Rue Sainte-Anne (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue Sainte-Anne et Helvétius.

1er, 2e arrts
Rue Sainte-Anne
Image illustrative de l’article Rue Sainte-Anne (Paris)
Rue Sainte-Anne vue de la rue des Petits-Champs.
Situation
Arrondissements 1er, 2e
Quartiers Palais-Royal
Gaillon
Vivienne
Début 12 avenue de l’Opéra
Fin 13, rue Saint-Augustin
Morphologie
Longueur 440 m
Largeur Minimum : 10 m
Historique
Création 1667
Dénomination Arrêté du
Ancien nom Rue Helvétius (1792-1814)
Géocodification
Ville de Paris 9023
DGI 8534

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Sainte-Anne
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Sainte-Anne est une voie des 1er et 2e arrondissements de Paris, en France. Elle ne doit pas être confondue avec la rue Sainte-Anne-en-la-Cité, ancienne rue, disparue lors de la reconstruction du palais de justice de Paris dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

À la Révolution, la rue faisait partie de la section Lepeletier. Jusqu’en 1860, la rue Sainte-Anne était entièrement comprise dans l’ancien 2e arrondissement de Paris et était partagée entre le quartier du Palais-Royal et le quartier Feydeau. Depuis le redécoupage, elle s'étend sur les 1er et 2e nouveaux arrondissements, de l'avenue de l'Opéra au sud, où elle est prolongée par la rue de l'Échelle, à la rue Saint-Augustin au nord, où elle est prolongée par la rue de Gramont.

Odonymie[modifier | modifier le code]

Deux rues, différentes au départ, ont formé la structure de la voie actuelle.

Le tronçon sud[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, la rue a porté différents noms, dont ceux de « rue au Sang » et « rue de la Basse-Voirie[1] », du fait des activités d'équarrissage qui s'y tenaient, à proximité du marché aux chevaux de la porte Saint-Honoré[2]. La butte des Moulins, qui accidente aujourd'hui encore le tracé de la rue, était notamment composée d'immondices et constituait de fait une voirie. Elle aurait aussi porté aussi le nom de « rue des Moulins » en raison de la présence des deux moulins qui ont donné leur nom à la butte[3],[4].

La rue a reçu le nom de sainte Anne en 1633[1] en l’honneur d’Anne d’Autriche qui était reine de France. Ce n’est pas la seule rue de Paris à avoir porté ce nom[5].

Le tronçon nord[modifier | modifier le code]

Le prolongement de cette rue, au nord de celle qui était alors « rue Neuve-des-Petits-Champs », n'a pas eu de nom dans un premier temps pour la raison qu'elle ne desservait que des potagers et vergers[6], puis s'appelait « rue de Lionne » après la construction de l'hôtel particulier d'Hugues de Lionne, dit « hôtel de Lionne » (ou « de Lyonne »), puis hôtel de Pontchartrain, en 1661[7].

La rue unifiée[modifier | modifier le code]

Dès 1672, une vingtaine d'années après l'unification de la rue, elle porte l'odonyme unique de « rue Sainte-Anne[8] ».

En 1792, elle prend le nom de « rue Helvétius » en l'honneur du philosophe français Claude-Adrien Helvétius qui y était né en 1715, et qui y habita avec son beau-frère, le Fermier général Nicolas Delay de La Garde[9]. Le Conseil général de la commune de Paris en prend officiellement la décision, ce qui n'était pas du tout systématique en cette période de renommage intempestif : « Séance du . — Le conseil général, le procureur de la commune entendu, arrête : que la rue Sainte-Anne, dans laquelle est né le philosophe Helvétius, portera dorénavant le nom d’Helvétius[10]. »

Par arrêté du , sous la Première Restauration, cette voie reprit le nom de « rue Sainte-Anne ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Constitution de la rue[modifier | modifier le code]

L'emplacement de la rue Sainte-Anne se trouve hors les murs jusqu'à la destruction du tronçon occidental de l'enceinte de Charles V et le renforcement des bastions de l'enceinte de Louis XIII, au début des années 1630, et à l'extension de la zone fortifiée concomitante.

La rue actuelle est la réunion de deux rues qui ont existé de façon autonome pendant quelques années lors de la naissance du quartier. La première, au sud de la rue des Petits-Champs actuelle, ne l'atteignait en réalité pas tout à fait au départ, bornée au nord par la butte des Moulins. Cette partie, comprise entre les rues de l'Anglade et du Clos-Georgeau — c'est-à-dire très exactement la partie qui disparut lors du percement de l'avenue de l'Opéra —, fut ouverte en 1633[3]. La seconde partie s'étendait de la rue des Petits-Champs à la rue Saint-Augustin. La réunion s'est faite vers 1650. La discontinuité est nette sur le plan de Gomboust de 1652[11]. Alors que la rue est déjà continue sur le plan de Boisseau de 1648[12]. L'explication de cette incohérence tient aux contingences de l'imprimerie de l'époque ; elle révèle en tout cas que c'est autour de ces dates qu'est intervenu le raccordement.

Une décision ministérielle du 18 pluviôse an X (7 février 1802), signée Chaptal, fixe la largeur de cette voie publique à 8 mètres.

Lieux de sortie homosexuels[modifier | modifier le code]

La rue a été un lieu de rencontre homosexuel et de prostitution masculine depuis, au moins, le début du XXe siècle et jusque dans les années 1980. Les Bains Sainte-Anne, ouverts dans la rue durant la Première Guerre mondiale, sont fréquentés par une clientèle homosexuelle, répertoriée comme telle par la brigade des mœurs[13]. Mais, probablement, la rue s’est insérée dans le réseau de la prostitution masculine à la fin du XVIIIe siècle, quand les galeries du Palais-Royal et les rues avoisinantes ont été investies par une culture gay plus ou moins clandestine.[réf. nécessaire]

À partir des années 1910, les hammams, les bars, les restaurants et les boîtes de nuit se multiplient dans la rue. Elle acquiert une notoriété quasi proverbiale en matière d'homosexualité à la fin des années 1960, avec le développement des mouvements de libération sexuelle et l'ouverture dans la rue de lieux de fêtes prestigieux (Le Sept, Le Bronx, Le Colony, etc.), fréquentés notamment par des écrivains, des acteurs et des couturiers célèbres. Elle devient alors l'un des centres de la vie gay parisienne[14],[15].

À la fin des années 1970, la naissance d'un nouveau quartier homosexuel au Marais entraîne peu à peu la fermeture des établissements de la rue Sainte-Anne et leur disparition dans les années 1980[16],[17].

Restaurants japonais[modifier | modifier le code]

Les restaurants japonais remplaçant les lieux gays, la rue devient le cœur du quartier japonais[18] de la capitale dans les années 2000.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Félix de Rochegude, Promenade dans toutes les rues de Paris. 1er arrondissement, Hachette, 1910, p. 102. Lire en ligne.
  2. Le marché occupe l'emplacement de la rue Sainte-Anne sur le plan de Tavernier de 1630.
  3. a et b Louis et Félix Lazare, article « Rue Sainte-Anne », Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 2e édition, 1855, p. 162.
  4. On ne peut exclure que les frères Lazare aient confondu avec la rue des Moulins actuelle, qui portait déjà ce nom-là sur le plan de Boisseau de 1648 et qui est parallèle et très proche de la rue Sainte-Anne.
  5. Ça a notamment été le cas de la rue du Faubourg-Poissonnière dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Louis et Félix Lazare, article « Rue du Faubourg-Poissonnière », Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 2e édition, 1855, p. 641.
  6. Voir le plan de Boisseau de 1648.
  7. « Différents plans relatifs à l'hôtel de Lionne-Pontchartrain, rue des Petits-Champs », catalogue général de la BNF.
  8. Le premier plan sur lequel elle apparaît ainsi est celui de Jouvin de Rochefort de 1672.
  9. Nicolas Delay de La Garde était marié avec Élisabeth Helvétius.
  10. « France. De Paris, le 21 août », Le Moniteur, 23 septembre 1792, réimpression de 1840, t. 14, p. 30.
  11. Voir le plan de Gomboust de 1652 en ligne.
  12. Voir le plan de Boisseau de 1648 en ligne.
  13. a et b Régis Stévenin, Homosexualité et prostitution masculine à Paris, 1870-1918, L’Harmattan, p. 60.
  14. « Paris les années 1960, quartier Sainte-Anne », www.hexagonegay.com.
  15. « Paris les années 1970, quartier Sainte-Anne », www.hexagonegay.com.
  16. Littérature française et étrangère.
  17. . Autour du Sept, dans la rue Sainte-Anne, se trouvaient de nombreux bars, dont le Pim's (nommé plus tard The Bronx), le Colony [1], Frédéric Martel, The Pink and the Black: Homosexuals in France since 1968, « Le Piano'Bar », [2].
  18. « Quartier de l'Opéra », Jipango, no 24, automne 2010.
  19. Le Sept, Googlebooks.
  20. Alice Lavigne (18..-19..) : pseudonyme individuel.
  21. « Caserne Saint Honoré », paris.fr.
  22. Archives de la ville de Paris V2E/8202. Acte du 27 janvier 1809, mariage de Jean Baptiste Eugénie Dumangin, 64 ans, avec Anne De Coste De la Calprenède, 21 ans, dans la mairie du 10e.
  23. Pierre Groppo, « Couture club », Vanity Fair, no 44, mars 2017, p. 134-147.
  24. Eugène Atget, « Maison 32 bis, rue Sainte-Anne : appartenait en 1780 au sieur Tarade », 1907.
  25. Jacobi, Histoire générale de la Corse, depuis les premiers temps, vol. 2, 1835.
  26. Liste générale des représentants du Peuple composant le corps législatif.
  27. Mathilde Siraud, « Le parti du président peine à exister », Le Figaro, samedi 16 septembre 2017.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Leiba-Dontenwill, La Rue Sainte-Anne à Paris. Histoire de la rue, histoire du parcellaire et histoire du lotissement, mémoire de maîtrise, Paris-I, dir. Daniel Rabreau, 1999, 2 volumes.

Sur les autres projets Wikimedia :