Drucourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède des paronymes ; voir : Dricourt et Drocourt.
Drucourt
La mairie.
La mairie.
Blason de Drucourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Beuzeville
Intercommunalité Communauté de communes Lieuvin Pays d'Auge
Maire
Mandat
Nicolle Morineau
2014-2020
Code postal 27230
Code commune 27207
Démographie
Gentilé Drucourtois
Population
municipale
586 hab. (2014)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 07′ 00″ nord, 0° 27′ 59″ est
Altitude Min. 169 m – Max. 198 m
Superficie 11,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Drucourt

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Drucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Drucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Drucourt

Drucourt est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Drucourt est une commune de l'ouest du département de l'Eure. Elle est située dans la région naturelle du Lieuvin[1], aux portes du pays d'Auge, entre Lisieux et Bernay, à 2 km de Thiberville.

Communes limitrophes de Drucourt[2]
Thiberville Fontaine-la-Louvet Duranville
Thiberville, La Chapelle-Hareng Drucourt[2] Bournainville-Faverolles
Le Planquay Saint-Vincent-du-Boulay

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Droacourt, Droecourt vers 1144, Droscort en 1155, Drocourt en 1226[3].

Il s'agit d'une formation toponymique en -court. Plutôt que d'y voir un nom de personne germanique (ici Drudo), comme c'est le cas pour la plupart des noms de ce type, il peut s'agir de l'adjectif dru « fort », issu du gaulois *druto, ce qui explique le féminin des formes Droa- / Drue- du XIIe siècle, -court étant féminin. On retrouve d'ailleurs, dans la région, ce même adjectif dru directement associé à des appellatifs postposés : Druval, Drubec, etc[4].

Histoire[5][modifier | modifier le code]

  • La rubanerie de Drucourt

L'industrie rubanière fut durant un siècle et demi une activité essentielle du village. L'origine de celle-ci date du début du XVIIIe siècle ; on relève alors le nom de 10 rubantiers à Drucourt en 1723. Le métier de rubanier demandait un apprentissage d'environ six mois qui se faisait le plus souvent en famille : on était rubanier de père en fils. Le rubanier était généralement propriétaire de son outil de travail et celui-ci transmis de père en fils par le contrat de mariage. Ce métier était placé dans une petite pièce spéciale dite ouvreux et située au levant de la maison et dont les petites ouvertures pratiquées entre les colombages (ou des colombages ajourés dit cassis, cf. français châssis) permettaient à la lumière d'éclairer le métier. Les rubaniers étaient généralement agriculteurs et ils travaillaient sur leur métier en dehors des périodes de travaux dans les champs. Le travail sur le métier demandait une position courbée, et une certaine force; il était réservé aux hommes. Les femmes avaient un métier spécifique; celui de « fileuse » et pour cette activité, elles utilisaient un rouet et un dévidoir. Au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, la rubanerie se développe dans le Lieuvin; on dénombre 7 fabricants à Drucourt en 1881 et la plus grosse manufacture emploie 40 ouvriers. L'activité va décliner à partir de de 1860.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Drucourt.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’azur au ruban d’argent posé en fasce accompagné en chef d’un léopard et en pointe d’une croisette de malte, le tout d’or.



Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Gérard Descourtis SE Maçon
mars 2008 2014 Philippe Touflet SE Retraité
mars 2014 en cours Nicolle Morineau DVD Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 586 habitants, en diminution de -3,62 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 159 1 060 1 254 1 222 1 304 1 318 1 307 1 254 1 230
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 165 1 212 1 114 1 030 1 002 908 904 842 776
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
788 801 697 608 618 557 529 499 516
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
482 461 469 512 554 614 598 608 586
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Drucourt compte deux édifices inscrits au titre des monuments historiques :

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF de type 1[modifier | modifier le code]

  • Le bois, les prairies et l'étang du bois Guillaume[12].
  • Les prairies du Maurey[13].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie quotidienne à Drucourt[modifier | modifier le code]

Le trimestriel l'Esprit de clocher relate les nouvelles de la commune. Le camping des Etangs du Bois-Guillaume est un lieu d'hébergement où sont organisés des tournois de pêche.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Lieuvin », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 17 décembre 2016).
  2. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  3. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 101
  4. François de Beaurepaire, op. cit.
  5. Source : Mme Th MESNIL
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Église », notice no PA00099392, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Ancien château du Bosc-Henry », notice no PA00099391, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Le bois, les prairies et l'étang du bois Guillaume », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 11 novembre 2015).
  13. « Les prairies du Maurey », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 11 novembre 2015).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :