Cormeilles (Eure)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cormeilles.

Cormeilles
Cormeilles (Eure)
Vue d'ensemble du village.
Blason de Cormeilles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Beuzeville
Intercommunalité Communauté de communes Lieuvin Pays d'Auge
Maire
Mandat
Pascal Cauche
2014-2020
Code postal 27260
Code commune 27170
Démographie
Gentilé Cormeillais
Population
municipale
1 158 hab. (2016 en diminution de 0,17 % par rapport à 2011)
Densité 380 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 14′ 55″ nord, 0° 22′ 43″ est
Altitude Min. 59 m
Max. 151 m
Superficie 3,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Cormeilles

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Cormeilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cormeilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cormeilles
Liens
Site web cormeillesenpaysdauge.com

Cormeilles est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Ses habitants sont appelés les Cormeillais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cormeilles est une commune située dans l'Ouest du département de l'Eure et limitrophe de celui du Calvados. Selon l'atlas des paysages de Haute-Normandie, elle appartient à l'unité paysagère de la vallée de la Calonne[1]. Toutefois, l'Agreste, le service de la statistique et de la prospective du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, la classe au sein du pays d'Auge (en tant que région agricole)[2]. Elle est à 68 km au nord-ouest d'Évreux, à 19 km au nord-est de Lisieux, à 17 km au sud-est de Pont-l'Évêque et à 17 km au sud-ouest de Pont-Audemer.

Communes limitrophes de Cormeilles[3]
Saint-Pierre-de-Cormeilles
Saint-Pierre-de-Cormeilles Cormeilles[3] Saint-Sylvestre-de-Cormeilles
Saint-Pierre-de-Cormeilles

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Cormeilles est traversée par la Calonne[4], rivière qui se jette dans la Touques (de ce fait, la région de Cormeilles est la seule, dans le département, qui ne fait pas partie du bassin versant de la Seine). Elle est également traversée par le douet Tourtelle[5].

Normandie Eure Cormeilles tango7174.jpg

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Curmiliaca à l'époque gallo romaine, Cormelioe[réf. nécessaire], Cormelias en 1105[6].

Le toponyme Cormeilles est issu de l'ancien français cormeille « cormier », pluriel de l'oïl cormeille « sorte de fruit », qui a dû signifier « sorbier, ensemble de sorbiers » et qui est un dérivé de l'oïl corme, d'origine gauloise[7] : du latin populaire corma, du gaulois curmi « cervoise » (cf. irlandais coirm, gallois cwrwf, breton korev), en raison de l'ancien cidre de cormes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bourg compris dans le domaine ducal normand et donné au XIIe siècle à Raoul, comte d'Ivry et de Bayeux. Guillaume Fitz Osbern y fonda au milieu du XIe siècle l'abbaye Notre-Dame qui se trouve actuellement sur le territoire de Saint-Pierre-de-Cormeilles. Celle-ci complètement détruite a sa réplique dans une petite ville anglaise, Shirehampton.

"Les Cormeilles" : ce qui impliquait l'existence de plusieurs localités réunies en une seule et formant un bourg. Plusieurs paroisses le constituaient : Saint-Pierre, Saint-Sylvestre et Sainte-Croix que la Révolution française a scindé en trois communes bien distinctes : Saint-Pierre-de-Cormeilles, Saint-Sylvestre-de-Cormeilles et Cormeilles. Cormeilles était très réputée pour le travail du lin et au XVIIIe siècle, pour le commerce important de peaux. En effet, le village a compté jusqu'à trente tanneries et six mégisseries[8]. C'était alors le deuxième centre commercial après Pont-Audemer pour le travail des peaux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1971 Raymond Legendre    
avant 1987 avant mars 1989 François Thiron    
mars 1989 mars 1995 Marcel Passavant    
mars 1995 mars 2001 M. Drumare    
mars 2001 mars 2008 Max Bertauld    
mars 2008 En cours Pascal Cauche DVD Administrateur de sociétés
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Plaque de rue, témoin du jumelage.

La ville est jumelée avec :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 156 habitants, en diminution de -2,45 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2141 1611 1411 3011 3311 3911 3731 4671 450
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4471 4261 3851 3201 2681 2471 2161 2401 214
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2081 2631 1591 1761 1601 0329911 0811 135
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 0771 1431 1401 1291 0691 1911 2011 2031 146
2016 - - - - - - - -
1 158--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Maisons à colombages sur la place du Général-de-Gaulle.

Bien que ce village soit méconnu du grand public, son charme attire quelques touristes français et étrangers. Des visites guidées du village sont proposées par l’office du tourisme et des balades en charettes tirées par des chevaux sont aussi proposées.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cormeilles compte de nombreux monuments inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel :

Maisons à colombages.
Théâtre de Cormeilles.
Bibliothèque de Cormeilles
  • L'église Sainte-Croix (XIIe et XIXe)[15]. Cette église, située au cœur du quartier du Mont-Mirel, présente la particularité unique en Normandie d'avoir le sol en pente (environ 9 %), mettant ainsi l'autel majeur au niveau des orgues[16] ; l’orgue[17] de 1841 de Georges Luce a été reconstruit en 1903 par C. Mutin[18], et relevé en 1983 par Philippe Hartmann ; les vitraux, détruits en 1944, ont été remplacés par de nouveaux, exécutés par Guays-Merigot, maîtres verriers à Paris, en 1949 ;
  • L'abbaye Notre-Dame de Cormeilles ;
  • La mairie (XIXe)[19]. Elle se distingue par une façade avant en pierre tandis que celle de l'arrière est en brique[8] ;
  • Le marché (XIXe)[20] ;
  • La distillerie Busnel (XXe)[21]. Fondée en 1820 par Ernest Busnel, cette distillerie est à l'origine implantée à Pont-l'Évêque. C'est en 1910, sous l'impulsion d'Henri Leblanc, qu'elle s'installe à Cormeilles. Propriété du groupe La Martiniquaise, la distillerie produit environ 1 350 000 bouteilles chaque année. À côté du site de production, un musée dévoile l'ensemble du processus de fabrication du calvados[8] ;
  • Le presbytère (XVIIIe)[22] ;
  • Le monument aux morts (XXe)[23]. Il a été construit vers 1920 sur l'actuelle place Général-de- Gaulle ;
  • Le théâtre (XIXe)[24]. Il a toujours servi pour des représentations théâtrales mais sert aussi de cinéma depuis les années 50/60 ;
  • Un hôtel du XVIIIe siècle[25];
  • De nombreuses maisons à colombages[26] datant des XVe, XVIIe et XVIIIe siècle[27],[28],[29],[30],[31],[32],[33],[34]

Autres lieux et édifices :

  • Le Bonhomme Cormeilles est une sculpture de bois du XVIe siècle représentant la tête d'un homme fumant sa pipe.
  • L'ancien relais de poste datant du XVIe siècle. Il présente un balcon à l'italienne ainsi que des sculptures de chevaux[8] ou de loups rageurs.
  • Patrimoine hydraulique : un séchoir du XVe siècle équipé d'un système à claire-voie ; plusieurs lavoirs tels que le lavoir du centre-ville ou celui du Frédet[8].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Natura 2000[modifier | modifier le code]

  • Le haut bassin de la Calonne[35].

ZNIEFF de type 1[modifier | modifier le code]

  • Les monts du bourg, le tour du pays d'Auge[36]. Il s'agit d'abord d'un alignement d'arbres traités en têtard qui accueille une avifaune cavernicole menacée dans la région (Chouette chevêche, Rougequeue à front blanc, Chiroptères, etc.). Ensuite, le talus sur lequel sont plantés ces arbres abrite des fougères telles que la très rare Capillaire noire et une autre peu commune, le Polystic à soie ;
  • La colonie de grand murin de Cormeilles[37]. Il s'agit de combles d'habitation d'un particulier abritant des grands murins, une espèce de chauve-souris.

ZNIEFF de type 2[modifier | modifier le code]

  • La haute vallée de la Calonne[38].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Cormeilles

Ces armes peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui :

de gueules au cerf d'or

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La vallée de la Calonne », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 2 mai 2018).
  2. « Zonages », sur Agreste (consulté le 2 mai 2018).
  3. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Calonne (I03-0400) ».
  5. SANDRE, « Fiche ruisseau le douet tourtelle (I0379000) » (consulté le 12 juin 2017)
  6. François de Beaurepaire - 1981 -Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure - Page 94.
  7. Ernest Nègre - 1990 - Toponymie générale de la France - Page 281 - (ISBN 2600028838)
  8. a b c d et e Virginie Michelland, « Cormeilles et Saint-Pierre-de-Cormeilles : deux étapes charmantes en Pays d'Auge », Patrimoine normand, vol. 105,‎ (lire en ligne).
  9. Le jumelage, conclu avec Arnoldsweiler, se poursuit avec Düren, ville à laquelle Arnoldsweiler a été incorporée en 1972.
  10. http://www.lieuvinpaysdauge.fr/connaitre-la-collectivite/les-communes/cormeilles/
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  15. « Église Paroissiale Sainte-Croix », notice no IA00050066, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. Office de tourisme de Cormeilles
  17. http://www.orgues-normandie.com/orgue_normand/PDF/Orgue_Normand_19_3346.pdf
  18. http://orgues-normandie.com/index.php?principal=fiche_orgue.php&id=195
  19. « Mairie », notice no IA00050067, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Marché », notice no IA00050070, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Distillerie », notice no IA00050071, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Presbytère », notice no IA00050072, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Monument aux morts », notice no IA00050069, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Théâtre », notice no IA00050068, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « Hôtel », notice no IA00050073, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. Page spécifique du site de l'office de tourisme.
  27. « Maison », notice no IA00050074, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. « Maison », notice no IA00050075, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. « Maison », notice no IA00050077, base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « Maison », notice no IA00050076, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Maison », notice no IA00050078, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « Maison », notice no IA00050079, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. « Maison », notice no IA00050080, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  34. « Maison », notice no IA00050081, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. « Le haut bassin de la Calonne », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 25 octobre 2015).
  36. « Les monts du bourg, le tour du pays d'Auge », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 24 octobre 2015).
  37. « La colonie de grand murin de Cormeilles », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 24 octobre 2015).
  38. « La haute vallée de la Calonne », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 24 octobre 2015).
  39. Jean-Didier Wagneur et Françoise Cestor, Les Bohèmes, 1840-1870, éditions Champ Vallon, 2012 (ISBN 9782876736337).
  40. « tableau : le Christ au Jardin des oliviers », notice no IM27016118, base Palissy, ministère français de la Culture, visible dans l'église de Saint-Just (Eure).