La Noë-Poulain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Noë et Poulain (homonymie).

La Noë-Poulain
La Noë-Poulain
L'église Saint-Audouin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Beuzeville
Intercommunalité Lieuvin Pays d'Auge
Maire
Mandat
André Valentin
2014-2020
Code postal 27560
Code commune 27435
Démographie
Population
municipale
265 hab. (2016 en augmentation de 19,91 % par rapport à 2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 16′ 04″ nord, 0° 31′ 05″ est
Altitude Min. 95 m
Max. 166 m
Superficie 4,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
La Noë-Poulain

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
La Noë-Poulain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Noë-Poulain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Noë-Poulain

La Noë-Poulain est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La Noë-Poulain est une commune du Lieuvin, dans le Nord-Ouest du département de l'Eure.

Communes limitrophes de Martainville[1]
Saint-Siméon Saint-Siméon
Saint-Siméon Martainville[1] Saint-Étienne-l'Allier
La Poterie-Mathieu

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes de Noa en 1207, Noa en 1350, la Noé de 1668[2] à 1792.

De l'oïl noe, noue, no « prairie marécageuse, marais », d'origine gauloise[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours André Valentin DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Les 14 communes de l’ancien canton de Saint-Georges-du-Vièvre sont jumelées avec :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 265 habitants[Note 1], en augmentation de 19,91 % par rapport à 2011 (Eure : +2,5 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
333336386373397403301299298
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
311272275255244198191189183
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
161154152139138140155188152
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
145136156167159153175221265
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Ouen.

La Noë-Poulain compte plusieurs monuments inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel :

  • l'église Saint-Ouen (XIIe et XVIIIe)[8] ;
  • deux fermes : l'une du XVIIIe siècle[9], l'autre du XIXe siècle[10] ;
  • une maison du XIXe siècle au lieu-dit Cour Chanterelle[11].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • La vallée de la Risle de Brionne à Pont-Audemer, la forêt de Montfort[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  2. a et b Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 1 - Page 238.
  3. (en) « Slimbridge », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Église Paroissiale Saint-Ouen », notice no IA00051077, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Ferme », notice no IA00051078, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Ferme », notice no IA00051080, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Maison », notice no IA00051079, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « La vallée de la Risle de Brionne à Pont-Audemer, la forêt de Montfort », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 10 novembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]