Cité du Retiro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

8e arrt
Cité du Retiro
Image illustrative de l’article Cité du Retiro
La voie en août 2021.
Situation
Arrondissement 8e
Quartier Madeleine
Début 30 rue du Faubourg-Saint-Honoré
Fin 35 rue Boissy d'Anglas
Morphologie
Longueur 236 m
Largeur m
Historique
Ancien nom Cour des Coches
Passage de la Cour des Coches
Géocodification
Ville de Paris 8153
DGI 8169
Géolocalisation sur la carte : 8e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 8e arrondissement de Paris)
Cité du Retiro
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Cité du Retiro

La cité du Retiro est un passage du 8e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Il s'ouvre aux 30, rue du Faubourg-Saint-Honoré et 35, rue Boissy-d'Anglas.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Inscription de la voie.

Ce nom vient de buen retiro (bon refuge), endroit où l'on est « bien retiré[1] ».

Historique[modifier | modifier le code]

  • On l'appelait autrefois « cour des coches » parce que c'est à cet endroit que furent d'abord remisés les carrosses royaux, puis les voitures publiques desservant les environs de Paris. Ce vaste espace situé entre les immeubles de la rue d'Anjou et ceux de la rue de La Madeleine (actuelle rue Boissy-d'Anglas) s'appelait ainsi avant 1807.
  • Le Bureau des voitures publiques des environs de Paris se situait à l'angle de la rue de Surène et de la rue d'Anjou. Il était ainsi décrit dans le Guide des voyageurs de Paris de Thierry en 1787 : « Les voitures de ce bureau font le service de toutes les routes aboutissantes [sic] aux portes Saint-Honoré et de la Conférence jusqu'aux distances qui leur sont prescrites. Il y a dans ce bureau une messagerie qui part tous les jours pour Ruel, et revient le même jour. Il en coûte dans les voitures à quatre places 15 sols par lieue et par personne, et dans les guinguettes 8 sols par lieue et par place. »
  • Le vélodrome de la Madeleine (manège d'apprentissage et vente de bicyclettes) ou manège Terront (du nom du champion Charles Terront) y était installé dans les années 1890.
  • La cité du Retiro qui était bordée d'immeubles du 18ème siècle et du début du 19ème siècle est démolie vers 1970, sauf son entrée secondaire 30 rue du Faubourg Saint-Honoré devenue une impasse[2]. Sa plus grande partie est la propriété du groupe Qatar Investment Authority et sert de siège social à Cartier France.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Habitants célèbres[modifier | modifier le code]


Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  1. Gustave Pessard, Nouveau dictionnaire de Paris.
  2. Georges Pillement, Paris poubelle, Paris, Jean-Jacques Pauvert, , 206 p. (ISBN 2 7202 0001 8), p. 87
  3. Fouquières, op. cit., p. 31-32. Voir aussi Nicole Hoentschel (dir.), Georges Hoentschel, Saint-Rémy-en-l'Eau, Éditions Monelle Hayot, 2000, 300 p.
  4. Fouquières, op. cit., p. 27-28.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Becq de Fouquières, Mon Paris et ses Parisiens. Le faubourg Saint-Honoré, Paris, Pierre Horay, 1956, vol. IVDocument utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Gustave Pessard, Nouveau dictionnaire de ParisDocument utilisé pour la rédaction de l’article.