Rue d'Anjou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rue d’Anjou)
Aller à : navigation, rechercher
8e arrt
Rue d’Anjou
La rue d'Anjou vue du boulevard Haussmann.
La rue d'Anjou vue du boulevard Haussmann.
Situation
Arrondissement 8e
Quartier Madeleine
Début rue du Faubourg-Saint-Honoré
Fin rue de la Pépinière
Morphologie
Longueur 680 m
Largeur 10 m
Historique
Création XVIe siècle
Dénomination 1881
Ancien nom Rue des Morfondus ; rue d'Anjou-Saint-Honoré
Géocodification
Ville de Paris 0333
DGI 0351

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue d’Anjou
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue d’Anjou est une voie du 8e arrondissement de Paris. Elle commence rue du Faubourg-Saint-Honoré et se termine rue de la Pépinière.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque de la rue d'Anjou à Paris.

L'existence de la voie est attestée dès le XVIe siècle. Elle s'appela d'abord rue des Morfondus qu'elle portait encore en 1638, lorsque le jeune marié, Louis d'Ailleboust de Coulonge, futur gouverneur de la Nouvelle-France vint emménager dans un immeuble de cette rue en compagnie de sa femme Barbe de Boullongne[1].

Elle prit plus tard, la dénomination de rue d’Anjou en l'honneur du duc d'Anjou, devenu roi de France en 1574 sous le nom d'Henri III.

Elle faisait partie du bourg dénommé dès le XIIe siècle Clos de la Ville l'Évêque parce que l'évêque de Paris y possédait une maison de campagne. Ce fut longtemps un quartier champêtre, de fermes, de petites maisons et de jardins. La rue fut pavée en 1649 entre le faubourg Saint-Honoré et la rue de la Ville-l'Évêque et, avec l'aménagement des Champs-Élysées à partir de 1670, des hôtels de financiers ou de grands seigneurs commencèrent d'y être élevés.

Un arrêt du Conseil du 4 décembre 1720 ordonna le prolongement de la rue jusqu'au canal du grand égout. Un arrêt du 22 juillet 1721 confirma le précédent en précisant que la nouvelle section aurait une largeur de quatre toises. La prolongation de la rue d'Anjou jusqu'à la rue Neuve-des-Mathurins (actuellement rue des Mathurins) fut effective peu après.

Le commencement du Faubourg Saint-Honoré et la rue d'Anjou furent rattachés à la Ville de Paris par un arrêt du Conseil du roi du 30 janvier 1722, bien qu'ils fussent alors situés à l'extérieur de l'enceinte de la capitale qui se trouvait à la porte Saint-Honoré près de l'église de l'Assomption.

À cette époque, sur le côté est de la rue d'Anjou, n'existaient encore que deux petites maisons, l'une à l'angle de la rue du Faubourg-Saint-Honoré et l'autre à l'angle de la rue de Surène. Les terrains situés le long de la rue dépendaient de la censive de l'archevêché de Paris et appartenaient à une dame Bergerat, épouse non commune en biens d'un sieur Doye. Par acte passé devant Me Regnard, notaire à Paris le 12 septembre 1715, celle-ci en fit donation à la dame Bodemegarre ainsi qu'au gendre et à la fille de celle-ci, Guillaume Choard, marquis de Buzenval, et dame Anne-Françoise Thuillier, son épouse. Le 29 novembre 1719[2], ceux-ci, restés seuls possesseurs après la mort de la dame Bodemegarre, vendirent la propriété à Charles de Salabéry, président à la Chambre des comptes, et à son épouse née Anne-Françoise de Barbon de Baloup. Ceux-ci les revendirent le 27 décembre 1725[3] au profit d'Antoine Mazin (1679-1740), ingénieur du roi Louis XV, garde des plans des maisons royales et des fortifications de France, et de son épouse, née Claire-Rose Tartonne.

  • no 10. 12. 14

Mazin divisa les terrains en quatre lots et fit construire sur chacun un bâtiment d'habitation. Les six immeubles qui se trouvaient ainsi sur le côté droit de la rue d'Anjou entre le Faubourg Saint-Honoré et la rue de Surène furent donc numérotés de 1 à 6 au terrier de l'archevêché. À la mort de Mazin en 1740, les immeubles numérotés 2 à 5 formèrent une indivision entre sa veuve et ses trois enfants. Ceux-ci vendirent le plus important, le no 5, correspondant aux actuels nos 10, 12 et 14, le 22 mai 1750[4] au profit de Pierre Oursin, seigneur d'Ygoville. L'immeuble no 4, correspondant à l'actuel no 8, fut vendu le 12 février 1751[5] à Marie-Anne Mercier, veuve de Maurice Marquet (V. Famille Marquet). Le lendemain[6], cette dame faisait également l'acquisition du lot no 3, qui tenait par derrière à une ruelle dite des Cordiers et qui avait été vendu auparavant par les consorts Mazin au marquis François-Camille de Polignac (1718-1802) et à sa femme, née Marie-Louise de La Garde (1721-1779).

  • no 8

La veuve Marquet réunit les propriétés nos 3 et 4. À sa mort en 1763, elles passèrent par héritage[7] à l'un de ses fils, Jacques Marquet de Bourgade, qui avait son hôtel no 8 place Vendôme. Le 26 janvier 1769, celui-ci fit également l'acquisition auprès des consorts Mazin, qui en étaient restés propriétaires, du lot no 2[8]. Les trois lots ainsi réunis constituèrent un seul immeuble de 317 toises 15 pieds de superficie correspondant à l'actuel no 8.

  • no 4

Cette propriété tenait au sud au lot no 1 appartenant à Charles Millet (actuel no 4). L'angle de la rue du Faubourg-Saint-Honoré, qui portait le no 24 de cette voie, était occupé par la maison du sieur Trézel, épicier. L'angle de la rue de Surène était une petite maison appartenant au sieur Riffe. La réunion par Marquet de Bourgade des lots nos 2, 3 et 4 entraîna une nouvelle numérotation du côté droit de la rue de 1 à 4 à la censive de l'archevêché[9], le no 1 correspondant à la propriété Millet, le no 2 à la propriété Marquet de Bourgade, le no 3 à la propriété Oursin d'Ygoville et le no 4 à la maison Riffe.

En 1778, sur la demande de plusieurs propriétaires, le roi ordonna la prolongation de la rue d'Anjou-Saint-Honoré jusqu'à la rue de la Roche (aujourd'hui rue du Rocher). Il fut décidé que la nouvelle section, d'une largeur de trente pieds, recevrait le nom de rue Quatremère, en l'honneur de François Bernard Quatremère de l'Épine, échevin de Paris en 1772. La prolongation ne fut toutefois effectuée que jusqu'à la rue de la Pépinière. Cette section prit également le nom de rue d'Anjou-Saint-Honoré en 1796[10].

  • no 11

Juste avant la Révolution française, la rue d'Anjou se vit appliquer le système de numérotation en vigueur qui commençait sur le côté gauche puis revenait en sens inverse sur le côté droit, le premier et le dernier numéro se faisant vis-à-vis. L'hôtel de Contades, sur le côté gauche, occupait ainsi le no 7 (actuel no 11) tandis que l'immeuble situé à l'angle de la rue de Surène sur le côté droit portait le no 130 (ancien no 4 de la censive).

Une décision ministérielle du 29 prairial an V (18 juin 1797) fixa la largeur minimale de la rue d'Anjou à 8 mètres entre la rue du Faubourg-Saint-Honoré et la rue de la Ville-l'Évêque et 8,44 mètres entre la rue de la Ville-l'Évêque et la rue de la Pépinière. Une ordonnance royale du 23 septembre 1825 prescrivit une largeur uniforme de 10 mètres.

  • no 35

Le marquis de La Fayette (1757-1834) habita no 35 rue d'Anjou sous la Restauration entre 1818 et 1824, à proximité de son fils Georges qui demeurait au no 38 chez son beau-père, Destutt de Tracy. Réélu député en 1827, il loua un appartement au no 6 (actuel no 8) où il habita jusqu'à sa mort.

Le sculpteur Étienne Maurice Falconet (1716-1791) fut propriétaire dans la rue[11].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • no 4 (no 4 en 1804, no 133 en 1787, no 1 de la censive) : au XVIIIe siècle, cette propriété avait appartenu à Augustin Blondel de Gagny, qui l'avait vendue le 12 août 1758[12] à dame Anne-Claude Le Tessier, veuve de François Millet, épouse en secondes noces, non commune en biens, d'Henry-Louis Eshallard, marquis de La Marck. Charles Millet, receveur général des finances à Moulins, en avait hérité de sa mère en 1769[13]. Cette propriété tenait par l'arrière à la cour des Coches (V. cité du Retiro). Avant la Révolution française, l'hôtel était loué au fermier général Pierre Paul, baron de Kolly (1751-1793). Le Guide des voyageurs de Paris de Thierry indique en 1787 : « La rue d'Anjou vous offrira à droite, au no 133, dans la maison occupée par M. Kolly, fermier général, un objet de perspective représentant un arc de triomphe, au travers duquel on aperçoit un paysage orné de fabriques d'architecture. Ce morceau est fort bien peint. »[14] En 1827, on trouvait dans cet hôtel la légation de Lucques, le duc de San Carlos, ministre plénipotentiaire, et le comte René de La Tour du Pin-Chambly, propriétaire[15]. La comtesse de Boigne (1781-1866) s'y établit en 1830[16] et y demeura jusqu'à sa mort le 10 mai 1866. Sous le Second Empire, on y trouvait outre le propriétaire le comte de La Tour du Pin-Chambly, le vicomte de Nétumières, le comte et le vicomte de Poret, le marquis de Chauvelin, le comte Marquet de Montbreton. À partir de 1865, Léopold Javal (1804-1872), député de l'Yonne, son fils Émile Javal (1839-1907), médecin ophtalmologiste, Adolphe Barrot (1801-1870), sénateur.
Attribué à Matthew Harris Jouett, d'après Ary Scheffer, Portrait du marquis de La Fayette (1825), Londres, National Portrait Gallery.
  • no 8 (no 6 en 1804, no 132 en 1787, no 2 de la censive) : hôtel Marquet de Bourgade. Hôtel construit en 1726-1729 par Antoine Mazin (1679-1740), ingénieur du roi Louis XV, garde des plans des maisons royales et des fortifications de France, il fut vendu en 1751 à la veuve Marquet. Il passe en 1763 à son fils, Jacques Marquet de Bourgade (1718-1784), directeur général des vivres, qui agrandit la propriété. Sur la fin de sa vie, celui-ci va s'installer chez un neveu[17] et loue l'hôtel pour 14 000 livres par an au comte d'Artois qui en utilise une partie pour y installer provisoirement ses écuries[18] avant que celles-ci n'intègrent le nouveau bâtiment qu'il fait construire à cet effet.
    À la mort de Marquet de Bourgade en 1784, ses biens sont recueillis par son frère, Daniel Marquet de Montbreton et les trois enfants survivants de Louis Marquet de Mont-Saint-Peyre[19]. Ceux-ci restent dans l'indivision jusqu'au 17 novembre 1788, date à laquelle un partage, rendu définitif par acte du 10 mai 1789, attribue l'immeuble de la rue d'Anjou à Daniel Marquet de Montbreton (1724-1798), receveur général des finances à Rouen[20].
    À sa mort, l'hôtel passe à ses quatre fils survivants dont trois habitent l'hôtel : David, baron de Villemoyenne ; Auguste (1766-1819) et Jacques, baron de Norvins (1769-1854). Ils restent dans l'indivision jusqu'au 10 juin 1829[21] date après laquelle Louis Marquet, comte de Montbreton, reste seul propriétaire de l'hôtel moyennant le prix de 300 000 francs. L'immeuble avait fait l'objet de divers aménagements[22] afin d'y créer des appartements pour louer.
    En 1827, on comptait ainsi parmi les locataires, outre Marquet de Norvins et Marquet de Villemoyenne, la comtesse d'Aguesseau, veuve d'Henri Cardin Jean-Baptiste d'Aguesseau, le baron Bardin, maréchal de camp, le général-comte Belliard, le marquis de Pierrecourt, M. Matteucci, ministre-résident de Toscane, et M. Pistoi, ambassadeur de Toscane[15]. Dans le courant de l'année 1827, le marquis de La Fayette, qui venait de retrouver un siège à la Chambre des députés et avait donc besoin d'un logement à Paris pendant la durée des sessions, loua l'appartement situé au premier étage de l'aile de gauche sur la cour. Lorsqu'il était à Paris, ce qui était le cas en hiver et pendant les sessions des chambres[23], La Fayette recevait tous les mardis soirs rue d'Anjou une foule bigarrée, comprenant de nombreux Américains de passage[24].
    Le romancier américain Fenimore Cooper, qui lui rendit visite rue d'Anjou, a donné quelques détails sur son installation dans une lettre de février 1832[25]. C'est dans cet appartement que La Fayette mourut le 20 mai 1834 à 4 h 30 du matin.
    Après la mort de Louis Marquet de Montbreton en 1834, ses enfants vendirent l'immeuble[26] à Alexandre-Nicolas de Lopès. Celui-ci le revendit en 1846 pour la somme de 600 000 francs[27] à Athénaïs-Zoé Place, née Lafond, qui demeurait dans la maison.
    Celle-ci mourut moins de trois mois plus tard, le 5 juillet 1846. Ses héritiers cédèrent l'immeuble à Joseph Place[28] qui le revendit en 1853 pour 517 700 francs[29] à Sébastien-Marie Archdeacon, agent de change, qui se réserva l'ancien appartement de La Fayette jusqu'à sa mort en 1871.
    L'immeuble portait alors les nos 6 et 8 : no 6 pour le bâtiment à droite de la porte cochère et no 8 pour le bâtiment en aile gauche mais, peu de temps après, seul le no 8 était conservé pour l'ensemble de la propriété. Les principaux locataires étaient alors le vicomte de Monteaux, la comtesse polonaise Maria Kalergis, Me Bénard, ancien avocat à la Cour de cassation et le célèbre physiologiste François Magendie qui y mourut le 7 octobre 1855 dans l'appartement situé au premier étage du bâtiment à droite.
    Sous le Second Empire, on signale encore à cette adresse le baron Lecouteux, le baron de Portal, conseiller d'État honoraire, les frères Ernest et Edmond Santerre, anciens agents de change, la comtesse Malergy, le colonel Balbastroux, le vicomte de Ludres, la baronne Oberkampf. Une note du contrôleur des contributions directes décrit à cette époque l'immeuble comme suit : « Cette maison qui a treize croisées de face, en formait deux autrefois. Le corps de logis principal est sur la rue, s'étendant en aile gauche et en retour au fond d'une assez belle cour […] Les quatre principaux appartements sont vastes et beaux, notamment celui du rez-de-chaussée qui est richement décoré ; les autres plus ou moins grands, sont ordinaires. Il y a de belles remises et écuries. »[30].
    Vers la même époque, le sommier de la contribution foncière décrit l'immeuble comme suit : « Propriété ayant entrée de porte cochère, composée de deux corps de logis, avec cour au milieu, treize croisées de face sur la rue ; et d'un troisième bâtiment pour communs, avec cour particulière. Le premier corps, à gauche de la grande cour, faisant retour au fond et sur la rue, est partie simple en profondeur, et est élevé, sur caves, d'un rez-de-chaussée, de deux étages comprenant chacun un bel appartement, et d'un troisième étage pour dépendances. L'autre corps, à droite de la cour, est double en profondeur, de même élévation, et ne comprend que deux appartements, avec boutiques au rez-de-chaussée. Dans une deuxième cour à droite, sont deux bâtiments sur terre, loués pour écuries et remises, avec un étage au-dessus. L'immeuble a 166 fenêtres. »[31].
    Au décès de Sébastien-Marie Archedeacon, sa veuve continua à habiter l'hôtel dont elle se était devenue propriétaire conjointement avec ses deux fils, Edmond, agent de change et député de Paris, et Philippe-Victor. En 1883, ils vendirent l'immeuble à la comtesse Pastré. Le corps de logis à gauche était alors occupé par les veuves des anciens agents de change Sébastien Archdeacon, Ernest Santerre et Edmond Santerre ; le corps de logis à droite par Mme Augé de Lassus[32], M. d'Aillières père, rentier, M. d'Aillières fils, auditeur au Conseil d'État, le comte d'Aulan et Achille Beguin, artiste peintre, Marie de Villiars, artiste sculpteur.
    L'immeuble abrita ensuite l'avocat Paul Royer-Collard, Sacha Guitry et sa première épouse Charlotte Lysès (1877-1956), l'auteur dramatique Edmond Sée, le marquis Brachet de Floressac[33], l'avocat et député de la Seine Félix Liouville[34], André Goirand, ancien avoué et sénateur des Deux-Sèvres[35].
    L'appartement du rez-de-chaussée du bâtiment de gauche, le plus beau de l'hôtel, a conservé jusqu'aujourd'hui sa décoration rocaille[36].
  • no 10-12 (no 8 en 1804, no 131 en 1787, no 3 de la censive) : bel immeuble construit entre 1881 et 1894 par l'architecte Durville abritant le siège du Centre national de la fonction publique territoriale. Avec l'actuel no 14 c'était, au XVIIIe siècle, la propriété Oursin d'Ygoville[37] correspondant au plus important des lots lotis par Antoine Mazin. En 1827, on trouvait à cette adresse le marquis de Custine, le marquis de Crenay, maréchal de camp, le marquis de Ravenel, Marbeau, trésorier général des Invalides de la Marine et Mme Lebrun, artiste-peintre[15]. La comtesse Adhéaume de Chevigné, née Laure de Sade, modèle de la duchesse de Guermantes de Marcel Proust, a habité l'immeuble. Jean Cocteau a vécu dans cet immeuble où sa mère avait un appartement[38].
  • no 14 (no 10 en 1804, no 131 en 1787, no 3 de la censive) : issu de la propriété Oursin d'Ygoville, cet immeuble abritait en 1827 les écuries de l'ambassade d'Angleterre[15]. Sous le Second Empire, on y trouvait le marquis de La Bourdonnaye, le comte de Bréon, l'ancien ministre Édouard Drouyn de Lhuys (1805-1881), le marquis de Nadaillac, le vicomte de Waresquiel, le comte de Chabrillan, le comte de Courcy.
  • no 22 : immeuble datant de 1763[39].
  • no 26 : le poète Alfred de Vigny et sa femme, née Lydia Bunbury, habitaient à cette adresse (alors no 20, rue Anjou-Saint-Honoré) en 1831-1832[40].
  • nos 42-44 : siège historique de la Société Schneider & Cie construit en 1899 par Ernest Sanson[41] en style Louis XV à l'emplacement des hôtels de Bauffremont et de Boissy.
  • nos 48-50 : garage d'automobiles construit en 1901 par l'architecte J. Hermant[42], à l'emplacement de l'hôtel de La Bellinaye. Remplacé en 1913[43] par un immeuble construit par l'architecte Paul Boeswillwald pour la Compagnie algérienne, l’une des dix premières banques françaises dans les années 1920, qui y avait établi son siège social. C'est la construction de cet immeuble qui a entraîné l'effondrement de l'hôtel Froment-Meurice qui se trouvait au no 46.
    • no 48 : l'architecte Ernest Sanson eut son agence à cette adresse.
  • no 52 (ancien no 38) : hôtel de Bouville. Habité par l'idéologue Destutt de Tracy qui y mourut en 1836 et par son gendre, Georges Washington de La Fayette, fils du général de La Fayette. Très remanié, il est devenu en 1880 le siège de la Compagnie générale des eaux, devenue Veolia Eau, mais qui y a toujours ses bureaux.
  • no 56 : de 1819 à 1863, c'était autrefois les ateliers du célèbre carrossier Binder, fondé en 1806 par Jean Jacques Binder (1783-1846) puis repris en 1847 par ses fils, Charles Jean (1819-1891) et Louis Germain (1821-1910). Ils seront considérés comme parmi les plus grands carrossiers de leur époque.
  • no 62 : chapelle expiatoire.

Bâtiments détruits[modifier | modifier le code]

Numérotation actuelle[modifier | modifier le code]

  • no 11 : hôtel de Contades. Ancienne mairie du Ier arrondissement de 1835 à 1859 puis du VIIIe arrondissement de 1860 à 1926. Construit en 1728, il tenait son nom du maréchal de Contades (1704-1795), doyen des maréchaux de France, qui y présida les dernières séances du tribunal de connétablie. L'hôtel avait remplacé un hôtel de Lorraine, nommé d'après François IV-Armand de Lorraine-Armagnac (1665-1728), évêque de Bayeux de 1719 à 1728.
  • no 16 (ancien no 12) : après son remariage avec le marquis de Souza en 1802, Adélaïde de Souza (1761-1836), s'y installa avant de déménager en 1805 Grande-Rue-Verte (rue de Penthièvre). En 1856, l'hôtel était habité par le comte de Lassalle, marquis de Louvois après avoir été adopté par le dernier descendant mâle du ministre de Louis XIV[44].
  • no 18bis (angle de la rue de Surène, no 130 en 1787, no 4 de la censive) : à cet emplacement se trouvait depuis au moins le XVIIe siècle une petite maison qui appartenait au XVIIIe siècle à un sieur Riffe. Elle devint le Bureau des voitures publiques des environs de Paris, ainsi décrit dans le Guide des voyageurs de Paris de Thierry en 1787 : « Les voitures de ce bureau font le service de toutes les routes aboutissantes (sic) aux portes Saint-Honoré et de la Conférence jusqu'aux distances qui leur sont prescrites. Il y a dans ce bureau une messagerie qui part tous les jours pour Ruel, et revient le même jour. Il en coûte dans les voitures à quatre places 15 sols par lieue et par personne, et dans les guinguettes 8 sols par lieue et par place. » Le bureau seul se trouvait à l'angle de la rue d'Anjou et de la rue de Surène. Les voitures étaient remisées par derrière dans un vaste espace situé entre les immeubles de la rue d'Anjou et ceux de la rue de La Madeleine (actuelle rue Boissy-d'Anglas), où étaient installés précédemment les carrosses et chevaux du roi à l'emplacement de l'actuelle cité du Retiro qu'on appelait avant 1807 la cour des Coches.
  • no 23 : anciennement hôtel d'Espagnac, formé de deux hôtels : le grand hôtel d'Espagnac était habité par les d'Esclignac (1742), le petit hôtel attenant, dont l'entrée se trouvait no 5-7, rue de la Ville-l'Évêque[45], était habité par les d'Espagnac (1812).
  • no 28 (ancien no 36) : hôtel datant du XVIIIe siècle de la marquise de Nicolaï. L'ambassade de Hollande s'y installa après elle et y aménagea une chapelle protestante. L'hôtel fut ensuite acquis par le général Moreau. En 1804, Napoléon Ier le lui racheta pour 400 000 francs[46] et l'offrit[47] au maréchal Bernadotte et à sa femme née Désirée Clary. Celle-ci y habita dix-huit ans, y demeurant bien après que Bernadotte eut été appelé au trône de Suède. Le comte Joachim Clary (1802-1856), capitaine de cavalerie, sénateur, y mourut en 1856. L'hôtel a été détruit lors du prolongement du boulevard Malesherbes en 1861.
  • no 42 (ancien) : hôtel de Bauffremont. Hôtel construit pour le président Talon, peut-être par l'architecte François Delondres[48], puis affermé pour 100 000 livres par son propriétaire, le président d'Aligre (1727-1798), qui avait épousé une descendante du président Talon, à la princesse de Bauffremont-Courtenay. La marquise de Boissy, fille du président d'Aligre[49], hérita de l'immeuble. Le riche banquier Paul Sigisbert Moitessier et sa femme née Marie Clotilde Inès de Foucauld (1821-1897), modèle de deux célèbres portraits de Jean-Auguste-Dominique Ingres[50] et tante du père Charles de Foucauld, habitèrent l'hôtel[51].
  • no 44 (ancien) : hôtel de Boissy. Annexe de l'hôtel principal du no 42, achetée plus tard par le marquis de Boissy, qui en fit supprimer la porte. Il fut question d'y construire un Alhambra[52]. Le comte Léonce de Saint-Geniès, auteur dramatique et journaliste, y est né.
  • no 46 : hôtel Froment-Meurice. Hôtel construit sur une partie du terrain de l'hôtel de Boissy[52], acquis vers 1863 par l'orfèvre Émile Froment-Meurice pour en en faire son domicile, avant d'y installer le siège de la maison Froment-Meurice entre 1894 et 1900. Selon une notice écrite par Henri Froment-Meurice : « En 1907, mon père, Gérard Froment-Meurice, avait onze ans lorsque son grand-père Émile, le dernier des orfèvres, mit fin à la “Maison Froment-Meurice”, située à cette époque 46, rue d’Anjou. Après avoir fermé les ateliers du rez-de-chaussée, qu’on appelait dans la famille “la forge”, il se retira dans les étages supérieurs. Mais le 25 avril 1913, alors qu’il dînait avec sa femme et l’un de ses petits-fils, fils de François, conseiller municipal de la Madeleine, l’immeuble, haut de quatre étages, s’écroula. Sous les décombres on retrouva les cadavres d’Émile et de sa femme tandis que leur petit-fils en émergeait miraculeusement. Le mur mitoyen avec un chantier où une future banque creusait une salle des coffres avait été insuffisamment étayé. Le lendemain, les journaux parisiens, relatant le drame, publiaient la photographie du préfet de police et de mon oncle François contemplant un amas de pierres. Cette nuit-là furent ensevelis bien des archives, des documents, et sans doute des œuvres sorties des ateliers et conservées par mes arrière-grands-parents. Là-dessus survient la “Grande Guerre”, à laquelle partirent tous les hommes de la famille, tandis qu’au gré des procédures s’éternisait le procès qu’avaient fait aux responsables de la catastrophe les quatre enfants d’Émile. »[53]
  • no 48 : hôtel de La Bellinaye. Hôtel orné d'un ordre ionique construit en 1759 par l'architecte François Delondres[54],[48]. Il fut habité par l'homme politique Nicolas-Marie Quinette (1762-1821), baron de Rochemont.
  • no 51 : le photographe Nadar eut son hôtel et son magasin à cette adresse.
  • no 54 (ancien no 40[55]) : hôtel de Mun. Maison acquise le 25 juin 1777[56] par le comte Alexandre-François de Mun et la comtesse, fille du fermier général et philosophe Claude-Adrien Helvétius (1715-1771)[57]. Elle mourut dans son hôtel de la rue d'Anjou en 1799. C'est là que sa fille unique, Adrienne Claire Julie, était morte en 1794. Après elle, l'hôtel fut occupé par la marquise de Seignelay[11].

Ancienne numérotation[modifier | modifier le code]

  • no 15 (ancien) : Anna Lindsay, maîtresse de Benjamin Constant, y mourut en 1845.
  • no 23 (ancien)[58] : dans un hôtel occupé construit pour Mme de Malesherbes et occupé avant elle par la comtesse de Straffort, la princesse Belgiojoso (1808-1871)[11] s'installa en 1831 et tint à partir de 1835 un salon littéraire et politique important, fréquenté notamment par Alfred de Musset et par tous les patriotes italiens. La décoration de l'hôtel de la rue d'Anjou privilégiait le blanc et le noir (les murs du salon étaient ainsi tendus de velours noir parsemé d'étoiles d'argent), pour faire ressortir l'éclat de la peau de sa propriétaire[59]. Celle-ci quitta en 1848 sa maison de la rue d'Anjou pour s'installer rue de Courcelles.
  • no 26 (ancien) : légation de Grèce (en 1838).
  • no 29 (ancien)[60] : maison où moururent l'abbé Morellet en 1819 et Benjamin Constant en 1830. Habité par le général de Bouillé. L'hôtel, divisé en appartements, appartenait à Mme des Bourdons, mère de Mme Bourzac, avant d'être acquis en 1810 par le marquis d'Aligre qui « en refit un palais » (Lefeuve).
  • no 31 (ancien) : hôtel ayant appartenu jusqu'à sa mort, en avril 1818, à Mme Verduc, marquise de Soissy. Ses héritiers restèrent d'abord dans l'indivision. Juliette Récamier et son mari y habitèrent, sans doute en qualité de locataires[61], d'avril 1818 à la fin mai 1819. Les héritiers de la marquise de Soissy mirent alors l'immeuble en vente et, M. Récamier ayant fait faillite pour la seconde fois au même moment[62], les Récamier ne purent s'en porter acquéreurs. L'immeuble fut adjugé à Mme Vanlerberghe le [63]. Selon la description minutieuse dressée à l'occasion de l'adjudication, un premier corps de bâtiment ouvrait sur la rue par une porte cochère et contenait le logement du portier et les écuries. Le principal corps de bâtiment, double en profondeur, comprenait, sur la cour comme sur le jardin, cinq arcades encadrant les croisées du rez-de-chaussée. Sur l'arrière, le jardin était traversé de deux avenues de tilleuls, évoquées par Chateaubriand qui mentionne « un berceau de tilleuls »[63]. Mme Récamier occupait le rez-de-chaussée. Un vestibule desservait à droite la salle à manger donnant sur cour, dans le lambris de hauteur de laquelle étaient insérés huit bas-reliefs en plâtre représentant des jeux d'enfants. La pièce donnait sur un salon, ouvrant sur le jardin par deux croisées. La chambre de Mme Récamier, en suite du salon, donnait également par deux croisées sur le jardin et était suivie par un boudoir. Au premier étage, M. Récamier disposait d'une antichambre et d'une chambre, ayant conservé ses bureaux au 48, rue Basse-du-Rempart[63].
  • no 33 (ancien) : habité par la maréchale Maison, née Madeleine Weydold, femme du maréchal Nicolas Joseph Maison (1771-1840), la duchesse de Rozan, le général Ventura.
  • no 58 (ancien) : a longtemps abrité la légation du royaume de Suède.

Localisation imprécise[modifier | modifier le code]

Le percement du boulevard Malesherbes en 1861 a détruit :

  • du côté des numéros impairs de la rue d'Anjou :
  • du côté des numéros pairs de la rue d'Anjou :
    • l'hôtel de Chabot ;
    • l'hôtel de La Rivière.

Habitants célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sylvie Ravet-Biton, Les pionniers tonnerois de la Nouvelle-France, Tonnerre, Société d'Archéologie et d'Histoire du Tonnerois.
  2. contrat passé devant Me Billeheu, notaire à Paris, ensaisiné le 16 décembre 1719.
  3. Contrat passé devant Me Baptiste, notaire à Paris, ensaisiné le 29 février 1726.
  4. Contrat passé devant Me Perret, notaire à Paris, ensaisiné le 27 mai 1750.
  5. Contrat passé devant Me Dutartre le Jeune.
  6. Contrat également passé devant Me Dutartre le Jeune.
  7. Sentence de licitation du Châtelet de Paris du 15 février 1764.
  8. Contrat passé devant Me Luquais, notaire, ensaisiné le 10 février 1769.
  9. Voir le plan daté de 1788 reproduit dans Hartmann, Op. cit., p. 7.
  10. Lazare, Op. cit., p. 162.
  11. a, b et c Rochegude, Op. cit., p. 18
  12. Contrat passé devant Me Baron l'aîné, notaire.
  13. Sentence de licitation du Châtelet de Paris du 23 août 1769 entre lui et sa sœur, Anne-Claire Millet, femme de Jean-Yves, vicomte de Cloeclosques.
  14. tome I, p. 88.
  15. a, b, c et d Almanach parisien, 1827.
  16. Dans ses Mémoires, elle rapporte que les travaux de décoration étaient encore en cours en juillet, au moment des Trois Glorieuses.
  17. Marquet de Grèves, no 332 rue Saint-Honoré (Almanach de Paris, 1782).
  18. Le Guide des voyageurs de Paris de Thierry indique en 1787 que l’hôtel des Écuries de Monseigneur le comte d'Artois au no 132 de la rue d'Anjou est « occupé par le premier écuyer de ce prince » (tome I, p. 88).
  19. Marie-Joseph, Maurice-Alexandre Marquet de Grèves et Henriette de La Guillaume.
  20. Sa part dans l'héritage de son frère se montait à 950 619 livres, au sein de laquelle l'hôtel de la rue d'Anjou entrait pour 240 000 livres. L'acte de partage indique que l'hôtel occupait une superficie de 358 toises, alors que le plan de la censive indiquait 317 toises quelques années auparavant : cette différence peut indiquer que Marquet de Bourgade avait dû acquérir la partie de la ruelle des Cordiers située derrière leur immeuble pour agrandir la propriété (Hartmann, Op. cit., p. 20).
  21. Acte de partage dressé par Me Champion, notaire à Paris.
  22. Évalués à 60 000 francs dans l'acte de partage de 1829.
  23. Dr Jules Cloquet, Souvenirs de la vie privée du général La Fayette, 1836.
  24. Le vicomte Édouard-Ferdinand de Beaumont-Vassy a donné quelques renseignements sur ces réceptions : « M. de La Fayette demeurait rue d'Anjou-Saint-Honoré. À partir de huit heures du soir, tous les mardis, une foule bigarrée venue à pied, en voiture de place ou en équipage, montait sans cérémonie un escalier aussi simple que l'appartement auquel il conduisait. La première pièce était une salle à manger, d'une apparence austère. De la salle à manger on pénétrait dans une seconde pièce qui était le salon, pièce non moins simplement meublée que la première. Dans cette première pièce, on coudoyait les célébrités du jour ; dans le salon, l'œil était attiré par un cercle de femmes et de jeunes filles. Dans un angle de ce salon de si simple aspect, entouré comme un personnage antique d'un triple rang d'amis et de clients attentifs à sa moindre parole, se tenait M. de La Fayette, figure pâle surmontée d'une courte perruque brune, taille élevée, et que l'âge avait alourdie. » (Les Salons de Paris et la Société parisienne sous Louis-Philippe Ier, Paris, Sartorius, 1866, p. 6 sqq.)
  25. « En quittant l'hôtel de l'État-Major, après avoir été privé avec si peu de cérémonie de son titre de général en chef de la Garde nationale, La Fayette est retourné dans sa maison de la rue d'Anjou. Cet hôtel a quelque chose d'assez prétentieux ; mais les appartements qu'y occupe le général ne sont pas les plus beaux de l'édifice. Ils consistent en une vaste antichambre, deux salons, un cabinet de travail, et une chambre à coucher. Ils communiquent latéralement avec deux autres pièces et les offices. La Fayette n'a pour domestiques que le valet de chambre allemand, nommé Bastien, qui l'a accompagné dans sa dernière visite en Amérique, le valet de pied, le cocher et le cuisinier. Aucun d'eux ne porte de livrée. Une singularité m'a frappé dans cette maison : on n'y trouve pas un seul tapis ; et je ne crois pas en avoir vu au château de la Grange. Cependant les Américains, dont La Fayette imite volontiers les habitudes, mettent des tapis partout, et l'usage commence à s'en répandre à Paris. Quand je me présente, Bastien me fait un signe d'assentiment et m'introduit dans la chambre à coucher, où je trouve le général debout devant une table, à peine assez grande pour contenir un plat et un couvert. Un petit carlin blanc est son seul compagnon. Comme il sait que j'ai toujours dîné, il ne fait aucune cérémonie, et continue son repas, où figurent invariablement un poulet rôti et des dattes, dont il est très friand. » (cité par Hartmann, Op. cit., p. 31).
    L'opuscule du Dr Jules Cloquet, Souvenirs de la vie privée du général La Fayette (1836) donne une description précise de la chambre à coucher de La Fayette et de son mobilier, reproduite dans Hartmann, Op. cit., p. 33-35. Le baron Gudin en a en outre fait un dessin à l'époque de la mort de La Fayette.
  26. Acte passé devant Me Maréchal, notaire à Paris, en date du 13 février 1836, enregistré le 18 février.
  27. Acte du 16 avril 1846 passé devant Me Viefville, notaire à Paris, enregistré le 21 avril.
  28. Actes des 21 et 24 juin 1847 passé devant Me Viefville.
  29. Acte passé devant Me Faiseau-Lavanne, notaire, le 17 novembre 1853.
  30. cité par Hartmann, Op. cit., p. 38-39.
  31. cité par Hartmann, Op. cit., p. 41
  32. Premier étage du bâtiment de droite entre 1872 et 1877, à la suite de la baronne de Rognart. Elle habitait avec son gendre et sa fille, le comte et la comtesse d'Etchegoyen.
  33. Premier étage du bâtiment de droite.
  34. Dans l'ancien appartement de La Fayette.
  35. Appartement du rez-de-chaussée du bâtiment de gauche.
  36. Elle a été publiée en six planches in : Frédéric Contet, Les Vieux hôtels de Paris. Le faubourg Saint-Honoré, 6e série.
  37. no 5 puis no 3 de la censive de l'archevêché de Paris.
  38. « Jean Cocteau » sur le site www.terresdecrivains.com (consulté le 28 février 2009)
  39. Rochegude, Op. cit., p. 20
  40. [PDF] « Rue Alfred-de-Vigny » sur le site Mon village : le faubourg du Roule et ses environs (consulté le 15 février 2009).
  41. Permis de construire des 6 janvier et 13 juillet 1899.
  42. Permis de construire des 21 décembre 1901 et 10 janvier 1906. Le garage est signalé par Rochegude (Op. cit., p. 19).
  43. Permis de construire du 28 février 1913.
  44. Rochegude, Op. cit., p. 20 d'après Lefeuve.
  45. a et b Rochegude, Op. cit., p. 26
  46. Frédéric Masson, Napoléon et les femmes
  47. Le fait est signalé par François-René de Chateaubriand dans les Mémoires d'outre-tombe. « Monsieur Fouché, Ministre de la police, ayant jugé à propos de faire racheter, de la famille du général Moreau, Grosbois et la maison de la rue d'Anjou, et désirant reconnaître les bons services des maréchaux Berthier et Bernadotte, je vous fais cette lettre pour que vous ayez à leur faire passer la vente en bonne et due forme de ces propriétés (Grosbois au maréchal Berthier et la maison rue d'Anjou au maréchal Bernadotte), afin qu'ils en jouissent sur-le-champ dans l'état où elles sont. » (Correspondance de Napoléon Ier, 1er janvier 1805).
  48. a et b Michel Gallet, Les Architectes parisiens du XVIIIe siècle, Paris, Mengès, 1995, p. 180
  49. Catherine d'Aligre (°1772) avait épousé en 1789 Hilaire Rouillé du Coudray (1765-1840), marquis de Boissy.
  50. 1851, Washington DC, National Gallery of Art ; 1856, Londres, National Gallery.
  51. Fouquières, Mon Paris et mes Parisiens. II. Le quartier Monceau, p. 242.
  52. a et b Rochegude, Op. cit., p. 19
  53. Souvenirs par Henri Froment-Meurice (consulté le 1er mars 2009).
  54. Élie Brault, Les Architectes par leurs œuvres, Paris, H. Laurens, sd., vol. 2, p. 199.
  55. En 1827 (Almanach royal pour 1827).
  56. M.C., LVI, 226, 7 février 1778.
  57. Celui-ci avait son hôtel rue Sainte-Anne et n'a pas habité rue d'Anjou, contrairement à ce qu'affirme le marquis de Rochegude (Op. cit., p. 18), interprétant de manière erronée un passage ambigu de Lefeuve. Source : Correspondance générale d'Helvétius, éd. David Warner Smith, Peter Allan, Alan Dainard, University of Toronto Press, 1998, tome III, p. 26, lettre 733.
  58. actuel no 54 et ne faisant qu'un avec l'hôtel de Mun selon Rochegude, Op. cit., p. 18. Ancien no 35 selon Lefeuve.
  59. Dans ses Souvenirs, la comtesse Marie d'Agoult évoque ainsi l'hôtel de la princesse : « La princesse Belgiojoso était alors au plus aigu de sa crise théologique. Lorsqu'on lui rendait visite dans son petit hôtel de la rue d'Anjou, on la surprenait d'ordinaire à son prie-dieu, dans son oratoire, sous le rayon orangé d'un vitrail gothique, entre de poudreux in-folio, la tête de mort à ses pieds […] Avant que d'arriver à l'oratoire, on avait traversé une chambre à coucher tendue de blanc, avec un lit de parade rehaussé d'argent mat, tout semblable au catafalque d'une vierge. Un nègre enturbanné, qui dormait dans l'antichambre, faisait en vous introduisant dans toute cette candeur un effet mélodramatique. » (Daniel Stern, Mes Souvenirs. 1806-1833, BiblioBazaar, LLC, 2008, p. 356).
  60. no 43 selon Lefeuve
  61. Selon Mme Lenormant, nièce adoptive de Mme Récamier, celle-ci avait acheté l'hôtel lorsqu'elle quitta son petit hôtel du 32, rue Basse-du-Rempart à la suite du non-renouvellement de son bail, avec de l'argent hérité de sa mère, avant de le revendre en 1819 à la suite de la seconde faillite de son mari (Amélie Lenormant, Souvenirs et correspondances tirés des papiers de Mme Récamier, Paris, 1859, tome I, p. 319-320). Cette version semble confirmée par une lettre de Juliette Récamier datée du  : « Ma maison est vendue ; j'espère avoir un appartement au couvent de l'Abbaye-aux-Bois. » (cité par Raymonde Bonnefous, « Les demeures parisiennes de Mme Récamier », in Bulletin de la Société Chateaubriand, 1978, no 21, p. 14). En réalité, le sommier foncier et les actes notariés montrent que l'hôtel appartenait encore aux héritiers indivis de la marquise de Soissy lorsque les Récamier y habitèrent, et que ce sont ces héritiers qui le mirent en vente en mai 1819 (Cahier des charges d'enchères dressé le , in « Liquidation de la succession de Mme Verduc », , Archives nationales, MC.XCIII-831 ; Sommier foncier, Archives de Paris, DQ¹⁸79 ; cités in : Juliette Récamier, muse et mécène, catalogue de l'exposition du musée des beaux-arts de Lyon, Paris, Hazan, 2009, p. 178. Félix de Rochegude (Op. cit., p. 19), affirme de son côté que l'hôtel avait été prêté aux Récamier par le chancelier Pasquier.
  62. Les scellés furent apposés sur l'hôtel le (Arch. de Paris, D1U1 97, cité in : Juliette Récamier, muse et mécène, catalogue de l'exposition du musée des beaux-arts de Lyon, Paris, Hazan, 2009, p. 178).
  63. a, b et c Juliette Récamier, muse et mécène, catalogue de l'exposition du musée des beaux-arts de Lyon, Paris, Hazan, 2009, p. 179
  64. Lefeuve (Op. cit.) le confond avec le baron Thomas Charles Gaston Boissel de Monville (1763-1832), conseiller au Parlement de Paris en 1785, député et pair de France en 1815.
  65. Suzanne Françoise Aglaé Louise Marie Le Peletier de Morfontaine (1811-1895), femme du comte Ernest de Talleyrand-Périgord (1807-1871).
  66. Source : Rochegude, Op. cit., p. 18. Avec la naissance d'un enfant en décembre 1780, le prince l'installa dans l'hôtel de Langeac qu'il possédait à l'angle de l'avenue des Champs-Élysées et de la rue de Berri.
  67. Source : Rochegude, Op. cit., p. 18. Sa mort est mentionnée dans la Correspondance littéraire de Grimm : « Mademoiselle Laguerre est morte des suites de la maladie que M. le chevalier de Codernaux a nommée si ingénieusement la maladie anti-sociale. Elle n'a brillé que sept ou huit ans sur le Théâtre de l'Opéra, et laisse, dit-on, environ dix-huit cent mille livres : on a trouvé dans son portefeuille seulement sept à huit cent mille livres en billets de la caisse d'escompte. » (Mémoires historiques, littéraires et anecdotiques, Londres, Colburn, 1813, tome III, p. 29)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • André Becq de Fouquières, Mon Paris et mes Parisiens. II. Le quartier Monceau, Paris, Pierre Horay, 1954
  • Georges Hartmann, « L'Hôtel, rue d'Anjou, où mourut La Fayette », in Bulletin de la Société historique et archéologique des VIIIe et XVIIe arrondissements, Paris, Librairie ancienne Édouard Champion, 1921
  • Charles Lefeuve, Les anciennes maisons de Paris. Histoire de Paris rue par rue, maison par maison, Paris : C. Reinwald, 5e édition, 1875, 5 vol.
  • Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. VIIIe arrondissement, Paris, Hachette, 1910