Marie d'Agoult

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Agoult.
Marie d'Agoult
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Marie d'Agoult par Henri Lehmann (1843)

Nom de naissance Marie Catherine Sophie de Flavigny
Alias
Daniel Stern
Naissance
Francfort-sur-le-Main (Hesse)
Décès (à 70 ans)
Paris
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement romantisme
Genres
Essais et histoire

Marie d'Agoult ou Marie Catherine Sophie de Flavigny, comtesse d'Agoult, née le 31 décembre 1805 à Francfort-sur-le-Main (Hesse) et morte le 5 mars 1876 à Paris, est une femme de lettres française, aussi connue sous le pseudonyme de Daniel Stern.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille d'Alexandre Victor François de Flavigny (1770-1819), noble français émigré pendant la Révolution et de Maria Elisabeth Bethmann (1772-1847), d'une vieille famille patricienne allemande de religion protestante[1].

La famille revient en France après la naissance de Marie. De 1819 à 1821, celle-ci est éduquée au couvent des Sœurs du Sacré-Cœur de Jésus, dans l'ancien hôtel Biron (actuel musée Rodin).

Le 16 mai 1827, elle épouse le comte Charles Louis Constant d’Agoult (1790-1875) à qui elle donne deux filles :

En 1833 commence sa liaison avec Franz Liszt. Elle quitte son mari en 1835.

Elle a eu trois enfants de Liszt :

Selon Sabine Cantacuzène, elle aurait en outre eu un garçon, Charles d'Avila, non reconnu par Franz Liszt, adopté et élevé par la famille D'Avila à Parme en Italie[4]. Ce garçon pourrait être issu de sa liaison avec Pierre Tribert, riche propriétaire foncier dans la région de Champdeniers ; elle séjourna dans son logis de Puyraveau[5]. Selon un des fils Tribert, celui-ci aidait financièrement Marie d'Agoult en lui versant un revenu régulier par le fruit de différents placements boursiers, comme en 1866 où il place pour elle 30 000 francs ; il n'habitait pas avec elle boulevard Malesherbes, mais avec le personnel dans une maison de la rue de Chaillot, « dans l'illusion d'une vie de couple ».

Durant le Second Empire, Marie tient un salon dans lequel se rencontrent les républicains comme Émile Ollivier, Jules Grévy, Carnot, Émile Littré ou l'économiste Dupont-White.

Avec l'accord de son époux, elle fut obligée de vendre ses bijoux[réf. nécessaire].

Elle est enterrée au cimetière du Père-Lachaise, division 54. Sa tombe est ornée d'un monument commandé par Tribert[6].

Amitiés et conflits[modifier | modifier le code]

La relation de Marie d'Agoult avec George Sand a été parfois amicale, le plus souvent conflictuelle[7].

En 1839, dans Béatrix, Honoré de Balzac fait des allusions directes à Marie d'Agoult qui se reconnaît dans le personnage de Béatrix de Rochefide[8].

On reconnaît aussi George Sand dans le même roman, décrite sous les traits flatteurs de Félicité des Touches (une authentique intellectuelle) mais elle apprécie si peu ce portait qu'elle se met aussitôt à haïr Balzac dès la parution du roman[9].

Son amitié a été précieuse à Julie-Victoire Daubié[10], première bachelière de France, qu'elle a mise en relation avec le milieu journalistique[11].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Autobiographie
  • Mes souvenirs, 1806-1833, Paris, Calmann Lévy, 1880 ; texte en ligne sur wikisource
  • Mémoires (1833-1854), avec une introduction de M. Daniel Ollivier, Calmann-Lévy, 1927.
Correspondance
  • Serge Gut et Jacqueline Bellas (éd.), Franz Liszt - Marie d’Agoult, Correspondance, Paris, Fayard, 2001, 1344 p. (ISBN 2-213-61010-X)
  • Marcel Herwegh, Au Printemps des Dieux, correspondance inédite de la comtesse Marie d'Agoult et du poète Georges Herwegh, Paris, Gallimard, 1929.

Hommages[modifier | modifier le code]

À Paris, dans le XVe arrondissement, la rue Daniel Stern porte son nom.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Aragonnès, Marie d'Agoult une destinée romantique, Paris, Hachette, 1938-1983.
  • Robert Bory, Une retraite romantique en Suisse : Liszt et la comtesse d'Agoult, Lausanne, SPES, 1930.
  • Ariane Charton, Marie d'Agoult, une sublime amoureuse, Aix-en-Provence, Kirographaires, 2011, 293 p., (ISBN 978-2-91768-015-5).
  • Dominique Desanti, Daniel ou Le visage secret d'une comtesse romantique, Marie d'Agoult, Paris, Stock, 1980.
  • Camille Destouches, La passion de Marie d'Agoult, Paris, Armand Fayard, 1959.
  • Charles Dupêchez, Marie d'Agoult, 1805-1876, Paris, Plon, 1994, Perrin, 2001, 420 p., (ISBN 978-2-26203-533-4).
  • Marie Octave Monod, Daniel Stern, comtesse d'Agoult, de la Restauration à la IIIe république, Paris, Plon, 1937.
  • Daniel Ollivier, Autour de Mme d'Agoult et de Liszt, Paris, Bernard Grasset, 1941.
  • Henriette Rain, Les enfants du génie - Blandine, Cosima et Daniel Liszt, Paris, Presses de la Renaissance, 1986, (ISBN 2-85616-364-5).
  • Gonzague Saint Bris, Marie, l'ange rebelle, Paris, Belfond, 2007, 292 p., (ISBN 978-2-71444-267-3).
  • Jacques Albert Vier, La Comtesse d'Agoult et son temps, Paris, A. Colin, 1959-1963.

Il existe aussi des ouvrages en anglais, allemand et italien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lire: Claus Helbing: Die Bethmanns. Aus der Geschichte eines alten Handelshauses zu Frankfurt am Main. Gericke, Wiesbaden 1948. Cette famille figure en 1416 dans le Registrum parochianorum (registre des paroissiens) de Goslar, puis dans l'élite dirigeante de cette ville . passée du catholicisme au protestantisme comme toute la population de Goslar lors de la Réforme, elle s'établit au XVIIIe siècle à Francfort où elle fonde une des plus célèbres maison de banque protestante
  2. Blandine-Rachel Liszt, née le 18 décembre 1835 à Genève et morte le 12 septembre 1862 à Saint-Tropez. Elle est la première femme de l'homme politique français Émile Ollivier (1825-1913), qu'elle épouse le 22 octobre 1857 à Florence. Elle meurt à vingt-six ans des suites de l'accouchement de son fils Daniel, deux mois après lui avoir donné naissance.
  3. Cosima Francesca Gaëtana Liszt, née le 18 août 1837 à Côme, épouse Hans von Bülow le 18 août 1857 ; elle divorce le 20 juillet 1869 pour devenir l’épouse de Richard Wagner le 25 août 1870. Elle meurt le 1er avril 1930 à Bayreuth, à 92 ans.
  4. Sabine Cantacuzène, Vie de la famille Brătianu, vol. I, Bucarest, éd. Albatros, 1993, p. 26.
  5. Yves-Jean Saint-Martin, Félix Dubois 1862-1945 : Grand reporter et explorateur de Panama à Tamanrasset, Paris, L'Harmattan, 2000, (ISBN 978-2-29640-416-8).
  6. Une maquette en plâtre se trouve au au musée d'Agesci à Niort
  7. George Sand, Entretiens journaliers, Œuvres autobiographiques, Bibliothèque de la Pléiade, t. II, Paris, 1971, p. 989.
  8. H. de Balzac, Béatrix, Gallimard, coll. « Folio classique », 1979.
  9. André Maurois, Prométhée ou la vie de Balzac, Paris, Hachette, 1965, p.  391, 546.
  10. Correspondance de Julie-Victoire Daubié, fonds Laure Reuchsel, bibliothèque Marguerite Durand, Paris.
  11. Lettres à Julie-Victoire Daubié, éditées par R.A Bulger, New York, Peter Lang, 1992.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :