Saint-Georges-du-Vièvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Georges, Saint Georges (homonymie) et Georges.

Saint-Georges-du-Vièvre
Saint-Georges-du-Vièvre
La mairie.
Blason de Saint-Georges-du-Vièvre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Beuzeville
Intercommunalité Lieuvin Pays d'Auge
Maire
Mandat
Étienne Leroux
2014-2020
Code postal 27450
Code commune 27542
Démographie
Gentilé Saint Georgeais
Population
municipale
879 hab. (2016 en augmentation de 16,58 % par rapport à 2011)
Densité 86 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 14′ 40″ nord, 0° 35′ 08″ est
Altitude Min. 94 m
Max. 188 m
Superficie 10,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Saint-Georges-du-Vièvre

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Saint-Georges-du-Vièvre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-du-Vièvre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-du-Vièvre
Liens
Site web mairie-st-georges-du-vievre.com

Saint-Georges-du-Vièvre est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Georges-du-Vièvre est une commune du Nord-Ouest du département de l'Eure. Elle se situe dans la région naturelle du Lieuvin[1], entre Bernay et Pont-Audemer. À vol d'oiseau, le bourg est à 13,5 km au sud de Pont-Audemer[2], à 17 km au nord de Bernay[3], à 28,5 km au nord-est de Lisieux[4] et à 48 km au nord-ouest d'Évreux[5].

Communes limitrophes de Saint-Georges-du-Vièvre[6]
Saint-Étienne-l'Allier Saint-Étienne-l'Allier, Saint-Pierre-des-Ifs Saint-Pierre-des-Ifs
Saint-Étienne-l'Allier
La Poterie-Mathieu
Lieurey
Saint-Georges-du-Vièvre[6] Saint-Grégoire-du-Vièvre
Saint-Jean-de-la-Léqueraye,
Saint-Victor-d'Épine
Saint-Benoît-des-Ombres

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sancti Georgii en 1055, Sanctus Georgius de Wevra en 1164[7].

« Ce nom se rapporte à l'ancienne forêt du Vièvre dont le nom est évoqué par la terra Guevre citée en 1066 et par la mention foresta Guevra à la fin du XIe siècle, évoquée à propos de Saint-Benoît-des-Ombres. Ce nom du Vièvre s'apparente à celui du pays de la Woëvre dans la Meuse (in Webrense 634), l'un et l'autre contenant la racine prélatine wbr, déjà rencontrée dans Saint-Etienne-du-Vauvray. »[8]

Saint-Georges de Vièvre est située au-dessus de l'isoglosse marquant la limite du W- initial au nord et le Gu- au sud (d'où en français). Les formes Guevra, Guevre des mentions médiévales sont francisées à l'initiale, alors que Vièvre résulte de l'évolution de Webre en normand septentrional, [w] étant passé à [v] au XIIe siècle selon René Lepelley.

Saint-Georges se rapporte à Georges de Lydda, saint légendaire qui aurait terrassé le dragon qui terrorisait une ville (Beyrouth selon la légende). Le blason de Saint-Georges-du-Vièvre reprend cet épisode en représentant saint Georges à cheval terrassant le dragon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Étienne Leroux UDI Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Les 14 communes de l’ancien canton de Saint-Georges-du-Vièvre sont jumelées avec :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2016, la commune comptait 879 habitants[Note 1], en augmentation de 16,58 % par rapport à 2011 (Eure : +2,5 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7397317688158208261 1251 0091 112
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1071 1621 088960928868832796749
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
764755760675624616593671648
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
693706658556573640674754879
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Saint-Georges-du-Vièvre compte un édifice inscrit et classé au titre des monuments historiques :

Par ailleurs, de nombreux autres édifices sont inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel :

  • l'église Saint-Georges (XIIe, XIIIe, XVIe, XVIIIe et XIXe)[15] ;
  • une croix de cimetière des XVIe et XIXe siècles[16] ;
  • la mairie (1857)[17] ;
  • une ferme du XVIIIe siècle au lieu-dit la Harourie[18] ;
  • un manoir des XVIe et XVIIe siècles au lieu-dit la Graffonnière[19] ;
  • plusieurs maisons traditionnelles et typiques normandes (à pans de bois, en briques, à façades essentées) du XVIIIe siècle et XIXe siècle[20],[21],[22],[23],[24].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF de type 2[modifier | modifier le code]

Sites classés[modifier | modifier le code]

Site inscrit[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Georges-du-Vièvre Blason D'azur à saint Georges de carnation en cotte de fer, surcot et cape de gueules, chevauchant un destrier cabré d'argent et terrassant d'une croix latine à longue hampe ferrée de sable une vive du même dressée, le tout contourné, posé sur une motte d'or mouvant de la pointe et brochant à la fois sur le champ et un marécage de sinople.
Détails
Création M. Rabillon. Adopté le 3 décembre 1993.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.atlaspaysages.hautenormandie.fr/CONNAITRE-LES-PAYSAGES-HAUTS-NORMANDS/Les-pays-de-l-ouest-de-l-Eure/Le-Lieuvin (consulté le 30 décembre 2016).
  2. « Distance à vol d'oiseau entre Saint-Georges-du-Vièvre et Pont-audemer », sur www.lion1906.com (consulté le 25 octobre 2017).
  3. « Distance à vol d'oiseau entre Saint-Georges-du-Vièvre et Bernay », sur www.lion1906.com (consulté le 25 octobre 2017).
  4. « Distance à vol d'oiseau entre Saint-Georges-du-Vièvre et Lisieux », sur www.lion1906.com (consulté le 25 octobre 2017).
  5. « Distance à vol d'oiseau entre Saint-Georges-du-Vièvre et Évreux », sur www.lion1906.com (consulté le 25 octobre 2017).
  6. « Géoportail (IGN), couche « Communes » activée ».
  7. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 176
  8. ibidem.
  9. (en) « Slimbridge », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. « Domaine de Launay », notice no PA00099552, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Église Paroissiale Saint-Georges », notice no IA00051127, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Croix de cimetière », notice no IA00051128, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Mairie », notice no IA00051100, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Ferme », notice no IA00051108, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Manoir », notice no IA00051107, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Maison », notice no IA00051102, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Maison », notice no IA00051103, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Maison », notice no IA00051104, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Maison », notice no IA00051105, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Maison », notice no IA00051106, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « La vallée de la Risle de Brionne à Pont-Audemer, la forêt de Montfort », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 1er juillet 2015).
  26. « Les jardins et le parc du château de Launay à Saint-Benoît-des-Ombres, Saint-Georges-du-Vièvre, Saint-Grégoire-du-Vièvre », sur Carmen - L'application cartographique au service des données environnementales (consulté le 29 janvier 2016).
  27. « Le château de Launay à Saint-Georges-du-Vièvre, Saint-Grégoire-du-Vièvre », sur Carmen - L'application cartographique au service des données environnementales (consulté le 31 janvier 2016).