Marie d'Agoult

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marie d'Agoult
"Marie de Flavigny" de Henri Lehmann (Petit Palais, Paris) (48740090161).jpg
Henri Lehmann, Portrait de Marie d'Agoult (1843),
Paris, musée Carnavalet.
Titre de noblesse
Comtesse
Biographie
Naissance
Décès
(à 70 ans)
Paris (Drapeau de la France France)
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Marie d'AgoultVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Marie Catherine Sophie de Flavigny
Surnom
Daniel Stern
Pseudonymes
Daniel Stern
J. DuvergerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoints
Charles Louis Constant d'Agoult (d)
Franz LisztVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Cosima Wagner
Claire d'Agoult (d)
Blandine Liszt (d)
Daniel Liszt (d)
LouiseVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaines
Mouvement
Distinction
Prononciation
signature de Marie d'Agoult
signature
Tombe de Marie D'Agoult alias Daniel Stern (division 54).jpg
Vue de la sépulture.

Marie Catherine Sophie de Flavigny, dite Marie d'Agoult ou comtesse d'Agoult, aussi connue sous le pseudonyme de Daniel Stern, née le à Francfort-sur-le-Main (Saint-Empire) et morte le à Paris, est une femme de lettres française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Marie de Flavigny est née le à Francfort-sur-le-Main[1], elle est la fille d'Alexandre Victor François de Flavigny (1770-1819), noble français émigré pendant la Révolution et de Maria Elisabeth Bethmann (1772-1847), d'une vieille famille de banquiers allemands de religion protestante[2].

La famille revient en France après la naissance de Marie. Le père de Marie d'Agoult lui donne ainsi goût à la littérature française et sa mère l'incite à l'apprentissage de la langue allemande. De 1819 à 1821, elle est éduquée au couvent des Sœurs du Sacré-Cœur de Jésus, dans l'ancien hôtel Biron (actuel musée Rodin) de l'âge de quatorze à seize ans. Elle poursuit sa formation intellectuelle à Touraine, en étant influencée par de grands écrivains tels que Chateaubriand, Rousseau ou même Lamartine.

Amours[modifier | modifier le code]

Le , elle épouse le comte Charles Louis Constant d’Agoult ( - ), colonel de cavalerie, premier écuyer de Madame la Dauphine qui a laissé d'intéressants mémoires sur la guerre d'indépendance espagnole durant la période napoléonienne[3]. Elle lui donne deux filles :

  • Louise (1828-1834) ; morte dans les bras de sa mère à l'âge de six ans. « Je la serrai contre mon sein. Elle poussa un cri, et je sentis son corps affaissé peser d’un poids inerte sur ma poitrine. » [4]
  • Claire (1830-1912), qui épouse le marquis Guy de Charnacé (1825-1909).

En 1833 commence sa liaison avec le compositeur Franz Liszt, rencontré lors d'un concert dans un salon de la noblesse parisienne. La comtesse a alors vingt-huit ans, l'artiste six ans de moins. Malgré leur différente position sociale, ils éprouvent aussitôt une violente passion réciproque. Sa relation avec Franz Liszt est altérée par la mort de sa fille Louise en 1834, quelques mois après le début de leur relation : « Par une de ces duretés de la nature et du sort dont le cœur humain s’étonne, la perte d’un enfant, l’affliction commune, au lieu de nous rapprocher, mon mari et moi, ne fit qu’étendre entre nous la distance et le silence[4] ». Cependant, pour lui, elle quitte son mari en 1835. Ensemble, ils quittent la France et arrivent à Genève le . Puis ils voyagent en Italie, où ils demeurent de 1837 à 1839, séjournant successivement à Bellagio, Milan, Venise, Lugano, Modène, Florence, Bologne et Rome. Ce sont ces voyages qui ont inspiré au compositeur son cycle de recueils pour piano intitulé Années de pèlerinage.

Trois enfants qu'elle a de Liszt naissent pendant ces années d'errance :

Théodore Chassériau, Portrait de Marie d'Agoult (1841), Paris, musée du Louvre.

Selon Sabine Cantacuzène, elle aurait en outre eu un garçon, Charles d'Avila, non reconnu par Franz Liszt, adopté et élevé par la famille D'Avila à Parme en Italie[7]. Ce garçon pourrait être issu de sa liaison avec Pierre Tribert, riche propriétaire foncier dans la région de Champdeniers ; elle séjourna dans son logis de Puyraveau[8]. Selon un des fils Tribert, celui-ci aidait financièrement Marie d'Agoult en lui versant un revenu régulier par le fruit de différents placements boursiers, comme en 1866 où il place pour elle 30 000 francs ; il n'habitait pas avec elle boulevard Malesherbes, mais avec le personnel dans une maison de la rue de Chaillot, « dans l'illusion d'une vie de couple ».

Engagements[modifier | modifier le code]

Daniel Stern et la révolution de 1848[modifier | modifier le code]

Marie d'Agoult comme son amie George Sand choisit un pseudonyme masculin pour publier ses écrits. Le choix de son pseudonyme fut fait après un dialogue avec Émile de Girardin : « Je pris machinalement le crayon et j’écrivis Daniel. C’était le nom que j’avais donné à l’un de mes enfants, le nom du prophète sauvé de la fosse aux lions, qui lisait dans les songes[4]. » Elle choisit donc le nom qu'elle donna à un de ses fils comme pseudonyme.

En 1850, elle publie sous le nom de Daniel Stern, Histoire de la Révolution de 1848. Bien que n'ayant pas directement participé aux événements, elle rapporte approximativement les faits et les analyse de façon personnelle. Cette histoire immédiate et contemporaine demeure une référence pour les historiens[9].

En 1846, elle avait publié un Essai sur la liberté. Pour elle, la liberté est attachée à la condition humaine et s'accroît avec la connaissance[9].

Le salon de Marie d'Agoult[modifier | modifier le code]

Durant le Second Empire, Marie tint un salon dans lequel se rencontrèrent les républicains comme Émile Ollivier, Jules Grévy, Carnot, Émile Littré ou l'économiste Dupont-White.

Sépulture[modifier | modifier le code]

Marie d'Agoult est enterrée au cimetière du Père-Lachaise, division 54. Sa tombe est ornée d'un monument commandé par Tribert[10] et sculpté par Henri Chapu (exposé au salon de 1877, inauguration en 1880).

Amitiés et conflits[modifier | modifier le code]

La relation de Marie d'Agoult avec George Sand a été parfois amicale, le plus souvent conflictuelle[11].

En 1839, dans Béatrix, Honoré de Balzac fait des allusions directes à Marie d'Agoult qui se reconnaît dans le personnage de Béatrix de Rochefide[12].

On reconnaît aussi George Sand dans le même roman, décrite sous les traits flatteurs de Félicité des Touches (une authentique intellectuelle) mais elle apprécie si peu ce portrait qu'elle se met aussitôt à haïr Balzac dès la parution du roman[13].

Victor Hugo, apprenant son décès, n’est pas tendre à son sujet dans ses carnets : « Peu de talent, petite âme [14]. »

Son amitié a été précieuse à Julie-Victoire Daubié[15], première bachelière de France, qu'elle a mise en relation avec le milieu journalistique[16].

Elle a entretenu une longue correspondance entre 1838 et 1879 avec Hortense Allart, femme de lettres, monarchiste conservatrice, amie de Sainte-Beuve, maîtresse de Chateaubriand en 1829[17].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Jean-Auguste-Dominique Ingres, Comtesse Charles d'Agoult, née Marie d'Agoult, et sa fille Claire d'Agoult (1849), localisation inconnue.
Autobiographie
  • Mes souvenirs, 1806-1833, Paris, Calmann Lévy, 1880 ; texte en ligne sur wikisource
  • Mémoires (1833-1854), avec une introduction de M. Daniel Ollivier, Calmann-Lévy, 1927.
Correspondance
  • Serge Gut et Jacqueline Bellas (éd.), Franz Liszt - Marie d’Agoult, Correspondance, Paris, Fayard, 2001, 1344 p. (ISBN 2-213-61010-X)
  • Marcel Herwegh, Au Printemps des Dieux, correspondance inédite de la comtesse Marie d'Agoult et du poète Georges Herwegh, Paris, Gallimard, 1929.
  • Charles Dupêchez, Hortense et Marie. Une si belle amitié, Paris, Flammarion, 2018, 320 p., (ISBN 978-2-08142-397-8).

Hommages[modifier | modifier le code]

Marie d'Agoult, photographie d'Antony-Samuel Adam-Salomon (vers 1861), Paris, musée d'Orsay.

À Paris, dans le 15e arrondissement, la rue Daniel Stern porte son nom.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Aragonnès, Marie d'Agoult une destinée romantique, Paris, Hachette, 1938-1983.
  • Robert Bory, Une retraite romantique en Suisse : Liszt et la comtesse d'Agoult, Lausanne, SPES, 1930.
  • Ariane Charton, Marie d'Agoult, une sublime amoureuse, Aix-en-Provence, Kirographaires, 2011, 293 p., (ISBN 978-2-91768-015-5).
  • Dominique Desanti, Daniel ou Le visage secret d'une comtesse romantique, Marie d'Agoult, Paris, Stock, 1980.
  • Camille Destouches, La passion de Marie d'Agoult, Paris, Armand Fayard, 1959.
  • Charles Dupêchez, Marie d'Agoult, 1805-1876, Paris, Plon, 1994, Perrin, 2001, 420 p., (ISBN 978-2-26203-533-4).
  • Charles Dupêchez, Hortense et Marie : une si belle amitié, Flammarion, 320p, 2018
  • Marie Octave Monod, Daniel Stern, comtesse d'Agoult, de la Restauration à la IIIe république, Paris, Plon, 1937.
  • Daniel Ollivier, Autour de Mme d'Agoult et de Liszt, Paris, Bernard Grasset, 1941.
  • Henriette Rain, Les enfants du génie - Blandine, Cosima et Daniel Liszt, Paris, Presses de la Renaissance, 1986, (ISBN 2-85616-364-5).
  • Gonzague Saint Bris, Marie, l'ange rebelle, Paris, Belfond, 2007, 292 p., (ISBN 978-2-71444-267-3).
  • Jacques Albert Vier, La Comtesse d'Agoult et son temps, Paris, A. Colin, 1959-1963.
  • Une correspondance inédite de Karl Gutzkow, de Mme d'Agoult (Ctesse de Charnacé) et d'Alexandre Weill, par J. Dresch, Paris : F. Alcan, (s. d.), In-8°, paginé 63-95. Extrait de la Revue germanique, 2e année, no 1, janv.-févr. 1906. - Extrait de la Revue germanique. 2e année. no 1. Janvier- ;

Il existe aussi des ouvrages en anglais, allemand et italien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Vier, La Comtesse d'Agoult et son temps, Armand Colin, , p. 21.
  2. Lire: Claus Helbing: Die Bethmanns. Aus der Geschichte eines alten Handelshauses zu Frankfurt am Main. Gericke, Wiesbaden 1948. Cette famille figure en 1416 dans le Registrum parochianorum (registre des paroissiens) de Goslar, puis dans l'élite dirigeante de cette ville . passée du catholicisme au protestantisme comme toute la population de Goslar lors de la Réforme, elle s'établit au XVIIIe siècle à Francfort où elle fonde une des plus célèbres maison de banque protestante
  3. Jacques Vier, La Comtesse d'Agoult et son temps, Armand Colin, , p. 85.
  4. a b et c Marie d'Agoult, Mémoires 1833-1854, Paris, Mercure de France, , 432 p. (ISBN 2715216351, lire en ligne), p. 41; et 42
  5. Blandine-Rachel Liszt, née le 18 décembre 1835 à Genève et morte le 12 septembre 1862 à Saint-Tropez. Elle est la première femme de l'homme politique français Émile Ollivier (1825-1913), qu'elle épouse le 22 octobre 1857 à Florence. Elle meurt à vingt-six ans des suites de l'accouchement de son fils Daniel, deux mois après lui avoir donné naissance.
  6. Cosima Francesca Gaëtana Liszt, née le 18 août 1837 à Côme, épouse Hans von Bülow le 18 août 1857 ; elle divorce le 20 juillet 1869 pour devenir l’épouse de Richard Wagner le 25 août 1870. Elle meurt le 1er avril 1930 à Bayreuth, à 92 ans.
  7. Sabine Cantacuzène, Vie de la famille Brătianu, vol. I, Bucarest, éd. Albatros, 1993, p. 26.
  8. Yves-Jean Saint-Martin, Félix Dubois 1862-1945 : Grand reporter et explorateur de Panama à Tamanrasset, Paris, L'Harmattan, 2000, (ISBN 978-2-29640-416-8).
  9. a et b Michèle Riot-Sarcey, Le procès de la liberté, Paris, La Découverte, , 353 p. (ISBN 978-2-7071-7585-4), p. 151-154
  10. Une maquette en plâtre se trouve au musée d'Agesci à Niort
  11. George Sand, Entretiens journaliers, Œuvres autobiographiques, Bibliothèque de la Pléiade, t. II, Paris, 1971, p. 989.
  12. H. de Balzac, Béatrix, Gallimard, coll. « Folio classique », 1979.
  13. André Maurois, Prométhée ou la vie de Balzac, Paris, Hachette, 1965, p.  391, 546.
  14. Victor Hugo, Choses vues 1870-1885, Paris, Gallimard, folio, , 529 p. (ISBN 2-07-036141-1), p. 378
  15. Correspondance de Julie-Victoire Daubié, fonds Laure Reuchsel, bibliothèque Marguerite Durand, Paris.
  16. Lettres à Julie-Victoire Daubié, éditées par R.A Bulger, New York, Peter Lang, 1992.
  17. (en) Helynne Hollstein Hansen, Hortense Allart. The Woman and the Novelist, University Press of America, , p. 67.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :