lieu fut M. de Giverville du Torpt.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ?  ? Louis Larcher    
mars 2001 en cours Jacques Duval DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 399 habitants, en augmentation de 24,69 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
625 571 553 616 559 522 484 514 508
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
505 462 480 446 406 343 309 304 300
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
262 285 248 207 206 209 195 188 202
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
183 195 211 206 189 216 315 381 399
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de la Chapelle-Bayvel ne compte pas d'édifices inscrits ou classés au titre des monuments historiques. En revanche, plusieurs édifices sont inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel :

  • Le château de la Chapelle (XVIIIe) [9] ;
  • L'église Saint-Martin (XIe et XIIe)[10] ;
  • Une croix de cimetière du XVIe siècle[11] ;
  • Une maison datant du XVIIIe siècle au lieu-dit les Papegays[12] ;
  • Une ferme du XVIIIe siècle au lieu-dit les Roussel[13].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Natura 2000[modifier | modifier le code]

  • Corbie[14].
  • Le haut-bassin de la Calonne[15].

ZNIEFF de type 1[modifier | modifier le code]

  • Le douet Baron et les prés cateaux[16].
  • Les prairies de la croix Floquet[17].
  • Les traversins[18].

ZNIEFF de type 2[modifier | modifier le code]

  • La haute vallée de la Calonne[19]
  • La basse vallée de la Risle et les vallées conséquentes de Pont-Audemer à la Seine[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Lieuvin », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 18 février 2017).
  2. « Zonages », sur Agreste (consulté le 18 février 2017).
  3. « Géoportail (IGN), couche « Communes » activée ».
  4. in René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Charles Corlet éditions, Presses Universitaires de Caen, 1993
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Château de la Chapelle », notice no IA00050115, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Église Paroissiale Saint-Martin », notice no IA00050116, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Croix de cimetière », notice no IA00050117, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Maison », notice no IA00050114, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Ferme », notice no IA00050118, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Corbie », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 novembre 2015).
  15. « Le Haut Bassin de la Calonne », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 novembre 2015).
  16. « Le douet Baron et les prés cateaux », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 novembre 2015).
  17. « Les prairies de la croix Floquet », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 novembre 2015).
  18. « Les traversins », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 novembre 2015).
  19. « La haute vallée de la Calonne », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 novembre 2015).
  20. « La basse vallée de la Risle et les vallées conséquentes de Pont-Audemer à la Seine », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 novembre 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]