Réserve naturelle régionale de la tourbière de la Grande Pile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Réserve naturelle régionale de la tourbière de la Grande Pile
Image dans Infobox.
Vue aérienne de la tourbière.
Géographie
Pays
Région
Département
Coordonnées
Ville proche
Superficie
59,27 ha[1]
Administration
Type
Catégorie UICN
IV
WDPA
Création
Localisation sur la carte de la Haute-Saône
voir sur la carte de la Haute-Saône
Green pog.svg
Localisation sur la carte de Bourgogne-Franche-Comté
voir sur la carte de Bourgogne-Franche-Comté
Green pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Green pog.svg

La réserve naturelle régionale de la tourbière de la Grande Pile (RNR313) est une réserve naturelle régionale située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté. Classée en 2016, elle occupe une surface de 59,27 hectares.

La tourbière de la Grande Pile est une référence pour l'histoire climatique de l'Europe occidentale. Celle-ci fournissant un enregistrement des fluctuations climatiques sur les derniers 135 000 ans. Elle possède également une riche diversité de milieux humides où toutes les phases évolutives d'une tourbière sont représentés. Enfin, elle abrite des espèces rares et menacées.

Localisation[modifier | modifier le code]

Périmètre de la réserve naturelle.

Le territoire de la réserve naturelle est situé sur la commune de Saint-Germain qui fait partie de la région des Mille étangs, au pied des Vosges saônoises, dans l'Est du département de la Haute-Saône en région de Bourgogne-Franche-Comté[2]. Il se compose de 3 entités séparées : le site de la tourbière de la Grande Pile en forme de croissant, une partie du bois de Question au nord-est et l'extrémité nord de l'étang du Grand Saint-Maurice au sud-est. L'altitude générale est voisine de 330 mètres[3].

Histoire du site et de la réserve[modifier | modifier le code]

En 1866, la tourbière de la Grande Pile et la tourbière des Monts Reveaux sont exploitées pour leurs riches gisements de tourbe[4].

La tourbière de la Grande Pile possède le plus important stratotype du Pléistocène (env. −2,58 Ma à 11 700 ans avant le présent) de toute l'Europe septentrionale, elle a en effet enregistré 135 000 ans de fluctuations climatiques. Cette situation fait de la tourbière une référence internationale pour l'étude des paléoclimats et de la végétation du Quaternaire[2].

Les démarches pour préserver cette tourbière démarrent en 2009 avec la commune de Saint-Germain et le Conservatoire d'espaces naturels de Franche-Comté. Elle est d'abord reconnue comme zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) par l'inventaire national du patrimoine naturel (INPN), puis le site est classé réserve naturelle régionale le [2],[5].

Écologie (biodiversité, intérêt écopaysager…)[modifier | modifier le code]

En plus de l'intérêt suscité par son ancienneté, la tourbière de la Grande Pile possède également un intérêt par la diversité de ses milieux humides bien que la majeure partie soit occupée par la forêt. Toutes les phases évolutives d'une tourbière sont ainsi réunies en un même lieu : bas marais acide, précédant la formation de la tourbière bombée à sphaignes, puis évolution lente vers la tourbière boisée représentée par une boulaie sur tourbe. Cette diversité des milieux est complétée par des roselières et une aulnaie marécageuse, sur les sols engorgés par l'eau sur de longue périodes. Ces derniers, lorsqu'ils sont entièrement ressuyés, permettent le développement d’une chênaie-hêtraie acidiphile[2].

Flore[modifier | modifier le code]

La tourbière abrite un grand nombre d’espèces végétales d'intérêt patrimonial fort, en particulier des espèces rencontrées habituellement en plus haute altitude : Andromeda polifolia, la scheuchzérie des marais, le lycopode des tourbières, l’utriculaire jaune pâle, les Droséras à feuilles rondes et intermédiaire bénéficient d’une protection à l'échelle nationale, alors que l'utriculaire intermédiaire est protégée en Franche-Comté. La canneberge et la laîche à épis velus sont considérées comme menacées[2].

Faune[modifier | modifier le code]

La Grande Pile est l'un des sites les plus riches en libellules de tout le département avec dix espèces considérées comme prioritaires au niveau régional. Au total, plus d'une cinquantaine d'espèces d'insectes ont été recensées sur la tourbière. La présence d'un papillon (Melitaea aurelia) est jugée surprenante par l'INPN. D'autres espèces remarquables ont également été observées : leucorrhines à gros thorax (protection nationale) et douteuse, agrion délicat, lestes dryade et verdoyant ou encore cordulie arctique. Le secteur abrite également le lézard vivipare et la grenouille rousse, inscrites sur la liste rouge des espèces menacées[2].

Intérêt touristique et pédagogique[modifier | modifier le code]

La tourbière de la Grande Pile (la plus connue du département) a fourni un enregistrement des fluctuations climatiques sur les derniers 135 000 ans et sert de référence pour l'Europe occidentale[6]. Elle possède également un grand intérêt par la riche diversité de milieux humides avec toutes les phases évolutives d'une tourbière sont représentés et elle abrite des espèces rares et menacées.

Un sentier aménagé avec des panneaux d'interprétation permet de parcourir le site.

Administration, plan de gestion, règlement[modifier | modifier le code]

Outils et statut juridique[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle a été créée par une délibération du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté du .

Le territoire de la réserve est inclus dans la zone Natura 2000 du plateau des mille étangs et dans le périmètre du parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Tourbière de la Grande Pile », sur Réserves naturelles de France (consulté le )
  2. a b c d e et f INPN, « Tourbière de la Grande Pile », sur inpn.mnhn.fr (consulté le ).
  3. « Carte IGN de la réserve naturelle régionale de la tourbière de la Grande Pile » sur Géoportail.
  4. L. Suchaux, La Haute-Saône : dictionnaire historique, topographique et statistique des communes du département, (lire en ligne), p. 296.
  5. Isabelle Brunnarius, « La Tourbière de la Grande Pile, une réserve naturelle régionale à découvrir », sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté, (consulté le ).
  6. « Tourbière de la Grande Pile - 70200 Saint-Germain », sur besac.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]